Adresse
/
Téléphone

Les cols Italiens par Aurélien et Cécile

 

Les cols italiens par Aurélien et Cécile



Salut
Voici un petit compte rendu pour le site de notre séjour en Italie où nous avons pu sortir les vélos.

- Le Grand Saint Bernard.
La météo annonce une belle après-midi, nous sortons les vélos du camping car pour un aller-retour au Grand St Bernard, j'annonce à Cécile que le début se passe sur une large route avec de la circulation et que ça va être long, il faut grimper de 1900m en 32km.
C'est vrai que la route n'est pas très intéressante mais quand on arrive à la bifurcation avec la route qui continue sur le tunnel à St Rhémy en Bosses (patrie du jambon d'Aoste), changement de décor et on est tranquille en haute montagne dans les lacets pour les 12 derniers km assez difficiles. L'arrivée est spectaculaire, tunnels, neige et lac encore pris dans les glaces, on ne traine pas en haut, même s'il fait beau à 2750m le vent n'est pas chaud. Un nouveau grand col au tableau de chasse.

- Les Lacs.
Avec Cécile on aime bien les tours de lacs ! (Bourget, Léman, Annecy) cette fois-ci ce sera en Italie.
 > Le Lac d'Orta est un petit lac dominé par un pic le Mottarone qui culmine à 1450m que j'ai repéré sur la carte, nous partons sans trop savoir ce qu'il nous attend, après avoir longé le lac nous commençons l'ascension par du raide, le 1er km est à 11% les 4 suivants entre 9 et 10, nous rattrapons un cycliste qui nous dit qu'il en reste 7 !!! Ah ! si ça continue comme ça va falloir gérer, heureusement les 3 prochains kilomètres sont plus faciles, on sort de la forêt et on domine le lac d'Orta et le Lac Majeur, c'est vraiment beau et très vert. Mais le Mottarone n'a pas dit sont dernier mot, la pente se redresse et un beau coup de cul à 12% au final conclue se beau sommet, qui ressemble au Puy de Dôme. Nous redescendons et finissons le tour du lac.
 > Le lac de Lugano est plus grand, pas question de faire le tour, nous avons décidé de le longer en partie puis de couper par la montagne avant de redescendre sur un autre branche pour rentrer. Ma carte routière n'est pas très précise sur les petites routes, difficile de repérer les montées et les difficultés. En fait on part pour 10km de grimpette les 2 premiers à 10% puis le route se rétrécie devient interdite aux gros véhicules, des lacets terribles et c'est très raide, Cécile m'en veut un peu mais je ne pouvais pas prévoir ! Cette montée est connue puisqu'on voit un panneau qui annonce la montée chronométrée en vélo le 6 Juillet prochain. Le retour est facile en longeant le lac.

- Les Cols du Giro.
Nous posons les valises quelques jours à Bormio située au pied des grands cols du Giro.

 > Le Stelvio. Un col mythique, le plus haut d'Italie avec 2758m, 22km et 35 lacets. Un col spectaculaire et parmi les plus beaux que j'ai fait. Une ascension difficile avec heureusement beaucoup de virages mais les 5 derniers kilomètres sont durs avec des moyennes de 10 voir 12% et surtout l'altitude qui joue, nous nous retrouvons en hiver avec encore énormément de neige au sommet. A la descente nous faisons une petite boucle par le Passo Umbrail qui lui redescend en Suisse.

 > Le Gavia, 2ème plus haut col d'Italie avec 2620m et 25km, en général enchainé avec le Stelvio par les pros. Très beau col avec une montée en 2 temps, remontée de vallée jusqu'à Santa Cateina, pas si facile que ça puis la route perd la moitié de sa largeur et grimpe en lacets, c'est irrégulier mais ça se monte bien, après les rampes on peut récupérer et les 3 derniers kilomètres sont faciles, même topo avec beaucoup de neige et haut.

 > Passo Foscagno, 2291m et 25km. Ce col est plus facile et très régulier, moins intéressant et prestigieux que les 2 autres nous avons quand même voulu le faire, surtout qu'on peut continuer sur le Passo d'Eira 2208m et donc faire deux 2000m dans la journée.

 > Le Mortirolo ou Passo Dello Foppa. Celui là est un géant, moins haut 1852m mais son profil fait peur, on a le choix, soit 12km à 10,5% soit 14km à 8,5%. Nous choisissons la 2ème, la réputation de ce col réclame de la prudence et en effet c'est une succession de marches, les kilomètres sont coupés en 2, 500m très raides puis 500m plus faciles. Au final on le grimpe facilement, les jours d'avant nous ont donné une bonne condition.

Pour conclure, malgré une météo orageuse nous avons bien profité de ce séjour riche en cols prestigieux, on conseil à tout le monde de passer quelques jours à Bormio un petite ville belle et bien placée avec de nombreuses activités (vélos, randos, thermes, glaces et pizzas !)