35e open de Cappelle - 2019

7 Tours infernales en quête de performances !

7 Tours infernales participent au 35e open de Cappelle la Grande du 16 au 22 février : Valérie (2109), Wilfried (2103), Vincent (1978), Emmanuelle (1861), Hugo (1744), Gervais (1667), Kristel (1546)


Ronde 1 : 4 points sur 7 pour les Tours
Valérie joue avec les blancs contre M. Freialdenhoven (1804). Alors que la position est égale, l’adversaire tente une attaque. Son plan n’est pas bon et cela se retourne contre lui.
Gros challenge pour Wilfried qui est opposé au Grand Maître Géorgien S. Fedorchuk (2604). Face à la grande maîtrise de l’adversaire, Wilfried tente des coups inhabituels mais très vite, la position devient intenable. Il abandonne.
Vincent joue avec les blancs contre G. Philippe (2347). Dans son attaque habituelle, Vincent se procure du jeu mais la défense adverse est bonne. La position est tendue avec des pièces restant en prise de part et d’autre. Finalement, le manque de temps des blancs se fait sentir et la contre-attaque des noirs est bien menée. Vincent s’incline.
Emmanuelle est opposée à T. Real (2211). Dans sa sicilienne jouée avec les blancs, la situation est longtemps égale et la partie semble s’orienter logiquement vers la nulle. Sans doute par manque de temps mais aussi de lucidité, Emmanuelle fait un mauvais choix. L’échange des dames lui procure une mauvaise structure. La chute des pions est inévitable. La finale est perdante.
Hugo joue avec les noirs face à G. Lesueur (1420). La partie est hyper tendue. Hugo compte un pion de moins et son roi est resté au centre. La défense est assurée sur le fil. Les menaces tactiques fusent de chaque camp. C’est finalement Hugo qui porte l’estocade.
Avec les blancs, Gervais affronte un pupille, O. Jobert (1282). Son jeune adversaire commet une erreur théorique dans l’ouverture qui lui coûte un pion. Plus tard, il lâche une pièce mineure et la partie prend fin peu après.
Kristel joue également un jeune, M. Caron (1099). Celui-ci commet beaucoup d’erreurs. Avec le matériel offert, la partie est facile à gagner.

Ronde 2 : Bonne perf de Gervais !
Face à J. Eden (2338), Valérie a une position assez resserrée avec les noirs. Sur un coup de dame approximatif, l’adversaire prend nettement
l’ascendant. L’attaque blanche aboutit.
Avec les noirs, Wilfried traite mal l’ouverture face à C. Wirth (1757). L’adversaire obtient une bonne position mais n’en profite pas. Pire, il réagit
mal face à la menace d’enfermement d’une pièce. Quelques coups plus tard, la partie est finie.
Vincent joue avec les noirs contre K. Chougui (1654). Son attaque sur le roque n’est pas aboutie. L’adversaire réagit bien et s’en sort avec un
excellent contre-jeu. A l’entrée en finale, Vincent rate une dernière occasion de revenir dans la partie. Les pions en plus font la différence.
Emmanuelle joue avec les noirs contre P. Dewas (1540). L’ouverture habituelle est bien jouée. Les blancs sont étouffés dans leur camp.
Emmanuelle gagne un pion, puis une qualité et encore un pion. La victoire est assurée peu après.
Face à L. Domanski (2086), Hugo joue avec les blancs encore une partie explosive. Il rate l’occasion d’aplanir la situation. L’adversaire maîtrise
ensuite le jeu et la position devient écrasante.  Hugo succombe à une menace imparable.
Avec les noirs contre J. Bourges (1980), Gervais adopte une bonne défense. Les blancs ont tout de même l’initiative. Lors de l’échange des
dames, Gervais joue une variante qui lui inflige des pions doublés. Malgré cette faiblesse, la position en finale tient bien. L’adversaire ne progresse
plus et manque de temps. La nulle est conclue sur répétition de coups.
Kristel est opposée à S. Vaillant (1840). Suite à une petite erreur, elle perd une qualité mais obtient des compensations, la paire de fous notamment.
Déconcentrée après cette perte matérielle, Kristel rate l’occasion de reprendre le dessus. Du coup, l’adversaire garde l’avantage et déroule pour finir.

