jabe-multisports

ENCORE UNE BELLE SAISON...

Voilà, encore une saison qui se termine, ça ne nous rajeuni pas... Mais malgré le poids des ans qui nous tassent un peu plus chaque saison, nous restons motivés et surtout joueurs. On souffre, on se dit que c'est le dernier, trop dur, mais rien n'y fait, on ne peut pas s'empêcher de repartir sur les routes pour de nouvelles aventures. 
En 2016, c'est jérémy qui ouvre le bal, avec sa participation à l'Ecotrail de Paris version 30kms. Puis c'est au tour de Christophe et Fabrice pour un des grands rendez-vous, l'Ironman d'Afrique du sud. Avec un temps de 10h39, Fabrice montre qu'il est l'homme en forme du moment et prend la tête du challenge par la même occasion. Ensuite se succedent quelques triathlons format sprint et CD pour Fabrice, Olivier, Franck et Christophe, puis quelques courses à obstacles pour Jérémy. Quand à Benoit il débute sa saison avec le 70.3 de Rapperswil (Suisse). Cet été a lieu les deux autres objectifs de la saison: L'Ironman de Maastricht pour Benoit et L'Embruman pour Fabrice. Pas de record pour ces courses mais toujours la joie de terminer une telle épreuve. La fin de saison est consacrée au Marathon d'Amsterdam, celui de la Rochelle puis à la Saintélyon.
 
Une très belle année donc, et c'est en toute logique que Fabrice remporte le challenge JABE pour la première fois. C'est aussi l'occasion pour lui d'être le premier de notre groupe à terminer 2 Ironmans dans la méme saison. Bravo Fab.
 
Pour 2017, il y aura bien sûr des Ironmans, des courses à obstacles, des marathons, de la bagarre et surtout beaucoup de plaisir... Bonnes fêtes de fin d'année à tous.
 
 Résultat final Challenge JABE :
1er Fabrice - 24pts (4 courses)
2ème Christophe - 19pts (4 courses)
3ème Benoit - 18pts (3 courses)
4ème Franck - 3pts (1 course)
5ème Olivier - 3pt (1 course)
6ème Jérémy - 0pt (0 course)
 
 
 

ÇA VENTILE À AMSTERDAM...

La capitale hollandaise est notamment connu pour ses moulins à vent, c'est donc que ça doit souffler dans le coin... Mais c'est une toute autre ventilation que nous avons subit, celle qui vient de l'intérieur de notre corps, lorsque l'on fait un effort physique intense... voilà, vous y êtes !
C'est donc à Amsterdam que Christophe et Franck se sont donnés rendez-vous, pour ce qui devait être la dernière course de l'année, celle qui devait embellir une saison bien pâle. L'objectif de 3h30 pour Franck et 3h pour Christophe semblait à porté de mains, ou plutôt de pieds... Mais voilà, ils se sont (encore) fait piéger par les atraits qu'offrent ces grandes capitales.
C'est donc le samedi 15 octobre au matin, en avion, qu'ils décident de partir, afin d'éviter la fatigue de la voiture... Récupération des dossards et direction le centre ville pour se restaurer. L'après midi sera consacré à la visite des principaux centres d'interêts, sans oublier de se désaltérer...à la bierre, faudrait pas qu'ils se déshydratent...
Après avoir récupéré leur chambre dans une auberge de jeunesse, retour en ville pour le repas du soir, toujours arrosé...à la bierre... Digestion avec une petite promenade dans le quartier rouge, y'a pas à dire, ils savent recevoir ces hollandais... Bon, c'est pas tout mais faudrait peut-être rentrer se coucher maintenant.
Le lendemain, direction le parc olympique, le lieu est impressionnant. Ils arrivent, pour une fois, à se placer avec leur meneurs d'allure respectifs, tout semble aller pour le mieux. Le départ est donné, Christophe est dans le rythme, il n'a pas à rattraper son lièvre. Franck, quand à lui, part un peu vite et ralenti la cadence pour ne pas se crâmer. Quelque chose cloche, les sensations sont étranges, les jambes sont lourdes et le souffle est court... tu m'étonnes !!!
25ème kilomètre, rien ne va plus. Désespérés, ils alternent marche et course. Le seul objectif à présent c'est de finir. Ils y parviendront finalement au bout de 3h26 pour Christophe et 4h01 pour Franck, dans la souffrance.
"Nous sommes tous les deux déçus de cette performance, mais malgré tout fiers d'avoir eu le mental pour finir". C'est finalement ça qu'il faut retenir.
 
 
 

