Supporters de l'AS St-Etienne
49 - La Chapelle du Genêt
les verts d'Anjou

Mercredi 08 Avril 2015
P.S.G. - ASSE

1/2 Finale Coupe de France                                       Défaite 4 - 1
 
5 associés :
Lionel ROUSSELOT, Eric ALLAIRE, Régis ROULIER, Jason REYES, Mickaël TESSIER

LES VERTS SURCLASSES


Ils n'étaient que 5 à prendre la direction de la Capitale ce mercredi. Malgré le boycott des supporters Stéphanois et les mesures "quatariennes" du Parc, les Verts d'Anjou, comme d'autres sections, avaient tenus à être présents pour cette 1/2 finale.
 
La 1è surprise fut de taille, boycott des supporters = pas de parking visiteurs. Il a fallu tourner près d'une heure pour se stationner. Entrée dans le Parc, après une fouille très sommaire, dans un parcage très calme où étaient regroupés environ 250 spectateurs Verts.
 
Malgré un tirage compliqué avec ce déplacement à Paris, le rêve de retourner au Stade de France, est bien présent dans nos têtes. L'ouverture du score par Zlatan va vite nous refroidir. L'espoir revient avec l'égalisation d'Hamouma quelques minutes plus tard. Perrin pense même donner l'avantage aux Verts sur une belle tête détournée par Douchez. Puis c'est la colère quand Erding réalise l'immanquable devant le but en oubliant Hamouma, seul. 
1-1 à la mi-temps, tout était encore possible.
Le rêve allait vite s'éteindre quand Tabanou relançait plein axe sur.... Pastore, qui lançait Lavezzi pour le 2-1. Puis Erding tergiversait dans la surface et se faisait chiper le ballon. Contre-attaque express, 3-1. Zlatan finissait le travail et venait punir une dernière fois les Verts, bien trop pâles en seconde période.
 
Nouvelle déception au coup de sifflet final quand tous les Verts prenaient la direction des Vestiaires sans le moindre regard vers notre tribune.

Humeur : les quataris ont gagné !!!

                                 
 
                       
                                 
                                Pour être aller de nombreuses fois au Parc, il y a une dizaine d'années, il faut bien reconnaitre que les Qataris sont parvenus à imposer leur loi.
 
L'ambiance méconnaissable, ce mercredi, dans un Parc rempli de "gogos" agitants des petits drapeaux et répondant joyeusement aux paroles du speaker, m'a énormément décue. Aucun leader dans les tribunes, pas de chants, exeptés les banals : "Ici c'est Paris" ou "Paris est magique". 
 
Rien, rien, rien. Ah si désolé, les changements de joueurs annoncés par le speaker (finalement c'est lui le leader), sont repris d'une seule voix par tous ces spectateurs, et là, il faut bien le reconnaître, ça fait un peu de bruit.
 
Bien pauvre quand même. J'ai connu un Parc qui résonnait, j'en était presque déçu. Mais rassurez vous, je n'ai jamais supporter cette équipe.
 
Lionel