Ronde 3 : 4 points sur 7 Rien que des résultats logiques !
Valérie a les blancs contre B. Ferrandi (1620). Elle obtient un net avantage positionnel. En retard de développement, l’adversaire finit par faire une gaffe. Il perd une tour et abandonne.
Face à Bougel Claude (1617), Wilfried plante un sacrifice thématique en h7. L’adversaire ne joue pas la meilleure suite. Il le paie cash ensuite.
Vincent joue une poussine, A. Bain-Thouveret (1190). Sa jeune adversaire joue parfaitement la théorie dans une ligne de la défense des deux cavaliers. Vincent redouble de vigilance. Elle finit par craquer.
Emmanuelle est opposée à F. Caron (1399). Avec les blancs, elle obtient une belle position d’attaque. Elle se lance à l’assaut du roque. Elle gagne un pion, puis un deuxième. L’attaque est irrésistible . Elle finit par gagner la dame sur un échec à la découverte.
Hugo a pour adversaire L. Unuk (2263), un maître féminin juniore. Avec les noirs, il joue le gambit Benko pour la première fois. Quelques imprécisions permettent à l’adversaire de réagir énergiquement au centre. La position craque peu après.
Gervais joue avec les blancs contre V. Blom (2253) un maître Fide qui a obtenu la nulle face au GM J. Moussard (2605) à la ronde précédente. Le décor est planté avec une barre très très haute. L’ouverture Nimzo-indienne est jouée correctement. Gervais opte pour une ligne avec un pion isolé au centre. Cela suffit aux noirs pour prendre l’initiative. Sans se précipiter, l’adversaire améliore sa position, met la pression sur la colonne ç et finit par gagner un pion après l’échange des pièces mineures. La finale de tours avec un pion de moins est sans espoir.
Kristel est confrontée à P. Uhoda (2038). Sans erreurs notables, c’est le niveau de l’adversaire qui a fait la différence.

Ronde 4 : 4,5 points sur 7 mais... Petite contre-perf de Valérie !
Valérie joue avec les noirs contre F. Lougnon (1784). La position est égale. La partie est plutôt calme mais Valérie obtient un léger
avantage. Elle accepte précipitamment la proposition de nulle. Elle regrette ensuite de ne pas avoir essayer de forcer contre un
adversaire plus « faible »
Wilfried ne connaît aucun problème face à A. Jourdain (1759). Il atteint une finale où il dispose de Tour, Cavalier et 2 pions contre
Fou, Cavalier et 3 pions. Dans cette fin de partie compliquée, l’adversaire n’anticipe pas l’intervention de la tour créant une menace
de mat imparable.
Victoire de Vincent avec les noirs contre F. Derrien (1512). 
Emmanuelle est opposée à S. Medghoul (2181). En adoptant son ouverture habituelle avec les noirs, elle prend de l’espace et
obtient une position très dynamique. Elle cède une pièce mineure contre une qualité et un pion. Les deux camps sont en crise de
temps. L’adversaire revient dans la partie mais par excès de confiance, il pousse ses pions au centre. Sur cette erreur, Emmanuelle
doit pouvoir gagner la partie mais elle tombe au temps. Dommage !
Victoire de Hugo avec les blancs face à R. Lopez (1431)
Gervais joue avec les noirs contre A. Lalau (2009). Face à une variante peu usitée de la Caro-Kann, Gervais fait un mauvais choix de développement. Ses pièces sont mal placées et très vite le manque d’espace est flagrant. Patiemment, l’adversaire améliore librement sa position et finit par porter une menace imparable.
Kristel joue contre T. Martin (1009) avec les noirs. Pas très orthodoxe, l’ouverture qui est jouée tout de même correctement rejoint la Sicilienne fermée. L’adversaire laisse Kristel rentrer dans son camp. La défense est mal assurée. L’attaque permet de gagner une qualité. La victoire arrive rapidement ensuite.

