34e open d'Avoine - 2019

Valérie et Emmanuelle, open en Indre et Loir !

Le 34e open d’Avoine a lieu du 20 au 28 juillet 2019
Avec 352 participants dont 38 joueurs titrés, c’est incontestablement l’un des tournois phares de l’été. Près d’un tiers de l’effectif affiche un élo supérieur à 2000 points, cela permet de porter la moyenne du tournoi à 1764.
Face aux conditions climatiques exceptionnelles, l’organisateur a dû annuler les activités annexes (tournois de football, basket et pétanque). Il a procédé également au changement de l’horaire des rondes spécialement pour la canicule (9h00 au lieu de 14h00 à partir de la ronde 3)
Les participants jouant aux 80 premières tables ont droit à une salle climatisée. Ils sont amenés à se couvrir pour s’adapter à la fraîcheur de la salle des spectacles. Les autres joueurs doivent supporter la chaleur étouffante de la salle des fêtes insuffisamment ventilée.

C’est dans ces conditions que Valérie et Emmanuelle tentent de réaliser des performances.

Ronde 1
Face à Dorian Dalaud, un minime classé 2220, Valérie perd un temps important dès l'ouverture. Elle subit mais rien n'est fait. Elle trouve des bons coups de défense malgré le zeitnot. Malheureusement dans une position égale, elle tombe à la pendule à quelques coups du 40e.

L’adversaire d’Emmanuelle, Patrick Legrain (1675) fait une erreur stratégique dès l'ouverture. Emmanuelle est rapidement mieux. Elle maîtrise tout du long et à la fin, il fait une erreur fatale, soit il y a mat soit il perd sa dame. Emmanuelle gagne en 20 coups.


Ronde 2
Valérie est opposée de nouveau à un minime, Antoine Perrin (1807). La partie est égale. Son adversaire a tenté une attaque sur l'aile roi, en vain. Ensuite il se trompe stratégiquement et laisse l'opportunité à Valérie d'avoir deux pions liés passés. Et avec une tour qui est entrée sur la colonne c'est mortel pour son jeune adversaire. 

Emmanuelle dispose des noirs face à Hervé Engelmann (2057). L’ouverture est plutôt fermée avec une position serrée pour Emmanuelle, mais rien de grave. Elle gagne un pion mais elle est sous pression. En zeitnot, elle a un seul coup de défense mais elle se trompe. Après c'est fini.


Ronde 3 :
L'adversaire de Valérie, le Maître Stéphane Hautot (2328), était plus fort. Stratégiquement, il l'a démontré. Valérie n'a pas vu venir le plan de son adversaire bien ficelé. Pendant ce temps, au contraire, elle a disloqué ses pièces.

Contre Thomas Leccia (1652), un pupille Corse bien préparé qui sort une sous ligne, Emmanuelle n’est pas déstabilisée . Elle connaît et elle gère. Son adversaire choisit un plan mais ne voit pas le danger arrivé. Du coup, Emmanuelle gagne un pion sans compensation, avec une meilleure position. Un peu de manœuvre en finale et c'est gagné.


Ronde 4 :
Valérie est opposée à Nicolas Guillo (1823). Le début est égal. Son adversaire propose nulle deux fois, la première dès le 12e coup puis la suivante au 20e. La position est égale mais Valérie refuse car elle veut gagner ! Malheureusement, elle zappe complètement un coup de dame sur l'aile roi qui est fatidique. Après, il n'y a plus rien à faire.
Après les 4 premières rondes, elle prend conscience de son gros problème de gestion du temps, des gros zeitnot à chaque partie !!!

Emmanuelle joue avec les noirs contre Jules-Alois Julien (2093). Dès le premier coup l'adversaire déjoue sa préparation. Elle tombe dans une variante qu'elle connaît de loin et qu'elle n'aime pas vraiment. Finalement, elle gagne une qualité sur un coup joué trop vite. Elle est carrément mieux et elle joue les bons coups, le bon plan pour gagner. Mais, au moment crucial où elle aurait pu enfoncer le clou, Emmanuelle calcule mal à cause du zeitnot. Les joueurs entrent dans une finale tour, fou, cavalier contre fou et deux cavaliers, et des pions chacun. Au vu de la complexité de la position, ils se mettent d'accord sur la nulle.


Ronde 5 :
Face à Alexandre Viers (1706), Valérie ne va pas jusqu’au zeïnot habituel. Au début du milieu de jeu, son adversaire prend un pion piégé qui lui coûte une pièce. Du coup, la suite a été facile pour Valérie.

