100 ANS D'UN CLUB

 

Créée en 1912, l'Union Sportive Villemurienne Rugby est alors l'un des tout premier club du comité régional. Après avoir traversé un siècle de vie, marqué par diverses fortunes, le plus vieux club de la ville, aujourd'hui centenaire, est toujours debout dans «ses crampons» et compte bien fêter dignement cet anniversaire.
Certaines pages de sa vie furent glorieuses, avec deux titres de champion de France, plusieurs titres régionaux, une accession en fédérale 2, d'autres, sanctionnées de rétrogradations dans le championnat territorial, le furent moins, mais l'essentiel est qu'il existe toujours.
Un groupe de travail s'est donc mis en place pour organiser les cents ans du club, et c'est la date du samedi 8 juin 2013 qui a été retenue pour ce jour de fête. Le but essentiel étant de rassembler le maximum de monde autour de cet événement, le premier travail pour les organisateurs consiste à créer un fichier d'adresse le plus complet possible de tous, joueurs, entraîneurs, dirigeants ayant participé à la vie du club, afin de pouvoir les inviter à participer à cette journée. Ils ont la possibilité dès aujourd'hui de s'inscrire en appelant Stephan au : 0628022709 ou bien sur l'adresse
100.ans.asv@gmail.com

 

Haut du formulaire

Bas du formulaire

PALMARES DE L'USV ET ASV

Deux titres de Champion de France

1959 :  Champion de France de 3ème Série
1966 :  Champion de France de 2ème  Série

Coupe des Pyrénées – 1954

Champions des Pyrénées en :

1956 : Séniors B,  2ème  Série.
1959 : Séniors A,  3ème  Série.
1966 : Séniors A,  2ème  Série.
1969 : Séniors A,  Honneur.

 

Accession à la 3ème  Division.

1971 :  ¼ Finaliste 3ème  Division. Accession à la 2ème  Division.
1986 : Séniors A, Challenge "Pavois du Girou".
1987 : Séniors B, Challenge "Maurice Gaussens".
1996 : Séniors A et B,  Honneur.

 

Accession à la 3ème  Division.
1997 : 32ème de finale 3ème  Division.
1998 : 16ème de finale 3ème  Division.
1999 : Accession en Nationale 2.
         

NB : Saison 1936/1937, les juniors du Stade Toulousain venaient de
 perdre le Championnat des Pyrénées, battus par … U.S. VILLEMUR.
(Archives du stade Toulousain)

 

Sans titre.JPG

UN PEU D'HISTOIRE Le rugby à XV

Le rugby à XV, qui se joue par équipes de quinze joueurs, est la variante la plus pratiquée du rugby, famille de sports collectifs, dont ses spécificités, outre ses quinze joueurs, sont les mêlées et les touches, mettant aux prises deux équipes qui se disputent un ballon ovale, joué à la main et au pied. L'objectif du jeu est de marquer plus de points que l'adversaire, en marquant soit des essais soit des buts. Le rugby à quinze est originaire d'Angleterre et s'est développé à la fin du XIXe siècle dans les pays anglo-saxons (Afrique du Sud, Australasie, Royaume-Uni), la France.

 

Certaines études affirment que l'ancêtre du rugby est la soule ou sioule, sport très pratiqué en France dès le Moyen Âge. La soule a en effet des caractéristiques communes avec le rugby, comme le knappan au pays de Galles, le hurling en Cornouailles et en Irlande, le calcio en Italie, qui sont issues à la même époque. Mais ces jeux se sont vite éteints à la fin du XVIIIe siècle, au contraire du folk football qui a trouvé refuge dans les collèges anglais. La variante originale a été inventée sur le terrain du principal collège de la ville de Rugby (Angleterre). La légende veut qu'au cours d'une partie de football à la mi-1823, William Webb Ellis, élève de ce collège (la Rugby School) et futur pasteur, porte dans ses bras le ballon derrière la ligne de but adverse alors que la règle est de le pousser au pied. En réalité, les origines du rugby sont bien plus complexes.

