Châteauroux termine l'année sur une bonne note

Châteauroux Volley USL : 3 Nogent-le-Rotrou : 0
Face à la jeune équipe de Nogent, les volleyeurs castelroussins ont dû s'employer pour l'emporter et terminer leur saison de la plus belle des manières. Et si le score est net, il est également trompeur. Car pour cette ultime journée, Nogent n'était pas venu dans l'Indre pour faire de la figuration, mais avec la ferme intention d'empocher au moins un point et éviter ainsi de terminer à la dernière place de la poule.
Dans le premier set, tout débute plutôt bien pour les locaux qui, sans forcer leur volley parviennent à maintenir les visiteurs à distance pour finalement s'imposer avec une confortable avance. Mais, dans la deuxième manche, le vent tourne. Après un bon début, les protégés du coach Chauvin commettent plusieurs erreurs qui remettent Nogent dans le match et l'USL doit cravacher pour s'imposer d'une courte tête.
Bien que menés 2 sets à 0, les Nogentais sont loin d'abdiquer. Au contraire, ce sont eux qui prennent le meilleur départ dans la troisième manche. Ils font la course en tête et finissent par mener 20-14. C'est alors que Châteauroux va faire preuve d'une vraie force mentale pour revenir et même l'emporter, grâce à deux belles séries de Bressy tout d'abord puis Couturier, enfilant onze points quand leurs adversaires n'en marquent qu'un seul. Châteauroux s'impose donc et finit sa saison sur une belle victoire, synonyme de septième place.
« Nous avons affronté une belle équipe, dynamique et motivée et il a fallu batailler ferme pour l'emporter. Mais nous avons livré un beau match. Nous terminons notre saison sur deux bons résultats, ce qui est très positif après notre hiver compliqué », conclut Jean-Marie Chauvin.

Sets : 25-15 ; 25-22 ; 25-21.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

Une défaite sans rougir en Eure-et-Loir

Chartres Volley-Ball : 3 Châteauroux Volley USL : 1
En déplacement chez le cinquième de la poule, Chartres, les Castelroussins ont une nouvelle fois laissé passer une belle occasion de ramener un point de leur périple en Eure-et-Loir. Face à une équipe qui compte deux fois plus de victoires que de défaites, les joueurs du coach Chauvin, qui avaient effectué le déplacement à seulement six joueurs, sont tombés sur une belle équipe Chartraine, supérieure dans beaucoup de domaines.
Dans le premier set notamment où l'écart est visible et qui voit les visiteurs, vite débordés, s'incliner largement. Sur la lancée de son bon début de match, Chartres enchaîne et prend ses adversaires à la gorge pour mener 8-1. On sent les Indriens mal embarqués, mais que nenni. Les Castelroussins vont alors faire preuve de vertus insoupçonnées et rarement aperçues cette saison. Ils renversent la vapeur et infligent une série de 10 points grâce notamment à un Bordes en fusion. Les visiteurs s'adjugent donc le deuxième set et ont les sent prêts à aller chercher une autre manche, synonyme de point supplémentaire.
Malheureusement, ce bel élan va faire long feu. Les hommes de Jean-Marie Chauvin accusent un peu le coup physiquement et cèdent la troisième manche. Dans le dernier set, les locaux retrouvent des couleurs et font la course en tête avant de concéder une série de 7 points qui, malgré un beau sursaut en toute fin de manche, les condamne à la défaite.
« On nourrit une légère déception car il y avait la place pour ramener un point. Mais face à une belle équipe, complète et technique, nous n'avons pas à rougir de notre défaite », commente le coach Jean-Marie Chauvin. Prochaine échéance pour l'USL dans quinze jours face à Tours.
Sets : 25-17, 23-25, 25-17, 25-23.
Cor. NR : P.-O. L.
 

