9e open de Lille - 2018

Deux Tours à suivre : Emmanuelle la Lilloise et Kristel la Bretonne

Emmanuelle et Kristel participent au 9e open de Lille du 23 au 29 avril 2018. Ce tournoi réunit 123 joueurs dont 18 titrés. Les 9 rondes se jouent sur la cadence classique de 1h30 pour 40 coups + 30 mn avec 30 secondes par coup.

Voici les résultats de nos Tours infernales avec leurs commentaires transmis au fil des rondes :

Ronde 1 :
Emmanuelle (1848) : Je joue avec les blancs contre Jonathan Pein (2133), un junior anglais dont le père est un maître engagé dans le tournoi. Il me joue une Philidor. Je joue une variante plutôt stratégique et je fais jeu égal. Le premier échange ne se fait qu’au 27e coup ! Je ne pense pas à une manœuvre qui me force à donner un pion. Du coup, au lieu de donner un pion contre rien, je décide d’échanger un cavalier contre deux pions pour avoir du jeu sur son roque (je prends les pions g et h), Il commence à stresser car mes pièces sont actives. On passe le contrôle de temps au moment d’entrer en finale. Il manœuvre bien. Moi, je ne sais pas si je fais les bons choix mais ça tient encore. Arrive le 2e zeïnot. Cela fait longtemps que l’on joue (il ne reste que quelques tables). Sur une combinaison, je donne un pion central et j’abandonne directement. Dommage, j’avais bien résisté.

Kristel (1589) : Je joue avec les blancs contre un minime, Jakov Shved (1260). Dans l’ouverture, je donne un pion bêtement. Tellement il était trop long à jouer, cela m’a déconcentrée. Puis vient l’échange des dames, des autres pièces. Heureusement, j’ai un peu de jeu en contrepartie. Je récupère un pion. Après les derniers échanges, il nous reste en finale une tour chacun et des pions. L’adversaire a un pion qui file à la promotion mais sa tour est placée devant. Je garde ma tour derrière le pion menaçant et le contrôle est assuré. Mon adversaire me propose nulle et j’accepte.

Ronde 2 :
Emmanuelle joue avec les noirs contre Louis Lalouette (1523), un jeune du club de Lille. « Il me joue l’attaque Grand-Prix. Là encore, j’opte pour une variante stratégique. Je me précipite un peu trop et j’oublie un coup très gênant pour moi. Du coup, c’est égal. Ensuite, je joue les variantes les plus tranchantes pour tenter d’obtenir du contre-jeu au risque de me créer des faiblesses de pions. Finalement, il joue les suites les plus égalisantes. Je donne même un pion mais ça ne passe pas. On se retrouve dans une finale de fous de couleur opposée et la nulle est conclue »

Kristel est opposée avec les noirs à William Szurhaj (1718). « Hier soir, Emmanuelle m’a aidé à me préparer contre cet adversaire qui opte pour la Sicilienne fermée. Et ça a marché. J’ai bien joué. Il était super long à jouer. La fin de la partie est très tactique et il n’a plus que 30 secondes à la pendule pour jouer quinze coups. Du coup, il propose nulle alors que je lui donne un pion en faisant une erreur. Il a stressé par manque de temps... »

Mercredi 25 avril, 1ère journée à double ronde (r3 et 4)
Ronde 3 :
Emmanuelle avec les blancs face à Abdesslem Chekir (1399) : « Je gagne facilement. Il y avait une trop grande différence de niveau qui s’est fait sentir rapidement. Je gagne d’abord un pion, puis un deuxième, ensuite un cavalier et finalement sa dame ! »

Kristel avec les blancs contre Frédéric Lemiere (1978) : « J’ai bien joué, j’ai tenu longtemps. Je n’avais rien de moins. A un moment, je joue h3 au lieu de g3. Du coup, il rentre avec sa dame et il a de l’attaque. Je défend mais je n’ai plus trop de temps à la fin. Lui, il manœuvre bien… donc, je me fais avoir. Je suis contente, c’était intéressant et j’ai bien joué quand même »

Ronde 4 :

Nos Tours infernales font le yo-yo.

Emmanuelle joue avec les noirs face à Jean-Robert Vesin (2213), un maître Fide. « Mon adversaire choisit une variante très fermée. J’ai du mal à trouver du jeu. Quand j’arrive à ouvrir à l’aile-dame et que je pense avoir un peu de jeu, de son côté il lance une attaque sur mon roi et c’est inévitable »


Kristel a les noirs contre Gaël Arcelin (1251) « J’ai encore joué face à une attaque Grand-Prix. J’étais bien mais sans avantage matériel. Mon adversaire jouait bien. A cause du temps, je me prends un coup tactique. Je perds une tour. Je continue un peu avec deux cavaliers contre Tour et cavalier. Il me rend des pions mais je ne peux pas faire grand-chose. Pour moi, c’était foutu. Plus tard à l’analyse, Emmanuelle et Valérie m’ont dit que si j’arrivais à capturer son dernier pion, cela aurait pu faire nulle. Dommage ! »


Ronde 5 :

Emmanuelle joue avec les blancs contre Gaël Arcelin (1251) « Face au vainqueur de Kristel de la ronde précédente, je me méfie. Il joue une Scandinave. Je gagne rapidement un pion sur un coup tactique, puis un deuxième. Ensuite, je gagne une qualité et il abandonne »


