"Arnaquer" son adversaire

Je n'aime pas beaucoup cette expression mais elle est très largement usitée dans le milieu échiquéen. Que se cache-t-il derrière ce terme "arnaquer" ? Une chose est sûre, le joueur qui devait l'emporter logiquement, voire facilement, au vue de la situation sur l'échiquier finit par perdre ! Cela se produit assez fréquemment en réalité et, dans ces cas là, le dindon de la farce est fou de rage ! En fait, si les joueurs d'échecs emploient volontiers le mot "arnaque", ce n'est que pour masquer leur propre déficience. Et quand le joueur est hors de lui après cet aléa, en fait, il s'en veut terriblement. Il sait très bien que ce n'est que de sa faute. Car il n'y a point d'arnaque dans un jeu qui ne connaît que la logique et le calcul. Un joueur fichu n'essaye pas d'arnaquer l'autre, il continue juste la partie (sinon il abandonne) en rendant la tâche de l'adversaire la plus difficile possible et en créant les menaces ultimes qui ressemblent à des dernières cartouches. C'est le contraire de continuer la partie par inertie, ce qui en l'occurrence est inutile. Alors, le joueur potentiellement gagnant qui se plante devrait plutôt trouver une explication à son échec, les raisons objectives comme le zeitnot, un mauvais calcul, l'oubli d'un coup puissant, une perturbation psychologique, l'inattention, une lacune tactique, une méconnaissance d'une exception en finale, etc.

Dans notre dernier match de N3, le 6 février 2011, Gaël a joué un mauvais tour à son jeune adversaire archi-gagnant en lui plaçant une menace qui a conduit à un mat imparable ! Une fois le renversement de situation opéré et la partie achevée sur une victoire de notre Tour Infernale, le joueur boulonnais était furieux et avait ce sentiment de s'être fait "arnaquer" !! Mais son teint rouge pivoine trahissait bien la vérité. Ses propres lacunes sont la cause de ce fiasco !

Gaël place tous ses espoirs sur une dernière banderille et gagne !!

Ajoutez un commentaire !
Un commentaire sur ce sujet
ce site a été créé sur www.quomodo.com