Pas de miracle pour Châteauroux

Châteauroux USL : 0 Saint-Denis-en-Val : 3
Il n'y a pas eu photo dans le match opposant Châteauroux Volley USL à Saint-Denis-en-Val, samedi soir, à Jean-Bouin.
Face à une équipe du haut de tableau, jouant le podium, les joueurs de l'Indre se doutaient que la mission de départ – à savoir accrocher le scalp d'une grosse cylindrée au totem bleu et blanc – ne serait pas une partie de plaisir.
Pourtant, et presque comme à l'accoutumée, les locaux sont les premiers à se mettre en action dans la première manche. Ils mènent même au score jusqu'au premier temps mort technique.
C'est le moment que choisissent les visiteurs pour mettre la machine à route. S'appuyant sur une très belle qualité de service, flottés, smashés, courts, croisés, tout y est passe, ils mettent la réception locale au supplice. Sans trembler, Saint-Denis s'adjuge donc le premier set.
Dans le suivant, bis repetita.
Les locaux repartent du bon pied mais vont se heurter à plus fort qu'eux. Notamment au jeune et prometteur Nathan Ballereau, bien connu dans l'Indre puisqu'il est le fils du président de l'USL Mickaël Ballereau et qu'il a été formé au club. Le jeune joueur, positionné en central va alors « enquiller » deux séries.
Cinq points tout d'abord, puis huit au service. Les protégés du coach Chauvin, ne s'en remettront pas. Avec deux manches d'avance, le dernier set n'est plus qu'une formalité. Touchés au moral, les USListes concèdent un large écart (14-25). Face à une équipe jeune et mieux armée, Châteauroux Volley a cédé une nouvelle fois, une défaite synonyme de frustration. « On n'a pas fait un mauvais match mais une fois encore on a été trop tendres et on passés à côté d'un de nos objectifs à savoir vaincre une grosse équipe à la maison, regrettait l'entraîneur Jean-Marie Chauvin. On a pourtant un motif de satisfaction à savoir la performance de Nathan Ballereau. Comme Yves Alexandre ou Kévin Marembert avant lui, on voit que l'USL est un club formateur, même si ces joueurs n'évoluent plus dans l'Indre. C'est une fierté et une déception à la fois. »
Les sets : 15-25 ; 18-25 ; 14-25. Arbitre : M. Hindy.
Cor. NR : P.-O. L.
 

Châteauroux défait sèchement

Châteauroux Volley USL : 0 Saint-Jean-de-Braye : 3
Malgré un début de match incontestablement castelroussin, les débats ont vite tourné en faveur des visiteurs. Dès le début de la première manche, les protégés du coach Chauvin font la course en tête jusqu'à mi-set environ. C'est alors que l'équipe du Loiret se réveille. Emmenés pas un passeur de 16 ans, les visiteurs en font alors voir de toutes les couleurs à leurs hôtes. Avec expérience et autorité, ils s'adjugent le premier set, puis le deuxième, mené de bout en bout, dans la foulée.
Dépassés dans l'ensemble des secteurs de jeu, les USListes n'abdiquent pourtant pas. Au contraire. Dans le troisième set, les locaux retrouvent leur volley. La réception est meilleure, les attaques efficaces et voilà l'USL devant (10-5). Côté visiteurs, on comprend qu'il est temps de réagir sous peine d'être embarqué dans un quatrième set indécis. Les joueurs du Loiret haussent alors leur niveau de jeu pour infliger un cinglant 10-0 à l'USL. Les locaux ne s'en remettront pas, ils cèdent la manche et le gain du match. « On n'a pas su maintenir notre niveau de jeu sur l'ensemble du match. Et face à une équipe expérimentée, malgré sa jeunesse, avec des joueurs de 14, 16 et 18 ans, qui plus est très motivée, habile et dynamique, on a perdu sèchement et fort logiquement », analyse Jean-Marie Chauvin.
Au classement, l'USL reste 7e avant d'accueillir le coleader, Saint-Denis, samedi prochain.
Les sets : 22-25, 18-25, 21-25.
Cor. NR : P.-O. L.
 

Châteauroux laisse filer un point

En accueillant le leader orléanais dans sa salle de Jean-Bouin samedi soir, après un mois sans jouer, les Castelroussins ne se faisaient guère d'illusions quant à l'issue du match. Ce qu'ils espéraient en revanche, c'était de donner du fil à retordre à l'équipe du Loiret.
Cela s'est vérifié dès l'entame de match où, jouant sans complexes, où les locaux ont mis leur patte sur les débats. Sûrs en réception, efficaces en attaque, précis au service, les USListes font la course en tête et s'imposent fort logiquement dans la première manche face à des visiteurs visiblement cueillis à froid (25-20).
" On a laissé passer notre chance dans le 3e set "
Mais Jean-Marie Chauvin sait que l'adversaire, touché, va réagir. Et cette réaction ne se fait pas attendre puisqu'après une réorganisation de l'équipe, les joueurs du Loiret infligent un cinglant 25-10 à leurs hôtes d'un soir. Débute alors le troisième set avec la ferme envie côté USL de remporter au moins une autre manche pour s'adjuger le point de la défaite en cinq sets.
Et si les locaux montrent un autre visage, c'est pourtant l'ECO qui mène la danse (21-16). Madi fait son entrée, Couturier sert le plomb et revoilà l'USL avec une balle de set (24-23). Malheureusement, trois erreurs locales vont coûter la manche, et par là même, le match. Dans le quatrième et dernier set, les protégés du coach Chauvin n'y sont plus et s'inclinent avec 10 points d'écart. « Dans le 4e set, ils ont déroulé alors que notre jeu s'est délité. C'est dommage car face à un leader plaisant à jouer, on aurait pu espérer mieux. On a laissé passer notre chance dans le 3e set. Mais on a montré des choses intéressantes », constate Jean-Marie Chauvin. A confirmer dès samedi prochain à domicile contre une autre équipe du Loiret, Saint-Jean-de-Braye.
Les sets : 25-20, 10-25, 24-26, 15-25. Arbitres : MM. Hindy et Tandem Foko.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

