Les Fondements : ses Modèles

"La Collectivité Laïque Equitable", Les Fondements : Ses Modèles !

 

La
C ollectivité
L aïque
E quitable



"LES FONDEMENTS"

UN MODèLE SOCIAL ALTERNATIF

POUR QUOI FAIRE ?

QUELS EN SONT LES FONDEMENTS ?

ET QUELS SONT DONC LES MODèLES ACTUELS ?



 

LE MODèLE PHILOSOPHIQUE  !

 

I l englobe tous les domaines de la pensée spéculative. Il établit des disciplines autonomes dans les différents secteurs de la connaissance.

 

Il est à l’origine de tous les modèles de l’organisation de la société humaine. Il se pourrait aussi qu’il en montre ainsi ses limites.



 

LE MODèLE POLITIQUE !

 

Il est l’organisation du pouvoir des états, fondant ainsi la souveraineté des pays sur leur territoire.

 

Il détermine l’idéologie et le concept de Nation, sans les justifier pleinement.

 

Le fondement de la société établie sur ce modèle est soumis à l’influence des doctrines qui l’ont déterminé et au pouvoir des groupes qui l’ont institué. C’est ce qu’on appelle démocratie, totalitarisme, nationalisme, capitalisme, socialisme,  communisme, avec toutes leurs imperfections.



 

LE MODèLE RELIGIEUX !

 

Il serait apparu dès la préhistoire et aurait jeté les bases d’une vie de groupe entre les individus, créant ainsi une communauté qui a lentement élaboré, au cours des millénaires, ses rites, ses coutumes, ses codes, ses mythes et ses dogmes. Ces communautés sont à l’origine des polythéismes,  malheureux précurseurs des monothéismes actuels, raréfiés, ambitieux et influents.

 

Certaines de ces communautés sont devenues institutionnelles. Elles influences les orientations de la société humaine et souvent elles l’organisent.

 

Quatre religions importantes regroupant parfois beaucoup  d’adeptes subsistent,  ce sont :

 

                Le Christianisme :   1,7 milliard

                L’Islam :                     1 milliard

                Le Bouddhisme :         350 millions

                Le Judaïsme :                15 millions

 

dont l’influence partagée n’est pas en rapport direct avec le nombre d’adeptes;

 

Leurs orientations parfois différentes, voire opposées, sous tendent l’action d’un grand nombre de sociétés humaines qui les ont accueillies ou aux quelles on les a imposées.

 

Il s’agit, en réalité d’un système de croyances et de pratiques, fondées sur la relation à un être suprême avec souvent une référence à un lien entre un monde physique et un monde spirituel.



 

LE MODèLE éCONOMIQUE !

 

Paradoxalement, le modèle économique repose sur des valeurs subjectives. Ses normes peuvent être indépendantes tout en étant tributaires de variables conjoncturelles,  sociales,  techniques,  géographiques  et  météorologiques.

 

Aussi leurs prévisions sont-elles soumises à différents changements auxquelles elles sont associées et à leurs interdépendances.  L’extrême complexité de ces normes peut aboutir à des erreurs et à leur propagation, ce qui explique que les prévisions macroéconomiques soient aussi aléatoires, à court, moyen ou à long terme, malgré l’efficacité, au temps zéro, d’ évaluations statistiques et analytiques.

 

Le dynamisme économique est tributaire des ressources, des coûts d’exploitation et de la concurrence, mais avant tout il souffre de l’existence des monopoles.



 

LE MODèLE SCIENTIFIQUE :

SON INCOHERERENCE !

 

La science ne retient pour réel, que ce qu’elle peut modéliser et vérifier. Elle est pourtant un ensemble cohérent de constats, confirmés ou infirmés par des expériences, permettant ainsi d’identifier les lois et les principes essentiels (dont les termes peuvent être hélas parfois ambigus). Mais elle n’est pas exhaustive, elle continue à chercher.

 

Elle n’est pas un modèle social de référence ! Elle n’a pas d’autonomie. Sa fonction est tributaire des choix déterminés par les autorités ou les groupes d’intérêts qui l’utilisent.

 

Pourtant , son modèle de systématisation de la connaissance et de l’organisation, est plus ancien que celui des autres modèles. Il était là, dés l’origine de l’humanité et de son positionnement parmi les autres espèces vivantes.

 

Il établit continuellement des théories qu’il s’ingénie ensuite à relier entre elles, afin de trouver une explication rationnelle entre l’origine humaine et sa relation avec l’Univers de l’infiniment grand à l’infiniment petit et réciproquement.

 

Toutefois, sa tâche est exponentielle et vraisemblablement, également infinie. Seule, une interdépendance des interdisciplinarités peut devenir admissible.

 

Cependant, sa recherche fondamentale apparaît plus crédible que les croyances dogmatiques, admises indiscutablement, jusque là ! Il conviendrait d’établir un pouvoir de la connaissance, malgré les valeurs aléatoires concernant les prédictions de ses théories, non confirmables à un instant, pourvu qu’elles ne soient pas des spéculations.

