Quand penser à un accident de plongée ?


Tout symptôme anormal après une plongée, voire pendant la plongée, même jusqu'à 24h après, doit faire envisager la possibilité d'un accident de plongée. L'expérience montre qu'il y a parfois une tendance à minimiser, sous estimer, ou denier le problème, ce qui est souvent facteur de retard au diagnostic et à la prise en charge. A l'inverse, l'analyse de certains dossiers pourtant troublants nous ont fait conclure à l'absence d'accident de plongée.


Le recours à un avis médical est donc toujours préférable en cas de doute, au mieux auprès d'un médecin spécialisé.


Il est impossible de faire la liste exhaustive des symptômes pouvant faire suspecter un accident de plongée.

 - parmi les ADD , le plus fréquent semblent être la fatigue et/ou une sensation de malais général, +/- intense, des fourmillements ou des sensations de perte de sensibilité, des faiblesses voire une paralysie musculaire, et des vertiges.

On a le sentiment d'observer une augmentation des accidents d'oreille interne (vertiges, vomissements,..) et moins d'accident médullaire douleur lombaire, troubles sensitifs et/ou moteurs des membres inférieurs.

- les accidents barotraumatiques sont en général assez évidents.

- un essoufflement anormal en fin, ou juste après la plongée, peut avoir de nombreuses causes, mais doit faire penser aujourd'hui à la possibilité d'un œdème pulmonaire d'immersion, qui peut n'être vu que sur un scanner précoce.


Conduite à tenir devant une suspicion d'accident de plongée

Dès lors qu'un accident est suspecté, il est hautement recommandé de prendre immédiatement un avis médical et être guidé sur la bonne conduite à tenir.
Pour obtenir une aide, plusieurs numéros sont disponibles (plus de renseignements ici et ici):
- 15    : pour obtenir le SAMU
- 18    : pour obtenir les pompiers
- 112  : numéro européen de secours
- 114  : numéro national de secours pour malentendants , fax ou sms
- 196  : numéro de secours maritimes pour le CROSS ; aussi par le canal 16 de la VHF
Il est important avant d'appeler d'avoir fait une bonne évaluation de la situation et des symptômes, afin que les secours adaptent au mieux leur intervention en fonction de la gravité décrite, et de se nommer en début d'appel.

Le matériel obligatoire est décrit dans la page suivante.

Recommandations générales

- transfert précoce vers un centre de secours adapté, d'autant que la gravité est évidente
- appliquer les mesures enseignées par les organismes de secourisme (PSC1/PSE1/PSE2, RIFAP,...)

Pour les suspicions d'accidents de décompression

Les recommandation ci dessous sont tirées de la 2° conférence de consensus de Marseille en mai 1996.
Les recommandations sont classées par ordre d'importance


Recommandations de type 1

- transfert aussi rapide que possible vers un caisson hyperbare

- assurer une bonne hydratation :

       car : l'immersion a pour effet réflexe de faire éliminer de l'eau (d'où l'envie d'uriner de fin de plongée)

               la déshydratation est un facteur majeur d'aggravation d' maladie de décompression

               l'accident de plongée peut parfois entrainer un état hémodynamique instable

       il faut néanmoins que l'accidenté soit bien conscient, non nauséeux, capable de boire facilement sans risque de fausse route, et capable d'uriner.

       la quantité recommandée est de l'ordre du litre en plusieurs fois, généralement moins de 2 l.

       eau plate, ou avec adjonction d'un peu de sel et très peu de sucre


- administration d'oxygène

       il est recommandé d'administré de l'O2 pur pour que la fraction inhalée soit de 100% d'O2. Pour cela il est indispensable de recourir soit à un masque à haute concentration, soit à un dispositif  d'inhalation dit Ballon Autoremplisseur à Valve Unidirectionnelle BAVU avec sac réservoir d'O2. Le débit d'O2 recommandé est de 15/mn.


Recommandation de type 2

- lutte contre l'hyperthermie, qui est délétère sur les lésions du système nerveux central


Recommandations de type 3

- utilisation de médicament :

       aucun médicament n'a fait la preuve de son efficacité.

       optionnel :  aspirine 500 mg

remarque : la FFESSM est un des seuls organismes de plongée à recommander l'aspirine ; cette recommandation est en cours de ré évaluation et sera très probablement abandonnée.


 

   Résultat de recherche d'images pour "photo masque haute concentration"        Résultat de recherche d'images pour "photo masque haute concentration"  Résultat de recherche d'images pour "BAVU" Résultat de recherche d'images pour "BAVU"



ce site a été créé sur www.quomodo.com