Quelques chiffres

Parcours Orange à Rastatt du 18 au 22 Juillet 2015      
    Distance Dénivelé
Samedi 18 Juillet Orange -> Tullins 165 Km 1460 m
Dimanche 19 Juillet Tullins -> Mijoux 161 Km 2113 m
Lundi 20 Juillet Mijoux -> Bonnétage 142 Km 1662 m
Mardi 21 Juillet Bonnetage -> Bantzenheim 126 Km 1532 m
Mercredi 22 Juillet Bantzenheim -> Rastatt 163 Km 274 m
  Total 757 Km 7041 m
       
Vendredi 24 Juillet Parcours à Rastatt 109 Km 1423 m
  Total 866 Km 8464 m

Mercredi 22 Juillet Bantzenheim - Rastatt

Nous voici arrivés au terme de notre périple après 162 km et 200 m de dénivelé et par une température enfin raisonnable (33 à 35 °). Dommage que pour atteindre Strasbourg nous avons été dans l’obligation d’emprunter de longues lignes droites entre des champs de maïs à perte de vue et par moment une circulation importante. De plus les villages que nous avons traversés étaient assez  tristes et surtout déserts, pour tout dire par jolis, jolis. A tel point que certaines mauvaises langues (si, il y en a parmi nous) on trouvait que le paysage ressemblait au Gard, même Bernard et son épouse partageaient ce point de vue. A la pause casse-croûte nous avons été rejoints par nos amis de Rastatt avec lesquels nous avons partagé une petite bière. Après avoir roulé 30 km, pause bière. Une offerte, puis la seconde de politesse avant de reprendre la route (au fait en Allemagne une bière c’est (50 cl) pour rejoindre l’hôtel le nez dans le guidon. Nos amis ont probablement voulu nous tester et ont embrayé. Inutile de dire que le bourdon qui tourne en rond dans la tête de nos rouleurs a fait des siennes et que nous avons bouclé les 30 derniers kilomètres à vitesse grand V.
 

Mardi 21 Juillet Bonnetage - Bantzenhein

Nous pensions que cette quatrième étape avec ses 126 Km et ses 892 m de dénivelé serait la plus facile, c’était une fois de plus sans compter sur la température très élevée (40°) qui après la pause de midi a rendu notre arrivée dans le Haut-Rhin très difficile et sur la traversée de Mulhouse très compliquée. Et comme en plus pour passer en Suisse, pour respecter le tracé, nous avons accédé au territoire Helvétique par un petit col que seul un GPS d’illuminé pouvait trouver (4 Km à 8% de moyenne avec des passages à 13 %) et qui s’il aurait fait le bonheur de Michel Lignereux a fait le malheur de Jean-Claude Thévot qui faillit en perdre sa « patience légendaire ». Côté hébergement et restauration, Lundi soir nous avons été une fois de plus gâté avec un suprême de volaille aux morilles, servi qui plus est accompagné d’une ribambelle de ce très goûteux champignon, et pour terminer une coupe de glace débordante de chantilly. Quant au pique-nique nous avons découvert avec bonheur que le restaurateur nous avez mis du jambon à l’os fumé, du jambon cru fumé, de la saucisse de Morteau et une galantine de lièvre au genièvre… Quant à ceux parmi nous qui comptaient perdre du poids durant ce périple, ils repasseront… à moins qu’ils rentrent sur Orange à vélo sans étape. Petite anecdote qui nous a fait mourir de rire : nous avons passé un poste frontière entre la Suisse et la France sur la porte de laquelle était inscrit de façon officielle : « Poste frontière Franco-Suisse fermé : A Vendre ». Nous savions l’Etat Français ruiné mais pas à ce point.
 

Lundi 20 Juillet Mijoux - Bonnetage

Ce fut bel et bien l’étape « Reine » comme annoncée. Au final elle fut moins ardue que prévue malgré ses 142 Km et ses 1700 m de dénivelé et ses simples « coup de cul » qui n’ont pas dépassés les 7 %, elle fut somptueuse de part son décor. Nous avons roulé dans des paysages sublimes tout au long de la journée entre Mijoux et Bonnetage c’est-à-dire la traversée du Jura sous un ciel d’azur et des températures confortables car même si le thermomètre est resté entre 32 ° ET 37° le fait de pédaler toute la journée à plus de 900 m a apporté une fraîcheur bienvenue. Par contre notre journée avait débuté par un rappel à l’ordre par la gendarmerie qui nous a reproché de rouler en peloton (à 7 sur la route nous avons tenté d’expliquer à ce militaire qui a certainement voulu faire du zèle devant la gendarmette qui l’accompagnait qu’un peloton c’est à partir de 20 cyclistes et qu’un véhicule nous accompagnait) et qui nous a fait la morale de longues minutes. La seule chose que ce Monsieur a oublié c’est que pour nous arrêter il nous a doublé dans un virage sans visibilité et en franchissant la ligne blanche. Depuis le temps qu’en réunion nous abordions le sujet, il a fallu que l’on vienne rouler dans le Jura pour que l’on nous mette devant le fait accompli.
 Concernant l’hébergement d’hier il fut dans la moyenne agrémenté toutefois par une ravissante « Mado La Niçoise » bis de 23 ans qui n’avait  pas la langue dans sa poche et une répartiedigne d’une scène de théâtre qui nous a ravis.
 

Dimanche 19 Juillet Tullins - Mijoux

Après 7 h de vélo et 165 km pour 2200 m de dénivelé nous sommes arrivés au terme de notre seconde étape. Outre la distance nous avons surtout souffert une fois de plus de la chaleur avec un thermomètre qui est resté tout le jour entre 37° et 41° et aussi un manque d’eau fraiche car tout au long du parcours nous n’avons pas trouvés de fontaine et encore moins de robinet public. Quant au tracé il fut pénible en ce sens que nous n’avons fait que monter de long « coup de cul » avec des pentes qui frisaient par endroits les 9 %. Quant à notre étape d’hier soir nous ne sommes pas prêt de l’oublier, la restauration fut haut de gamme digne d’un restaurant gastronomique avec des plats des plus raffinés. Et que dire du pique-nique fournit dans le forfait. En ouvrant la glacière nous avons eu l’agréable surprise de découvrir pour chacun de nous un macaron au foie gras, deux chouquettes farcies à la mousse de canard truffé, du rôti, du Saint-Marcellin, des œufs, des cerises, du melon. Dur dur après cela de reprendre le vélo. Pour la petite histoire nous avons eu une petite pensée pour notre ami Michel Féraud dont la passion pour le foie gras est un secret de polichinelle. Demain sommet du périple avec une étape 100 % montagne qui nous permet de traverser le Jura.
 

Samedi 18 Juillet 2015 Orange - Tullins

C’est fait. La première étape est bouclée non sans mal et ce pour deux raisons. Tout d’abord une circulation automobile très importante probablement due aux départs en vacances car nous avons roulés sur l’itinéraire bis de l’A7. Ensuite en raison d’une température caniculaire après le pique nique pris Chabeuil après 110 km où le thermomètre a passé les 40 ° jusqu’à l’arrivée. Hors ces faits indépendants de notre volonté nous avons bien roulés sans connaître la moindre incident et sans nous tromper hormis au départ à La Baume-de-Transit comme on pu le remarquer ceux qui nous ont accompagnés. Nous avons appréciés que vous soyez si nombreux à rouler une partie avec nous et à poser pour la photo officielle et aussi que Jean-Pierre Pasero, l’adjoint aux sports, soit présent et effectué 50 km avec nous. Demain dimanche direction Mijoux avec des prévisions météo « pessimistes ».