maastricht

Après un début de saison en demie teinte, Benoit décide malgré tout d'accompagner un copain aux Pays-bas pour son premier Ironman. Et oui aussi bizarre que ça puisse paraître, le triathlon est un sport individuel mais il n'a d'intérêt que quand il est pratiqué à plusieurs, surtout sur le long....
Du coup les voici en route pour Maastricht en vue de tenter de devenir finisher sur la distance reine, car, pas question de perf ce week end, le but est bien de terminer la course. D'une part, parce que Baptiste découvre le format full distance et d'autre part, parce qu'avec un peu de recul et en analysant sa préparation, Ben se demande si l'ironkids ne lui suffirait pas en fait..... Il s'avère que sur les 4 derniers mois, les plus longues distances parcourus en vélo et en cap, étaient durant le 70.3 de Suisse!! Le reste du temps il n'a pas dépasser les 85km à vélo et 15km à pied. En faisant ce constat, quelques doutes et sueurs froides l'envahissent, mais c'est peut être l'occasion de vivre une course à la Franky, et de vérifier ce fameux dicton américain "anything is possible!"....
Jour de course: après une nuit étonnamment reposante direction le site du départ natation. Celle-ci se déroule en aller-retour avec sortie à l'australienne dans le fleuve et ne laisse pas de place à l'échauffement aquatique, "je suis tendu car j'ai peur de plonger dans une eau froide". Son tour approche, il saute dans l'eau, soulagement, la température de l'eau est finalement idéale, et après quelques minutes à se battre avec le courant inverse il commence même à bouillir dans sa combi. Comme à son habitude il nage en aisance et les minutes défilent, à l'approche du demi-tour il commence à s'inquiéter car il a l'impression de faire du sur place, il arrive enfin à s'extraire de l'eau pour faire quelques mètres sur la terre ferme et repartir dans le sens inverse pour le retour. Celui-ci est plus rapide grâce au courant favorable, il sort de l'eau en 1h24. Pour lui c'est un exploit, c'est même son meilleur temps....
T1 et vélo: satisfait du temps affiché sur sa montre il rejoint le parc à vélo et essaie de faire une transition correcte et ne rien oublier. Après hésitation, il décide d'enfiler son coupe vent car la météo est incertaine pour les heures à venir. Alors certes, étant jaune fluo, il ressemble à un automobiliste en panne sur l'autoroute, mais il choisit la prudence. Les premiers coups de pédales se passent bien et il se lance dans une gestion de l'effort et de l'alimentation pour essayer de poser le vélo dans de bonnes conditions. La prepa ne permet pas de jouer le chrono alors il roulotte et profite des paysages. Le tracé passe par des petites routes de campagne et nous fait traverser de beaux petits villages. Le ciel se couvre et les nuages s'installent, la pluie s'invite sur le parcours, Ben ne regrette pas son coupe vent et voit des concurrents qui sont partis optimistes en trifonction, frigorifiés sur le bord de la route sous des couvertures de survie. La pluie est si forte par endroits que le parcours se gorge de boue, en l'espace d'un instant il se demande ce qu'il fait là! Son vélo est plus sale qu'un VTT ne l'a jamais été. Les kilomètres s'enchaînent et les orages se succèdent, il arrive au terme de l'épreuve cycliste frigorifié. Résultat, 6h25 de vélo, satisfait malgré tout car il ne pouvait pas espérer de miracle non plus.
T2 et cap: arrivé dans le parc il marche et tente de se réchauffer un peu, les jambes et les mains engourdies par le froid. Finalement, il change juste de chaussettes et saute dans ses baskets, "j'ai tellement froid que je garde mon coupe vent pour débuter le marathon". Il part prudemment et commence à se réchauffer. Les deux premières boucles passent bien et il profite de l'ambiance sur le parcours pédestre, il rencontre une baisse de régime au km 24 et marche dans une côte. Le troisième tour est le plus long, il se dit que la prochaine fois ce serait bien de s'entraîner quand même.... Mais il avance et termine le dernier tour en trottinant pour franchir la ligne d'arrivée et devenir finisher une fois de plus. Il boucle le marathon en 4h55 et clôture la course en 12h57.... "Je réalise cette saison mes plus mauvais chronos sur format half et full mais le plaisir de franchir la ligne est toujours aussi savoureux!!!"
 
Challenge JABE :
1er Fabrice - 24pts (4 courses)
2ème Christophe - 19pts (4 courses)
3ème Benoit - 18pts (3 courses)
4ème Franck - 3pts (1 course)
5ème Olivier - 3pt (1 course)
6ème Jérémy - 0pt (0 course)
 

