Montrer l’homme à l’homme, tel est le projet artistique de la compagnie « Le Tricorne »

 

 

Les hommes tels que nous les percevons sur cette planète semblent conçus de la même pâte, sur le même modèle, identiques. Ainsi, « l’autre » n’est pas autre, il est aussi nous même. Nous pouvons, en l’observant, nous voir, humain parmi les humains et semblable aux autres. Au théâtre, nous pouvons donc  nous identifier au personnage incarné par la présence charnelle du comédien, parce que la vie circule, parce que l’on montre tout.  Bien sûr, se reconnaître dans l’autre n’est pas une fin en soi, mais c’est un moyen d’approcher ce qui n’est pas visible dans la vie de tous les jours, un moyen d’accéder à une connaissance de soi-même plus profonde, plus riche, plus dynamique. Encore faut-il que le théâtre représente les hommes tels qu’ils sont, dans des situations vraisemblables, dans une vision globale de l’homme qui tienne compte d’un maximum de déterminations. Car on ne se reconnaît pas entièrement dans une caricature, on s’y reconnaît de manière parcellaire, et ce n’est pas très précieux. Pour que la rencontre soit enrichissante pour le spectateur, il faut que le personnage porte en lui tout ce qui fait un homme, c’est-à-dire que l’on permette à l’acteur de « se donner » entièrement, le temps de la représentation, pour insuffler la vie au personnage. C’est une volonté de la part des créateurs qui doit être présente dès l’écriture, puis dans le jeu de l’acteur et dans le travail de mise en scène.

C’est pour toutes ces raisons, qu’il y a un peu plus de vingt ans, Gilles Langlois a créé la compagnie  « Le Tricorne », pour montrer, comme il le dit : « L’homme à l’homme ».

 

 

« LE TRICORNE » : TRENTE ANS DE FEU SACRE

 


En créant en novembre 1990 « Le Minuit de l’Année », spectacle consacré à Guy de Maupassant, Gilles Langlois lance officiellement les premiers pas de la Compagnie « Le Tricorne ». 

Ce spectacle a permis de tisser des liens durables avec de nombreux collèges
et lycées de Seine et Marne.

« Prendre la lune avec les dents » en 1992 et « Le Plaisir de Rompre » de Jules Renard en 1994 permettent une collaboration accrue avec les enseignants de Seine et Marne, mais également avec ceux des départements de l’Eure et du Calvados.

1996 marque la naissance d’un nouvel élan pour la Compagnie. Yves Lalonde, metteur en scène, rejoint le groupe. Cette nouvelle collaboration permet de créer « Armande et Jean-Baptiste » de Robert Boudet présenté plus de cent fois en milieu scolaire.

En 1997, c’est le spectacle « Néo-Cid » qui voit le jour, toujours mis en scène par Yves Lalonde.

2001 - 2002 - La Compagnie « Le Tricorne » crée « Robespierre » de Gilles Langlois. Ce spectacle est présenté au Théâtre de « La Madeleine » à Paris en co-production avec la Compagnie Valère & Dessailly. 
Il part ensuite en tournée dans de nombreux théâtres d’Ile -de-France et de régions.

2003 - Création de « l’Ane et le ruisseau d'Alfred de Musset

En association avec la Compagnie « Puzzle Centre » le Tricorne participe à la création de :
« Deux sur la balançoire » de William Gibson en 2004
« Célimène et le Cardinal » de Jacques Rampal en 2006
« La jeune fille et la mort » d’Ariel Dorfman en 2008 et 2009 en tournée en
région Centre et Ile de France.

En 2007, participe à la création création de « Mademoiselle Julie » d’Auguste Strindberg au Théâtre de Fort-de France en Martinique et tournée Caraïbes en collaboration avec la « Compagnie 13 »

2010 - 2011 - Création de « Détective » en vidéo théâtre et tournée du spectacle en Ile-de-France et dans la Sarthe.

2014 – Création « Le chemin des dames » de Gilles Langlois – Tournée en Île de France

2018 – Création de « Une nuit, une vie » de Gilles Langlois – Le Funambule Paris 


2020 - Création de "ROBESPIERRE, l'insoumis" de Gilles Langlois

 

 

14.jpg
4.jpg

 

ce site a été créé sur www.quomodo.com