Ronde 5 : 100 % pour les Tours (7 sur 7) et excellentes perf de Wilfried et Kristel !
Valérie joue avec les blancs contre L. Le Bris (1714). L’adversaire joue passivement et bizarrement l’ouverture avec des pertes de
temps mais rien n’est décisif. Valérie obtient une position légèrement favorable mais ce n’est qu’en finale qu’elle profite d’une erreur
pour gagner un pion. La suite est facile. L’adversaire abandonne.
Wilfried s’est préparé spécialement avec les blancs pour affronter le maître féminin slovène L. Unuk (2263). L’ouverture qu’il joue
pour la première fois lui réussit. Il profite bien d’un mauvais coup de développement pour prendre l’initiative. La situation des noirs
ne fait que s’aggraver. Wilfried maîtrise son attaque et sa dame fait des ravages. Trois pions sont gagnés. La victoire est nette.
Vincent est opposé à V. Cabarrus (1711) avec les blancs. La partie est matériellement égale mais la position adverse se détériore
en quelques coups. Ensuite, la percée centrale des blancs est décisive.
Emmanuelle joue avec les blancs contre P. Jacobs (1604). Elle profite de l’absence du défenseur en f6 pour planter un sacrifice
thématique en h7. Son attaque est violente. Le calcul des variantes est juste. C’est une belle victoire.
Hugo est le seul du club à jouer avec les noirs. Il est opposé à C. Noblecourt (1086). La position est dynamique pour chaque camp.
Quelques coups imprécis des blancs suffisent à donner l’avantage à Hugo. Après plusieurs manœuvres de pièces au centre, les
blancs se créent un affaiblissement structurel sur le roque qui leur sera fatal peu après.
Gervais ne joue pas correctement la variante proposée par son jeune adversaire, H. Lalonde (1411). Du coup, les noirs ont une
position agréable. Conjugué à une réaction au centre, Gervais opte pour l’ouverture de la colonne g sur son roi. Le choix s’avère
positif. Les blancs ont la maîtrise du jeu. Sur une petite manœuvre, ils gagnent une pièce. La suite de la partie est facile.
Avec les blancs, Kristel est opposée à A. Schrefheere (1794). Dans l’Ouest-indienne, elle maîtrise le jeu positionnel. A l’inverse,
son adversaire se crée beaucoup d’affaiblissements. Kristel en profite pour gagner une qualité. Peu après, elle ne rate pas
l’occasion de gagner une deuxième qualité : L’adversaire abandonne.

Ronde 6 : Pas de contre-perf mais petite déception pour Valérie !
Valérie est opposée à V. Blom (2253). Avec les noirs, elle égalise rapidement et obtient ensuite un léger avantage. Elle refuse la
proposition de nulle mais à partir de là, elle fait des mauvais choix. Valérie donne deux pions pour attaquer mais sans résultats.
Cependant, sur l’intrusion de la dame noire, l’adversaire se trompe. Son roi ne va pas sur les bonnes cases et la position est
répétée trois fois. Valérie zappe !! Et c’est fini.
Wilfried joue avec les noirs contre le maître Fide belge Q. Fontaine (2367). L’adversaire obtient un pion passé sur la colonne ç.
Dans une position bloquée pour lui, Wilfried rate l’occasion d’échanger un cavalier qui aurait fait changer de colonne au pion
passé adverse. Cela aurait permis le statu-quo en prenant le contrôle des cases vitales. Au lieu de cela, le pion passé avance
sans problème et avec le soutien de sa dame, il parvient à la promotion. Wilfried abandonne juste avant.
Cette ronde présente un derby infernal opposant Vincent à Hugo. Le plus jeune donne rapidement un pion. La partie est dés-
équilibrée. Hugo perd un deuxième pion, puis un troisième. C’est plié.
Face à N. Nguyen-Cadoret (2214), Emmanuelle réalise une bonne partie. Malheureusement, elle atteint une finale de tours
avec un pion de moins, puis un deuxième. C’est perdu.
Gervais joue une partie tendue avec les noirs contre JC. Gilles (1976). Sous pression, il doit renoncer au roque. Mal coordonnées,
ses pièces n’ont pas le rendement attendu. La position finit par craquer.
Kristel perd avec les noirs contre J. Bourges (1980)

