Plongee 1.jpg
Plongee 2.jpg
Plongee 3.jpg

 

Stage initiation plongée souterraine :

 13 et 14 juin 2015

Châtillon sur Seine, La DOUIX.

 

 

 








 

 

 

 

 

 

                              Le 06 janvier, premiers mails échangés….le début de cette belle découverte.

Depuis que je me suis inscrite dans un club de plongée subaquatique en 2013, l’envie d’explorer les cavités actives m’est de plus en plus prononcée. Je m’adresse donc à un membre de la FFPS pour connaître les conditions requises pour participer à un stage. Orientée vers Philippe Brunet, organisateur, tout s’enchaîne très vite.

 

 

 





 

 Grâce à la générosité de Martial, je peux charger le coffre de la voiture avec tout le matériel spécifique : 2 détendeurs, gilet stabilisateur double direct system, lampes de secours, tour de cou pour avoir les embouts à portée de main, et 2 bouteilles de 10 litres gonflées à bloc.

 

 

 





Premiers balbutiements   : Tout le monde arrive petit à petit. La parité ne sera pas pour ces deux jours, deux filles seulement dans l’équipe de dix personnes. Nous nous présentons brièvement, déballons toutes nos affaires et préparons notre matériel sous l’œil attentif des moniteurs. Voilà déjà l’heure du repas. Philippe a pris la peine de faire des courses copieuses et variées. Nous passons tous un moment autour de cette collation, qui permet aussi de faire plus ample connaissance.

Certains partent à l’eau, d’autres restent en surveillance. J’ai ainsi le temps de cogiter à côté des voitures et du compresseur ! Mais il fait un temps splendide. Mon tour arrive de me jeter dans cette eau à 13°C. Petit tour de progression dans le petit bassin de départ, suivre le fil. Quelques minutes qui ont suffi à faire passer mon mal de ventre et qui m'ont donné l'impatience, d'aller là-bas, là où il fait noir. C'est parti, avec Philippe à mes côtés, pour ma sécurité. Le fil d’Ariane nous guide, à droite. J’essaye de descendre, tête en bas, mais pas moyen, me faut me retourner et descendre pieds devant. On arrive dans une diaclase où une truite arc en ciel vient se frotter à moi, comme pour me souhaiter la bienvenue. Je suis aux anges, jusqu'à un passage bas...que je ne parviens pas de suite à franchir. Pour l'instant, je suis le plongeur qui n'ose toucher à rien ! Philippe me fait signe de m'accrocher à la roche avec mes mains, pour passer ce courant défavorable. Passé le Venturi, le courant ne se fait plus ressentir et l'on arrive dans une salle basse, creusée dans une strate horizontale. C'est la salle des vaguelettes, avec ce sol orné par l'abrasion, le travail de l’eau qui joue avec sable et galets, là, sous mes yeux. La spéléo a les yeux qui brillent. Quel bonheur que de se retrouver  en apesanteur sous terre. Tous les 10 bars, il faut changer de détendeur, inédit pour moi, deux bouteilles à gérer. Mais, je me sens si bien, une telle zen-attitude m'a envahie, qu'à un moment, je change de détendeur et oublie de souffler,...rappel à l'ordre, petite tasse.... Au moins, j'aurai goûté à l'eau de la Douix, résurgence vénérée comme sanctuaire guérisseur ! Juste le temps de faire le tour, en suivant la chaîne, posée en fixe et les manomètres indiquent déjà 150 bars, le temps du retour est arrivé...trop vite. Retour plus simple dans le sens du courant...ça c'est ce que je croyais, avant que le courant me fasse passer l'étroiture plus vite que prévu. Ouah, comme aspirée dans la fissure verticale. Déjà que je ne veux pas quitter ce monde merveilleux, me voilà parachutée vers la lumière ! Grrr

Toutes les bonnes choses ont une fin. Sniffff. C'est un large sourire que Philippe découvre à la sortie. Je ne sais quoi lui dire, mis à part merci, je suis aveuglée par toutes les étoiles qui brillent dans mes yeux.

 



 

Gonflage des blocs et c'est reparti avec Bertrand...euh, pardon, Bernard ! Objectif : l'œil du hibou. Je suis si impatiente de retourner dans cette cavité. Les 20 minutes précédentes m'ont déjà rendue accro. Cette fois, c'est la spéléo qui descend, un peu plus agile que la fois précédente, même dans le courant, la progression est plus aisée et tout aussi éblouissante.

