41e Open de Fourmies

Pas d'exploit pour les Tours !

Du 3 au 5 juin, Emmanuelle, Henryk et Gervais ont participé au 41ème open de Fourmies qui a réuni 144 joueurs. Le tournoi A était ouvert à tous (89 participants) et le tournoi B, réservé aux élos inférieurs à 1600, a rassemblé 55 joueurs.

 

Avec 7 rondes concentrées sur trois jours dont 3 parties sur le 2ème jour, ce tournoi est assez intense. La cadence de 1h30 + 30"/coup est complétée par une 2ème période de 9 mn + 3"/coup.

 

Voici un résumé des parties avec nos commentaires personnels :

 

Ronde 1 :

Emmanuelle (1835) est opposée au GM allemand HAUB Thorsten (2409) 
Je joue agressif avec les blancs. J'ouvre la colonne h sur son roque, j'y vais avec les Tours et la Dame. Trop de pression pour lui, je me retrouve avec 2 pions nets de plus. Il ne peut plus bouger et il a son fou enfermé que je peux gagner quand je veux. Mais voilà en gros zeitnot et avec seulement 3 secondes par coup, je tombe à la pendule. Très déçue car à la fin il ne peut jouer que pour la nulle. Dommage !

 

Gervais (1711) joue avec les blancs contre Smailovic Omer (2010). A la fin de l'ouverture, j'accepte de jouer la variante proposée par mon adversaire où il cède son fou de cases noires contre les trois pions de mon roque. Malgré les colonnes f, g et h ouvertes sur mon roi, je maîtrise la situation. C'est même le roi noir qui est menacé. L'aile-roi étant neutralisée, je veux profiter d'une faiblesse crée sur l'autre aile mais à l'approche du zeinot, je me trompe. Sur une erreur tactique, je cède un fou pour un pion et la partie bascule en faveur des noirs qui profitent de leurs pions passés sur l'aile-roi pour l'emporter.

 

Henryk (1613) joue également avec les blancs contre Bleys Michiel (1935)

Ouverture : Système Londres

Après avoir maltraité l’ouverture, je fais une erreur au 15ème coup qui me coûte la qualité. Puis mon adversaire passe en finale avec cet avantage et gagne après 34 coups.

 

Ronde 2 :

Emmanuelle a les noirs contre Vandervorst Marc (1680)

Mon adversaire se retrouve rapidement bloqué (son Cavalier b1 et la Tour a1 ne jouant pas). J'obtiens 3 pions de plus rapidement. Ensuite, je bidouille dans la finale de Tour (en rendant 2 pions) mais j'arrive quand même à m'imposer en allant à la promotion !

 

Gervais est opposé à Charlier Laurent (1844) dans une Caro-Kann complètement égale où les blancs disposent de la paire de fous et les noirs jouent avec la paire de cavaliers. Je commets une imprécision en finale et mon adversaire parvient à faire passer un pion. La partie est perdue peu après.

 

Henryk joue avec les noirs contre Kuiper Willem (1762)

Ouverture : Caro-Kann, ligne principale avec 7.h4

Mon adversaire choisit le grand roque et je réponds avec le sacrifice d’un pion pour ouvrir les colonnes b et c. Mais je n’ai pas su profiter de mon avantage positionnel. La partie entre en finale avec un pion d’avance pour les Blancs. En situation d’extrême zeitnot la partie se termine par la nulle.

  

Ronde 3 :

Emmanuelle joue contre Maddens Martijn (2153)
Avec les blancs, j'opte pour une sous sous-variante de la Sicilienne pour éviter les grandes lignes théoriques qu'il connaît bien. Le milieu de jeu est serré (on a échangé zéro pièce et zéro pion). Ensuite il commet une imprécision. J'en profite et on entre dans une finale deux Tours et deux fous chacun avec des pions. Cette finale est très avantageuse pour moi. C'est très tendu pendant le zeitnot avec plein de complications tactiques. Mon pion arrive à une case de la promotion mais son fou la contrôle. Je ne trouve pas le gain alors j'accepte sa proposition de nulle.

 

Avec les blancs, Gervais est opposé à Calonne Pascal (1608)

Dans une Ouest-indienne, la partie est égale jusqu'à l'échange des dames. A partir de là, mon jeu de pièces mineures pose des problèmes. Mon adversaire cède une qualité et la finale devient facile. Après une nouvelle perte de matériel (deux pions) et quelques échanges de pièces, mon adversaire abandonne.

 

Henryk joue avec les blancs contre Dubocage Claude (1848)

Ouverture : Système Londres

J’essaie une nouvelle variante, qui me permet une attaque rapide sans avoir roqué. Mon adversaire défend mal et, voyant qu’il va perdre 2 pions, abandonne au 15ème coup.

 

Ronde 4 :

Emmanuelle est opposée à Herrebrecht Pierre 1722 :
Avec les noirs je joue un coup trop vite dans l'ouverture. Du coup, positionnellement je suis beaucoup moins bien et je dois subir toute la partie. Mon adversaire a trouvé les bons coups pour l'emporter.

