Libreville-Gabon
 
 
Il a été souvent entendu que les origines de la Police Gabonaise se situeraient entre 1945 et 1946. Or, elle se révèle avoir des origines plus lointaines.
 
En effet, la création de la Police Gabonaise remonte au règlement local du 1er  Juillet 1890. (1)
 
Dans l’optique d’assurer l’organisation et la sécurité du territoire, l’État Français, puissance colonisatrice, mit en place un certain nombre de moyens au nombre desquels la « milice coloniale ». Cette milice, créée sous le vocable « milice du Congo-français », constituait un appareil de répression chargé de la sécurité.
 
En 1897, cette milice subit de profondes mutations et fut réorganisée en « Garde Régionale ». Le 30 Novembre 1897, la « Garde Régionale » fut rebaptisée le « Corps des gardes régionaux à pieds ».
 
En 1906, le Règlement local fut abrogé par un arrêté daté du 10 Septembre 1906, organisant un service de Police dans les possessions du Congo-français et ses dépendances.
 
Ce service de Police était dirigé par un commissaire de Police de 1ère classe, résidant à Libreville. Ses attributions, identiques à celles de ses collègues de la métropole, relevaient des domaines administratif et judiciaire. (2) 
 
En matière administrative, il concourait à la police générale, veillait à l’exécution des lois et règlements. Quant aux fonctions judiciaires, elles étaient déterminées par le Code d’Instruction Criminel et cette tâche relevait de la compétence de l’Officier de Police Judiciaire.
 
Et c’est vers 1946, après la deuxième Guerre Mondiale, que la puissance coloniale réorganise le « Corps des gardes régionaux à pieds » ou « milice indigène de la colonie du Gabon », en Corps de Police Municipale, avec des missions plus élaborées et un champ d’action plus élargi.
 
Cette innovation vit le jour avec le concours d’un Gendarme Français du nom de DIRAUD, un membre du Service de Documentation, d’Espionnage et de Contre Espionnage (S.D.E.C.E). Ce dernier sera le premier Responsable du Corps de Police Municipale avant d’être succédé respectivement par Messieurs BOURON, CABANE et CONAN.
 
Les premiers Gabonais à occuper cette fonction, furent le Commissaire Principal Léon MEBIAME MBA et  le Commissaire de Police Principal Théodore KWAOU.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

a NOS LECTEURS

DIBOTI (Punu) AKEWA (Myènè) MALUMBI (Nzebi) AKIBA (Fang) LEVELEWE (Obamba) LAVELEWE (Téké) MANAME (Pouvi) YAMOSSOBA (Apindjis) BODONGA (Kota) MERCI (Français) THANK YOU (Anglais) GRACIAS (Espagnol) SHUKRAN (Arabe) XIEXIE (Chinois) GRAZIE (Italien) SPACIBO (Russe) SAGOLUN (Turc) DANKE (Allemand) DIBOTI (Punu) AKEWA (Myènè) MALUMBI (Nzebi) AKIBA (Fang) LEVELEWE (Obamba) LAVELEWE (Téké) MANAME (Pouvi) YAMOSSOBA (Apindjis) BODONGA (Kota) MERCI (Français) THANK YOU (Anglais) GRACIAS (Espagnol) SHUKRAN (Arabe) XIEXIE (Chinois) GRAZIE (Italien) SPACIBO (Russe) SAGOLUN (Turc) DANKE (Allemand)
 
Copyright © 2019 Forces de Police Nationale | Actualité policière du Gabon |  Reproduction interdite | Tous droits réservés | Conception et réalisation GSMO
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Il a été souvent entendu que les origines de la Police Gabonaise se situeraient entre 1945 et 1946. Or, elle se révèle avoir des origines plus lointaines.
 
En effet, la création de la Police Gabonaise remonte au règlement local du 1er  Juillet 1890. (1)
 
Dans l’optique d’assurer l’organisation et la sécurité du territoire, l’État Français, puissance colonisatrice, mit en place un certain nombre de moyens au nombre desquels la « milice coloniale ». Cette milice, créée sous le vocable « milice du Congo-français », constituait un appareil de répression chargé de la sécurité.
 
En 1897, cette milice subit de profondes mutations et fut réorganisée en « Garde Régionale ». Le 30 Novembre 1897, la « Garde Régionale » fut rebaptisée le « Corps des gardes régionaux à pieds ».
 
En 1906, le Règlement local fut abrogé par un arrêté daté du 10 Septembre 1906, organisant un service de Police dans les possessions du Congo-français et ses dépendances.
 
Ce service de Police était dirigé par un commissaire de Police de 1ère classe, résidant à Libreville. Ses attributions, identiques à celles de ses collègues de la métropole, relevaient des domaines administratif et judiciaire. (2) 
 
En matière administrative, il concourait à la police générale, veillait à l’exécution des lois et règlements. Quant aux fonctions judiciaires, elles étaient déterminées par le Code d’Instruction Criminel et cette tâche relevait de la compétence de l’Officier de Police Judiciaire.
 
Et c’est vers 1946, après la deuxième Guerre Mondiale, que la puissance coloniale réorganise le « Corps des gardes régionaux à pieds » ou « milice indigène de la colonie du Gabon », en Corps de Police Municipale, avec des missions plus élaborées et un champ d’action plus élargi.
 
Cette innovation vit le jour avec le concours d’un Gendarme Français du nom de DIRAUD, un membre du Service de Documentation, d’Espionnage et de Contre Espionnage (S.D.E.C.E). Ce dernier sera le premier Responsable du Corps de Police Municipale avant d’être succédé respectivement par Messieurs BOURON, CABANE et CONAN.
 
Les premiers Gabonais à occuper cette fonction, furent le Commissaire Principal Léon MEBIAME MBA et  le Commissaire de Police Principal Théodore KWAOU.