Ronde 7 : Excellente perf de Vincent et bonne nulle de Hugo !
Valérie a les blancs contre A. Carbonnier (1804). Celui-ci joue une variante solide de la Hollandaise et lance une
attaque sur le roi blanc. Valérie se défend bien. L’adversaire tente un sacrifice de qualité pour éviter de perdre
l’initiative. Valérie menaçait de gagner un pion et d’enfermer la dame noire. Elle calcule avec précision la suite
tactique et démontre que le sacrifice était mauvais. Sa contre-attaque est violente. Le roi noir abdique.
Wilfried joue avec les Blancs face au maître Fide A. Santagati (2295). Sa position est vite compromise. Il se
retrouve enfermé et sans contre-jeu. L’avancée adverse progresse inexorablement et finit par aboutir. Une défaite
à oublier.
Face au maître Fide R. Le Goff (2191), Vincent obtient une position favorable qui lui permet de gagner un pion.
L’avantage est considérable car il dispose d’un pion passé au centre. La finale de tours avec un pion de plus n’est
pas facile à jouer. Avec le manque de temps, Vincent ne trouve pas immédiatement la bonne voie. Après le contrôle
de temps, il adopte la bonne méthode de gain. Il gagne au 94e coup.
Emmanuelle gagne avec les blancs contre R. Vargas (1671)
Hugo joue avec les noirs contre A. Bier (1939). La partie est mouvementée mais la position reste plutôt fermée. Après
de nombreux échanges, les joueurs atteignent une finale de pions où il ne leur reste qu’un fou de même couleur. La
nulle est logique.
Pour la 3e fois, Gervais joue un pupille. Cette fois, la méfiance est de mise face à A. Despierres (1429), un jeune qui vient de gagner 200 points élo en deux compétitions. L’adversaire joue parfaitement la théorie du Gambit de Budapest. La position est égale et les échanges réduisent les possibilités tactiques. A l’entrée en finale, l’adversaire propose la nulle et Gervais qui est en zeïnot,  n’insiste pas pour chercher à gagner.
Kristel s’incline avec les blancs face à J.A. Carrillo (1786)