Les Castelroussins subissent la loi du plus fort

Châteauroux Volley : 1
Volley Beaune Club : 3
C'est avec le plein d'ambition et de motivation que Châteauroux Volley abordait ce match face à Beaune. « C'était un peu le match de toutes les espérances », confiait même le président-joueur, Mickaël Ballereau. Face un adversaire diminué et n'ayant fait le déplacement qu'à six, Châteauroux se présentait sans crainte mais sans réceptionneur-libero non plus, en l'absence de Lelièvre et de Charron. Et c'est là, qu'une fois de plus, le bât a blessé. « On a fait de grosses fautes en réception et en relance. Après, il est difficile de construire ou d'être efficace », explique Mickaël Ballereau.
Surtout que, côté Beaune, si le capitaine était absent, le pointu évoluant au poste 5 a survolé les débats. « Il a dû inscrire à peu près la moitié des points de son équipe. Il a tout fait : attaques aux 3 mètres, services smashés, block-out C'est un jeune joueur, mais qui a du volley. »
Et face au fer de lance adverse, les locaux n'ont trouvé que l'espace d'un set la bonne carburation. « On a bien réussi à lire leur jeu, mais comme souvent, on manque de gnac, d'envie et de régularité », analyse le président. Après avoir brillamment remporté le 3e set, les Castelroussins ont pris un 6-0 d'entrée de quatrième manche, un écart qu'ils ne sont pas parvenus pas à combler. « C'est dommage car on pensait qu'il y avait la place. Le groupe fait preuve de cohésion, mais on n'y arrive pas forcément. Peut-être faut-il changer de formule de jeu ? », s'interroge Mickaël Ballereau.
Avec plus grand-chose à espérer ni à perdre – à moins d'un faux pas contre les mal classés –, Châteauroux devrait se maintenir. C'est peut-être le bon moment pour tester de nouvelles formules.
Les sets : 18-25, 18-25, 25-17, 18-25.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

Victoire nette et sans bavure pour les Castelroussins

Blois : 0 Châteauroux Volley USL : 3
3-0, visiblement c'était le score à la mode ce week-end en volley. Car après le team Yavbou victorieux de la Pologne sur ce score, l'équipe de Châteauroux Volley USL s'est imposée sur la même marque lors de son déplacement en terre blésoise, samedi soir.
Pourtant, les débats avaient plutôt mal commencé pour les Castelroussins menés très rapidement (7-0) dans le premier set. Une gifle d'entrée de jeu qui a eu le mérite de réveiller des joueurs indriens jusque-là plutôt atones.
« On a eu du mal à rentrer dans le match mais, après, on a déroulé en étant performants dans tous les domaines du jeu. On a livré un match sérieux, à l'image de Jean-Marc Bressy notre régulateur en réception, défense et en attaque. » Effectivement, dans les deux sets suivants l'USL n'a pas vraiment été inquiétée par une équipe de Blois qui n'affiche que deux succès au compteur à ce jour.
L'opération maintien en bonne voie
Cette victoire, la troisième consécutive, permet donc aux hommes de Jean-Marie Chauvin de prendre leurs distances avec les poursuivants immédiats au classement général tout en se rapprochant un peu plus du haut de tableau. « Avec trois équipes derrière nous, je pense que nous avons effectué une très bonne opération concernant le maintien. Reste à voir ce que les joueurs veulent maintenant », explique Jean-Marie Chauvin.
A ce titre, la venue de Beaune la semaine prochaine au gymnase Jean-Bouin, pourrait permettre aux Castelroussins de regarder plus haut vers la tête du classement. Mais attention, prévient le coach Chauvin, face à un groupe très solide, l'opposition sera tout autre.
Sets : 20-25, 14-25, 16-25.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

