Une sortie éreintante :

le spéléodrome

                                                                                                      

                                                                               Samedi 17 Mars 2013

Présents  : Ophélie, Edith, Philippe

Entrée  : puits de Clairlieu (38m)

Sortie  : puits de la Vierge (63m)

Tpst  : 6h

 

Philippe envisage une sortie, vu les conditions climatiques nous optons pour le spéléodrome à Nancy. C'est ainsi que Philippe, Ophélie et Edith se lancent dans la découverte de cette galerie souterraine artificielle en long, en large et en travers.

On gare la voiture … quelque part … et nous partons à pieds en direction du puits de la Vierge que Philippe va équiper pour notre sortie. Et, direction le puits de Clairlieu. Nous descendons par les échelles pour rejoindre, par en haut, le puits Saint Julien « l'école ». Arrivés en bas, nous partons vers la découverte de la galerie jusqu'au ruisseau de l'Asnée. Philippe, bien que habitué des lieux ne connaît pas cette partie du site. Nous avançons péniblement dans la partie inférieure et progressons aussi un peu dans la partie supérieure. Nous arrivons

dans une salle, avec un plafond magnifique réalisé par la

main de l'homme. Nous y prenons une  petite collation à

proximité des salles immergées réservées à la plongée

et une vue sur la forêt à travers une porte en fer. Un petit

coup d'œil dans le bac d'échouement des grenouilles avant

de repartir dans cette galerie très basse, à contre-courant, où

l'eau monte parfois jusqu'aux cuisses. Un doux parcours de

santé, où chaque muscle est mis à dure épreuve.


Souvent recroquevillés, parfois à quatre pattes pour Ophélie,

encore et encore dans l'eau, tantôt avec un tuyau entre les

pieds nous revenons sur nos pas pour prendre la direction

du puits de la Vierge. Chaque concrétion est éblouissante.

De la couleur rouille, grise ou d'un blanc immaculé, les fon=

taines ont formé de magnifiques fleurs de calcite. Le calcaire

recouvre tout, les marches d'escaliers, les barreaux des

échelles murales sont d'une autre dimension et d'une grande

beauté. Ophélie voit pour la première fois des niphargus et

des perles des cavernes. La progression est physiquement

épuisante mais les coulées et le plancher stalagmitique nous

motivent pour avancer.


Au passage nous adressons notre respect aux courageux qui désobstruent le puits de la Haute Borne, dans lequel l'eau coule sans répit. Nous sommes fatigués mais quand, nous voyons notre corde en bas du puits de la Vierge nous prenons quand même la décision d'avancer encore un peu pour découvrir le bout de cette galerie. Heureusement nous y sommes très vite, et ne tardons pas à rejoindre le puits de sortie. Philippe s'engage en premier, une grosse galère avec un problème de ligament au genou. Ophélie et Edith se préparent à se lancer dans ce défi d'une hauteur de 63 mètres. Ophélie se lance en second sur cette corde « élastique » avec de très grosses courbatures aux jambes. Edith, arrivée en haut, une grande fierté s'empare de l'équipe « ouah ! On l'a fait ! »

                                                                                     Ces galeries qualifiées de découvertes sont  en

                                                                                   réalité très éprouvantes si l'on décide une grande

                                                                                   exploration.

                                                                                   Merci à Philippe, notre initiateur, pour son

                                                                                   investissement … on en a pris plein les muscles, la

                                                                                   tête et les yeux. 

 



                                                                               Courbaturées,

                                                                    Mais vraiment enchantées 

                                                                               Ophélie et Edith.



Edith et Ophelie.jpg
Speleodrome.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com