ARBITRAGE
arbitres-avec-drapeau-3.jpg

Histoire

Trio arbitral

Lors de la genèse du jeu, on comptait sur le fair-play des joueurs pour la bonne tenue des parties. L'arbitrage était alors le fait des deux capitaines. Les pères du jeu considéraient en effet qu'une faute ne pouvait être intentionnelle… Ce vœu pieux de fair-play et d'autogestion était utopique, et nombre de parties dégénéraient. Aussi, dès 1847 à Eton, peut-être avant, deux « umpires » surveillent les buts, qui n'ont pas encore de filets. À Winchester, en 1847 également, on précise même que l'un des umpires doit posséder une montre et appeler la mi-temps et la fin du match. Harrow va plus loin (en 1847 encore) en rendant les décisions arbitrales définitives, dépossédant ainsi les capitaines de leurs anciens pouvoirs dans ce domaine. En 1849, à Cheltenham, on décide que les capitaines désigneront toujours les umpires, ces derniers devant s'entendre pour nommer un referee. Les umpires, un dans chaque camp, restent sur le terrain, tandis que le referee est installé en tribune. Si les umpires ne peuvent tomber d'accord sur une décision, c'est le referee qui tranche.

Le referee passe des tribunes au centre du terrain au début des années 1890, repoussant les deux umpires sur les lignes de touche. Cette évolution fait suite aux nombreux problèmes que posait le double arbitrage. De plus, les équipes de l'époque, contrairement à une idée répandue, n'étaient pas du tout « fair-play »; il fallait donc sévir. On inventa ainsi toute une batterie de sanctions, tel le penalty(1891), et l'arbitre unique est « omnipotent », c'est-à-dire responsable d'un match de A à Z. En août 1891, le trio arbitral tel que nous le connaissons aujourd'hui est formé.

4e arbitre de football

En 1996, les arbitres de touche sont appelés arbitres assistants ; ils assistent en effet l'arbitre central dans ses décisions, quand celui-ci a un doute au sujet d'une action litigieuse (par exemple : franchissement de la ligne de but d'un ballon, responsabilité des protagonistes dans une bagarre, faute dans le dos de l'arbitre, etc.).

4 arbitres marocains

Le sujet sur la vidéo est emblématique du dynamisme qui anime le débat sur les règles de ce sport. On dénombre ainsi de nombreuses évolutions, plus ou moins heureuses : règle du hors-jeu, but en or lors de la prolongation, visionnage vidéo après la rencontre pour établir une sanction, communication radio entre arbitres assistants et arbitre central, etc.

L'arbitrage au football semble être exclusivement masculin. En effet il a fallu attendre le 24 octobre 2008 pour voir pour la première fois officier un arbitre féminin lors d'un match de football professionnel. Cela s'est produit en France, et plus précisément à Angers, lors de la rencontre opposant le SCO Angers au Tours FC en championnat de Ligue 2, lorsque Mme Sabine Bonnin a remplacé Olivier Lamarre, blessé, à la mi-temps.

Usage du sifflet

Les arbitres utilisent un sifflet pour indiquer le début ou la reprise du jeu, d'arrêter ou de retarder le jeu en raison d'une infraction ou d'une blessure, ou pour indiquer que le temps de jeu est écoulé. L'utilisation des sifflets n'est pas mandaté par les Lois du Jeu.

Avant l'introduction du sifflet, les arbitres ont indiqué leurs décisions en agitant un mouchoir blanc. Les premiers sifflets qui ont été adoptées par des arbitres ont été faits par Joseph Hudson, Mills Munitions à Birmingham, en Angleterre. L'ACME Sifflet Company (basée à Mills Munitions Factory) a commencé à produire en masse des sifflets de pois dans les années 1870 pour le Service de la police métropolitaine. Il est souvent indiqué que le sifflet de l'arbitre a d'abord été utilisé dans un jeu entre Nottingham Forest et Sheffield Norfolk en 1878, mais il se peut que le sifflet a déjà été utilisé dès 1874. Le livre de compte de Nottingham Forest de 1872 a enregistré l'achat d'un " sifflet pour arbitre" et, en 1928, un article de RM Ruck, joueur au début des années 1870, fait référence à l'utilisation d'un sifflet par les arbitres pour indiquer une infraction.

Le coup de sifflet n'a pas été mentionné dans les Lois du Jeu jusqu'en 1936, quand une décision IFAB a ajouté une note dans la Loi 2, en déclarant "le contrôle d'un arbitre sur les joueurs en cas de faute ou de comportement discourtois commence à partir du moment où il pénètre dans le terrain de jeu, mais sa compétence en relation avec les lois du Jeu commence à partir du moment où il siffle pour que le jeu démarre".

Télécharger le Manuel de l'arbitrage

Arbitre officiel du C.A.G

FOUGERET Jean-Yves

.

COMMENTER LA PAGE

Logo-CAG_HD.png
ce site a été créé sur www.quomodo.com