LA DEPECHE

Billet Réduc

Merci et bravo !
Messieurs, un grand merci pour votre superbe prestation d'hier soir,
trentenaires nous n'étions sûrement pas loin d'être les plus jeunes dans
la salle, tous émus pour différentes raisons dans doute, de votre jeu et
de cette mise en scène au cordeau. Longue vie à ce spectacle qui est à
la fois un devoir de mémoire et un espoir en l'Homme.
Ils se prénommaient Armand, Charles, François,
Jean.
Ils étaient menuisiers, instituteurs, paysans,
cheminots, ouvriers ou bourgeois.
Ils devinrent soudainement artilleurs, fantassins,
brancardiers …..
Charles, François et Armand sont dans la tourmente de la première guerre mondiale. Ils le sont depuis le début.
Ensemble, ils ont connu Verdun et autres lieux de désolation.
En ce jour du 15 avril 1917, ils viennent d’arriver sur le front après quelques jours de repos à l’arrière.
Ils sont commandés par le lieutenant Rame, un jeune militaire issu de Saint-Cyr, autoritaire et manquant d’expérience au combat. Les rejoindront dans la cambuse, Jean, un jeune soldat de vingt ans, pour qui c’est la première affectation, puis Adrien un camarade de retour de permission.
Tous se retrouvent et vont vivre à l’aube du 16 avril 1917 la grande offensive du « Chemin des Dames »….
Basée sur le thème de la première guerre mondiale et à l’occasion de son centenaire, cette pièce a pour intention de préserver la mémoire de ceux qui ont soufferts et qui sont morts pour la France dans des circonstances plus qu’inhumaines.
Une présentation de la bataille du « Chemin des Dames » sera proposée aux collèges et aux lycées qui le désireront. Cette présentation sera assurée par l’auteur de la pièce.
Gilles Langlois, le metteur en scène
Note de mise en scène pour Le Chemin des Dames
 
« Je suis né en 1948 et j’ai vécu, au fin fond de la Normandie, dans un petit village qui a pour nom Ouézy.
Ce village n’a rien de particulier par rapport aux autres villages de France, il possède sa mairie, son église et ses trois cents âmes qui travaillent, pour la plupart des hommes, aux chemins de fer français. Ce village vient de sortir de la seconde guerre mondiale, avec ses destructions massives dues aux bombardements du débarquement.
Il se reconstruit petit à petit avec le courage et l’entraide des uns et des autres.
Dix ans après ma naissance, je passe des heures dans l’épicerie - café de ma grand-mère. J’y fais mes devoirs, mais surtout, bien au chaud, près du poêle, je me rassure auprès des anciens qui ont gardé le goût du jeu de dominos de la guerre, de leur guerre, celle de 14. Ces anciens, sont au nombre de cinq et ils ont le respect de toute leur communauté. Ils sont les survivants du monument aux morts. Les souffrances et les atrocités de la première guerre mondiale sont dans la conscience collective du village. On ressent la douleur pesante des sacrifiés. Elle est toujours présente dans le cœur et l’âme de chacun des habitants. Même moi, enfant, je la perçois inconsciemment et ces anciens de la grande guerre nous témoignent de leur capacité à nous protéger et à nous mener vers un avenir plein de promesse et d’espérance. ils ont survécu à l’horreur, ils en sont les témoins et ils nous guident.
Parmi eux, mon grand-père, Amand François Elie, trois blessures au front, une balle à Verdun,
des éclats d’obus au « chemin des dames ». Pour ces trois blessures, il a reçu sa légion d’honneur, près de
cinquante ans plus tard, il ne l’avait jamais demandé. Il n’empêche, ce jour-là, j’étais fier d’être présent
et d’être son petit fils. Il ne m’a jamais parlé de cette guerre, pas un mot. La seule phrase que ma grand-mère l’ait entendue prononcer à ce sujet est la suivante : « si notre fils devait vivre ce que j’ai vécu, je préfèrerais le tuer de mes propres mains.»
Voilà pourquoi, à l’aube du centenaire de la première guerre mondiale, j’ai eu besoin d’écrire "Le chemin des dames", à la mémoire de mon grand-père et de tous ceux qui ont leur nom gravé sur les monuments aux morts.et les croix blanches des cimetières.»
gilles Langlois
logo centenaire original.JPG
La Compagnie du TRICORNE propose
Le Chemin des Dames
Ecrit et mis en scène par Gilles LANGLOIS
Assisté à la mise en scène par Nathalie LUCAS
avec
Anatole de BODINAT
Manuel LE VELLY
Yann PEIRA
Sacha PETRONIJEVIC
François RAISON
François SANTUCCI
Scénographie et Costumes
Philippe VARACHE
Création Lumières
Patrice LECADRE
Univers sonore
Jean-Noël YVEN
Régie
David BRU
Cyrille GERMAIN
VIDEO
TON14051423.jpg
TON14051430.jpg
TON14051405.jpg
TON14051411.jpg

 

ce site a été créé sur www.quomodo.com