Judo club Randan / MARINGUES
Complexe sportif, salle Uranus-route de Vichy-63350 Maringues
salle de sports- route de Saint-Yorre-63310 Randan
 
 
 
 
 
 

ECUSSON

Pour représenter le club de Randan ou Maringues, arborez fièrement son écusson!
En vente auprès des membres du bureau ou auprès de votre professeur.
L'écusson est à coudre sur le kimono.

Passage de grade

Samedi 09 mars 2019
Passage de grade réussi pour Eden et Emma ce matin au judo club de Randan. Félicitations les filles !!!
 

EVENEMENTs A VENIR

avril 2019s'abonner
lunmarmerjeuvensamdim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345

les mercredis de l'équipe de France

Les judokas Randannais avec l’équipe de France
 
L’opération des « Mercredis de l’équipe de France » est une animation destinée à promouvoir le judo à l'échelle régionale. Une étape c’est arrêtée le mercredi 28 mars 2018 à Moulins dans l’Allier où nos judokas n’ont pas hésité à se déplacer.
Avec une délégation de six athlètes : Fanny Estelle Posvite (championne de France 2017 -70 kg), Samah Hawa Camara (championne de France seniors 2015 -78 kg), Maëlle di Cintio (championne de France 2017 -63 kg), Joseph Terhec (champion de France seniors 2015 -100 kg), Jolan Florimont (champion de France seniors 2017) et Julien Kermarrec (3e aux championnats de France 2017) et Frédéric Lecanu (ancien international).
Entraînement, photos et autographes étaient au programme pour le plaisir de tous nos jeunes.

Challenge du Judo Club Montbazens

Belle première place pour Tom Cabrera-Mansilla (du club Maringois) en catégorie mini-poussins, lors du Challenge de Montbazens dans l’Aveyron qui s’est déroulé le dimanche 24 mars 2019. Ce fut aussi l’occasion pour Tom d’y retrouver son grand-père, ceinture noire au club de Montbazinois, très heureux du résultat de son petit- fils.
Félicitations à lui de la part de son professeur Davy et de toute l’équipe du Judo Club de Maringues.

la newsletter du judo club de Randan Maringues

Pour suivre les actualités du club, indiquez votre adresse mail :

17 mars 2019

Angéline, championne du PDD !

Résultats du critérium départemental benjamins/benjamines du PDD  du dimanche 17 mars pour les clubs Randan/Maringues . A noter que seulement les quatre premières de chaque catégorie se qualifient pour la suite.
En -63 kg : Angéline Biteau (Maringues) :championne du Puy-De-Dôme
En -52 kg : Léa Boudet (Randan) : 4ème
En -40 kg : Lola Tiger (Randan) : 5ème
En -36 kg : Heather Maymont (Randan) : 5ème
 
Angéline et Léa sont qualifiées pour la coupe interdépartementale (Puy-De-Dôme, Allier, Cantal, Haute-Loire et Loire) du 27 avril 2019.
Félicitations à vous les filles !!!
Davy professeur de judo à Maringues avec Angéline championne départementale benjamines

Le Code Moral

La politesse
C'est le respect d'autrui.
 
Dès la première règle, on rencontre le mot respect. C'est la première chose que doit apprendre le pratiquant. Le salut est là pour fixer les limites. On salut, car pour le pratiquant ce n'est pas un adversaire qui se trouve face à lui, mais un partenaire. On le respecte comme on respecte le professeur (le maître). On se doit d'utiliser les mots, faits et gestes qui montrent que l'on estime la personne. Cette manière d'être amène obligatoirement la convivialité et l'échange.
Si le judoka intègre cette règle dans sa discipline, il saura la pratiquer au quotidien. Il trouvera facilement les mots qui s'y rapportent tels que "bonjour" "au revoir" "s'il vous plaît" "merci", entre autres. C'est se montrer accueillant, c'est ouvrir au dialogue, c'est faciliter la rencontre, c'est prendre en considération, c'est inviter à en faire de même. C'est quelque part, aussi, se faire respecter.

Le Courage :
C'est faire ce qui est juste.
 
Le courage ce n'est pas se jeter dans la bataille à tout prix, c'est avant tout réfléchir avant d'agir. L'esprit doit conduire le geste et non pas l'inverse. Tout acte doit au préalable être analysé afin qu'il soit 'exécuté à bon escient. Le judoka doit toujours avoir à l'esprit la portée de ses gestes.
Cette règle doit le suivre partout. Dans sa vie, ses actes de bravoure, quel qu’en soit la dimension, doivent correspondre à une juste cause.

La Sincérité:
C'est s'exprimer sans déguiser sa pensée.
 
Derrière ce terme transparaît comme une évidence, la loyauté. Dans ses actions, lors de ses combats, le judoka doit avant tout être loyal vis à vis de son partenaire. Il doit s'exécuter avec honnêteté et tout en restant fidèle aux préceptes du créateur du Judo, Jigoro Kano. La notion de mensonge ou de tromperie est rejetée.
Pour appliquer cette notion quotidiennement, il suffit au pratiquant d'être vrai, de ne pas jouer un rôle pour tromper l'autre. Il se doit de se montrer tel qu'il est et non tel qu'il aimerait paraître. Son apparence naturelle reste la meilleure arme qu'il possède s'il sait suffisamment l'utiliser et en tirer tous les parties. Cela demande un effort important, car avant d'atteindre cette quasi perfection, il faut tout d'abord bien se connaître soi-même.