embrunman

Nous y voici… Embrun… Lieu mythique du triathlon, célèbre pour son triathlon longue distance classé parmi les plus difficiles du monde. Rien que ça !
Après avoir participé avec Christophe à l'Ironman d'Afrique du sud en Avril, après avoir réalisé en Juin à Mary sur marne un duathlon courte distance au coude à coude avec ce même Christophe et après avoir tenté un triathlon sprint + en Espagne (triathlon écourté après une chute à plus de 40 km/h au 4éme km à vélo !), Fabrice s'est confronté au mythique Embrunman.
L'Embrunman… vous connaissez ce triathlon hors norme avec 3.8km de natation dans le lac de Serre-Ponçon, 188 km de vélo et plus de 3600 m de D+ (des bosses à gogo dont le célèbre col de l'Izoard, sans oublier la côte de Pallon, la montée de Chalvet…) et pour finir son marathon.
Depuis des années, Fabrice rêvait de ce triathlon. Cependant, conscient de ses faiblesses, il a attendu patiemment avant de s'y engager, et cette année, sur un coup de folie, il s'inscrit ! Ses faiblesses ? Et oui il en a et plus d'une ! Il monte les bosses comme… il peut (et il ne peut pas beaucoup pense-t-il) ! Il descend… au ralenti ! Ça complexifie la tache pour un triathlon comme l'Embruman ! Mais affronter un tel mythe est stimulant.
L'inscription fut le plus facile (avec internet ça va vite) !
Pour se préparer rien de tel que des cols et des montées à gravir à vélo. Heureusement nous avons ça près de chez nous. Et oui ! Le col du lapin, le mur de Tigeaux, les lacets de Tigeaux, la côte de Tigeaux, la côte de Guérard… ça fait rêver n'est-ce pas ?
Fin de préparation en Espagne.
Un triathlon sprint + pour se mettre en route. Une belle natation, 4 km à vélo et une belle chute à cause d'un triathlète qui a fait un écart devant. Chute à plus de 40 km/h. Rien de cassé (ouf, mais celui de devant repartira en ambulance). Impossible de repartir avec deux roues voilées. Bon ! Va falloir résoudre ce problème de roues avant le 15 Aout, jour de l'Embrunman. Heureusement maman Kuhn et François seront d'une exceptionnelle efficacité (merci à eux). Stephane (un triathlète rencontré là bas l'année dernière) va quand même faire découvrir de belles routes à Fabrice et lui faire gravir quelques cols (notamment jusqu'à Sarratella). Fabrice va tenter quand même un peu de bosses à VTT mais ce coup-ci il cassera sa chaine (et hop retour à pied).
Embrun…
Arrivée près d'Embrun huit jours avant la course. Six jours avant la course, une nouvelle paire de roues montée sur le vélo, une reconnaissance des 40 premiers kilomètres à vélo est programmée avec François. Erreur de navigation ! 70 km avec la première bosse reconnue mais aussi celle du Chalvet (ce qui n'était pas prévu).
Dimanche, veille de course…
Dernier test du vélo… tout va bien…
Dernière séance à pied…impec….
Briefing où on croise les copains (Eric, Joël, Cyrille, Loïc).
Coucher de bonne heure. Sommeil difficile à venir (comme d'habitude).
Lundi 15 Aout…
3h du mat'. Lever. Petit déjeuner. Et hop à Embrun.
On installe le matériel sur le vélo, on prépare ses affaires. On se prépare au combat, au mythe. On enfile la combi de natation. Le tout dans la nuit.
6h. Départ dans la nuit.
On cherche la première bouée mais on ne la voit pas alors on suit le groupe, puis, finalement on la voit alors on fait sa natation. Deux tours sont au programme. Ça nage bien. L'allure parait bonne. Le temps passe vite. Finalement la natation sera très agréable avec quelques coups reçus mais sans plus. 3.8 km effectués en 1h04. C'est bon ça ! Record de Fabrice sur la distance battu de 6 mn. Cyrille finit la natation juste quelque secondes devant Fabrice sans que n'y l'un ni l'autre ne le sache.
Transition correcte mais il faut se couvrir car il fait froid le matin et la course va passer à 2350 m d'altitude. 300 m de plat et on attaque la première côte. Un peu plus de 500 m d'ascension sur 7 km avec des passages à plus de 9%. Difficile de ralentir tellement l'excitation de la course est présente. Au 20eme km Fabrice double Cyrille une première fois mais cela se reproduira à de multiples reprises (et vice versa). Les premiers 40 km sont bouclés sans problème peut être un peu vite. Puis retour sur Embrun avant de se diriger vers le col de l'Izoard mais auparavant il y aura des bosses, des faux plats, des paysages magnifiques, des ravitaillements. Joël doublera Fabrice au 80 eme km. Ascension de l'Izoard effectuée comme programmée; en contrôlant le cardiofréquencemètre pour ne pas se mettre dans le rouge. C'est long ! Ça grimpe ! Ravitaillement au sommet avant d'attaquer la descente. Ça va vite. Les crampes arrivent. Une fois Briançon passé on attaque une longue portion avec un fort vent de face et bien sûr quelques bosses dont le mur de Pallon. Le mur de Pallon, c'est 2 km à plus de 12% et ça pique ! Sur ce mur, et comme d'habitude sur les bosses, Cyrille double Fabrice. Toujours avec un petit échange verbal sympathique entre les deux triathlètes. Encore un peu de vent et de bosses avant de regagner Embrun pour attaquer la dernière difficulté du parcours vélo, la bosse de Chalvet soit 7 km et 500 m de D+. Enfin la descente jusqu'au parc à Vélo.
Bonne transition où Cyrille et Fabrice décident de faire le marathon ensemble. Mais Cyrille va trop vite pour Fabrice qui attaque le marathon prudemment. Marathon en plein cagnard, 34 °C et très peu d'ombre. Trois tours à boucler. Premier tour correct. Deuxième tour au ralenti (chaleur ? départ vélo un peu trop rapide ? ou un peu tout ça ?). Il faut attendre le troisième tour pour que Fabrice arrive enfin à courir. Il en profite pour doubler Cyrille une dernière fois et franchir l'arrivée exténué mais content en 13h39.
Voilà, Fabrice a bouclé l'Embrunman (avec un chrono en peu moins bien que ses espérances). Il a croisé des amis. Il a pris du plaisir. Il a souffert. Il a compris la réputation de l'Embrunman.
Maintenant récupération et transformation en traileur pour sa prochaine competition.
 
Challenge JABE :
1er Fabrice - 24pts (4 courses)
2ème Christophe - 19pts (4 courses)
3ème Benoit - 9pts (2 courses)
4ème Franck - 3pts (1 course)
5ème Olivier - 3pt (1 course)
6ème Jérémy - 0pt (0 course)
 

CURE DE JOUVENCE...

Initialement prévu avec Franck, c'est finalement seul que Christophe a participé au triathlon du Mans dimanche 3 juillet. Enfin, seul, pas vraiment puisqu'il était accompagné par des adhérents de son club, La Brie Francilienne Triathlon, qui, pour la plupart participait à leur premier M.
Incertain sur sa participation jusqu'à quelques jours de l'épreuve, il prend finalement le dossard d'Alexandre Monier, un jeune du club, absent pour cause de D3... C'est donc avec un dossard de junior qu'il prend le départ. Malgré la perte virtuelle de quelques années, il faut se rendre à l'évidence, on a bien l'age de ses artères... 
La natation en rivière de 1700m est rapide, grace au courant. Le chrono est alors flatteur, 21'52". Le temps vélo l'est beaucoup moins, 1h13'35" pour 42kms. La faute au climat, une pluie fine s'est invitée à la fête, et puis les jambes sont lourde aujourd'hui, pas trop la gnaque. C'est dommage car ce parcours est propice au performances. Il se ressaisit cependant sur la course à pied et boucle les deux tours de 5kms en 43'08". Du coup, avec son nom d'emprun, il se classe 75ème /244 et 4ème junior !!!
 