 

Gervais joue avec les noirs contre Mabire Manuel (1802)

Mon adversaire opte pour un gambit dans la variante principale de la Caro-Kann mais ne se montre pas incisif. Je garde l'avantage du pion sans problème. A ce moment, au 10e coup de la partie, je fais le roque sans imaginer un seul instant que je dispose déjà d'un coup tactique gagnant une pièce. Le jeu adverse est approximatif et après quelques manoeuvres, je gagne un 2ème pion, puis un 3ème plus tard. Mon adversaire tente un sacrifice désespéré mais se fait mater en deux coups.

 

Henryk a les noirs contre Manet Anthony (1913)

Ouverture : Caro-Kann, ligne principale avec 4.Fd3

Dans l’ouverture, je surprend l’adversaire avec la manœuvre de Nimzovitch et j’obtiens l’égalisation au 7ème coup.

A la suite deux erreurs, qui me font perdre deux fois l’équivalant d’un pion, suffiront à l’adversaire pour gagner la finale. J’abandonne au 32ème coup.

 

Ronde 5 :

Emmanuelle joue contre Cuvelier Jeremy (1643)
Avec les blancs, j'ai du mal à trouver du jeu dans une variante de l'Italienne très solide pour les noirs. Je ne trouve pas de plans convenable, pas d'inspiration, je propose nulle.

 

Face à Hokken Wim (1982), Gervais doit gérer un contre-gambit Albin.

Malgré la restitution rapide du pion, je me trouve confiné dans mon camp et sans initiative. Je tiens la position mais sans aucune perspective. Finalement, un mauvais choix précipite ma fin.

 

Henryk a les blancs contre Degremont Patrick (1923)

Ouverture : Système Londres

La partie est sans faute majeure jusqu’en finale. Puis, ce sont surtout des erreurs positionnelles qui ont fait la perte des Blancs. A retenir également qu’en zeitnot, il ne faut pas oublier d’appuyer sur la pendule !

 

Ronde 6 :

Emmanuelle est opposée à Lefrère Jean (1679)

Avec les noirs, suite à un très mauvais calcul (pourtant c'était simple) je donne un pion dès le 8ème coup !!! Bon bah, je joue à fond sur mon mini avantage d'activité. Les blancs trouvent les bonnes défenses. On arrive en finale Fou / Cavalier chacun avec des pions, il a toujours son pion de plus. Après l'échange des Cavaliers, mon fou étant supérieur au sien et mon Roi mieux placé les blancs ne peuvent pas passer. Encore nulle.

 

Gervais joue avec les noirs contre Levers Thierry (1838)

La partie est égale et sans animation. En milieu de jeu, les pièces lourdes sont échangées et il s'ensuit un jeu de pièces mineures très actif. La position est tendue. Finalement, je gagne un pion mais le manque de temps ne me permets pas de poursuivre la finale qui s'annonçait avec un résultat nul. Dommage !

 

Henryk joue avec les noirs contre Mabire Manuel (1802)

Ouverture : Caro-Kann, l’attaque de Maroczy

Au 22ème coup, j’atteins une position favorable. Je gagne un pion mais je manque le coup qui m'aurait permis d'en gagner un deuxième. Je perds mon avantage au 27èmecoup. Puis avec mon 34ème coup, dans une position parfaitement égale, je perd la partie immédiatement.

 

Ronde 7 :

Emmanuelle joue avec les blancs contre le jeune Lebertre Youri (1448)

Mon adversaire avec les noirs opte pour un gambit dans la scandinave. Je ne connais pas du tout cette ligne. Il n'a pas peur, il sacrifie 2 pions et là je me rends compte des conséquences. Ma position est horrible. J'essaye de survivre en espérant que mon adversaire relâche la pression. Il ne me reste que 5 minutes pour jouer 24 coups. Mon adversaire finit par me proposer nulle. Ouf, quel cadeau !

Gervais est opposé également à un jeune très prometteur, Touat Naofel (1414)

Avec les blancs, très vite je regrette de ne pas avoir jouer un début peu orthodoxe. Malgré son jeune âge, mon adversaire connaît parfaitement l'ouverture. En milieu de partie, je rate l'occasion de prendre un petit avantage. Ensuite, il n'y a plus rien. Mon adversaire esquive bien les quelques pièges et intimidations. Au 39ème coup, je lui propose nulle et cela m'a fait sourire de le voir demander à son père avant d'accepter.

 

Henryk dispose des blancs pour affronter Swiercz Sonia (1724)

Ouverture : Système Londres

Au 11ème coup mon adversaire m’offre sa dame et.... je ne la prend pas !! Je réalise ma gaffe au moment  ou j’appuis sur la pendule. Puis hors de moi, je fait une deuxième erreur qui me coûte un pion … et avec ça la partie au bout de presque 4 heures de bidouillage.

 

Emmanuelle totalise 3 points et se classe 58ème avec une perf. à 1738. Son objectif consistait à gagner une douzaine de points fide. Finalement, elle doit en perdre 18,8. La victoire ratée de peu contre le GM aurait permis d'engranger 18,4 points rien que sur cette partie ! Vraiment dommage...

Gervais marque 2,5 points et prend la 69ème place avec une perf. à 1678. Il perd 6,8 points fide.

Henryk marque 1,5 point et se classe 84ème. Sa performance est de 1620. En ne rencontrant que des joueurs mieux classés, il limite la casse et ne doit perdre que 0,6 point.


Grille de résultats

ce site a été créé sur www.quomodo.com