Première manche pour le fiston

Saint-Denis-en-Val : 3 Châteauroux Volley USL : 1
Initialement prévue courant novembre mais reportée en raison des attentats parisiens, la rencontre entre Saint-Denis-en-Val et Châteauroux s'est déroulée samedi soir dans le Loiret. Une confrontation entre le 3e et le 7e du classement qui cachait en fait un autre duel : celui opposant Mickaël Ballereau, président et joueur de Châteauroux, à son fils Nathan, défendant les couleurs de Saint Denis.
Et la première manche de cette opposition a clairement tourné à l'avantage du fiston. Pourtant ce sont les Castelroussins qui avaient le mieux débuté la rencontre. Ragaillardis par l'arrivée à l'ultime minute de leur président, les Berrichons démarraient tambour battant. Menant au score, ils empochaient la première manche sans coup férir. Malheureusement, cette domination faisait long feu.
Touchés dans leur orgueil, les locaux réagissaient dès le deuxième set en égalisant à une manche partout. Les deux sets suivants étaient en tous points similaires. Châteauroux jouait crânement sa chance face à une équipe plus jeune et peut-être supérieure dans le domaine physique. Au final, les visiteurs s'inclinaient sur la plus petite des marges à chaque fois, ce laissait des regrets du côté des joueurs indriens, à l'image de ce dernier service dans le fil, alors que Châteauroux pouvait revenir. « Je pense sincèrement qu'il y avait la place pour ramener des points de Saint-Denis. On y a cru jusqu'au bout et on aurait mérité mieux », expliquait Mickaël Ballereau, déçu de la défaite, mais heureux d'avoir jouer contre son fils.
22-25, 25-17, 25-23, 25-23.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

L'USL Châteauroux veut grandir

Avec le départ de plusieurs joueurs et une grande incertitude quant à son avenir, on peut dire que la naissance fut difficile mais pour l'USL Châteauroux, l'essentiel était ailleurs.
« Il fallait repartir. Si on s'était arrêté, cela aurait été très compliqué », explique Jean-Marie Chauvin, l'entraîneur du club. Engagé presque en dernière minute, le club fait néanmoins une première partie de saison très honorable. « On a eu un début de saison un peu chaotique avec une préparation qui fut loin d'être optimale mais avec trois victoires et huit points au compteur, on est au-dessus de la ligne de flottaison et dans les temps par rapport à notre objectif de maintien », analyse le coach.
Pour se maintenir, il faudra, selon les prévisions de Jean-Marie Chauvin, laisser trois équipes derrière : « Blois, l'USO et Nogent », les trois équipes à avoir été défaites par l'USL.
" Nous vivons une saison de transition "
Mais pour bien faire, il faudrait aussi prendre des points contre les clubs du haut de tableau, chose a priori peu aisée, mais faisable. « Pour autant, face aux grosses écuries, nous n'avons jamais été surclassés. Mais pour l'emporter ou tout du moins mieux rivaliser encore avec les meilleurs, il faut être plus régulier, faire preuve de plus de stabilité et de dynamisme. Nous péchons aussi physiquement peut-être face aux équipes plus jeunes », constate le technicien. La récente défaite face à Saint-Denis pointe dans ce sens, mais là encore, la préparation de début de saison est en cause.
Cela n'empêche pas Jean-Marie Chauvin de voir aussi plus loin et de préparer l'avenir. « Nous vivons une saison de transition, on peut franchir un palier dès l'année prochaine. On a le potentiel, mais il faut se donner les moyens. Nous avons une équipe nouvelle, l'école de volley a été relancée, nous allons reformer des jeunes, mais il faut aussi un projet collectif et former des entraîneurs, pour préparer l'envol du club. »
De vastes chantiers, à conduire tout au long de 2016. Avec un vœu pour cette nouvelle année : « Se mettre sur la bonne rampe de lancement en l'emportant face à Blois pour la reprise du championnat le 9 janvier. »
Un déplacement qui aura valeur de test.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

