Léocanard : Tu es la troisième recrue du club que je rencontre cette saison. Tu es né à ST VALLIER dans le Drome. Tu jouais l'an passé dans ta ville de naissance. Qu'est ce que celà change pour un joueur ? 
 
 Bonjour, j’ai effectivement eu la chance de grandir en tant que joueur dans un environnement familial, dans un contexte que je connaissais d’année en année. J’étais donc plus proche des personnes, plus touché et plus affecté par les évènements attenant au club.
 
En effet mon papa est président du club depuis plusieurs années et fait énormément pour développer le club, mais c’est l’arbre qui cache les dizaines de bénévoles qui travaillent en permanence pour que tout se déroulent parfaitement.
 
Léocanard : Revenons à St VALLIER. Tu avais peu de temps de jeu l'an passé en N1. Malgré tout, tu as tutoyé la pro B quelques secondes lors du play off d'accession qui se déroulait "chez toi".  Même si le souvenir est douloureux, peux tu revenir avec nous sur ce week end que tu n'oublieras pas... 
 
Effectivement, j’ai eu un petit temps de jeu (10 minutes de moyenne) mais qui augmentait au fur et à mesure des matches.
 
Il faut savoir que j’ai repris la saison en janvier suite à ma blessure des ligaments croisés et qu’intégrer une équipe en cours de saison n’est pas chose aisée. J’avais une relation particulière avec le coach (NDLR : jean sébastien CHARDON) qui me faisait totalement confiance et qui n’hésitait pas à me lancer sur le terrain à des moments inattendus.
 
Le week-end du final four restera à jamais gravé dans nos têtes malheureusement. Tout avait très bien commencé avec une victoire contre Caen en demi-finale le samedi soir avec une ambiance incroyable qui nous donnait un avant goût pour la finale.
 
Le dimanche nous jouions à 15H30 contre Aix-Maurienne qui avait sorti la veille l’ABC dans une fin de match houleuse, et où le public de St Vallier avait soutenu le club angevin. Une heure avant le début de la finale, la salle était déjà archi-comble avec une ambiance surréaliste. Nous commençons bien la rencontre jusqu’à la fin du troisième quart temps avant de connaître un trou noir qui nous sera fatal et qui donnera le titre à Aix-Maurienne.
 
Le public Saintvallierois aura été extraordinaire, tout en jaune, et avec même des fumigènes craqués dans la salle jusqu’à une heure après la fin de la finale. Malheureusement nous n’avons pas su récompenser la ferveur populaire par la victoire. 
 
Léocanard : Pour effacer cette déception et gagner du temps de jeu et avoir plus de responsabilité, tu as décidé de rejoindre notre club. Connaissais tu Angers avant de venir ?  Qu'est ce que tu apprécies dans notre ville ? Quels sont les coins que vous appréciez ?
 
J’avais déjà pris la décision dans ma tête de quitter Saint-Vallier bien avant la fin de la saison, puisque je voulais voir autre chose, découvrir une nouvelle région, un nouveau fonctionnement et essayer de me rapprocher par la même occasion de ma copine qui joue à l’UFAB 49 (NDLR : Marie Eve PAGET).
 
Je connaissais la ville puisque j’y étais venu pendant ma blessure. J’ai donc saisi l’opportunité que Gilles Versier m’offrait pour venir m’aguerrir en NM2 avec plus de responsabilités.
 
J’apprécie tout à Angers à la seule exception qu’il n’y a pas de montagnes et que cela me manque. J’adore le centre ville tout particulièrement, je le trouve très beau.
 
Léocanard : Depuis le début de la saison, les résultats de l'équipe première sont assez décevants ; assez loin des standards habituels du club. Quelle est ta vision sur le niveau de jeu produit par l'équipe et par le niveau de la N2.  Quelles peuvent être nos ambitions cette saison ?
 
Je trouve que nous sommes de plus en plus efficaces défensivement puisque nous sommes la deuxième défense de la poule mais que nous n’arrivons pas à concrétiser ceci en attaque. Je pense qu’il faut relativiser notre début de saison car nous avons été dans le match lors de chaque confrontation et que nous aurions très bien pu nous retrouver avec 4 ou 5 victoires au lieu de 4 ou 5 défaites. La N2 est un niveau qui me surprend par la qualité des joueurs et par le jeu proposé. Je pense que le niveau va encore évoluer et que la division va devenir encore plus professionnelle avec le temps.
 
Léocanard : En plus d'être joueur, tu encadres l'équipe U20 masculine du club. Cette équipe évolue en départementale. (Trois vic toires, une défaite après quatre matches).  Que t'apporte cette fonction ? Le coaching et la formation sont ils des voies que tu souhaites explorer à l'avenir ? Pourquoi ?
 
J’adore coacher et essayer d’apprendre le peu de chose que je connais à mes joueurs ou mes joueuses.
 
Nous avons plutôt bien commencé la saison même si nous nous sommes très peu entrainés. J’ai un groupe très sympathique et très attentif à ce que je leur dis et c’est très agréable.
 
Bien évidement que le coaching est une voie dans laquelle je vais continuer pour essayer de progresser et d’avancer vers le haut niveau si possible car j’aime tout particulièrement le contact entre coach et joueur, entre professeur et élève (je fais des études pour devenir professeur d’EPS)
 
 
Léocanard : Parle nous de toi hors basket, quels sont tes autres passions, tes autres occupations?
 
 Je fais des études tout d’abord en STAPS à l’IFEPSA pour devenir professeur d’EPS. Je suis également un grand fan de tous les sports, que ce soit du rugby mon sport préféré, au baseball, au football américain ou autre.
 
Et je suis également un très gros mangeur et pas spécialement un fin gourmet.
 
Merci à vous à Léocanard pour l’entretien et bonne saison à tous.