anatomie et physiologie oeso-gastrique

Le système digestif semble peu impliqué en plongée, et pourtant il est lui aussi concerné, s'agissant d'un organe creux soumis aux variations barométriques, allant du simple inconfort à la rupture gastrique. Le reflux gastro oesophagien, son traitement chirurgical, et la chisurgie de l'obésite, avec les conséquences en plongée, font l'objet d'une revue ci dessous.
Le tube digestif est composé d'une succession de "tuyaux" allant de l'œsophage à l'ampoule rectale, chacun avec son rôle propre. L'estomac sécrète des sucs digestifs dont l'acidité permet la dégradation des aliments pour préparer leur absorption. Ce type digestif est à sens unique, et notamment à la partie terminale de l'œsophage, il existe un muscle en anneau (sphincter), qui régule le passage des aliments, et en se refermant, empêche le retour du liquide gastrique vers l'estomac. Il faut cependant que ce sphincter puisse laisser repartir l'air accumulé éructation) par la déglutition (aérophagie), par exemple après avoir bu une grande quantité de boisson gazeuse.
Trop lâche, ce sphincter est responsable de reflux gastro-œsophagien, et trop serré après traitement ou chirurgie corrective, il empêche l'éructation. En plongée, cela peut se traduire par une augmentation du volume d'air gastrique (dégluti), durant la phase de remontée, selon le loi de Mariotte, et être responsable d'une surpression, voire d'une rupture gastrique.
Plus loin dans le tube digestif, dans l' intestin grêle et colon, l'air provient plutôt de la fermentation de certains aliments. La dilatation à la remontée a peu de risque de provoquer une rupture, mais plutôt des douleurs, la "colique des scaphandriers".
   Résultat de recherche d'images pour "anatomie estomac"     Fichier:Stomach-fr.svg     Résultat de recherche d'images pour "reflux gastro oesophagien"   

Le reflux gastro oesophagien

D'après le travail du Dr PONCIN, Gastro entérologue. Le texte ci dessous est le résumé de la présentation PPT.

Le reflux est la remontée du contenu gastrique, acide, dans l'œsophage, provoquant douleur abdominal et/ou thoracique, et toux. Ce reflux est favorisé par l'obésité, une mauvaise hygiène alimentaire, et une hernie hiatale. El plongée, il peut être favorisé par la position tête en bas, mais ne constitue une contre indication CI, et peut être par des médicaments. Les formes sévères nécessitent parfois une opération chirurgicale, consistant à fabriquer avec l'estomac lui même un manchon anti reflux (opération de Nissen). C'est la seule CI de la liste des CI de la FFESSM. Après cette intervention, en théorie, l'évacuation de l'air gastrique en excès par l'œsophage (éructation) peut être difficile. A la remontée, l'air dans l'estomac se dilate, réalisant une dilatation voire rupture gastrique. Ce risque théorique a en réalité un niveau de preuve faible, avec 1 seul cas publié. L'estomac ne s'était pas rompu, mais avait déchiré et traversé le diaphragme (muscle respiratoire séparant le thorax et l'abdomen), se positionnant dans le thorax, occasionnant un essoufflement à la sortie de l'eau.
Hors manchon, une 20aine de cas de rupture gastrique au niveau de la petite courbure ont été rapportés suite à des remontées "paniques".
Pour prévenir ce type de problème, il est conseillé de prendre un repas léger, sans féculent ni boisson gazeuse.
En conclusion : le manchon est il réellement une CI formelle ? faut il conseiller une intervention type TOUPER plutôt que Nissen ?

NB : pour tester la possibilité d'éructer, il est possible de boire rapidement au moins 1/2 l de Perrier pour tester la capacité  d'éructation juste après .



    


     


     


     



télécharger les 2 présentations ci dessous

Chirurgie bariatrique et plongée

D'après le travail du Dr PONCIN, Gastro entérologue. Le texte ci dessous est le résumé de la présentation PPT.



La chirurgie bariatrique est la chirurgie digestive pour corriger l'obésité, qui touchait en 2012 : 15% de la population, soit 6,9 millions de français. Plusieurs techniques existent.

- Ballon gastrique : pour les obésités modérées, pour 6 mois maximum, perte moyenne de 12 à18 kg. On dispose un ballon dans l'estomac, gonflé à l'eau ou à l'air. Dans ce dernier cas, cela devient une CI à la plongée. Le but est d'augmenter la sensation d'estomac plein (satiété), et couper l'appétit.

- Anneau gastrique : perte de 20 à 30 kg, grâce à une poche de 30 cc qui vient enserrer l'estomac et augmenter la rapidité de satiété. Il y a un taux de mortalité de 0,1 %, et d'autres complications (RGO, migration...). En plongée, il va gêner l'éructation, et est donc une CI, sauf à faire dégonfler l'anneau le temps du séjour plongée.

- By pass : consiste à court-circuiter l'estomac en abouchant l'œsophage au duodénum, pour diminuer l'absorption des aliments. C'est la méthode la plus efficace, mais qui apporte le plus de complications : rétrécissement (sténose) ou ulcère sur la suture reliant les 2 morceaux (anastomose), carences nutritionnelles, risque d'hypoglycémie et de "dumping syndrome" (vidange trop rapide de "l'estomac" résiduel dans l'intestin grêle, responsable de tachycardie, malaise, crampes abdominales, 30 mn à 3h après le repas. Il faut éviter les sucres simples et attendre 3h avant de plonger.

- Sleeve : il s'agit d'une réduction du volume de l'estomac, en en découpant une grande partie. Il y a moins de complications, tardives : RGO, sténose ou au contraire dilatation du manchon gastrique restant (perte alors d'efficacité)

- Mini by pass : moins invasif, moins de complications (RGO) que le by pass pour une efficacité de courte terme identique.

- Switch duodénal : le plus lourd, rarement utilisé, en abouchant l'œsophage au delà du duodénum, sur l'intestin grêle, pour les obésités les plus importantes. iI provoque dans 10% des cas des ulcères anastomotiques.


Pour la pongée, concernant les différent types de chirurgie : pas de données scientifiques. DAN conseille d'attendre un an, pas de CI définitive après stabilisation du poids.


Conclusion : CI pour le ballon gastrique à air, l'anneau gastrique, et la 1° année après chirurgie



     


     


     


     


     


  



ce site a été créé sur www.quomodo.com