L'ESHB dans les médias !

"Le renouveau du basket héninois"


Un documentaire réalisé par ILTV le 05/02/2013


L'ESHB dans LA VOIX DU NORD

Hénin et Alentours

Le ESHB à trois pas de remonter de l'enfer au paradis du basket

Publié le 15/05/2010 à 05h06

Il y a un an presque jour pour jour, l'ESHB basket était moribonde. Alors empêtrée dans des problèmes financiers, son équipe senior subissait les affres de la relégation. Aujourd'hui, les finances sontà nouveau saines et l'équipe première retrouve la division pré-région. Avant, peut-être,de marquer de nouveaux points pour le titre de champion départemental.

Le ESHB à trois pas de remonter de l'enfer au paradis du basket

PAR FABIEN GROUÉ


henin@info-artois.fr


On avait quitté Sylvain Philippe clopin-clopant, boitillant sur ses béquilles à la suite d'une déchirure, sur le parquet, des ligaments croisés du genou, et propulsé à la tête d'un club de basketball à son image. Le troisième président en trois ans. Englué dans un marasme financier qui menaçait de noyer l'Entente sportive d'Hénin-Beaumont (ESHB), suffocant devant des dettes accumulées (1 200 E de budget pour régler environ 6 000 E de factures) et les tergiversations de la mairie à l'idée de verser d'importantes subventions (seuls 5 200 E avaient été versés sur les 13 000 E attendus), le club, sportivement, se contentait de rayer le parquet avec ses béquilles, au point que l'équipe senior connue la relégation cette année-là. Un an presque jour pour jour plus tard, engoncé dans son équipement rouge et blanc, et débarrassé de ses entraves, Sylvain Philippe a retrouvé sa réussite aux paniers. « Visiblement, la rééducation a bien fonctionné, sourit-il.


De la même manière que le président, le club a repris le chemin des parquets. » En tapant aux portes du préfet, des conseils régional et général, de la fédération, de la ligue et du comité sportif, il obtint un report salvateur des versements, acquittés par les subventions finalement tombées avec six mois de retard. Une bouffée d'oxygène avant l'application d'un plan de rigueur drastique : fini le remboursement des frais de déplacements pour les joueurs et la rémunération des entraîneurs, aujourd'hui bénévoles. « Ça a été très bien accueilli par 75 % des personnes qui étaient attachées au club, assure aujourd'hui le président. On n'est pas un club de haut niveau ! À partir de là, c'est du sport pour tous, donc de l'équité. Ça a eu pour effet bénéfique un investissement des parents. C'est important. » Passant de 30 000 E de budget à 20 000 E. La précision est subtile. Au moment où le nouveau bureau - composé de joueurs - en reprend les rennes, le club compte 107 licenciés. En début d'exercice 2009/2010, il n'en compte plus que 50. Un nettoyage par le vide qui s'est fait naturellement, dégageant un noyau de personnes prêtes à s'investir. Les prémices de la mise en place d'un esprit club, cimenté par des actions ponctuelles comme les voeux du président, la remise d'équipements neufs aux couleurs de l'ESHB et, plus récemment, l'opération « tous en rouge et blanc », qui réunie 150 spectateurs lors du dernier match de l'équipe senior, contre une vingtaine habituellement.


Remontée en pré-région


Les affres de la descente digérées, l'équipe à su se remobiliser, se souder et sauter vers un objectif ambitieux : le titre de champion départemental ou à tout le moins la remontée. « J'aurais voulu vous dire qu'on avait fini invaincu mais on s'est raté il y a trois semaines , avoue Sylvain Philippe. Par contre on l'est à domicile cette saison, ce qui nous permet d'accéder de nouveau à la division pré-région.


 » Reste encore deux matches à jouer déterminants pour le titre. Un avant goût de saison à venir, et ça commence aujourd'hui. En espérant qu'elle ne soit pas trop délicate.