Les collèges britanniques de l'époque pratiquent chacun un jeu de ballon dérivé de la soule. Chaque collège a ses propres règles et le jeu au pied et à la main sont fréquents. Le geste de William Webb Ellis, de garder à la main le ballon, dans une phase de jeu qui ne le permet pas, a fait progressivement évoluer la règle du collège de Rugby. Mais avec l'apparition du chemin de fer, les collèges ne vont plus être isolés et des rencontres sportives vont devenir possibles. Il faut bien dès lors se mettre d'accord sur les règles à adopter. On voit ainsi dans les premières rencontres les matchs se dérouler selon la règle du collège qui reçoit. Mais très vite, se fait sentir le besoin d'avoir des règles plus uniformes. Des querelles naissent entre les partisans d'un jeu favorisant le pied (dribbling) et ceux qui veulent limiter ce jeu jugé trop violent (il faut se rendre compte que le jeu de l'époque diffère de celui pratiqué aujourd'hui). De cette querelle naîtra le Football Association (soccer ou football abusivement utilisé) et le Rugby-Football du nom de leurs organisations respectives.

 

 

Rugby, ville anglaise du Warwickshire.

Cette pratique, qui fait désormais la particularité du football joué dans la Rugby School, autrement dit les Rugby School rules ou le rugby football, sera codifiée pour la première fois en 1846 par les élèves, puis le 8 décembre 1863, à Cambridge, par les étudiants de cette université, tous d'anciens élèves de Rugby. Le « Rugby-Football » est né. L'écriture des règles permet la diffusion du jeu et le Dublin University Football Club, fondé en 1854, est le premier club au monde à pratiquer les Rugby School rules. Dès 1857, les règles sont exportées en Australie et le premier club, le Sydney University Football Club, y est fondé en 1863.

 

Fondation du jeu moderne

En 1871, pour se distinguer définitivement du football et de la « Football Association », est créée la première fédération nationale : la Rugby Football Union (RFU). Cette année 1871 voit aussi l'Écosse et l'Angleterre s'affronter le dimanche 27 mars 1871. C'est la première rencontre internationale jamais disputée. Le match a lieu à Raeburn Place, situé à Édimbourg (Écosse). L'Écosse l'emporte 4-1 devant 4 000 personnes.

La première équipe d'Angleterre contre l'Écosse le 27 mars 1871.

Le match est joué au Raeburn Place, un stade de cricket car la fédération écossaise de rugby n'avait pas encore de stade adapté pour un match international. Il est disputé par deux équipes de vingt joueurs, en deux périodes de cinquante minutes. Les Écossais gagnent le match par un essai et un but marqué contre un essai pour les Anglais.

Carte de la Grande-Bretagne et de l'Irlande

Progressivement, la RFU va adopter différentes règles pour améliorer le jeu, comme la suppression de certains coups dangereux, l'autorisation de la passe à la main en 1875, la diminution du nombre de joueurs de vingt à quinze en 1877.

Peu à peu, le rugby, jusque là réservé aux élites, gagne toutes les couches sociales. Dans les années 1880 se pose la question du professionnalisme, adopté en 1885 par le football, qui créera une scission au sein du rugby. Dès 1891, soit un an après la création de l'International Board, instance chargée de la gestion du jeu et de ses règles, les clubs du Nord réclament une aide pour rembourser aux ouvriers le temps de travail perdu à cause des matchs disputés le samedi, jour ouvré, mais la RFU refuse. Après plusieurs tentatives, la Northern Rugby Football Union, d'abord copie professionnelle de la RFU, est créée le 27 août 1895.

La revanche entre les équipes d'Écosse et d'Angleterre a lieu, sur le terrain de ces derniers, à l'Oval de Londres. L’Angleterre remporte le match par 8-3 (les Anglais inscrivent trois essais, une transformation et une pénalité, et les Écossais marquent un drop goal). Le match suivant entre les deux nations se déroule au Hamilton Crescent de Glasgow, il se termine sur un partage des points. Les deux nations se rencontrent à nouveau deux ans plus tard, le lundi 23 février 1874, la rencontre se solde par un succès anglais 3-1.

L'Irlande débute sur le plan international en rencontrant l'Angleterre en 1875 (défaite 7-0 des Irlandais) (voir Angleterre-Irlande en rugby à XV). Le Pays de Galles débute un peu plus tard sur le plan international avec des matchs contre l'Angleterre en 1881, l'Irlande en 1882 et l'Écosse en 1883.