 


 

Juste un bémol, je suis sensée poser un fil. Ma curiosité habituelle me pousse à bifurquer un peu sur la droite. Et oui, j’en profite d'avoir le fil qui me suive...ou presque, j’arrive quand même à l'en mêler dans la lampe de mon casque. Oups.  Traversée de la salle des vaguelettes, où je laisse mon dérouleur, et l'on passe de -17,4 mètres à -6 mètres où, au milieu des éboulis, se cache le trou du hibou. Quelle facilité, « ça monte tout seul », sans agrès ! Là, Bernard passe devant moi et franchit cette étroiture. Au premier abord, ce passage ne me paraît pas si étroit...mais c'était la vision de la spéléo. En mode plongée, avec tout le système d'air que j'ai sur le dos, c'est tout autre. Bertrand me montre bien comment franchir ce trou. Entrer, piquer vers le bas, puis se courber pour remonter entre les blocs. La visite s'arrêtera là, les manos sont intransigeants. Mais mon encadrant, qui connaît les lieux comme sa poche me réserve encore une belle surprise. On repasse donc cet œil, moi avec beaucoup moins de facilité que mon binôme qui me fait signe de le suivre ...et là, ouah, on se retrouve dans une cloche d'air. Le corps dans l'eau, la tête à l'air libre, dans une cavité immergée, trop, trop génial. Bon, allez, on repart, direction la sortie, récupération de mon fil d'Ariane....et cette fois, le courant ne me surprendra pas, je prends le temps d'admirer grandement la couleur bleue/verte de l'eau avec la clarté qui revient. J'en prends encore plein les yeux avec ce passage de l'ombre à la lumière. Voilà, 30 minutes de bonheur à l'état pur qui s'achèvent mais des souvenirs qui resteront gravés à vie.

 

 


           Voilà, bien fatiguée et affamée, direction l'hôtel-restaurant que Philippe a réservé...et où il sait que l'on va être choyé.

Une belle soirée, repas, briefing, regonflage des blocs et ballade dans les hauteurs de la ville, avant de s'arrêter quelques minutes sur l'entrée de la Douix, de nuit !

Une nuit bien reposante et un copieux petit déjeuner. Au revoir au patron et à sa bonne humeur, et direction la résurgence pour une 3ème plongée.



 

Ce sera de nouveau avec Bernard, avec pour objectif le fond, à 180 mètres. Je suis hyper motivée mais ça me paraît loin. Pas de soucis, nous irons jusqu'où mes manos me laisseront progresser. Bon, no stress, c'est sans perdre de temps mais avec tout autant d'admiration que je traverse cette cavité. On passe l'œil du hibou, avec déjà plus d'aisance, et nous empruntons la descente dans les blocs, en suivant le fil sur la droite, pour suivre une galerie creusée au niveau d'un joint entre deux stratifications. Nous croisons une autre équipe qui brouille un peu la clarté, mais progressons jusqu'à la trémie, avec plus de facilité que je n'escomptais. Une pensée particulière à tous ceux qui font de la désob dans cet amas de blocs enchevêtrés les uns dans les autres. Retour assez simple, dans ce couloir, dans le sens du courant....direction la sortie. Cette fois, c'est un au revoir à cette cavité, qui m'a donnée tant d'émotions, tant de belles images et tant de ressentis positifs. Cette fois, je ne veux pas voir la sortie, ni la clarté qui annonce la fin de ce stage...je me tourne et regarde vers la diaclase, là où la veille, la truite était venue me saluer. Et, j'avoue une certaine fierté à être allée au bout. Plus d'aisance, moins de stress, m'ont permis de moins consommer et d'aller jusque-là...où il me paraissait improbable de m'aventurer, en 37 minutes.

 

 

 

 






 

Nous mettons la tête hors de l'eau, et là, stupéfaction, 50 personnes sorties d'un bus avaient le regard figé sur ces extra-terrestres que nous étions pour eux. Une seule envie, repartir dans ce monde « hors connexion », de bien être, de décompression.

     Rangement du matériel, repas et briefing, et déjà l'heure de l’au revoir. SNIFFFFFFFFF

 

           






 

 

                                   La fin d'un stage mais le début d'une continuité...

 

MERCI à mon ami et à mes enfants qui me laissent vivre mes passions.

      MERCI aux organisateurs et encadrants pour leur travail, une logistique lourde et leur temps.

             MERCI à tous les stagiaires pour leur sympathie.

                  MERCI au photographe.

 

                                                                                             A bientôt

                                                                          ÉDITH 


Plongee 4.jpg
Plongee 5.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com