Alors que le club attendait les traditionnels 5 200 E en premier versement de subvention, seuls 3 000 E auraient atterri sur le compte. Ce qui laisserait à penser que cette année, la somme définitive ne s'élèverait qu'à 7 000 E. •


Match à 20 heures ce soir, au stade Octave Birembaut, contre Outreau ; puis le 29 mai, aux Attaques, banlieue de Calais. Matches décisifs pour l'attribution du titre.


La Voix du Nord

L'ESHB dans LA VOIX U NORD

Finales des coupes d'Artois basket : « C'est toujours très fair-play »

Publié le

La Voix du Nord

Depuis ce matin, 8 h 30, les finales des coupes d'Artois ont commencé, sur les terrains du complexe François-Mitterrand, à Hénin-Beaumont. Vingt-quatre équipes, douze matches, deux cent quarante joueuses et joueurs allant des U9 aux seniors : aujourd'hui, à Hénin, c'est la fête du basket. une fête organisée cette année par l'équipe dirigeante de l'ES Hénin-Beaumont Basket-Ball, emmenée par sa toute fraîche présidente, Brigitte Lallemant. Rencontre.

 Hier soir, les gradins étaient encore vides. Depuis ce matin, ils sont plein de joueurs et de supporters.

PAR RENO VATAIN


henin@artois-info.com


« Quand je suis arrivée à l'Entente sportive, en 2006, j'avais dit que je n'assurerai plus aucune fonction... » C'est raté.

D'abord parce qu'elle en était jusqu'au 1er mai la vice-présidente. Et que depuis cette date, elle est... présidente du club. Pourquoi ne voulait-elle au départ plus avoir à prendre de décision ? « Mon premier club, c'était Rouvroy. Et c'est mon mari qui en était président.

À cause d'ennuis de santé, il a dû quitter ses fonctions. Et derrière, personne n'a repris. Le club a fini par disparaître. Alors quand je suis arrivée à Hénin, j'en avais gros sur la patate... »

Le basket dans la peau

Mais on ne commence pas le basket à 7 ans, du côté de Billy-Montigny, pour ensuite pratiquer pendant quarante ans, jusqu'à devenir arbitre, sans une bonne dose de passion. D'autant que madame a siégé huit ans au comité départemental et deux, à celui de la région. Autrement dit, le basket, elle l'a dans la peau. Et qui dit passion, dit investissement.

Vu comme ça, on comprend mieux qu'elle soit revenue sur sa décision. D'ailleurs, ça fait quoi, de devenir présidente ? « Ça fait un peu peur. C'est un gros engagement, beaucoup de responsabilités. Par exemple, au niveau des encadrants, il faut faire en sorte que tout le monde soit au même niveau. Après, c'est vrai que mon passif m'aide beaucoup. Je connais les gens des deux ligues : quand j'ai un souci, je sais que je peux les contacter.

 » En tout cas, le 15 juin, le club fait son assemblée générale. Et elle est élective. Se présentera-t-elle à sa succession ? «  Je ne sais pas encore. Si je vois que personne ne se présente... » Elle ne voudra sûrement pas revivre la déception endurée à Rouvroy. «  Mais si je continue, il faudra que j'arrive à m'entendre avec les jeunes ! », rigole-t-elle. Pourtant, 55 ans, ça n'est quand même pas la vieillesse, non ?

En attendant, des jeunes, elle va en côtoyer toute la journée, pendant ces finales de coupes de l'Artois : « Il y a vingt-quatre équipes, et ça commence par les U9 », explique celle qui avec son staff, notamment « Nathalie et Arnaud Schepens, il faut les citer, ils s'investissent beaucoup ! », planche sur l'organisation de ces finales depuis trois mois. Où ils attendent « plus de quatre cents personnes ! » Et pour ça, les parents des joueurs du club donnent aussi un coup de main : « On a la chance qu'ils s'investissent aussi beaucoup », constate la présidente.