Le plaisir aurait pu être décuplé avec un peu de soleil, malgré tout c'est une belle épreuve et belle organisation. Bravo à tous les copains et copines de la BFTri, tous finisher.
 
Olivier a, quand à lui, participé au triathlon M du lac St Point le dimanche 26 juin. Sans entrainement, il termine à la 74ème place sur 146 avec un temps de 2h32'57".
 
 Challenge JABE :
1er Christophe - 19pts (4 courses)
2ème Fabrice - 14pts (2 courses)
3ème Benoit - 9pts (2 courses)
4ème Franck - 3pts (1 course)
5ème Olivier - 3pt (1 course)
6ème Jérémy - 0pt (0 course)
 
 

au chat et à la souris...

Les intempéries de ces derniers jours ont rendu impossible la nage dans la Marne, et pour cause, l'eau est boueuse et charie des branchages et autres éléments insalubres. L'organisation du triathlon du Pays d'Ourcq a donc décidé de transformer cette course en duathlon, auquel Christophe et Fabrice ont participé ce dimanche 12 Juin. 
Nos deux amis se retrouvent le matin de la course avec chacun son lot de bonnes excuses... "Je ne suis pas préparé pour du court", "j'ai mal dormi", "j'me suis fait opéré des dents cette semaine" ou encore "des extras terrestres m'ont enlevé cette nuit"... Bref, un festival de mauvaise, d'autant plus que les extras terrestres ne sortent jamais quand il pleut !!!
Le format est donc, après plusieurs changements, 6kms de course à pied, 43kms de vélo puis de nouveau 6kms à pied. "On part tranquille, hein !!!"... Rien du tout, on part à bloc, Fabrice prend l'avantage de quelques mètres et Christophe se fait violence pour tenir. Le parcours se fait sur chemin, tantôt avec ornières, tantôt sur stabilisé, ils arrivent ensemble au parc pour la première transition et repartent "roue dans roue", à distance réglementaire, sur le tracé vélo constitué de côtes et faux plats très casse-pates. Commence alors un chassé croisé de 43kms, chacun essayant de s'échapper, ce qui a pour conséquence de rattraper et décrocher quelques concurents. La deuxième transition est décisive, Christophe prend un leger avantage sur Fabrice, qu'il garde jusqu'à l'arrivée.
Belle course de nos deux athlètes qui terminent 17ème sur 151 pour Christophe en 1h12'38" et 18ème pour Fabrice en 1h12'51".
 
Challenge JABE :
1er Christophe - 16pts (3 courses)
2ème Fabrice - 14pts (2 courses)
3ème Benoit - 9pts (2 courses)
4ème Franck - 3pts (1 course)
5ème Olivier - 0pt (0 course)
6ème Jérémy - 0pt (0 course)
 

man versus wild...

Samedi 4 juin 2016... Jérémy, dit le Bougnat, a revêtu son costume de Spartiate... Ayant un emploi du temps serré, il participe néanmoins à la Spartan Race de Paris (Jablines), la version SUPER le matin départ 9h et la version SPRINT l'après-midi, départ 13h... Inscrit 10 jours avant... et blessé 2 jours après l'inscription (tendinite ischios jambe gauche), notre spartiate part sans réelle préparation niveau obstacles... Etant en pleine prépa marathon du Mont-blanc, les obstacles n'étaient pas sa priorité... Mal lui en a prit puisque le matin il termine en 1h42 pour 13kms et une bonne vingtaine d'obstacles... avec surtout 120 burpees soit 4 échecs sur des obstacles (javelot, palissade trop haute, slackline et ring de fin de course...), le tout sur un parcours de cross rendu très glissant eu égart aux intempéries...
Juste le temps de se rincer, se changer, se restaurer et voilà que le Bougnat arrive juste 5' avant le départ de la SPRINT de l'après-midi, un rapide coucou à Anouk, partenaire d'équipe et membre de La FADATEAM tout comme Jérémy, et c'est parti. Les jambes sont lourdes et à mesure des kilomètres Jérém se retrouve avec Anouk, moins bonne runneuse mais plus efficace sur les obstacles, ils finissent donc main dans la main après que le Bougnat ait attendu Anouk à côté de la "Burpees Area" de fin de parcours... Niveau résultats, Jérémy termine en 1h08' pour 8kms, 15 obstacles et encore 120 burpees... Le classement n'est pas la priorité et le leitmotiv de la FADATEAM reste le plaisir et le dépassement de soi... Anouk, quand à elle termine tout de même 6ème feminine et surtout remporte la SUPER du lendemain matin!! Good Job soldat!!!!
Le Jérém glane tout de même ses 2 premières médailles de la saison (Spartan Race) et pense véritablement axer sa saison 2017 sur les Courses à Obstacles... Affaire à suivre...
 

le calvaire suisse...

Nous avions déjâ parlé de la course de Benoit à Montluçon, voici un récit plus détaillé qui sera suivi du compte rendu de son 70.3 de Rapperswill (en Suisse, comme tout le monde le sait).
 
