Finite Incantatem - RPG sur Facebook
We are In'Finite
Adresse
/
Téléphone

PRESENTATION

NOM : Flamel
PRENOM : Maxine
AGE : 35 ans en âge mortel (Née en 1633)
AVATAR : Jaimie Alexander
SANG : Pur
FAMILLE : Nicolas Flamel (Grand-Père paternel 1326 - 1992)
Pernelle Flamel (Grand-Mère paternel 1330 - 1992)
Anselme Flamel (Père 1610 - 1643)
Edmée Pinoteau Flamel (Mère 1613 - 1643)
 
PARTICULARITÉS :
- Possède du sang de vélane de par sa grand-mère paternel
- A des dons de métamorphomages de par sa mère - Grand intérêt pour l’alchimie, les potions et les anciens rituels de sorcellerie
- A pu développer, durant des siècles d’existence, ses pouvoirs magiques telles que la Legilimancie et l’Occlumancie
- A également appris à devenir Animagus, elle se métamorphose en Louve.
 

GRANDES LIGNES :

- Petite fille de Nicolas Flamel, a vécu plusieurs siècles grâce à l’élixir de vie fabriquée à partir de la Pierre Philosophale.
- A perdu ses parents car tués par les moldus lors d’une chasse aux sorcières et a donc été élevée par ses grands-parents paternels. Elle voue depuis ce jour une haine secrète pour les moldus.
- A voyagé autour du monde pour trouver sa vocation et a ainsi appris de nouvelles pratiques magiques dont notamment la magie noire. ...
 
 
 
 
 
 

PRESENTATION

NOM : Flamel
PRENOM : Maxine
AGE : 35 ans en âge mortel (Née en 1633)
AVATAR : Jaimie Alexander
SANG : Pur
FAMILLE : Nicolas Flamel (Grand-Père paternel 1326 - 1992)
Pernelle Flamel (Grand-Mère paternel 1330 - 1992)
Anselme Flamel (Père 1610 - 1643)
Edmée Pinoteau Flamel (Mère 1613 - 1643)
 
PARTICULARITÉS :
- Possède du sang de vélane de par sa grand-mère paternel
- A des dons de métamorphomages de par sa mère - Grand intérêt pour l’alchimie, les potions et les anciens rituels de sorcellerie
- A pu développer, durant des siècles d’existence, ses pouvoirs magiques telles que la Legilimancie et l’Occlumancie
- A également appris à devenir Animagus, elle se métamorphose en Louve.
 

GRANDES LIGNES :

- Petite fille de Nicolas Flamel, a vécu plusieurs siècles grâce à l’élixir de vie fabriquée à partir de la Pierre Philosophale.
- A perdu ses parents car tués par les moldus lors d’une chasse aux sorcières et a donc été élevée par ses grands-parents paternels. Elle voue depuis ce jour une haine secrète pour les moldus.
- A voyagé autour du monde pour trouver sa vocation et a ainsi appris de nouvelles pratiques magiques dont notamment la magie noire.
- A vécu quelques temps en Egypte pour retrouver des écrits de son aïeul dans la bibliothèque d'Alexandrie et y a rencontré Jamie McKenzie.
- Est devenue la seule héritière Flamel après la mort de Nicolas et s’est alors vu légué tous ses travaux.
Dans ses manuscrits des codes, des plans et des énigmes mystérieuses y figurent. Il a fallu du temps à Maxine pour savoir à quoi tout ceci menait mais finalement elle a compris : la Pierre Philosophale n’a pas été détruite et est caché des yeux du monde.
- Réside aujourd’hui en Angleterre afin de former un groupe de puissants sorciers prêts à mettre à genoux les moldus et tous ceux qui l’en empêcheront

HISTOIRE :

Tout le monde, dans la population sorcière, connait l’histoire de Nicolas Flamel. Illustre alchimiste, il a découvert des propriétés magiques qui ont permis une avancée révolutionnaire tant en potion qu’en botanique. Mais sa plus grande invention, restée marquée dans l’histoire, est sans nul doute la Pierre Philosophale. Grâce à celle-ci, il a pu concocter un elixir de vie qui l’a fait vivre durant des siècles. Sa femme Pernelle, grande ensorceleuse et vélane, a également pu profiter d’une vie longue grâce à cette potion unique et dont la préparation n’était connue que de Nicolas.
 