Pourquoi avoir choisi d'organiser l'événement cette année ? « Chaque ville s'en occupe à tour de rôle. Comme cette année on fête les quarante ans du club, on voulait marquer le coup. Notamment en recevant les finales de coupes d'Artois. Et puis c'est très fair-play, comme tournoi. Chez les garçons, c'est un peu plus physique, mais fair-play quand même », explique-t-elle.

Devenirun club formateur

Fêter un anniversaire c'est bien ; préparer le futur, c'est encore mieux : « Ce qu'on vise, c'est devenir un club formateur. Le but, c'est que dans dix ans, on ait les mêmes résultats que ceux d'aujourd'hui, mais avec des équipes composées exclusivement de joueurs formés chez nous. Ce serait l'idéal. Mais je ne sais pas si je serais encore là dans dix ans ! », rigole-t-elle à nouveau. On parierait que oui. Et si pour X raisons, elle décidait un jour de quitter le club, elle sait qu'elle pourrait toujours compter sur ses deux fils, qui font partie du staff, pour reprendre la main. Deux fils qu'elle a inscrit au basket dès leur plus jeune âge, ça va de soi...

Les seniors tenants du titre

Avec tout ça, on en oublierait presque de parler de l'équipe senior, qui jouera ce soir à 17 h, en clôture de la compétition. « On visait la montée de promo départementale en régional en cinq ans, on l'a fait en trois ! Et ce week-end, on joue le titre de champion. On a gagné à l'aller... » Quant à cet après-midi, les seniors, déjà tenants du titre, comptent bien remporter la finale. Avec au premier rang, leur première fan : madame la présidente. •  

Les finales des coupes d'Artois, aujourd'hui, dès 8 h 30, au complexe François-Mitterrand. Finale des seniors à 17 h.

L'ESHB dans LA VOIX DU NORD

Basket-ball (Excellence): un de chute pour Béthune face à Hénin

Publié le

La Voix du Nord

Les Béthunois, après trois succès consécutifs, ont subi la loi de leur bête noire en faisant preuve d’une très grande maladresse.

 Les Béthunois ont manqué d’adresse.  PHOTO AXELFLO (CLP)  LOCVDN

Pour ne pas subir, les Béthunois se devaient de mettre de l’intensité et de l’agressivité en défense jusqu’au rebond pour se propulser ensuite rapidement vers l’avant. Béthune se compliquait le début de rencontre et comptait 8 points de retard à 10 minutes de la pause. « Notre défense était trop laxiste et nous étions insuffisants en attaque dans notre jeu intérieur, déplorait le coach qui voyait l’écart passer à 20 points. On donnait le match ou on sortait les griffes. » L’électrochoc fonctionnait et les Béthunois grignotaient les points (29-36, mi-temps).

De retour sur le parquet, un manque de concentration et deux tirs à trois points encaissés ne désarmaient pas les Béthunois qui revenaient, comptant même 7 points d’avance. Hénin pratiquait alors en défense de zone, perturbant les Béthunois jusqu’à leur faire rater plusieurs lancers francs. Les Héninois égalisaient à 3 minutes du terme.

À une poignée de secondes du buzzer, les Héninois menaient d’un point (67-68), Béthune ratait deux lancers francs et sur le contre, s’inclinait. « La victoire nous tendait les bras mais parmi les multiples détails qui expliquent les raisons de cette défaite, je retiendrai notre défaillance, pour ne pas dire déficience, aux lancers francs : 10 sur 22 », reprochait Denis Lematre. G. M. (CLP)


BÉTHUNE BC - HÉNIN-BEAUMONT : 67-70.

L'ESHB dans La Voix du Nord

Basket (Excellence régionale) : Saint-Nicolas, trop maladroit face à Hénin, cède la première manche du derby artésien

Publié le

VINCENT LE GALLOIS


Ils ont pu faire du bruit, les supporters héninois qui avaient pris place, samedi soir, dans les gradins de la salle Bonne-Humeur.




