Il a donc participé au triathlon S de Montluçon le 8 mai, il y est allé pour accompagner un collègue qui s'est mit au tri cette année car ce format n'est pas du tout sa tasse de thé....
La météo est pourrie, l'eau à 12 degrés, un vent de fou et la pluie menace de tomber.
Résultat des courses, c'est sans grande conviction qu'il récupère son dossard et qu'il dépose ses affaires dans le parc à vélo. Une fois équipé, on se dirige dans l'eau pour attendre le départ, choc thermique, l'eau est vraiment très froide, et très sale, il réalise une natation très médiocre en 21'!!! "J'ai limite fais de la brasse en serrant les dents pour éviter d'avaler des morceaux".
Le vélo ne se passe pas trop mal, même s'il n'aime pas le principe du drafting, puis, la course à pied a permis de faire un enchaînement rythmé, autant y aller pour quelque chose....
Au final 1h18, la forme n'est pas là cette saison, l'envie de tout jeter est forte à ce moment, mais il décide de faire le 70.3 de suisse malgré tout, car son truc c'est le long.
 
Après avoir essuyer les plâtres sur du courte distance, Ben participe au 70.3 de suisse le 05 juin, format de course qu'il affectionne plus. Seul hic, il n'a pas plus d'entraînement que lorsqu'il a pris le départ du S de Montluçon. La course s'annonce longue...
La météo semble clémente le matin de l'épreuve, et les concurrents espérent passer à travers les orages.
C'est donc sans pression qu'il prend le départ de sa vague car il faut être réaliste, il n'a pas la prepa pour réaliser un chrono. Il nage en aisance respiratoire et prend un plaisir fou à nager dans l'eau très fraîche du lac. Du coup, il sort frigorifié en 44', va vraiment falloir apprendre à nager....
Transition compliquée, il tremble de partout, il a du mal à enlever sa combi et à s'équiper pour lutter contre le froid et la pluie annoncé sur le parcours vélo.
Il enfourche enfin son vélo et se lance pour les "84km" du parcours cycliste. Enfin, la première bosse pointe son nez, juste le temps de se réchauffer.... Le constat est cruel, il n'est vraiment pas entrainé ! Pas grave, il prend son mal en patience et continu à rouler en essayant de gérer son effort malgré tout, pour ne pas trop subir la dernière partie de la course. Après un peu de pluie, le soleil commence à sortir et la deuxième boucle du parcours se fait sous une température un peu plus agréable... Il gère toujours ses ardeurs car l'arrivée au parc approche. Il pose le vélo en 2h48 !
Transition tranquille avant le semi, il est loin des temps qu'il a pu faire auparavant, donc, ça ne sert à rien de s'emballer. Il profite de quelques secondes pour embrasser son fils qui l'encourage aux abords du parc à vélo. Les étoiles dans ses yeux sont finalement plus importantes pour lui aujourd'hui que le temps affiché sur sa montre.
C'est parti, il s'élance sur la course à pied. Sans grandes sensations au départ, il sent même que les crampes le guettent déjà... Il ralentit un peu et profite des nombreux ravitos pour se refaire la cerise. La première boucle paraît interminable, le soleil est bel et bien présent, il s'asperge en permanence pour se rafraîchir. Il croise les copains, ça le rassure car ils n'ont pas l'air en meilleure forme que lui aujourd'hui. Ça y est, récupèration du chouchou et il attaque la deuxième et dernière boucle. Avec le parcours en tête cela paraît moins long, et le soleil s'est caché, il souffre moins. L'aire d'arrivée approche, la musique se fait de plus en plus forte, il aperçoit Téo (son fils) qui l'attend sur le bord de la route, s'arrête et prend le temps de lui faire un gros bisous, il est content, il sait qu'il va récupérer la médaille de papa une fois passé la ligne.... Et voilà, il court péniblement en 1h50 et passe la ligne après 5h36 de course!!
"C'est mon plus mauvais temps sur le format 70.3, mais l'essentiel pour moi aujourd'hui était juste de franchir la ligne et je ne suis même pas déçu, juste satisfait de ramener une médaille de plus à la maison. En revanche, j'ai pris conscience que je devais mettre un gros coup de collier pour pouvoir aborder mon prochain objectif un peu plus sereinement, l'Ironman de Maastricht fin juillet. Donc, une fois de plus, je prendrais le départ de cette course pour rejoindre la ligne d'arrivée sans penser au chrono."
 
Challenge JABE :
1er Christophe - 13pts (2 courses)
2ème Fabrice - 12pts (1 course)
3ème Benoit - 9pts (2 courses)
4ème Franck - 3pts (1 course)
5ème Olivier - 0pt (0 course)
6ème Jérémy - 0pt (0 course)
 

ET PENDANT CE TEMPS LÀ...

