DUO DANSE


Lanester 56600

DANSE EN LIGNE - DANSE DE SALON - DANSE LATINE - ROCK

Valse Française son origine

La véritable origine de la valse est peu connue. Certains estiment qu'elle naquit en France, s'appuyant sur l'ecistance en Provence   de la volta au XII ème siècle, qui monta à Paris et fit, au XVI ème siècle, les délices de la cour des Valois. D'autres pensent que la valse provient des danses populaires de l'Allemagne méridionale du XVIème et XVIIème siècle.

Elle s'est développée en opposition aux danses de cour pratiquées en Autriche ou dans les principautés allemandes. Ces danses de cour, telles que le menuet, étaient très formelles sous l'influence de la cour française de Versailles, alors qu'avec la valse les danseurs évoluaient en couple, ce qui constituait une nouveauté et évolution marquante. Il y avait donc une grosse différence entre ces danses de cour rigides et dansées en ligne et ces danses populaires à trois temps, en couple fermé en rotation. La valse sous sa forme actuelle s’est fait réellement connaître sous le Directoire et au début du Consulat, à la fin du XVIIIe siècle. Durant le Congrès de Vienne, les cours d'Europe dansent ensemble cette valse lors de bals gigantesques.

Mais c'est la Révolution française qui a assuré le déclin de ces danses de cour et la pratique courante de la valse. Par la suite, la Restauration n'a pas réussi à rétablir les danses de cour de l'Ancien Régime. Et au congrès de Vienne en 1815 qui retraçait les frontières de l'Europe occupée quelques années plus tôt par Napoléon, la valse s'est imposée.Il existe deux sortes de valses la viennoise et l'anglaise.


Historique de la valse musette (valse française)

Typiquement française, tout comme la java, la valse musette est souvent associée aux bals populaires d'antan. Afin de bien saisir l'essence de cette danse qui s'exécute sur un rythme rapide de valse à l'instar de la valse viennoise, mais dont les pas sont différents, il nous faut remonter aux origines de l'instrument qui a lui donné son nom : la musette.
 

Origines

 
Contrairement à une idée reçue, l'instrument "musette" n'est pas une sorte d'accordéon. Attribuée à Colin Muset, un ménestrel français du XIIIe siècle, la musette s'apparente en réalité plus à une cornemuse (voire au biniou breton), composée d'un sac en peau de chèvre et de tubes en bois taillé et creusé bien souvent par leur propriétaire. Le bal dit "musette" naquit au XVIIIe siècle : les gens venaient danser lors de bals animés par un instrument unique : la musette évidemment. Ce n'est que plus tard, à partir de 1900, début de la période d'or des bals de ce type, que la musette a été remplacée par l'accordéon dans les bals qui ont gardé leur dénomination originelle malgré le changement d'instrument vedette.
Et la valse là dedans ? En fait, cette manière de valser prit forme dans les bals musette parisiens dans les années 1930. Du fait de l'exiguïté des pistes de danse de ces bals (qui étaient parfois organisés dans des arrières boutiques de marchands de vin...), les couples valsaient serrés et ne se déplaçaient pas beaucoup sur la piste jusqu'au point de faire du surplace. 
  
  
 

Évolution

 
La valse musette (autrement appelée valse française) n'a pas beaucoup évolué jusqu'à nos jours. Il y a très peu de figures : tour à droite, tour à gauche, pas de change, toupie, renversé. Mais ces figures suffisent pour suivre la musique, mais il est à noter qu'il n'y a plus autant de passion dans cette danse qu'autrefois où les meilleurs danseurs affectionnaient particulièrement la valse à gauche qui leur permettait de se coller un peu plus à leur cavalière... De nos jours, on danse la valse musette un peu partout (en France), mais plus traditionnellement aux bals du 14 juillet, les soirées guinguette et les mariages.
  
  
 

Musique et tempo

 
La valse musette se danse sur un rythme musical médium à rapide 3/4 : 44 à 64 MPM en général. Les morceaux les plus connus sont exécutés à base d'accordéon : "Le dénicheur", "Reine de musette", etc. Mais des valses sans accordéon sont aussi appropriées. Citons par exemple "les bancs publics" de Georges Brassens.