Adresse
/
Téléphone

TRIATHLON DE PLOUESCAT 2017

EQUIPE OFFICIELLE

Triathlon Moulin Blanc BREST

Dimanche 21 mai.
Triathlon S de BREST sur le site du Moulin Blanc, Florent s'empare de la 3ème place ( 1H 12min 24sec).
Il est devancé par Sébastien Baillot de Quimper, et Gilles Le Goff de Landerneau.
Mick se place 14ème en 1H 16min 07sec.
Alain décroche la 190éme place en 1H 43min 49sec.
Bravo à eux !!!!!
nov. 2017s'abonner
lunmarmerjeuvensamdim
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Duathlon Lampaul Guimiliau 2017

Début de la saison lancée hier avec le duathlon S , championnat de Bretagne, de Lampaul Guimiliau.
Lesneven Triathlon présente son équipe sans aucune pression et avec beaucoup camaraderie....
Le résultat est plus qu'honorable, puisque l'équipe se place 11éme sur 50  et avec un temps de 59 min 06 sec et tout cela sans aucune préparation !!!!!
Bravo aux 5 duathlètes.
Merci aux spectateurs et aux supporters pour les encouragements.
 

premières compétitions

Mickaël et Ronan participaient dimanche après-midi à la corrida de Landerneau (10 km), après une sortie vélo de 70km le matin. Bravo à eux deux pour leur course!
 
 

Article Télégramme novembre 2016


PRESENTATION

Le club "Lesneven Triathlon" vient de voir le jour !!!
Depuis plusieurs années, certains d'entre nous regrettaient de ne pouvoir pratiquer notre sport sur notre terrain de jeu favori du "Pays de Lesneven et de la côte des Légendes".
Après avoir fait nos classes aux Dauphins de l'Elorn Triathlon, nous décidons de nous atteler à la création d'un club sur Lesneven.
Notre seule ambition est de se faire plaisir.
Chacun à son niveau, pour s'entretenir, pour progresser ou se dépasser.
Nos entraînements sont préparés et encadrés par des bénévoles du club qui ont décidé de s'investir pour vous permettre d'avoir des séances régulières et efficaces.
Nous avons sur Lesneven, accès à tous les sites communaux pour nos entraînements et bien sûr une convention avec la piscine SPADIUM ,qui nous accorde des créneaux piscine.
En espérant bien vous voir pratiquer le triple effort avec nous....

CONTACT

*
*
*
Texte sur plusieurs lignes
* Champ obligatoire

envoyer
 
 
 
 
 
 

Comment reconnaitre un triathlète au premier coup d’oeil ?

VN:F [1.9.22_1171]
 
 

comment reconnaitre un triathlète ?
Que ce soit en vacances, à l’entrainement, ou sur des compétitions, il vous arrive de côtoyer des sportifs de différents horizons. Mais il y en a un qui est peut être plus facilement identifiable que les autres : le triathlète.
L’image du triathlète est très importante, le jour d’une compétition ou lorsqu’il est en public, il se doit d’être impeccable. Les jambes rasées de près, une paire de chaussures « flashy », la casquette, les lunettes d’une marque américaine très connue et souvent le top, le graal : son t-shirt « FINISHER » du dernier triathlon aux distances démesurées que seuls les dieux peuvent finir : lIRONMAN !
Car pour lui les hommes font du sport, les dieux font du triathlon… Ne lui reste plus que son short à enfiler, mais attention qu’il ne soit pas trop court… Pourquoi ? Simplement pour cacher les marques du cuissard vélo !
Il faut entretenir le mythe : le triathlète a un bronzage intégral toute l’année et se doit de vous faire partager ses beaux tatouages ; toujours en relation avec le triathlon bien sûr. Là vous vous dîtes, c’est un triathlète, le Triathlète par excellence même. Mais vous êtes encore un peu hésitant. Continuons…
Après quelques jours de plage allongé sur sa serviette Ironman pour cultiver son bronzage uniforme, le triathète se met enfin au travail. C’est alors qu’il sort de son sac affublé de marquages qui ne laissent aucune place au doute, son bonnet de bain et une paire de lunettes de natation. Pas de masque, le triathlète n’est pas un touriste, il est là pour s’entraîner ! Parfois il enfile même sa combinaison Néoprène, au risque de passer pour un extraterrestre sur cette plage bondée. Il aime être remarqué.
Le triathlète ne part jamais en vacances au hasard. Il va là où il est susceptible de rencontrer des personnes qui le comprennent : d’autres triathlètes. En sortant de l’eau, il dira à son épouse n’avoir finalement fait que 4000m tranquille…