Nous avons vu dans les articles précédents les exploits de nos parisiens, mais quid de nos expatriés ? Et bien, il ne sont pas en reste. 
Les 14-15 Mai, Olivier à participé au trophée des crapauds, une course de 24 heure en VTT. Il faisait parti d'une équipe de 5, pour la plupart à l'aise en VTT, ce qui n'est pas forcement le cas de notre copain. N'ayant jamais participé à cette course, ses coéquipiés lui ont suggeré de prendre le départ... Le piège, car le premier concurent doit partir déguisé sous peine de prendre une pénalité de 20 minutes...
Les conditions climatique de ces derniers jour ont rendu le parcours assez difficile. Le départ est donné en rang, façon 24 H du Mans, suivant le numéro de dossart (245 pour l'équipe d'oliv'), c'est à dire qu'il faut courir 50 mètres dans l'herbe, sans se tordre la cheville, avant de prendre son vélo et se frayer un passage entre les concurents moins rapides et ceux qui doublent comme des crevards... Une fois qu'on a trouvé sa place, les choses sérieuses commencent. Le parcours est très technique et met tout de suite Olivier en difficulté. 13 kilomètres et 450m de D+ avec un enchainement de montés, descentes, terre, cailloux, rochers... Il a du mal à être dans le coup, manque de hargne et de combativité. Bref, le premier tour est épuisant mentalement.
Il passe le relais après 1h22 de course, et commence l'attente interminable du passage des 4 relayeurs. Sont 2ème passage est prévu à 20h30, il prévoit un éclairage, au cas où, et il a bien fait, car les sous bois sont très sombre et le mettent encore un peu plus en difficulté... Il termine ce tour en 1h08, pas simple le VTT, sachant que ses coéquipiés tournent en moins d'une heure... Les copains vont être cool avec lui et enchainent deux tours chacun pour lui permettre de se reposer. Malgré ses 8 heures de récupération, le réveil à 4h30 est difficile. On se réchauffe autour du feu avec son petit déjeuner et à 6h30 c'est reparti pour son 3ème relais. Il fait jour, le reveil musculaire est compliqué mais il faut y aller. Il a gelé pendant la nuit, du coup le terrain est glissant. Les passages dans les rochers deviennent très compliqués et il faut monter à pieds sous peine de se retrouver quelques mètres plus bas, la tête dans la boue... Il fait ce tour en 1h15... c'est la merde... Allez, encore 4h d'attente et c'est le dernier passage. L'air se réchauffe, c'est plus agréable, il part donc vers 11h30. Ca glisse moins, il roule plus vite et commence à prendre du plaisir, il était temps... Il boucle ce tour en 1h07, c'est mieux.
Super expérience, les autres concurents l'ont rassuré en lui disant que le parcours était très compliqué avec des conditions météo difficiles.
Ils terminent 38ème au scratch sur environ 400 équipes.
 
Quand à Benoit, il fait dans le classique de début de saison, un p'tit sprint pour se chauffer avant les grosses échéances. Les courses courtes, c'est pas son truc, c'est trop rapide pour rattraper son deficit en natation, mais ça fait quand même du bien de reprendre la compétition. Donc, en ce dimanche 08 Mai, le voilà au départ du triathlon S de Montluçon. Une natation médiocre, un vélo honorable et une course à pied moyenne pour un résultat final de 1h18'02" et 77ème sur 100. Vivement les IM !!!
 
 Challenge JABE :
1er Christophe - 13pts (2 courses)
2ème Fabrice - 12pts (1 course)
3ème Franck - 3pts (1 course)
4ème Benoit - 3pt (1 course)
5ème Olivier - 0pt (0 course)
6ème Jérémy - 0pt (0 course)
 
 

LA PNEUMONECTOMIE DE CHRISTOPHE !!!

C'est déjà reparti pour Christophe ! Bien loin des grands évenements à l'organisation grandiose, avec son compère Franck, ils ont participé au triathlon sprint de l'étang des bois. L'avantage de ces organisations "de village", c'est qu'on retrouve tout de suite son vélo dans le parc, c'est celui qui est entre les 2 VTT... Et puis pour se retrouver au départ, et bien y'a qu'a lever la tête, ton pôte est là, parmi les 3 pélerins...
Bref, départ midi, à peu près, pour les quelques 200 participants, dont la moitié sont cadets ou juniors. Autant dire que pour les places d'honneurs, c'est mort, enfin comme d'habitude quoi !!! L'eau du lac est fraiche, mais au bout de quelques mètres on s'y fait. Francky, sans entrainement sort devant Christophe, sans entrainement, avec des chronos respectifs de 15'34 et 15'52 (transition comprise). C'est une course avec drafting, on se retrouve rapidement avec des jeunes pour former un groupe à vélo. Le circuit est composé de trois boucles de 7kms, ça envoie sèvere, Franck craque au 2ème tour, tandis que Christophe s'accroche, en laissant dèrrière lui des morceaux de poumon... C'est qu'ils ont roulé à 40km/h pour l'un et 36 pour l'autre, c'est pas rien pour des vétérans. Les voilà donc sur la partie pédestre, Franck retrouve des jambes, tandis que Christophe peine un peu. Pas facile de courir avec des poumons atrophiés... Il franchi néanmoins la ligne d'arrivée le premier en 1h08'26" en 44ème position sur 184, suivi de Franck en 1h11'44" en 61ème position.
 
