Les cochons

Nous élevons sur nos hauteurs une soixantaine de cochons en plein-air. Chaque animal dispose de plus de 250m² pour gambader. Ils sont issus d’un croisement entre trois races pour leur apporter de la rusticité (Large-white, duroc et pietrain).

Leurs parcs, quoique rudement mis à l’épreuve par leurs groins laboureurs, hébergent une grande diversité de flore arbustive : chataîgners, chênes, alisiers, frênes, églantiers, genêts... Ce terrain de jeu participe ainsi a donner à la viande de nos cochons sa saveur unique.

Nous ne sommes qu’engraisseurs, c’est à dire que nous achetons des porcelets d’une vingtaine de kilos dans un élevage alsacien et les faisons grossir jusqu’à 80-90kg. Leur nourriture est exclusivement composée de céréales biologiques et de petit-lait issu de notre transformation fromagère.

L’administration d’antibiotiques est extrêmement marginale, ce qui n’a donc rien à voir avec les élevages industriels qui les distribuent de façon automatique dans l’alimentation.

Alors, pourquoi la viande n’est-elle pas certifiée bio ? Cette question nous revient souvent mais nous savons qu’il serait très difficile de le faire et ceci pour des questions pratiques. En effet, le bio ne concerne pas que les techniques d’élevage, il concerne aussi l’aval de la filière. En l’occurrence, l’abattage, le transport et la transformation sont autant de maillons entre nous et le consommateurs qui multiplient les rigidités d’organisation lorsque l’on est certifié. Nous avons donc opté pour le choix que nous avions fait jusqu’en 2005 pour les chèvres, c’est à dire être les plus intègres possibles et parler de nos pratiques sans que cela soit validé par une quelconque administration.

ce site a été créé sur www.quomodo.com