JUDO CLUB BEAUNOIS
judo-club-beaunois@gmail.com

un grand judoka au grand coeur nous a quité

 

SES creations de CLUBs (sources http://aikido-club-beaumontois.over-blog.com/pages/PARCOUR_DE_MICHEL_HELLARD-4396588.html)

1962-64IGNY(91)
1964-74bures sur yvette(91)
1967-68limours(91)
1968-69bonnelle(78)
1969-70fac d'orsay(91)
1968-76aso mondetour(91)
1982-84loury(45)
1984-95puiseaux(45)
1987-88ascoux(45)
1988-90sermaises(45)
1990-2004reprise de chateau landon(77)
1995-2006beaumont en gatinais
2002-11aikido beaumont du gatinais

HOMMAGE AUX OBSEQUES DE MICHEL HELLARD

OBSEQUES DE Michel HELLARD LE 30 JUIN 2016 à 10H30(texte lu et de Brigitte Seguin)
Michel est né le 28 mai 1935 à Saint Nicolas du Pelem. Il avait une sœur ainée Emilienne. Leurs parents étaient de petits agriculteurs, qui comme beaucoup de Bretons, à l’époque allèrent travailler en région parisienne, employés et logés dans une maison de santé, devenue hôpital depuis.
Michel, comme il était de coutume, avait fait sa communion à la cathédrale de Tréguier.
Petit, Michel souffrait d’une déformation des hanches et pendant presque 2ans fut plâtré et placé dans un sanatorium à Trestel où ses parents allaient lui rendre visite, 160kms à vélo aller-retour, c’était ainsi, pas d’autre moyen de locomotion !
Dès qu’il put, il fit un apprentissage de mécanique et en âge de travailler, il fut ajusteur et comme je l’ai dit plus tôt dans les années 50 il a quitté sa Bretagne pour habiter avec ses parents à Igny dans l’Essonne. Tout au long de sa vie il a fait toutes sortes de métier, il aimait le contact, il lui fallait du changement, pendant 17 années il fut taxi, puis commercial,…..
Michel a eu 5 enfants, Dieudonné, Joël, Sylvie, Mar(tine) et Sophie qui a leur tour, lui ont donné 11 petits-enfants et 9 arrières petits-enfants.
En 1958, il décroche son diplôme de judoka et ensuite toutes les ceintures qui vont avec. En 1962, il ouvre son premier dojo où il enseigne en plus de son travail. D’ailleurs, son fils Dieudonné nous confiait, lors de la prise de note pour cette hommage : « notre père a vécu pour le judo, c’était sa passion ». Grand sportif, il en a quelque peu oublié sa famille.
En 1981, trouvant sa vie en région parisienne un peu trop chère, il vient investir dans une maison à Vergonville(Beaune la Rolande45), et avec l’aide de ses fils, ensemble ils retapent cette habitation.
En 1995, l’heure de la retraite, puis sa rencontre avec Françoise qui l’accompagnera pour 14 heureuses années.
Dans la vie courantes ou dans les cours de Taïso, Michel aimait plaisanter, rire, raconter des anecdotes lors des cours de gym. Il commençait à compter une série de mouvements, 1-2-3 et hop ! Il passait à un autre sujet, actualité, politique, vie de la commune, souvenir d’enfance…. C’est ainsi qu’il avait raconté à Mariette « Madame la Baronne » comme il la surnommait lorsque qu’il était en maison de santé, sa maman avait fait à genoux la montée des marches de Sainte Anne D’Auray pour demander la guérison de Michel ce à quoi Mariette avait répondu : « que ne ferait pas une maman pour son enfant ».
Moi, personnellement, un jour en plaisantant, il m’avait dit : »tu feras mon enterrement », ce quoi je lui ai répondu : » on a le temps d’en reparler ». De même il m’avait confié que tous les soirs, sa jeune chienne Gwenda venait sur ses genoux lorsqu’il communiquait sur Skype…. Cette petite bête aussi est triste et perdu sans son maitre.
Michel parlait beaucoup, souvent des paroles en l’air nous confiait ses enfants, mais au sujet de la mort peut être un peu plus ces derniers temps, depuis son AVC en octobre dernier.
Tous, nous le trouvions fatigué, mais Michel ne pouvait rester en place. Il ne savait pas se ménager. Il fallait qu’il voit ses élèves, qu’il participe au cour.
Et oui, Vendredi dernier aussi bien à Boynes le matin, qu’à Beaune la Rolande l’après-midi, nous l’avons tous attendu pour notre cour de Taïso sans savoir que le matin même, Michel nous avait fait son dernier A DIEU !!...KENAVO !!