Saint-Nicolas a, entre autres, payé cash son passage à vide du début de deuxième mi-temps.

Ils ont pu applaudir leurs favoris qui sont venus battre Saint-Nicolas au terme d’un duel de bon niveau et disputé dans un bon esprit. Ce n’était pourtant pas gagné d’avance. Après tout, un derby de l’Artois, même en Excellence régionale, reste un derby. Les deux équipes se connaissent par ailleurs par cœur, elles qui étaient encore adversaires la saison dernière à l’étage inférieur. Et puis, il y a certaines circonstances qui peuvent inciter à la prudence, comme le fait qu’un seul des deux arbitres ait effectué le déplacement. Michaël Brassart (c’est son nom) s’est mis au diapason d’une rencontre longtemps équilibrée.

Ainsi, Hénin-Beaumont prit les commandes de la partie, dans le sillage de Jérôme Salata, une de ses gâchettes extérieures (12-15, 10e). Comme son équipier Bacqueville lui emboîtait le pas à trois points, il fallait que Saint-Nicolas s’accroche pour rester dans l’allure, d’autant que Patrice Boulinguet avait perdu, dès les tout premiers instants, son intérieure Viale, touché à la cuisse.


Le premier tournant intervint juste avant la pause, sous la forme d’une antisportive sifflée contre l’Héninois Dulongpont. La sanction virait à la triple peine : cinquième faute personnelle et donc match terminé ; quatre lancers, tous réussis par le Médiolanais Tomica ; un panier du jeune Chivet pour offrir l’avantage à Saint-Nicolas (31-34 ; 37-34, 20e). Seulement, Salata évitait à Hénin d’accuser trop rudement le coup avec un panier à trois points au buzzer. Comme l’illustration des « péchés de jeunesse qu’on va devoir corriger », pointa Patrice Boulinguet après le match.


Un autre défaut de Saint-Nicolas fut de laisser son engagement aux vestiaires. Hénin présenta la note avec un 13-4 bien senti, en cinq minutes. Les équipiers de Lemaire allaient courir après ce raté pendant le reste des débats. Médiocres aux lancers francs, maladroits aux shoots extérieurs, les Médiolanais manquaient plusieurs occasions de recoller au score, même si ce trois points de Laribi (49-54, 26e) ou la vingtième unité de Chivet (53-57, 31e) entretinrent l’espoir. L’Héninois Bacqueville se chargea de ramener Saint-Nicolas à la raison (58-65, 36e ; 63-75, 40e). Dommage, car il y avait sans doute mieux à faire. « Je ne suis pas déçu, estimait pourtant Patrice Boulinguet. On a du pain sur la planche, c’est d’ailleurs pour ça que je suis venu. On a fait une belle première mi-temps, qui plus est contre une belle équipe. On a eu un petit moment de flottement et pas d’adresse extérieure. On a aussi oublié le collectif à des moments clefs. Mais les jeunes ne sont pas en cause : ils sont là pour apprendre. Je suis fier des gars quand même. »


BC Saint-Nicolas – ES Hénin-Beaumont : 63-75 (38-37).


Arbitrage esseulé et méritoire de M. Brassart. 200 spectateurs environ. Éclairage de cour de ferme.


SAINT-NICOLAS.- Duquesne, Martougin 9, Tomica 12, Noë 4, Viale, puis Lefebvre, Lemaire 8, Laribi 6, Chivet 20, Malolepszy 4.


HÉNIN-BEAUMONT.- Dulongpont 10, Coget 3, Langue 9, Bacqueville 22, Ciekany 6, puis Olivier, Sikora 10, Salata 11, Lebrun et Randane 4.

Cliquez sur l'article pour accèder à la page source ou pour agrandir les articles scanés
ESHB vice champion.jpg
Photo Equipe Carnieres-ESHB.JPG
ce site a été créé sur www.quomodo.com