Ce n'est qu'en 1884 que ces quatre équipes se rencontrent toutes pendant la même saison, en effet il manque un match à l'édition de 1883 pour que le Tournoi soit disputé complètement. Les éditions de 1885, 1887 et 1889 ne sont pas complétées, à la suite de disputes entre fédérations

Les Anglais sont exclus des éditions de 1888 et 1889 du Tournoi en raison de leur refus de rejoindre l'International Rugby Board


 

Le développement

Pendant cette période, les équipes britanniques s'ouvrent à de nouveaux horizons : premières rencontres internationales contre l'Afrique du Sud, l'Australie, la France et la Nouvelle-Zélande.

L'équipe néo-zélandaise de 1884

Le rugby est introduit en Nouvelle-Zélande par Charles John Monro à la fin des années 1860. Monro avait découvert le rugby pendant ses études au Christ’s College Finchley, en Angleterre. Le premier match de rugby en Nouvelle-Zélande se déroule le 12 septembre 1870, il oppose les équipes de Nelson et de Wellington dans la ville de Petone. La première fédération néo-zélandaise, la Canterbury Rugby Football Union, est créée en 1879.

Les équipes de clubs néo-zélandais disputent leurs premiers matchs internationaux en 1882 à l’occasion de la tournée en Nouvelle-Zélande de l’équipe australienne de la Southern Rugby Union (l’actuelle New South Wales Rugby Union). L’équipe visiteuse joue contre des clubs d’Auckland à deux reprises, puis deux fois contre Wellington et une fois contre Canterbury, Otago & West Coast et North Island.

James Allan, joueur All Black no 1 en 1884

Les Australiens remportent quatre matchs et perdent trois fois. En 1884, une équipe de Nouvelle-Zélande fait pour la première fois une tournée à l’étranger, en Nouvelle-Galles-du-Sud, elle joue huit matchs et les remporte tous.

La première tournée d’une équipe britannique en Nouvelle-Zélande a lieu en 1888, les Lions britanniques jouent en Australie et en Nouvelle-Zélande. Cette tournée des Lions est organisée par deux joueurs de cricket, Arthur Shrewsbury et Alfred Shaw, qui recrutent principalement des joueurs du Nord de l’Angleterre et de l’Écosse. Cette tournée n’a pas le soutien de la fédération anglaise car l’organisation de la tournée est faite par des entrepreneurs privés, en contradiction avec la règle d’amateurisme imposée par la fédération anglaise, et de ce fait aucun test n’est disputé

Une équipe représentant la Nouvelle-Zélande fait une tournée en Grande Bretagne en 1905, elle est appelée les Originals. Le terme All Blacks est utilisé pour la première fois à cette occasion, suite à ce qui aurait été une erreur d'imprimerie! Un journaliste du Daily Mail se serait exclamé "They are all backs"! (ils sont tous des arrières!) pour souligner la qualité du jeu à la main des avants, et le résultat aurait donné "They are all blacks" (ils sont tous noirs) dans les pages du journal. Toutefois, il semblerait qu’aucun journal anglais de la période 1905-1906 ne contienne une telle erreur typographique, et cette théorie est aujourd’hui généralement rejetée. La tournée est un succès pour les Original qui ne perdent qu’une fois contre le Pays de Galles à Cardiff, par 3-0. La victoire des Gallois est contestée en Nouvelle-Zélande, un essai néo-zélandais qui a été refusé aurait conduit à un match nul 3-3

UN PEU D'HISTOIRE Villemur sur tarn

La cité de Villemur-sur-Tarn a été fondée il y a plus de mille ans sur un site favorable à la défense. Elle est si remarquablement aménagée que cette place forte partage, avec le Mont-Saint-Michel, l'honneur de n'avoir jamais été prise, notamment par les Anglais qui, à l'époque de la guerre de Cent Ans, occupaient tout l'ouest et le sud-ouest de la France.
 
Tout d'abord, ses défenses naturelles étaient constituées par le large fossé de la rivière et par deux ravins profonds qui s'ouvraient sur la rive droite. Ces fossés au profil en V étaient quasi infranchissables pour un agresseur éventuel : le fossé Notre Dame, toujours visible aujourd'hui et qu'enjambe une voûte de briques, puis le ravin de Bifranc, comblé après l'inondation de 1930.
 
Le duc de Joyeuse, Ligueur y met le siège en 1592. Mais le sire de Rastignac et une troupe d’Auvergnats fidèles au roi Henri IV le repousse : ses troupes espagnoles sont jetées à la rivière, et lui est tué
ce site a été créé sur www.quomodo.com