Châteauroux enchaîne un deuxième succès

Nogent-le-Rotrou : 2
Châteauroux Volley : 3

Sur le papier, l'équipe de Nogent, n'a rien d'un épouvantail. Après sept journées de championnat, les joueurs d'Eure-et-Loir n'ont toujours pas goûté à la victoire. Samedi soir, les Castelroussins leur ont infligé une huitième défaite même si les Indriens auraient très bien pu s'incliner. Les choses avaient pourtant très bien commencé pour Châteauroux Volley qui s'impose confortablement dans le premier set. Dans la deuxième manche, les Castelroussins éprouvent quelques difficultés à l'allumage mais, une fois encore, sûrs de leurs forces en attaque avec un trio Borde, Bressy, Guillot, les joueurs de l'Indre s'imposent également. On se dit alors que Châteauroux Volley se dirige tranquillement vers une victoire en trois sets. Mais comme la semaine dernière, il n'en sera rien. En face, la jeune équipe Nogentaise est combative et plutôt très bien organisée en défense. Bien aidés par les nombreuses fautes directes des visiteurs, ils parviennent à empocher la troisième manche. Dans le quatrième set, une nouvelle fois handicapés par un très mauvais départ, les Castelroussins doivent courir après le score face à des adversaires revigorés. Côté Châteauroux tout va à vau-l'eau. Le service, la réception, même les attaques ne font plus mouche et Nogent égalise à deux sets partout. Avec un tel scénario, l'avantage psychologique est aux locaux et on imagine les Castelroussins mal embarqués, d'autant que les joueurs de l'Indre qui avaient fait le déplacement à six plus leur coach, prennent le pire des départs et se retrouvent rapidement menés 6-1 sur une manche qui se dispute en 15 points. C'est alors que les USListes vont connaître un sursaut d'orgueil. Resserrant le jeu dans le money time, ils parviennent à égaliser puis à doubler leurs adversaires, décrochant ainsi une deuxième victoire consécutive. « Nous avons eu des débuts de sets calamiteux, à cause de notre manque de régularité et de maîtrise. Pour autant et même si ce fut un match très difficile et accroché, l'essentiel est là avec la victoire. Il nous faudra toutefois montrer un autre visage samedi prochain pour affronter Saint-Denis à Jean Bouin » explique Jean-Marie Chauvin le coach de Châteauroux Volley.
Sets : 21-25, 20-25, 25-23, 25-22, 13-15.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

Châteauroux renoue avec la victoire

USL Châteauroux : 3 US Orléans : 1
A voir les visages réjouis à la fin du match, nul doute que la victoire acquise samedi soir, à Jean Bouin, face à l'US Orléans, a fait le plus grand bien au groupe de Jean-Marie Chauvin. Car, dans ce duel de mal classés, les deux équipes occupent la 8e place ex aequo. Châteauroux a donc réalisé la bonne opération du jour. Un succès mérité que les joueurs ont su construire patiemment. Dans la première manche notamment où, face à une jeune équipe orléanaise, ils n'ont rien lâché pour s'imposer avec une confortable avance (25-19).
Deuxième succès de la saison
Sur leur lancée, les USListes, démarrent le deuxième set tambour battant. Ils infligent un cinglant 11-0 à des visiteurs dépassés par la vitesse de leurs hôtes. Les Orléanais n'inscriront d'ailleurs que neuf points dans la manche concédée 25-9, dont trois donnés par l'USL sur des fautes directes sur services. On se dit alors que le match va tourner court et que Châteauroux se dirige tranquillement vers une victoire en trois manches.
Mais c'était sans compter sur la rébellion de la jeunesse orléanaise. Le troisième set est accroché. 9-9 puis 13-13. Les attaques de l'USL sont moins précises, la réception et le service moins performants. En concédant en plus quatre points sur la même « bidouille » au poste 2, auxquels s'ajoutent deux services manqués, les locaux laissent filer la manche (21-25). Dans le quatrième et dernier set, l'USL remet le bleu de chauffe et se détache rapidement (8-2). Bouchard, à la passe, distribue les caviars et les attaques de Borde, Guillot, Bressy, ou encore Couturier font à nouveau mouche. Sur la troisième balle de match, l'USL conclut la partie, empochant son deuxième succès de la saison.
Les sets : 25-19, 25-9, 21-25, 25-20.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