Kristel a les blancs face à Pierre Byczinski (1399), un non classé. « Face au gambit de la dame, il m’attaque un peu. Il menace une fourchette sur Dame et Tour. Je n’ai pas le choix. Il prend mon cavalier f3 avec le pion g. En fait, il joue mal. En compensation de la perte de mon cavalier, j’obtiens une grosse attaque sur son roi avec la colonne g ouverte. Et je gagne une pièce avec des menaces de mat. Son roi traverse l’échiquier pour finir en a5 ! C’était un peu mort pour lui et il joue un coup perdant encore une pièce. Du coup, il abandonne »


Vendredi 27 avril, 2e journée à double ronde (r6 et 7)

Ronde 6 :

Emmanuelle a les noirs contre Brahim Boudarn (1560) « Mon adversaire me blitze toute la théorie. Finalement, je me retrouve pas trop mal dans le milieu. Mais je suis vite en zeïnot. On se retrouve dans une finale de pions (5 chacun) très compliquée mais je pense que c’est égal. Au 41e coup, il fait une petite imprécision. Je ne laisse pas passer l’occasion. Je joue très précis jusqu’à la fin (pour éviter de faire nulle voire de perdre) et je lui mets la pression au temps pour une fois ! Je finis par l’emporter »


Kristel a les noirs face à Gabriel Lesueur (1258) « Une partie difficile ! C‘était une Sicilienne normale où je n’avais rien de plus. En finale, je refuse sa proposition de nulle. Au coup suivant, c’est moi qui lui propose nulle mais il préfère continuer. Peu après, il fait une bêtise et repropose la nulle !! Plus question d’accepter puisque c’est perdant pour lui. Il était tellement dégoûté qu’il a continué jusqu’au mat »


Ronde 7 :

Emmanuelle joue avec les blancs contre Guillaume Bianchi (2064) « J’évite les grandes lignes théoriques de la Sicilienne. Finalement, je m’en sors pas mal. C’est moi qui ai l’initiative et plus d’activité. En zeïnot, je bidouille un peu. Je le laisse revenir et même gagner un pion. Du coup, on entre dans une finale de Dame avec des pions mais lui en a un de plus. Rien n’est perdu car je garde des menaces de perpétuelle et je dispose aussi d’un pion passé. C’est tendu ! Il fait attention et joue précisément. Il s’impose finalement après plus de 70 coups et 5 heures de jeu. Ce fut la partie qui se termina en dernier dans la salle. C’était une journée épuisante car ce matin, j’ai joué aussi 5 heures !! »


Kristel joue avec les blancs face à Eric Manet (1914) « J’ai joué en bloquant tout mais je n’ai fait que subir son attaque à l’aile-roi. J’ai commencé à réagir à l’aile-dame mais c’était trop tard »


Ronde 8 :

Emmanuelle joue avec les noirs contre Stefan Voiculescu-Holvad (1626) « Mon adversaire joue l’Anglaise. Il perd du temps et roque tardivement. J’en profite pour améliorer ma position. J’ai beaucoup d’activité et ses pièces sont clouées. En manoeuvrant avec mes pièces légères, je parviens à gagner une qualité. J’ouvre les colonnes pour entrer mes tours. La suite de la partie est facile. Je dois tout de même jouer de nombreux coups pour atteindre la victoire »


Kristel joue aussi avec les noirs contre Francis Blondel (1364) « La partie est égale. J’ai une position légèrement favorable. Il commet une gaffe qui perd une tour. Ensuite, cela devient facile pour gagner »


Ronde 9 :

Emmanuelle joue avec les blancs contre Guillaume Deveque (2037) « Je crois que je me trompe dans l’ouverture mais finalement c’est égal. Je crois jouer un coup bien, g4 attaquant un cavalier. Il met plus de trente minutes pour jouer et finalement il trouve une super suite. On entre alors dans une finale Dame + Tour chacun avec des pions mais il a une majorité centrale. Je ne peux jouer que pour la nulle. Il est en zeïnot. Du coup je tente le tout pour le tout en sacrifiant mes pions pour obtenir une perpétuelle. Il fait attention jusqu’au bout et on passe le contrôle de temps en ayant évité la perpétuelle. Alors, j’abandonne »


Kristel dispose des blancs pour affronter Jean De Lagontrie (1781), un vétéran qui fut classé autrefois à plus 2100 points élo. « Avant de commencer la partie, mon adversaire me dit qu’il a joué contre mon père il y a une vingtaine d’années et contre ma sœur il y a environ quinze ans. La partie commence par une variante que je ne connais pas vraiment. Du coup, je joue un coup de pion pour la sécurité mais cela me coûte l’enfermement temporaire d’un fou. Alors que je pense à vouloir attaquer à l’aile-dame, mon adversaire pousse un pion au centre, e5. En fait, il perd ce pion. Il obtient une grande activité de ses pièces en harcelant ma dame. Il ne joue pas les meilleurs coups. En faisant très attention à ne pas me faire coincer ma dame, je prends un deuxième pion. Je parviens à obtenir une belle position en gardant mon avantage matériel. Sous la pression, il me donne une qualité. Fallait tout de même que je fasse attention à une menace de mat sur la 1ère rangée. La suite est gagnante pour moi, d’autant plus qu’il ne joue toujours pas les meilleurs coups. Il abandonne et me dit que j’ai vengé la famille »



Emmanuelle (1848) totalise 4,5 points et se classe 58e Au classement fide, elle doit perdre 12,8 points.

Kristel (1589) marque 5 points et termine à la 51e place. Sa victoire à la dernière ronde lui permet de remporter le 1er prix de sa catégorie élo (110 €). Côté élo, elle devrait perdre 3,4 points.



Quatre joueurs titrés terminent avec 7 points. Au départage c’est le GM russe Vladimir Epishin (2551) qui remporte le tournoi


ce site a été créé sur www.quomodo.com