Emmanuelle est opposée à Julien Sohier (2188). A la sortie de l'ouverture la position est égale avec tout de même plus de perspectives du côté de notre Tour infernale. Elle s'embarque ensuite dans un plan un peu douteux qui permet à l'adversaire de prendre le dessus. La position est en train de craquer et Emmanuelle commet une erreur elle abandonne directement.
Petite rectification après analyse à froid : Finalement, le plan d’Emmanuelle n’était pas si douteux car la position est égale. Elle a seulement loupé un coup de défense et après cela, elle a craqué et abandonné, Dommage !!


Ronde 6 :
Valérie joue encore un jeune, Axel Lemire (1586), un pupille entraîné en participant au stage du Maître Kevin Terrieux. Valérie s’est retrouvée confrontée à une prépa. Si elle avait eu l’info, elle aurait changé de variante. Elle concède la nulle face à son jeune adversaire.

Aucun problème pour Emmanuelle face au vétéran Bernard Fourche (1520). Elle expédie la partie en 30 mn !


Ronde 7 :
Valérie joue avec les blancs contre Matthieu Smith (2208). L’adversaire opte pour une ouverture trop passive mais rien est fait pour autant. Valérie n’est pas assez précise pour obtenir un meilleur avantage. Elle compte un pion de plus dans la finale de cavaliers mais cet avantage est un pion doublé. Elle insiste jusqu'au bout mais doit se résoudre au résultat nul.
Emmanuelle joue avec les noirs contre Matthieu Burille (2121). Elle se prend une grosse prépa. Son adversaire sacrifie une pièce mais ne joue pas forcément les meilleurs coups. Du coup, Emmanuelle redonne la pièce dans de bonnes conditions. Elle a la paire de fous et va sûrement regagner un pion. Malheureusement, à cause du temps elle se trompe et c'est elle qui donne un pion. Et le fameux pion qu'elle devait regagner crée la décision car c’est un pion passé. Dommage !


Ronde 8 :
Avec les noirs, Valérie est opposée à Michel Wolfstirn (1448). Elle gagne une pièce au 5e coup contre un pion. Cependant, elle doit faire attention car elle accuse un gros retard de développement avec le roi resté au centre. Mais, normalement la pression se contient et ça devrait marcher. Ça se décante. Valérie est toujours gagnante mais avec le zeitnot et une position très tactique, elle se trompe. C’est la cata, elle joue deux coups horribles et lourds de conséquence car elle se fait mater en deux coups.

Emmanuelle joue avec les noirs contre Christophe Noyer (1534). Son adversaire ne connaissait pas trop ce qu'il a joué. Il a dû changer d'ouverture pour se préparer spécialement. Emmanuelle gagne rapidement la paire de fous, et lui crée des pions doublés.
Son adversaire n'a pas de jeu et du coup il décide de sacrifier la qualité. Face à cette initiative, Emmanuelle a juste à faire attention à jouer les meilleurs coups de défense. Après, ça déroule facilement et c'est gagné.


Ronde 9 :
Valérie dispose des blancs face à Christophe Hutois (1403). Elle mène une attaque sur le roque. Son adversaire la laisse faire et la partie est expédiée en 1h.
Pour la dernière ronde, Emmanuelle joue une partie de 7 heures contre un américain, Andy Reeder (2090).
Emmanuelle cède un pion à l'aile dame avec pour compensation le roi adverse restant au centre et ses pièces manquant d'espace. Rien de décisif pour le moment puisque la position reste fermée. Ensuite, Emmanuelle force son adversaire à donner la qualité pour un pion. La position n'est pas simple à jouer pour les deux camps. Dans le zeitnot, Emmanuelle lâche deux pions après un mauvais calcul. Dans cette partie marathon, l'Américain commet une dernière imprécision qui permet à Emmanuelle de regagner une pièce. Du coup, au niveau du matériel Emmanuelle dispose d’une tour et d’un fou alors qu’il reste à l’adversaire un fou et 4 pions ! Elle grappille les pions au fur et à mesure. Et à la fin, Emmanuelle dispose toujours de ses deux pièces alors que l’adversaire a son fou et surtout un pion à deux cases de la promotion. Fous de couleurs opposés. La partie se termine avec seulement l’incrément des 30 secondes par coup. Emmanuelle ne parvient pas à enfermer le roi adverse dans cette position plus complexe qu'elle n'y paraît. La nulle est conclue.

Valérie réalise une mauvaise performance (1850). Elle totalise 4 points et se classe 209e. Côté points fide, elle devrait en perdre 37,6.
Emmanuelle obtient une bonne performance à 1921. Elle se classe 111e avec 5 points. Elle devrait gagner 15 points et porter ainsi son élo à 1878.

C’est le Maître Vincent Colin (2370) qui remporte le tournoi avec 7,5 points.


ce site a été créé sur www.quomodo.com