Pas de miracle pour Châteauroux face au leader

Châteauroux Volley USL : 1 Chartres VB : 3
Au terme de ce qui ressemble de très près à leur meilleur match de la saison, les USListes ont finalement rendu les armes, après une belle résistance, face à une solide équipe chartraine dont le recrutement a clairement porté ses fruits, samedi soir, à Jean-Bouin. Malgré un très mauvais départ (1-7), les Castelroussins revenaient pourtant au score par deux fois pour finalement s'incliner sur la plus petite des marges dans le premier set (24- 26). Dans la deuxième manche, bis repetita. Performante en réception et plutôt efficace en attaque, l'équipe de l'USL tombait sur une formation plus aguerrie, notamment au bloc, ce qui lui permettait de s'adjuger à sa main le deuxième set.
Dans la troisième manche, on assistait alors à un sursaut des locaux. Les permutations dans le système et une plus grande variété en attaque permettaient aux USListes de revenir à 2-1. Dès lors tout était possible dans le quatrième set. « Moi-même j'y croyais, je sentais que l'on n'était pas loin, que l'on pouvait y arriver », explique Mickaël Ballereau. Mais pour cela, il aurait fallu maintenir le niveau aperçu dans la manche précédente. « C'est notre problème, on ne tient que des moitiés de manches. Il faut être performant sur un match entier. On sait que si l'on y parvient, on pourra alors rivaliser avec les meilleurs », analyse lucidement le président Ballereau. Avec deux réceptions à venir face à deux équipes mal classées, l'USL a toutes les cartes en main pour opérer une belle remontée au classement général. « La victoire est impérative lors des deux matchs à venir », prévient Mickaël Ballereau.
Arbitre : M. Hindy. Les sets : 24-26, 20-25, 25-21, 23-25.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

VOLLEY-BALL Châteauroux frustré

Saint-Jean-de-Braye : 3
Châteauroux Volley USL : 1
Pour le deuxième de ses trois déplacements en sept jours, Châteauroux Volley se rendait à Saint-de-Braye pour y affronter le Smoc mercredi après-midi. Face à une jeune et solide équipe, troisième de la poule, les Berrichons avaient une belle carte à jouer. Malheureusement, une nouvelle défaite est venue ponctuer ce match à l'extérieur. Pourtant les choses avaient bien commencé. Stables dans tous les compartiments du jeu, les Castelroussins faisaient la course en tête dans un premier set très disputé qu'ils remportaient finalement 28-26. Portés par leur beau début de match, les joueurs de l'USL persistaient en début de 2e manche, comptant jusqu'à 7 points d'avance. C'est à ce moment-là que la machine s'est grippée. « On était tout feu tout flamme, puis on a pris 9 points dans la musette, ils sont passés devant (16-14) et après cela fut compliqué », explique Mickaël Ballereau. La faute notamment à une réception approximative. « On sentait pourtant qu'il y avait la place, c'est d'autant plus frustrant que lorsque l'on avait de bonnes balles, Olivier Borde, avec sa hauteur faisait la différence » ajoute le président. Malgré un baroud d'honneur, les Castelroussins laissaient filer les trois manches suivantes et rentraient dans le Berry sans point au classement. Prochain déplacement à Saint-Denis-en-Val samedi soir.
26-28, 25-21, 25-19, 25-20. Arbitres : Sylvain Guertin et Leslie Bouneau.
Cor. NR : P.-O.L.
 

Châteauroux Volley battu sèchement

EC Orléans : 3 Châteauroux Volley USL : 0
Face au leader invaincu, les Castelroussins auront tenu un set avant de s'écrouler et repartir d'Orléans sans avoir pu empocher la moindre manche. Mais, pour autant, les joueurs du président Ballereau n'ont pas vraiment à rougir de leur prestation. Ils sont tombés sur plus fort qu'eux, un point c'est tout.
Car avant l'USL, une seule équipe avait réussi à prendre un set aux étudiants orléanais, toutes les autres formations étant ressorties fanny de leur confrontation face à l'ECO. Et pourtant on est en droit de s'interroger sur la tournure qu'aurait pris le match si les Castelroussins avaient emporté cette première manche. Mais en s'inclinant 32-30, ils ont perdu bien plus qu'un seul set. « Après c'est vrai que ce fut un peu la bérézina, constate Mickaël Ballereau.Notre bloc était en retard, la réception de mauvaise qualité, difficile de s'en sortir dans pareilles conditions. »
Face à une équipe qu'ils avaient pourtant battue deux fois l'an passé mais qui s'est bien renforcée à l'intersaison, les Castelroussins se sont donc logiquement inclinés. Reste à relever la tête désormais. Et au plus vite. Cela tombe bien car la prochaine journée est programmée ce mercredi avec un nouveau déplacement, à la SMOC cette fois-ci (Saint-Jean-de-Braye). « La victoire est impérative », annonce le président Ballereau.
Après la SMOC un troisième déplacement en sept jours est même d'ores et déjà prévu puisque l'USL se rendra à Saint-Denis-en-Val, samedi prochain, pour un match un peu particulier. Mickaël Ballereau de l'USL, y affrontera son fils Nathan…
Sets : 32-30 ; 25-11 ; 25-13
 

Ballereau à la relance de l'USL

Mickaël Ballereau préside son club de cœur.