Son fils –né quelques siècles plus tard- a perpétué la prestigieuse lancée de Nicolas et est devenue un maître des potions hors pair. Il s’est surtout spécialisé dans les remèdes médicinaux, reprenant d’anciens rituels druidiques qu’il a perfectionnés. Il rencontra la femme de sa vie dans un lieu sinistre où la peste régnait vers l’an 1630. Il la sauva de la maladie, ainsi que sa famille et tout le village sorcier où elle habitait. Tous deux tombèrent follement amoureux l’un de l’autre. La Métamorphomage, Edmée, finit par épouser Anselme et abandonna le nom de Pinoteau pour celui de Flamel.
 
Quelques années plus tard, Nicolas eut la joie de devenir grand-père –bien que ce ne fut qu’une fois dans sa longue vie- d’une petite fille que l’on nomma Maxine. C’était une petite fille qui respirait la joie de vivre. Toujours le sourire, des grands yeux malicieux, Maxine avait rendu son grand-père plus heureux que lors de la découverte de la Pierre. Mais alors qu’une longue vie d’immortalité attendait cette jolie petite famille, Anselme décida avec son épouse de filer une vie normale, bien qu’entourée de la magie, mais sans élixir de vie. Une vie qui pouvait ne durer que 20, 30 ou 50 ans, mais qui leur suffirait à profiter de chaque instant de bonheur sincère. Ainsi Anselme, sa femme et Maxine partirent vivre chez les parents d’Edmée.
 
Les années passèrent, la petite Maxine prenait de l’âge. Mais son 5ème anniversaire fut frappé d’une terrible nouvelle : l’héritière des Flamel était née avec une malformation du cœur qui la rendait vulnérable. Son cœur n’avait pas toujours la force nécessaire pour battre. A cette époque, aucune chirurgie n’existait, ni aucun remède tant dans le monde moldu que dans le monde sorcier. Anselme du travailler sans relâche pour soigner sa fille. Il n’y eut pas de remède miracle mais la vie de la petite Maxine ne s’arrêta pas. Anselme avait su concocter une préparation à base de potion de vigueur, d’essence de Dictame et de potion de régénérescence, complémentés par des ingrédients rares. Une préparation longue et complexe mais qu’il faudrait que Maxine apprenne le plus tôt possible car à tout jamais elle devrait prendre ce traitement pour son cœur. Bien évidemment, Nicolas Flamel avait suggéré l’idée de l’elixir de longue vie mais Anselme resté sur sa position, il avait juré à son épouse une vie sans immortalité, sans pierre philosophale. Ainsi Maxine poursuivit son enfance aux côtés de ses parents, le danger écarté. Elle développa très tôt ses premiers dons de sorcière et à 7 ans sa mère lui apprit à contrôler ses capacités de métamorphomage qui variées selon ses émotions. Il fallait qu’elle les maîtrise pour que les moldus ne soupçonnent pas leur existence.
 
Cependant, la sombre année de 1643 marqua un tournant sanguinaire dans l’histoire magique française. Les moldus lancèrent une terrible chasse aux sorcières –car ils pensaient que c’étaient eux les responsables de la peste- avec capture, torture, humiliation publique et mort au rendez-vous. Anselme et Edmée furent dénoncés et les dernières heures de leur vie se déroulèrent sous les yeux de Maxine, cachée. Sa mère fut accrochée sur la place où on lui jeta des pierres. Ses dons de métamorphomages ne purent échapper aux yeux des moldus qui la virent changer d’apparence à chaque coup reçu. Décidés à éliminer la magie de leur monde, les moldus finirent par la pendre, tandis que Anselme était emprisonné dans une cage que l’on jeta à l’eau. Nicolas trouva sa petite-fille à temps et l’emmena loin de ces persécutions, plus au Nord de la France. La petite Maxine, presque âgée de 10 ans, faisait d’horribles cauchemars causés par les souvenirs de cette scène atroce. Elle ne comprenait pas son grand-père qui voulait vivre en harmonie avec moldus, elle savait qu’ils étaient néfastes pour les gens comme eux, les sorciers.
 