Challenge JABE :
1er Christophe - 13pts (2 courses)
2ème Fabrice - 12pts (1 course)
3ème Franck - 3pts (1 course)
4ème Olivier - 0pt (0 course)
5ème Benoit - 0pt (0 course)
6ème Jérémy - 0pt (0 course)
 

bougnat...OBSTACLE RACER

Il faisait beau, il faisait chaud en ce 1er mai 2016 à Dijon... sur le canapé... prêt de la cheminée... La température extérieure, elle, annonçait un bien triste 6/7 degrés... au meilleur de la journée... Ce sont pourtant prêt de 4000 participants qui ont décidé de se lancer sur les 8kms jonchés d'obstacles de la première RUEE DES FADAS du FADA TOUR 2016!!! Comme à l'accoutumée, des vagues de 250 personnes déguisées prendront le départ de 09h à 15h. Parmi tout ces athètes, 4 membres de la FADA TEAM!!! Jérémy Martin "Superman", Camille Leroux "wonderwoman", Jérémy L'hôte "Captain Fadamérica" et notre Jabiste Jérémy, connu sous le nom de "Bougnat" dans le monde des courses à obstacles, sont présents afin de représenter au mieux leur team dans une ambiance feutrée, musicale et haute en couleur, une ambiance de Fadas quoi!!!! 9h la vague "élite", les pros, les experts, les mecs qui ont voué leur vie à la course à obstacles!!! Les mecs à qui les sponsors font les yeux doux à chaque sortie... Bref, ce sont juste les gens ayant souhaité partir à 9h et avoir une puce afin d'être chronométré... On est pas au States encore.
Dans cette vague numéro 1, nos 4 Fadarunners étaient présents avec des objectifs plus ou moins différents... Pour Captain Fadamérica et Superman celui de se taper la bourre pour la première place, pour Le bougnat, un top 10 et pour Wonderwoman finir en moins d'1h.
Il est 9h!!!! c'est parti et malgré le froid et le vent tout les déguisés, fadarunners compris (en gladiateur) s'élancent sur les premiers obstacles, ça part vite, trop vite pour le Bougnat, les obstacles s'enchainent, balots de paille, palissades dessus, dessous, de longues portions de course à pieds dans les sous bois et dans la boue rendant le parcours glissant, le manque de sensation au niveau des mains rend les premiers obstacles compliqués également. Le parcours est certes court mais exigeant, et des nouveaux obstacles font leur apparition, les anneaux à tirer le long d'un câble sur un parcours jonché d'arbres... C'est là que choisi le Bougnat pour rentrer dans le Top 5 sans véritablement s'en rendre compte... Au fur et à mesure des kilomètres et des obstacles (memory, culbuto, tir à l'arc, passage dans l'eau, barre fix, poutre...etc) Le bougnat croise ses deux compères et est désormais sûr qu'il peut lutter pour la 3ème place... Il a beau faire le forcing à pied, impossible de vraiment se détacher de ses 2 compagnons JB Bourgeois (team Les Resistants), et Benjamin Louisy, récent 4ème de la DDay Race. Puis c'est le drame, le ventriglisse... Le bougnat s'élance mais sans vraiment d'élan et câle au 3/4, se relance et fini au milieu de la flotte... Ses 2 compagnons en profite pour prendre la corde et filer vers l'arrivée présente à 50/70m... Trop court pour que le Bougnat ne sorte "la tête de l'eau"... 5ème place pour le Bougnat, 2ème pour Superman et 1ère place pour Jérémy Croquette Toade L'hôte alias Captain Fadamerica!!!! N'oublions pas Camille "wonderwoman" qui termine une fois de plus 1ère feminine!!! Bravo à tous et encore merci Jérôme, Jeff, Pierre etc pour leur gentillesse et leur générosité!!! Merci aux parents de Jérémy Martin pour les repas et l'hebergement!!! Merci à Eloine pour nous avoir initié à la danse de OUI-OUI, très utile pour se réchauffer après la course... Allez après ce week end de folie à Dijon Le bougnat rejoint sa maison=====> 5h de bus :-(...
 

out of africa

Alors que le printemps pointe tout juste le bout de son nez, nous voilà dèjà dans le vif du sujet en ce qui concerne la saison triathlètique de l'équipe JABE.
Christophe et Fabrice avaient coché dans leur calendrier l'Ironman d'Afrique du sud le 10 Avril. C'est tôt, très tôt, trop tôt... Même si l'hiver n'a pas été si rude, il faut avoir un peu de volonté pour sortir le vélo ou bien se pointer à 7h30 du mat à la piscine alors qu'il fait encore nuit et froid. Mais comme tout le monde le sait, on a rien sans rien...
L'objectif à l'inscription était, pour nos deux athlètes, d'éffectuer un sub 10h avec si possible une qualification pour Hawaï. Fabrice a maitenu son entrainement afin d'y parvenir, tandis que Christophe a dû composer avec son opération au genou mi-décembre.
Alors, qu'en a t'il été ?
Pour nos fidèles lecteurs, je tiens à être clair tout de suite, la magie n'a pas opéré... Du moins pour la qualif...
Revenons sur ce périple à l'autre bout du monde. Nous sommes partis sans vraiment savoir quoi penser de l'Afrique du sud, avec quelques préjugés, nous espèrions y trouver du dépaysement, et bien nous avons été servi. Les gens sont agréables et serviables, ça change. Puis ce panorama... entre montagne et mer, entre conifères et eucalyptus, ces animaux en bordure des routes, pas des chiens, ni des chats, mais plutôt des autruches ou des babouins, bref, on y est. Pour profiter du déplacement, nous sommes arrivés une semaine avant la course et, depuis le Cap, nous avons éffectué le trajet jusqu'à Port Elizabeth en voiture. Sur place, nous découvrons le site de l'épreuve. Il y a du vent, cet endroit est réputé pour ça. Le stress monte, car le vélo risque d'être difficile et au vu des vagues en mer, la natation aussi. En écoutant les gens du coin ainsi qu'en regardant les prévision météo, nous nous détendons un peu car le vent se calmera le jour J.
Comme d'habitude nous nous levons aux aurores, 4h30 du mat, et profitons du petit déjeuner prévu par nos hôtes pour l'évènement, c'est vraiment appréciable. Rendez-vous au parc pour les dernières vérifications et nous voilà sur la plage. Cette année, le départ se fait en rolling start, c'est à dire, une mise à l'eau d'une vingtaine d'athlètes toutes les 10 secondes. Cela évite les coups et surtout cela permet de passer la première vague sans se faire piétiner par 2000 fous furieux.
Le parcours natation se fait sur une seule boucle, malgré un vent faible, quelques vagues sont parfois génantes au large. Fabrice sort de l'eau en 1h12 et Christophe en 1h19, ce qui est un peu plus long que prévu. Vient ensuite l'épreuve cycliste avec un parcours en deux boucles qui ne semble pas particuliairement difficile, du moins jusqu'à ce qu'on se retrouve dessus... Pas de grand col ici, mais quelques belles côtes et surtout une succession de petites bosses et de longs faux plats qui finissent par piquer les jambes. Fabrice s'en sort plutôt bien avec un deuxième tour un peu moins rapide. Christophe, qui a axé sa prépa sur le vélo, perd pied au soixantième kilomètre et n'arrive pas à se remettre dedans. Ils rejoignent le parc pour la deuxième transition avec respectivement un temps de 5h23 et 5h45. Dernière épreuve, tant attendue pour Fabrice, tant redoutée par Christophe. Malgré une bonne foulée, Fabrice n'a jamais été dans le rythme espèré, à cause notament de la chaleur. Quand à Christophe, sans entrainement spécifique, ormis la trottinette, est parti pour faire le plus de kilomètres possible, il en tient 42,195, un exploit !!! Sitôt passé la ligne d'arrivée, les deux amis se congratulent et laissent éclater leur joie. On a beau s'y attendre, un Ironman reste une course incroyablement difficile.
Conclusion, une sacrée organisation et un sacré voyage, que du plaisir.
 