Il joue central, mais c’est pourtant bien à la relance de son club de cœur que se trouve Mickaël Ballereau, qui cumule les fonctions de président et de joueur.

Lorsqu'il parle de l'USL (désormais appelé Châteauroux Volley), Mickaël Ballereau a les yeux qui brillent. S'il parle volontiers des hommes qui ont construit le club et qui en demeurent des légendes vivantes, comme Jean-Marie Chauvin et Max Angély, il omet par modestie de parler de son propre rôle.
Une histoire de famille
Arrivé au club en 1991 sur la pointe des pieds, il en a gravi tous les échelons pour devenir d'abord un joueur exemplaire, puis un cadre du club. En près de 25 ans, il a tout connu avec l'USL. Les périodes de grand faste, avec la montée en Nationale et des débuts en fanfare – « quatre victoires sur les quatre premiers matchs », se rappelle-t-il – mais aussi le creux de la vague, la descente et la difficulté de constituer des équipes. « C'est difficile pour l'ensemble des clubs. Et malgré la belle vitrine offerte par l'équipe de France, championne du monde en titre, cela reste toujours compliqué de trouver des joueurs », analyse Mickaël Ballereau.
Pour preuve, le club de Saint-Christophe n'engage plus qu'une équipe en Ufolep et l'incertitude règne encore autour de l'engagement d'une équipe féminine. « On va voir pour jouer en mixte, avec au moins quatre filles sur le terrain. » Pourtant, à l'image de son profil de compétiteur, le nouveau président de l'USL ne lâche rien. « On est repartis avec une équipe en prénationale, c'était important, et on a aussi relancé l'école de volley, qui pour moi était essentielle », assure le président.
Depuis le mois de septembre donc, une petite dizaine d'enfants découvre la pratique d'un sport convivial, technique et qui peut se pratiquer presque une vie durant.
Et pour souligner l'importance de cette école, Mickaël Ballereau évoque le cas d'Yves-Alexandre Boell, passé par la formation made in USL et aujourd'hui joueur professionnel à Tours, ou encore de Morgan Chauvin, qui a évolué au niveau national, à Narbonne notamment. Et d'autres talents sont à venir dans cette école de volley, au premier rang desquels Mathis Ballereau. Le fiston pourrait bien suivre la voie de son père, mais aussi celle de son grand frère, Nathan, qui après avoir évolué en prénationale à l'USL, au côté de son papa, a dû migrer sous d'autres cieux pour raisons universitaires. Il porte désormais les couleurs de Saint-Denis-en-Val, une équipe qui évolue dans la même poule que Châteauroux volley. Après avoir joué ensemble, le père et le fils vont donc se retrouver opposés lors de deux rencontres. « J'ai déjà coché les deux dates, dont la première le 14 novembre. C'était déjà très particulier de jouer avec Nathan, ce sera encore différent de le voir en face. Mais quoi qu'il arrive, c'est une immense fierté. C'est le bonheur de voir que son fils est encore plus accro à un sport que tu adores. C'est toute la force du volley que de permettre de vivre ce type de situations », conclut Mickaël Ballereau.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

Les Castelroussins subissent la loi des Tourangeaux

Châteauroux Volley USL : 0 Tours VB : 3
C'est face aux grosses cylindrées que l'on s'étalonne, que l'on peut lancer une saison et réussir des exploits. Il n'en fut rien, samedi soir, à Jean-Bouin, où les Castelroussins se sont largement inclinés face aux Tourangeaux, sans démériter, face à une équipe qui figure parmi les prétendants aux premières places. « C'est une équipe jeune et complète qui nous a posé quelques difficultés, notamment au service », explique Mickaël Ballereau, président et joueur de l'USL.
Face aux services variés adverses, flottants ou smashes, Châteauroux Volley n'a jamais pu trouver la bonne carburation en réception. « Et forcément, après, tout se complique. Quand le passeur récupère les balles au-delà des trois mètres, difficile de construire des attaques propres et efficaces », précise Mickaël Ballereau.
Dans ces circonstances, l'absence de Lelièvre, habituel libero, a pesé lourd dans la balance du côté des Castelroussins. Pourtant dans le jeu, les Bleu et Blanc ont fait mieux que le score ne semble l'indiquer. « Olivier Borde a fait le job en attaque et si on n'avait pas donné autant de points, notamment dans la première manche, on aurait pu au moins remporter un set. C'est le genre de match dont on sort avec des regrets », analyse Ballereau.
Des regrets certes, mais aussi des motifs d'espoirs. « On a quand même bien résisté et la poule semble assez homogène, en dehors de Beaune et du TVB. Je reste persuadé que l'on peut faire quelque chose cette saison, mais il nous faut travailler », conclut le président.
Une trêve de trois semaines se profile à l'horizon. De quoi avoir le temps de bien préparer la périlleuse semaine du 7 novembre, qui verra le Châteauroux Volley USL se déplacer trois fois en une semaine. Au classement, l'équipe reste bien accrochée à la sixième place.
Les sets : 22-25, 18-25, 20-25.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