Nicolas hésita à inscrire sa petite-fille à Poudlard mais son anglais n’étant pas parfait elle finit par étudier à Beauxbâtons. Ses dons furent vites reconnus par l’ensemble de ses professeurs, c’était une élève assidue et concentrée. Elle ne baissait jamais les bras face à l’échec et s’endurcissait davantage. Son fort caractère n’était pas apprécié de tous mais ses professeurs étaient patients avec elle, connaissant l’histoire de ses parents. Maxine s’entendait à merveille avec son professeur de potion. Elle lui avait d’ailleurs transmis la recette de la préparation pour son cœur que son père lui avait légué et se charger lui-même de lui concocter tous les mois. Quant à son professeur de métamorphose, il était ravi d’avoir une métamorphomage dans sa classe. Maxine parcourait une scolarité brillante et surprenante à la grande joie de son grand-père.
 
Elle sortit de Beauxbâtons avec son diplôme en poche, mention spéciale dans de nombreuses matières. Maxine travailla aux côtés de son grand-père et reprit les recettes médicinales de son père pour soigner le village où ils vivaient. Le nom des Flamel n’était pas prêt d’arrêter de surprendre le monde. Et d’ailleurs, le monde, Maxine voulait l’explorer. A 28 ans, elle demanda l’autorisation de son grand-père pour partir et trouver sa voie. Car elle avait beau maîtriser maints disciplines magiques, elle ne savait pas pour autant laquelle lui offrirait un avenir plus prometteur qu’un autre. Elle ne savait pas quoi faire de sa vie. Nicolas entreprit une longue conversation avec sa petite-fille. « Tu peux profiter d’une vie où tu excelleras dans toutes ces disciplines. Tu pourras être maître des potions pendant un siècle, puis éleveuse de dragon durant un autre, devenir médicomage quelques décennies avant d’être professeur d’Astronomie. » Tout ceci paraissait fou ! « Comment puis-je vivre tous ces vies en une seule, grand-père ? » Nicolas sortit une pierre rouge de sa poche et répondit : « Grâce à ça. » Maxine n’avait jamais vu cette pierre de ses propres yeux. Ca n’avait été qu’une légende pour elle. « Elle te permettra de vivre sans cette faiblesse au cœur. L’elixir de longue vie a tant à t’offrir. »
 
C’était décidé. Maxine partit faire le tour du monde en gardant contact avec son grand-père qui lui envoyait tous les mois le fameux elixir. Mais pour qu’il ne tombe pas entre de mauvaises mains, il fallait ajouter encore un ingrédient, le seul que Maxine connaissait dans la recette de l’élixir. Un ingrédient assez commun mais qu’il fallait bien doser pour que l’elixir soit efficace.
 
Durant des siècles, Maxine voyagea et changea de vie. Elle apprit à marchander avec les gobelins, elle combattu des loups-garous et rencontra de puissants sorciers qui lui apprirent à développer ses pouvoirs, voire même à les décupler ! La jeune Flamel découvra des formes de magie non enseignées à l’académie de magie et elle s’intéressa à chacune d’elle. Le vaudou en Afrique, les invocations d’esprit en Amérique, la nécromancie en Asie et la Magie Noire en Europe, avec Grindelwald par exemple. Et par dessous tout, elle apprit à être un Animagus. Le processus fut long et renouvelé 3 fois car l’impatience lui avait fait faire des erreurs. Mais ces efforts ne furent pas vain: Maxine peut à présent se métamorphoser en louve.
 
Faisons un bon dans le temps. Nous sommes désormais en 1991. Nicolas Flamel contacte son vieil ami, Albus Dumbledore, pour lui faire part d’une grosse inquiétude. Il a retrouvé son atelier sens dessus-dessous et il suspecte que quelqu’un veuille lui dérober la Pierre Philosophale. Albus lui propose alors une aide précieuse : protéger la pierre à Poudlard avec maintes épreuves complexes à passer pour y accéder. Tous les professeurs de Poudlard se sont investis dans ce projet car si la pierre tombait entre de mauvaises mains, cela pourrait avoir des conséquences catastrophiques sur le monde. Alors Nicolas laissa la pierre à Dumbledore, lui indiquant le coffre de Gringotts où il l’avait placée, après avoir concocté assez d’elixir de longue vie pour toute une année. Quelques mois plus tard, en 1992, Harry Potter empêcha Voldemort de dérober la pierre. Dumbledore engagea une longue discussion avec Flamel quant au destin de la pierre. Il fallait qu’elle soit détruite, ses pouvoirs étaient trop puissants et donc trop dangereux pour des sorciers mal raisonnés. Flamel jura de détruire lui-même la pierre, Dumbledore le laissa faire en ayant une confiance aveugle pour son ami. C’est ainsi, après 665 années de vie, que mourut Nicolas et sa femme quelques mois après la destruction de la pierre.
 
