Compte rendu conférence E.M.A.S.


Compte-rendu de la réunion d’information

sur les risques liés à internet et au téléphone portable, du 25/11/2013.

 

En préambule à la réunion:

 

Mme Lepeltier-Poiret nous rappelle une partie du règlement intérieur sur l’interdiction des téléphones portables dans l’établissement.

Deux personnes de l'«E.M.A.S» sont présentes dans l’établissement pendant deux jours le 25 et 26 Novembre afin de sensibiliser les élèves de 4ème (2 classes) et les 5ème (toutes les classes) sur les problèmes rencontrés en début d’année car les élèves incriminés font partit de ces classes.

 

-Agression physique à l’extérieur de l’établissement qui a été filmé par des téléphones portables de certains élèves, cette vidéo est partie sur la toile.

 

-Un enfant a pris en photo un enseignant dans la classe.

 

-Un parent d’élève a demandé à son enfant de filmer le cours.

 

La société «E.M.A.S» fait partie de l’éducation nationale elle veille à la sécurité dans les établissements scolaires, de la maternelle jusqu’au lycée. Ces quatre objectifs sont:

 

1) Prévention: Internet, Violence,


2)Aide aux victimes: Enfants, adultes, prise en charge de celles-ci, accompagnement pour déposer une plainte, rappel de la loi.


3) Action de sécurisation: à l’extérieur des établissements, intervention en soutien de l’équipe de l’établissement, régler le conflit par le dialogue.


4) Cellule de crise: Décès d’un élève dans l’établissement.


Dans tous les cas la demande d’intervention est toujours sollicitée par le chef de l’établissement.

 

Les niveaux hiérarchiques dans l’inspection Académique sont:


-Mr Ali Saïb le recteur Académique d’Aix-Marseille,

-Mr Beck le Directeur Académique du Vaucluse

-Mr Aumonier Thierry le Directeur du service IMAS

 

►Une intervention de l'E.M.A.S est déjà programmée pour l'année prochaine au collège.

►Une société sur Avignon existe pour addiction des téléphones portables qui est       «étape 84».

 

 

Les différents modules abordés pendant ces deux jours sont:

 

1°Fonctionnement d’internet:

C’est un réseau mondial, il existe dans les différents pays des gros serveurs ou toutes les informations et vidéos qui circulent sont enregistrées. Elles sont stockées pendant dix ans et peuvent être utilisée comme preuve en cas d’enquêtes. Chaque ordinateur et téléphone portable ont une adresse IP. Cette adresse est l’image du serveur qui ne peut pas être effacée, elle est gravée a vie, même si l’on jette l’ordinateur, son adresse reste toujours présente.

Petit rappel aux parents: Il faut mettre le contrôle parental sur les ordinateurs de la maison pour réduire les risques à vos enfants.

Sur Facebook, l’âge minimum d'utilisateur requis est de 13 ans, cela n’empêche pas des enfants plus jeune d’être inscrit sur ce réseau en modifiant l’âge. Dans le règlement de Facebook il est stipulé que tous les contenus leurs appartient, ils peuvent les utiliser à l’encore des personnes pour leur propres Bisness.

Quelques exemples nous sont donnés pendant la réunion.

 

 

2° Loi, code pénal:


Facebook nous tient responsable du contenu de notre compte.

Un enfant de dix ans peut être retenu au commissariat pendant 12 heures maximum renouvelable 1 fois et peut être placé dans un centre éducatif.

 

A partir de 13 ans un enfant est pénalement responsable de ses actes et de ses gestes

.L’enfant peut être placé en garde à vue, voir faire de la prison en fonction des faits qui lui sont reprochés.

Après une enquête de police il peut y avoir une amende de plusieurs milliers d’Euros pour les parents et l’enfant peut faire de la prison dans un établissement dédié EPM «prison éducative pour mineur», l’enfant poursuit sa scolarité à l’intérieur de celui-ci.

 

HAPPY SLAPPING:

 

L’acteur de l’enregistrement vidéo à la même peine que celui qui a donné des coups.

 

Des coups sur un enfant mineur ou handicapé, c’est trois ans de prisons et jusqu’à 45M€ d’amende pour les parents. Pour la personne qui a donné e les coups ainsi que pour celle qui a enregistré la vidéo. Pour la personne qui diffuse la vidéo sur un réseau quelconque peut encourir jusqu’à cinq ans de prison avec une amende pouvant aller jusqu’à 75 M€

Normalement il faut toujours demander (par écrit) le droit à l’image à la personne qui doit être prise en photo ou en vidéo.

 

3°Les dangers:

 

Internet dans la chambre de l’enfant ne doit pas exister, aussi bien l’ordinateur que Smartphone.

Certains enfants passent des heures à faire des SMS jusqu’à une heure avancée de la nuit avant de s’endormir. Le lendemain matin l’enseignant de l’enfant devine la nuit de cet enfant.

Même avec un ordinateur éteint, une personne «hackeur» peut mettre la webcam de celui-ci en service à distance. Quelques exemples nous sont donnés pendant cette intervention. Bloquer la caméra avec l’aide d’un chiffon ou d’un sparadrap afin que celle-ci ne puisse pas être utilisée pendant la nuit, pour préparer un vol ou un cambriolage pas exemple.

 

Victime: Une personne peut être victime d’un Cyber harcèlement. Acte de violence morale répété dans le temps.

 

Auteur: Vidéo posté sur FACEBOOK avec insulte sur la victime. Complicité.

 

Piratage: De plus en plus de personnes se font pirater leurs comptes. Ils n’ont plus d’accès, leur mot de passe n’est plus pris en compte. Il faut immédiatement porter plainte à la gendarmerie. Les parents sont pénalement responsable du compte de leur enfant. Si le compte est utilisé à fin diffamatoire c'est le détenteur du compte qui est tenu responsable.

 

Confronter à un prédateur: mettre au minimum «à mes amis» sur Facebook dans les paramètres de confidentialité.Ne pas mettre la photo du visage de l’enfant, ne pas annoncer son âge, mettre le moins possible d’informations personnelles.

 

Si cela arrive, l’enfant doit en parler avec un adulte au plus tôt.


Pour les jeux vidéo en lignes les mêmes risques existent.


Tout les réseaux sociaux ou jeux en lignes sont concernés et doivent être sous surveillance ou au moins vigilance des parents (ne pas donner d'adresses personnelles, bloquer l'accès aux «amis», au public, ne pas mentionner d'âge.)

 

En résumé...Il faut dialoguer avec nos enfants pour leur faire prendre conscience que derrière leurs écrans ils ne sont pas seul. De l'autre côté il peut y avoir un enfant comme eux mais aussi un adulte avec de mauvaises intentions. Tout ce qui est noté sur internet y reste. Il ne suffit pas d'effacer un mot pour qu'il disparaisse. On peut jeter l'ordi, les écrits restent enregistrés sur des serveurs et peuvent être réutilisés ou sortis de leur contexte.

Les parents présents ont fait la demande pour sensibiliser les enfants dès la 6ème, cela toucherait ainsi tous les enfants au fil du temps.

Les élèves de 4ème sont beaucoup moins réceptifs.


Lors d'une réunion un élève prenant conscience d'une «bêtise» qu'il a commise sur internet est sorti en pleurs. Il a été pris en charge immédiatement par les intervenants de l'E.M.A.S.

 

Elisabeth MARIGNANE et Michel PREIRE

création de site internet avec : www.quomodo.com