Infos locales

Infos locales PUTTELANGE-AUX-LACS

· Histoire

Puttelange-aux-Lacs voit le jour au VIe siècle, époque où Putilo (un homme d’origine germanique) crée avec ses compagnons une cité le long de la Mutterbach. Son nom sera à l’image de nombreux noms de village de Moselle, issu de ce patronyme et du traditionnel suffixe « -ing ». Cependant, la première orthographe répertoriée de la ville date de 1069 : Il s’agissait de Putilinga.

Dépendait de l’ancienne province de Lorraine.
En 1274, guerre entre le duc de Lorraine et Henri IV de Salm pour la succession du château de Puttelange.
Possession de la Maison de Salm jusqu’au XVe siècle. En 1409, traité de Burgfried entre le comte de Nassau-Sarrebruck et le comte de Salm pour le château de Puttelange.
Par mariage, la seigneurie passa au rhingrave Jean V, puis au prince Alex de Löwenstein jusqu’à la Révolution.
En 1927 Puttelange change de nom et s'appelle Puttelange-lès-Farschviller, qui sera ensuite renommée Puttelange-aux-Lacs par référendum le 26 mars 1971.

· Lieux et monuments

Ville détruite en 1944.
Vestiges de deux châteaux détruits en 1944.
Le premier château, dit « Edelmannhaus », a été construit de 1603 à 1606 par le comte Ernest de Mansfield, reconstruit sur les ruines d’un château fort du XIIIe siècle.
Second château, construit en 1715 à 100 mètres du premier château, par Walrad de Dhaun-Salm, major général des armées impériales.
Systèmes fortifiés de la Ligne Maginot aquatique.

LA LIGNE MAGINOT AQUATIQUE - UNE VERITE

Considérée comme obstacle majeur dans la défense d'un pays, et ceci
depuis VAUBAN, l'EAU ne cesse d'intéresser les ingénieurs militaires
jusqu'à nos jours.
C'est ainsi que naquit, dans le Secteur Défensif de la Sarre, l'utilisation
des cours d'eau et des rivières naturelles en zone inondable, de 1935
à 1940.
Cette trouée de la Sarre fut conçue pour combler le vide entre deux
régions fortifiées : celle de Metz et celle de la Lauter.

On peut diviser ce secteur en trois parties :

1) De Téting-sur-Nied à Barst-Marienthal
(Env. 12 km) où la rivière Nied allemande fut recreusée dans son lit afin de l'aménager en fossé antichar ; il en va de même avec le ruisseau Langenbach dans lequel on peut voir encore de petits barrages en béton de construction triangulaire.
Cette première partie pourrait être définie comme « petite » zone inondable.

2) De Barst-Marienthal à Sarralbe
(Env. 16km) et plus précisément en partant de Hoste, nous entrons dans la « grande » zone inondable. Ici, se trouvent concentrés 6 barrages réservoirs, devenus des étangs aujourd'hui livrés aux pêcheurs et aux touristes.
Il s'agit des 2 étangs de Hoste, de l’Etang de Diffenbach, de l'Etang du Welschhof, de l'Etang des Marais
et de l'Etang de Hirbach. Le volume total de ces 6 barrages est de 6 415 13O m3 d'eau, qui se déversaient dans des biefs formés par des digues de retenue construites sur le Moderbach (ou Mutterbach).

Cinq sur huit de ces digues sont encore en place actuellement :
celle de Puttelange-aux-Lacs, celle de Rémering-les-Puttelange, celle de Dierderfing, celle de Holving et la grosse digue-barrage de Sarralbe, sur l'Albe, aux abords du Pont-Canal des Houillères de la Sarre.

3) De Sarralbe à WITTRING
(Env.12 km), existaient encore deux grands barrages : celui d'Herbitzheim et celui de Wittring qui furent détruits après 1945 pour faciliter l'écoulement de la Sarre en cas de crue, vu l'importance du cours d'eau dans ce secteur.

Ainsi, sur 4O km de front, on peut constater l'économie réalisée dans la Trouée de la Sarre, par rapport à la construction de gros ouvrages Maginot fort coûteux.
Malgré cela, il fut nécessaire de bâtir de nombreux blockhaus dans ce secteur ; il s'agissait d'organes de
défense et de protection situés aux points stratégiques de la zone inondable, protégeant les barrages, les digues, les carrefours routiers ou les observatoires.

Tous ces vestiges sont devenus à présent le reflet de notre mémoire que nous nous efforçons, petit à petit de mettre en valeur, pour le tourisme, mais aussi pour le respect de l'histoire.
Beaucoup de Français ignorent encore aujourd'hui que c'est dans le Secteur Défensif de la Sarre, sur une longueur de 18 km, qu'eut lieu la terrible bataille du 14 juin 194O. Ce fut la seule victoire française du début de cette guerre ; elle nous coûta plus de 7OO morts, contre 12OO chez l'ennemi !

Il est donc juste de considérer que les combattants de la Ligne Maginot aquatique furent les premiers résistants, ceci en union avec leurs camarades des autres secteurs fortifiés qui n'acceptèrent de déposer leurs armes que sur l'ordre du Haut-Commandement Français.

Nous vous souhaitons une agréable journée et du plaisir à participer aux différents ateliers.

Christophe CAHITTE – 46A, Grand ‘Rue – 57730 VALMONT
Email: chrisvtt57@hotmail.fr GSM: 06 88 98 98 70
Puttelange.JPG
Cyclo Putelange Historique de la ligne maginot aquatique N 2.jpg
Cyclo Putelangedevant le blockhaus  N 4.jpg
Cyclo Putelange  Digue a Hoste  N 2.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com