Qu'est ce qu'un médecin "compétent" en médecine de plongée ?

La médecine hyperbare et de plongée, qui est aussi celle de l'espace pour les sorties extra véhiculaires, et des creusements de tunnel, est une des plus spécifiques qui soit, du fait des nombreuses modifications physiologiques induites par les variations de pression ambiante.

 

Pour autant, l’apprentissage de cette médecine ne fait pas partie du cursus universitaire du médecin.

 

L’acquisition des connaissances se fait donc en formation post universitaire :

               par des enseignements en Faculté

               par des organismes  agréés, ou associatifs

               par des formations fédérales

               par auto formation

 

Formations Universitaires

 

Diplôme Inter Universitaire DIU de Médecine Subaquatique Hyperbare

 

C’est un enseignement, dispensé par plusieurs facultés, de 220 heures en 1 an, validé par un mémoire. Le DIU comporte un tronc commun à tous les DIU et certains cours dits « libres », notamment relatifs à la médecine de plongée que chaque université sont dispensés à l’initiative de chaque université.La médecine de plongée n’est qu’une partie de cet enseignement, qui inclue également toutes les pathologies qui bénéficient de l’oxygénothérapie hyperbare : difficultés de cicatrisation, traumatismes musculaires, infection à germe anaérobie (gangrène), intoxication au CO, surdité brusque, etc…). Cet enseignement est donc destiné avant tout à la formation de l’utilisation d’un caisson hyperbare, mais est régulièrement choisi par des médecins voulant acquérir, par intérêt personnel, une formation à la médecine de plongée.

 

Diplômes Universitaires DU

 

Le programme de l’enseignement est organisé par une seule université. Il en existe peu en France. Le volume d’enseignement peut être variable, souvent proche de celui d’un DIU. Le thème cible spécifiquement l’enseignement de la médecine de plongée. L’obtention du diplôme est soumise à examen ou rédaction d’un mémoire.

 

Capacité de médecine du Sport

 

C’est enseignement, régional ou inter régional, généraliste sur toute la médecine de sport. La plongée n’en est qu’une composante. Le nombre d’heures consacrées à la plongée peut varier beaucoup, de 2 heures à beaucoup plus, selon les régions, et la compétence acquise est inhomogène.

 

Toutes ces qualifications sont reconnues par le Conseil de l’Ordre

 

Organismes agréés ou associatifs non universitaires de formation médicale

 

Il s’agit de groupes de médecins ayant eux même une compétence reconnue, qui organisent soit dans un cadre associatif, soit dans le cadre de Formation Médicale Continue, un enseignement spécifiquement dédié à la médecine de plongée de loisir, recourant généralement à l’intervention de médecins experts. Ils permettent une très bonne acquisition de connaissances, mais ne donnent pas droit à une validation et reconnaissance ordinale. Ils concernent des médecins intéressés par cette médecine, qui veulent progresser de façon tutorée.

 

Le Médecin Fédéral de la FFESSM

 

Le FFESSM, délégataire par le Ministère des Sports de la plongée en France, possède statutairement une Commission Médicale de Prévention, avec une structure pyramidale Régionale/Nationale. Chaque région désigne ses Médecins Fédéraux, sous la responsabilité du Président de CMPR.

Les conditions d’acquisition  de ce titre  (ref RI) sont la détention du titre de médecin, de la licence fédérale, du niveau 1, et de l’attestation par un président de club d’un intérêt et d’une implication dans la médecine de plongée.

Il n’y a pas de conditions de justifications de compétences, mais nombre de MF sont titulaires de formation universitaire, et/ou suivent une formation par un organisme non universitaire. Les commissions régionales et nationale organisent des réunions de formation, comme les journées dites de  « Cochin » connues de tous les MF.

Les MF sont par essence des plongeurs, amenés par l’activité sportive à s’intéresser avec une acuité personnelle à la médecine et physiologie subaquatique.

Le niveau de compétence est certes inhomogène, mais le MF est en règle générale plus qu’un simple médecin licencié, et il peut s’appuyer sur un réseau fédéral de compétence qui a largement fait ses preuves au fil des années, tout au moins jusqu’alors.

 

Et l’auto formation ?

 

Tous les médecins sont habitués à maintenir et compléter leurs connaissances par un travail personnel, individuellement (livres, revues, sites internet,…) ou en groupe (associations de FMC, DPC, Enseignement Post Universitaire, congrès, etc).

Même si la médecine subaquatique n’est qu’une petite parcelle de l’ensemble de la Médecine, les possibilités d’autoformation sont nombreuses.

Bien sur, ce travail est inévaluable pour déterminer la compétence d’un médecin de plongée, mais cela reste pour certains une méthode d’acquisition de connaissances très approfondie.

 

CONCLUSION :

 

La compétence d’un médecin de plongée n’est pas standardisée comme l’est l’obtention du titre de Docteur en Médecine, ou celle d’une spécialité médicale, et l’intérêt personnel du praticien est le premier moteur de son acquisition de connaissances, que cela passe par une formation universitaire ou non.

 

Et   Docteur  Plongée ?

 

Nous sommes tous titulaires de titres universitaires, avons participé de nombreuses années au fonctionnement de la médecine fédérale au plus haut niveau, et sommes intervenus  comme formateurs dans différents types de réunions. C’est cette passion et cette expérience qui nous ont poussé à créer ce site. Nous espérons combler un vide, aucun équivalent n’existant à ce jour, à notre connaissance, dans un pays francophone. Nous voulons poursuivre une activité que nous avons exercée jusqu’à récemment, ne sachant pas en outre, l’avenir de ce dispositif.

 

 

ce site a été créé sur www.quomodo.com