Le triathlète est un mec cool…

Effectivement, on peut le voir comme cela, parfois on peut même le comparer à un surfeur. Le « code » vestimentaire est quasi identique. Il ne se prend pas la tête et se fait plaisir. C’est sûr que de ce côté, le triathlète ne fait pas les choses à moitié.
Il lui faut le dernier vélo à la mode, avec les roues dernier cri, porte bidon profilé pour la pénétration dans l’air. Mais une question vitale le contrarie chaque année : « Pour un meilleur rendement, je roule en boyaux ou en pneus ? » Perso j’ai envie de lui dire : « Avant d’investir dans une machine de guerre et de rogner le moindre gramme dessus pour aller plus vite, tu pourrais essayer de perdre les quelques kilos de gras que tu as sur la carcasse ! » Bien sûr, car le plus lourd sur le vélo, c’est toujours le bonhomme évidemment…
Mais bon, il est heureux et lorsqu’il rencontre d’autres triathlètes dans ce que l’on appelle une « compétition », il est dans son monde, il est compris des autres et il sait pourquoi il le fait.
Etre triathlète, c’est comme appartenir à une secte de niveau mondial,  avec des codes et des règles : la montre, le capteur de puissance, casque profilé, la trifonction. Ces matériaux évoluant constamment, ils sont évidemment à changer tous les ans ! Le triathète se doit de rester compétitif !

C’est fait, vous avez identifié un triathlète

Pour en avoir la confirmation, engagez la conversation avec lui. S’il parle une langue que vous ne connaissez pas (bien qu’il soit français), vous êtes dans le vrai. Car le triathlète aime employer les terminologies propres à sa discipline : half, iron, bouillon, drafting, pack, transition, penalty box, zone de propreté, etc.
Par contre vous pouvez lui proposer un entraînement, il répondra présent. Mais soyez indulgent, car s’il a un peu mal aux « cannes » ce n’est pas de sa faute, ce sera sûrement à cause de la sortie vélo de la veille. Vous ne pouvez pas comprendre, c’est un triathlète il fait trois sports, LUI !
Vous avez sympathisé avec le dieu vivant. Tout naturellement, vous lui proposez de venir manger ou prendre l’apéritif.
ATTENTION : Renseignez-vous avant si vous ne voulez pas créer d’incident diplomatique ! Votre ami sportif est-il en préparation ou en récup ? La réponse à cette question est cruciale.
– En préparation, le triathlète fait attention à ce qu’il mange et ne consomme que des produits sains (tout du moins il y croit). Pas ou très peu de matières grasses, en apéritif, il prendra des pistaches, des petits légumes et un jus de fruit introuvable (goyave, hibiscus et autres) car c’est bon pour le corps, tout comme le cornet de glace trois boules qu’il s’est enfilé sur la plage ! Mais il a le droit il a fait 5h de vélo le matin et 1h30 de natation l’après midi ! Finalement pas de jus de fruit, une eau gazeuse suffira !
– En récupération, vous n’en croirez pas vos yeux et le mythe du triathlète risque de s’effondrer en quelques secondes seulement. Une tuerie ! Il va s’empiffrer. Mais c’est NORMAL, il a fait des sacrifices pendant des semaines alors il peut se le permettre, et surtout, il l’aura bien mérité !
Bien entendu tout ceci n’est que pure imagination, toute ressemblance avec une personne existante ne serait que le fruit du hasard… ou presque !