Ronde 8 : Bonne perf d’Emmanuelle et de Hugo !
Valérie a les blancs contre le Maître Indien J. Rakesh Kumar (2435). Elle obtient une excellente position. C’est elle qui anime les débats.
Elle cherche à améliorer toujours plus sa position pour concrétiser son avantage. Elle refuse la proposition de nulle. C’est compliqué.
L’adversaire s’en sort  sans dommage hormis la position. Doucement, il revient. Du coup, Valérie offre la qualité et consolide sa
domination. Elle rate un coup de pion qui lui assurait la nulle. En crise de temps, elle détériore sa position et finit par perdre. Dommage !
Wilfried est opposé à S. Vaillant (1840). De nombreux échanges ont lieu rapidement. Avec les noirs, Wilfried est légèrement mieux mais
l’adversaire s’efforce de tout échanger pour annuler. La finale de dames avec pions est égale mais Wilfried insiste avec raison.
Finalement, il gagne le dernier pion blanc tout en conservant le sien et parvient à échanger les dames. La partie est gagnée.
Vincent gagne par forfait contre le Grand Maître Bulgare R. Dimitrov (2535)
Emmanuelle réalise une bonne perf en annulant contre N. Nakamura (2110)
Hugo joue avec les blancs contre R. Bittner (2000). Net avantage pour Hugo qui compte deux pions d’avance (pions passés liés sur
les colonnes a et b). Face à la contre-attaque, il doit céder une qualité. Peu après, il perd son pion a et doit se résigner au résultat nul.
Une bonne perf tout de même !
Gervais est opposé à F. Caron (1399) avec les noirs. L’adversaire commet une erreur en fin d’ouverture et perd un pion sur son roque.
Gervais hésite à lancer une attaque sur le roi en laissant le sien au centre. Finalement, il laisse du contre-jeu à son adversaire. La partie
devient difficile pour les noirs car c’est leur roi qui se trouve attaqué. La nulle est conclue après l’échange des dames alors que Gervais
pouvait gagner la finale.
Kristel s’incline avec les noirs face à N. Dorlet (1795)

Ronde 9 : Match amical entre filles infernales !
Pour la dernière ronde, Valérie est opposée à Emmanuelle. Pas de séance de rattrapage donc pour Valérie qui propose la
nulle (la partie n’est pas vraiment jouée). Du coup, c’est une bonne perf pour Emmanuelle.
Wilfried gagne sa dernière partie face à M. Dubuisson (1664)
Avec 6 points au compteur, Vincent a le privilège de jouer à la table 12 (dans l’enclos des meilleurs) . Avec les noirs, il est
opposé au Maître Fide Hollandais J. Grochal (2302). A l’issue d’une bonne partie avec les noirs, il s’incline honorablement.
Hugo perd contre E. Landuyt (1898)
Gervais joue un pupille (pour la 4e fois) E. Leclerc (1321). La prudence est encore à l’ordre du jour car ce jeune joueur a
réalisé des bonnes perf dans le tournoi (+1839, +1532, =1564). Avec les blancs Gervais modifie un peu son ouverture
habituelle. L’adversaire tente de se montrer actif mais perd un pion à l’aile-dame. Il se crée un pion isolé au centre. Gervais
matraque cette faiblesse et finit par la faire tomber. La dame blanche intervient et pourchasse le roi. La fin de partie est une
formalité.
Kristel gagne facilement face à O. Jobert (1282)

Au final :
Valérie (2109) : 107e avec 5 points. Perf à 2007.          Elo = perte de 17,8 points
Wilfried (2103) : 42e avec 6 points. Perf à 2143.           Elo = gain de 15,4 points
Vincent (1978) : 53e avec 6 points. Perf à 1979.           Elo = gain de 2,8 points
Emmanuelle (1861) : 104e avec 6 points. Perf à 1944.  Elo = gain de 14 points
Hugo (1744) : 188e avec 4 points. Perf à 1765.             Elo = gain de 12,8 points
Gervais (1667) : 173e avec 4,5 points. Perf à 1663.       Elo = gain de 2,2 points
Kristel (1546) : 216e avec 4 points. Perf à 1615.            Elo = gain de 5,8 points

Au classement général, 5 joueurs totalisent 7,5 points.
C’est le MI Hollandais Miguoel Admiraal (2478) qui remporte le tournoi devant le GM Sergey Fedorchuk (2604) et le GM Namig Guliyev (2535).
Les GM Maxime Lagarde (2610) et Jules Moussard (2605) complètent le Top 5.




Gervais - Cappelle 2019.jpg
Valou.jpg
Wilfried - Open de Cappelle 2019.jpg
Kristel - Open de Cappelle 2019.jpg
Vincent - Open de Cappelle 2019.jpg
Hugo - Open de Cappelle 2019.jpg
Emmanuelle - OPen de Cappelle 2019.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com