 

Ainsi, le modèle cosmologique décrivant le moment de la naissance de l’Univers, par une explosion initiale et ensuite de son évolution expansionniste apparaît le plus en accord avec les observations de sa structure actuelle.

 

Il en va de même pour l’évolution des espèces. L’organisation du monde vivant, sur notre planète, s’établie sur une continuité dans l’organisation la plus simple jusqu’à la plus complexe, dans une sélection naturelle par les mécanismes de l’environnement et des facultés d’adaptation, avec tous les bouleversements métaboliques appropriés.


Il est, néanmoins une prévision à prendre en considération, c’est celle, très prochaine, à l’Échelle Universelle, de l’extinction de l’espèce humaine, mais pas seulement qu’elle.

 






























 

Une Collectivité d'Echanges
Une Organisation Indépendante
Un Réseau de Solidarité Collective

 

"la Charte"
coordonne
l'assemblage
de " la Clé "
La Cle PNG.png
Special 2.png

 

Les sources de la vie :


Les molécules prébiotiques, 

(issues des molécules inertes)



Les diverses

variétés de virus





Les espèces évoluées, végétales et  Animales

 


L’évolution de l’espèce humaine se serait réalisée à partir de l’une de ces trois branches généalogiques du vivant.

 

Elle se concrétise par une brindille, parmi les  autres espèces animales et végétales, (dans le détail de cette représentation).

1
 

 
2
 

3

PARCE QUE L’ESPÈCE HUMAINE

EST UNE VARIÉTÉ ANIMALE

PRÉCAIR E


Son existence, expansionniste, qui pourrait-être en sursis, est liée à la continuité des autres espèces. Son action sur l’environnement pourrait entraîner une rupture dans la chaîne évolutive dont la conséquence serait une rupture de la chaîne alimentaire !

 

Les répercussions pourraient en être une réaction en chaîne incontrôlable avec des extinctions d’espèces en cascade et son corollaire l’extinction de l’espèce humaine !

 


LES RESSOURCES ECONOMIQUES



PARCE QUE LA CRÉATION DES

RESSOURCES ÉCONOMIQUES

EST RÉPARTIE SANS ÉQUITÉ


AVEC UN POUVOIR CENTRAL AUX STRUCTURES :

 Philosophique, Politique, Religieuse, Economique

Informative, Médicale, Educative, Militaire

AVEC DES  ADMINISTRATIONS


CONCERNANT

UN PEU PLUS DE 60 MILLIONS D'ADMINISTRES EN FRANCE


LA RÉPARTITION DES RESSOURCES ?

 

La répartition actuelle des richesses et des ressources économiques réalisées par l’activité humaine n’est pas équitable, sa structure étant hypergéométrique. Cela signifie qu’elle est de type exponentiel inverse par rapport au nombre d’individus et des ressources de chacun. Ainsi, plus la richesse augmente, plus le pourcentage de Personnes à en bénéficier diminue.

 

Selon les dernières statistiques, 0,2% de la population se répartit l’essentiel des richesses produites, avec un contingentement de 10% qui s’octroie 46% des profits. Pour cette raison, 50% de la population, la plus faible économiquement, ne possède que 7% de l’ensemble des richesses.

 

Il en résulte, en conséquence, que seulement 15% de la masse monétaire, actuellement créée, est utilisée pour les échanges quotidiens entre les personnes. Le reste, soit 85%, est immobilisé en capitaux bloqués.

 

Par ailleurs, la structure sociale actuelle, est établie sur les monopoles économiques. Le hasard, la chance ou surtout la malchance place des Personnes dans des situations de vie sans commune mesure avec la logique des Sociétés Humaines normalement organisées. Le « Monopoly » en démontre les mécanismes d’une façon ludique, alors que la vie dans notre Société n’est pas un jeu.

 

En effet, l’organisation sociale n’est pas conçue pour traiter les situations particulières. À l’une des extrémités du modèle ou à l’autre, nous ne savons pas administrer ce qui est hors du commun. Il est évident que l’opulence est plus facile à gérer que la précarité dont les formes multiples, rend les moins chanceux plus vulnérables encore, en développant une misère sociale et économique qui apparaît plus préoccupante.

 

Pourquoi mettre en œuvre un nouveau modèle social ?

QU’EST-CE QUE

LA COLLECTIVITÉ LAÏQUE ÉQUITABLE ?


 

UN RÉSEAU D’ENTRAIDE ET DE SOLIDARITÉ !

 

QUEL PEUT ÊTRE SON RÔLE ?

 

Il a pour ambition d’aider à construire un modèle social alternatif et complémentaire, sans prendre en compte la richesse individuelle et sans utiliser la monnaie pour effectuer lesÉchanges de Biens et de Services, entre les Personnes.

 

C’est sur ces bases, d’une structure à réaliser, que chacun peut ainsi apporter sa contribution pour organiser l’ensemble.

 



© 2011 La Collectivité Laïque Equitable - 83136 GAREOULT | E mail :  laclefrance@laposte.fr
 
 
 
ce site a été créé sur www.quomodo.com