 
L'Honneur:
C'est être fidèle à la parole donnée.
 
C'est l'estime que l'on a de soi-même. Tout bon judoka se doit de se respecter lui-même et ainsi par la même de respecter les autres. Lorsqu'il s'engage dans une action, il se doit de la mener jusqu'au bout et sans contradiction. C'est ainsi qu'il sera considéré comme une personne de valeur.
Même si dans la vie courante, ce terme est de moins en moins employé, si ce n'est lors de conflits, guerres (tomber au champ d'honneur,), ou administrativement parlant (déclaration sur l'honneur), tout individu peut et se doit de montrer sa respectabilité. Un être honorable est quelqu'un de respecté, quelqu'un de confiance, quelqu'un qui a montré des qualités suffisantes pour bénéficier de la reconnaissance de la plupart.

 
La Modestie:
C'est parler de soi-même sans orgueil.
 
Encore une qualité très forte que doit absolument intégrer tout judoka. Même si la victoire peut être belle et motivante, il ne faut jamais oublier que sans le partenaire et ses propres qualités, elle n'aurait aucune valeur. Il faut bien comprendre que dans cette discipline, cet art martial, bien qu'il soit question de combat, les combattants sont dépendants les uns des autres. Ils n'existent qu'à travers les autres. La modestie, c'est savoir s'apprécier sans le montrer. C'est avoir cette humilité qui par ses silences force l'admiration. C'est savoir maîtriser ses sentiments.
Aujourd'hui, dans la vie courante, où tout est fait pour mettre en compétition les hommes entre eux et où il est de bon aloi de montrer sa supériorité, il est très difficile de rester quelqu'un d'humble. Mais à bien y regarder de prêt, les personnes qui sont capables de maîtriser ce sentiment qu'est l'orgueil, ne passent jamais inaperçues. C'est très certainement l'une des règles du code moral la plus difficile à intégrer.

 
Le Respect:
Sans respect aucune confiance ne peut naître.
 
Même si la finalité reste d'essayer de gagner, un beau geste, accompli par les deux combattants est mieux apprécié. Ils jouent le jeu est c'est là que réside l'essentiel. Il faut savoir tomber, mais également savoir faire tomber. Le but n'est pas de faire mal. C'est pour cette raison que toute prise doit être accompagnée jusqu'à son terme. On ne laisse pas tomber son partenaire, on l'accompagne jusqu'au sol. C'est ainsi que les deux combattants peuvent se faire confiance mutuellement. L'un des deux, en principe, gagnera, mais sans blesser, sans occasionner la peur, simplement pour le plaisir et toujours dans la notion de jeu.
De nos jours, cette notion se perd de plus en plus. Il est toujours question de "rapport de force", d'agression.

Le Contrôle de soi:
C'est savoir se taire lorsque la colère monte.
 
Il peut paraître tout à fait incongru de voir apparaître ce précepte dans une discipline où il est question de combat. Tout pratiquant, avant d'acquérir les techniques pour maîtriser son partenaire, doit savoir avant tout se maîtriser lui-même. Ceci implique, qu'il se connaisse parfaitement et qu'il sache exactement le moment où il faudra qu'il fasse l'effort pour bloquer ses impulsions. Un judoka, sous l'effet de la douleur, pourrait réagir violemment et de façon inconsidérée vis à vis de son homologue. Il doit toujours avoir à l'esprit que de sa propre maîtrise dépend la sécurité de son partenaire et sa propre sécurité.
Dans la vie courante, il vaut mieux savoir éteindre le feu plutôt que de l'attiser. La plupart des conflits de nos jours viennent que chacun reste sur ses positions avec ce sentiment de se dire : "si je cède, cela veut dire que j'ai perdu". Hors bien souvent, il suffit que l'un des deux protagonistes fasse un geste pour que dans la foulée, un dialogue s'instaure et que retombe la violence, et que s'éteigne le conflit. Par cette preuve d'intelligence, il ne peut qu'obtenir la reconnaissance de celle ou celui qui auparavant se voulait son ennemi.

 
L'Amitié:
C'est le plus pur des sentiments humains.
 
A la différence des principes précédents, l'amitié est un sentiment. Il apparaît, à sa juste place, en conclusion de ce code moral. A partir du moment où le pratiquant se lie d'amitié avec un autre, cela veut dire qu'il est prêt, vis à vis de cette autre personne, à appliquer les règles précédentes. Dans la pratique des Arts Martiaux, comme dans la vie courante, ce sentiment très particulier peut exister, mais le chemin est bien souvent difficile. Il est vrai que tout pratiquant, en intégrant les règles précédentes emprunte obligatoirement ce chemin.
En dehors du dojo, l'amitié existe aussi, fort heureusement. La phrase : "c'est mon ami", est employée souvent, mais la portée en est-elle vraiment analysée ? Donner et recevoir de l'amitié, c'est ne pas porter de jugement, ne pas laisser au temps d'emprise, tisser des liens de plus en plus forts. Au Japon, cette notion se traduit par le mot "amae", et s'apparente étroitement à la relation très forte qui existe entre un enfant et sa mère. C'est un mélange d'admiration, de confiance totale, de respect