NB: grand merci à Bernard et Evelyne, nos deux suporter/reporter.
 
 
Challenge JABE :
1er Fabrice - 12pts (1 course)
2ème Christophe - 9pts (1 course)
3ème Olivier - 0pt (0 course)
4ème Franck - 0pt (0 course)
5ème Benoit - 0pt (0 course)
6ème Jérémy - 0pt (0 course)
 

30 kms... PAS PLUS

 Ce samedi 19 Mars 2016 avait lieu l'Ecotrail de Paris, Fabrice l'avait déjà fait il y a 1 an ou 2 et il avait bouclé la distance reine, les 80kms. Plusieurs distances étaient présentées, à savoir 18,30,50 et donc 80kms à travers la campagne et les bois d'Ile de France, avec une arrivée au pied de la Tour Eiffel pour les trois premières distances et au premier étage pour le 80kms. Cette année Jérém est le seul JABISTE à s'être aligné sur l'Ecotrail, puisqu'il ne compte pas participer à l'Ironman de L'afrique du sud. Toujours plus ou moins blessé à l'ischio-jambier droit, Jérémy arrive quand même à aligner les kilomètres à pieds et s'est donc inscrit au 30kms afin de débuter sa préparation pour le marathon du Mont-Blanc le 26 Juin 2016.
S'alignant pour la première fois sur l'Ecotrail, Jérémy ne connait pas le parcours et a pour seule ambition, terminer en moins de 3h, ce qui reviendrait à parcourir ce trail à plus de 10kms/h.
C'est donc à 10h du matin qu'est donné le départ du parcours de 30kms, dans la commune de Meudon. L'allure est bonne, même si le thermomètre n'affiche pas des températures très chaudes, Jérem maintient les 12kms/h et le parcours est plutôt roulant, quelques petits "coups de cul" comme on dit mais rien d'extraordinaire.
C'est enfin qu'arrive le ravito du 20ème kilomètre, il prend le temps de manger un morceaux puis repart pour redescendre sur Paris... Et là se fût les 10 dernièrs kilomètres les plus longs que Jérémy ait parcouru (mis à part les 10 derniers de la Saintelyon). Long parce que plats, et surtout en ville, voir même dans des travaux... L'allure ne faiblit pas, bien au contraire... Si on peut se dépêcher de fuire toute cette pollution...
Voilà qu'à 12h34'24" arrive Jérémy, il boucle les 31,1kms en 2h34'24", soit 12,08kms/h de moyenne, très loins de ses espérances de départ et de bonne augure pour la suite... Prochaine échéance, la Dday Race le 26/03, une course à obstacles de 15kms jonchée de 40 obstacles... NEVER GIVE UP.
 
 

on en est où ?

Après une saison sans Ironman, nous voilà repartis pour un nouveau défi, du moins en ce qui concerne Fabrice et Christophe, L'Afrique du sud...
Les autres membres de l'équipe étant peu enthousiastes pour cette épreuve, pour des raisons familiales, professionnelles ou financières, nos deux athlètes se préparent depuis 2 ans pour cette échéance.
Alors à un mois de la course, on en est où ?
Pour Fabrice tout va pour le mieux, après une saison 2015 réussi, avec sans doute ses meilleurs performances sur 70.3 au Luxembourg puis à Vichy, et une préparation hivernale pointue. Il devrait nous faire une belle course en Afrique du sud.
Christophe, quand à lui, malgré une bonne saison 2015 également, a vu sa préparation stoppée par une douleur au genou qui s'est soldée par une intervention chirurgicale en Décembre. Il réussi cependant à s'entrainer correctement en natation et en vélo, mais pas en course à pied. L'objectif sera donc d'atteindre la ligne d'arrivée... sur ses deux jambes...
 
Souhaitons leur bonne course avec un maximum de plaisir.