Maxine fut informée du décès de ses grands-parents. Elle rentra donc au pays et toucha son noble et énorme héritage. Une lettre de Nicolas lui fut adressée dans laquelle il expliquait le saccagement de son atelier, la protection de la pierre puis sa destruction. Il avait organisé lui-même ses obsèques et avait rangé ses affaires avant de succomber à la vieillesse naturelle. Maxine posa ses valises dans le domicile de ses grands-parents devenu désormais le sien. Elle put accéder à l’atelier de Nicolas, atelier qui lui avait été toujours interdit d’accès. Il regorgeait d’écrits, de mémoires et d’anciens travaux de son aïeul. Certains manuscrits étaient bien curieux, d’autres indéchiffrables, mais ça attiser la curiosité de Maxine. Elle regrettait la disparition de son grand-père et regrettait surtout le fait de ne pas avoir été si présente que ça à ses côtés. Soudain elle ne s’inquiétait plus du passé mais bien de l’avenir. La pierre philosophale avait disparue, l’elixir de longue vie ne pouvait donc plus être préparé ! C’est une vie de mortelle qui attendait Maxine, mais par-dessus tout une vie où son cœur était de nouveau faible.
 
Maxine tenta de déchiffrer les écrits de son grand-père. Il y avait maints codes secrets, maintes énigmes, maints plans mystérieux. A quoi menaient-ils ? Il fallut un an pour que l’esprit de la Flamel y voie enfin clair : la Pierre Philosophale n’avait pas été détruite et Nicolas Flamel l’avait caché aux yeux du monde en laissant à sa petite-fille le droit de la retrouver et de prendre elle-même la décision sur la destinée de la pierre : la détruire ou la réutiliser ? Le pouvoir de la pierre est incommensurable. Transformer les métaux en or, produire l’élixir d’immortalité et bien plus encore. Les capacités de la pierre ne sont pas encore tous répertoriées. Mais il est certain qu’elle procure un grand pouvoir enivrant. Maxine était prête pour cette quête ! La Pierre Philosophale la mènerait au pouvoir ; prendre le dessus sur les moldus et avoir sa revanche pour ses parents.
 
Le monde attendait une nouvelle fois la Flamel, son grand-père avait utilisé les derniers mois de sa vie pour organiser cette incroyable quête vers ce qui semblait être son Graal. Son périple la mena, entre autre, en Egypte. Et plus précisément à la bibliothèque d’Alexandrie où devait se trouver un manuscrit unique de Nicolas Flamel. Maxine possédait « une clé » permettant de lire entre les lignes. Et alors qu’elle cherchait sans relâche ledit livre, il se trouva qu’un autre sorcier l’avait en sa possession, un certain McKenzie. Il était hors de question pour Maxine de dévoiler le pourquoi du comment, mais il fallait à tout prix qu’elle obtienne ce manuscrit. Elle se résout tout de même à donner son identité au sorcier et expliqua qu’elle cherchait à reconstruire l’héritage des travaux de son grand-père. Jaimie n’était pas dupe, il n’était pas prêt à céder le livre pour une explication aussi vague. Soit. Maxine se résolut à parler de sa quête ce qui intéressa beaucoup le sorcier. Tous deux tissèrent un lien de confiance, une véritable adéquation les unissait. Ils gardèrent même contact quand elle poursuivit sa quête à travers le monde. Mais les réponses à ses hiboux ne parvinrent plus, Jaimie avait-il abandonné ?
 
Nous sommes aujourd’hui en 1999, Maxine est plus forte et plus déterminée que jamais. Elle a récolté pas mal d’écrits de son aïeul mais ceux-ci sont truffés d’énigmes et de codes en tout genre. Il lui faut une équipe, un groupe de suivants hors du commun qui pourraient lui permettre de déchiffrer les manuscrits de Flamel et de récupérer la Pierre Philosophale. Un clan de sorciers prêts à faire agenouiller le monde moldu face à la puissance des sorciers. Elle a débarqué en Angleterre après avoir décrypter un poème lui indiquant des mots comme sanglier ou quatuor. Il s’agissait de toute évidence de Poudlard, avec ses gardiens sangliers et son quatuor de fondateurs. Maxine n’avait pas la possibilité de rentrer dans l’école, alors il faudra que ce qu’il y a dedans vienne à elle, et Poudlard avait tant de jeunes esprits à offrir pour les corrompre (ou les allier, tout est une question de point de vue).