Châteauroux lourdement défait à Beaune

Beaune : 3 Châteauroux USL : 0
Les semaines se suivent et ne se ressemblent pas pour l'USL. Faciles et rapides vainqueurs de Blois la semaine passée (3-0), les joueurs de Jean-Marie Chauvin ont pris la foudre à Beaune, en trois sets secs.
Privés de Mickaël Ballereau, les Castelroussins ont fait de trop nombreuses fautes directes pour espérer une issue positive dans ce match. « La défaite paraît logique vu la physionomie du match, détaille le coach. Ils nous ont été supérieurs dans tous les domaines. On est un peu déçu car, ce n'est jamais de gaîté de cœur que l'on perd 3-0. »
Dans les deux premiers sets, son équipe a passé son temps à courir après le score. Sans jamais réussir à recoller.« On concède plusieurs séries de 3-4 points consécutifs, poursuit Chauvin. Ils étaient plus stables et plus sereins que nous. » Les regrets de cette partie se situent surtout dans le troisième set pour les Indriens, qui menaient au score jusqu'à 19 points. Et puis… « On encaisse un 6-0… On est bloqué deux fois et on fait des erreurs », analyse l'entraîneur. Résultat, une large défaite, bouclée en 1 h 24.
« On a été un peu en dessous de notre potentiel, détaille Chauvin. On va travailler d'arrache-pied pour prétendre à battre le TVB à domicile la semaine prochaine, qui avait battu Beaune lors de la première journée (3-2). » Ballereau sera de la partie et toute l'équipe aura envie de réagir, même si après deux journées et une victoire pour une défaite, il n'y a pas péril en la demeure. « Il faut se servir de cette défaite pour se remettre sur les bons rails »,conclut Chauvin.
Les sets : 25-19, 25-17, 25-19.
N.M.
 

Châteauroux était pressé

USL Châteauroux : 3 Blois : 0
Dorénavant, les matchs démarrent à 20 h 30 et avec quelques changements sur le règlement. Les nouveautés n'ont pas perturbé les deux équipes, mais on ressentait, de part et d'autre, un stress légitime, samedi soir au gymnase Jean-Bouin. Blois était diminué avec trois absences et Châteauroux repartait presque à la dernière minute avec peu de séances d'entraînement.
Un bon respect des consignes
Les locaux démarraient bien mais les fautes étaient nombreuses en attaque. A 16-10, Blois, grâce au gros travail de Petre au service, parvenait à égalité (17-17). Pour autant, les relances en manchettes prouvaient qu'ils avaient des difficultés en réception. Les joueurs du tout nouveau président Mickaël Ballereau étaient rassurés, ils remportaient le premier set.
Les visiteurs n'étaient pas en reste et sortaient la grosse artillerie. Mesko au filet donnait du fil à retordre aux Berrichons. Borde plaçait des exocets qui perturbaient les joueurs de Thavone Tanthavong. Le dernier set voyait une bonne entame avec un bon travail de Thaiharath et Mateos-Sanchez en réception. Et puis, L'USL tentait d'asphyxier son adversaire en inscrivant huit points consécutifs. Les consignes étaient respectées, et même si les derniers points étaient difficiles à obtenir, les joueurs pouvaient être satisfaits : ils ont eu raison de s'accrocher pour tenter l'aventure en Prénationale.
Les sets : 25-17, 25-22, 25-19. Arbitres : MM. Gadier et Hariot.
 

L'AAJ Blois doit rapidement grandir

Au sortir d'une saison d'apprentissage sans grands enjeux, puisque sans descente, où ils ne se faisaient guère d'illusions et où ils n'ont finalement pas remporté le moindre match, les Blésois, qui ont repris l'entraînement au mois d'août pour la préparation physique puis début septembre pour le côté technico-tactique, vont retrouver la compétition samedi soir à Châteauroux face à Saint-Christophe avec plus d'ambitions que l'an passé.
 « L'objectif est de se maintenir sportivement d'autant que la mairie joue le jeu en nous accordant plus de créneaux pour les entraînements », prévient le manager Emmanuel Foucault dont l'effectif a connu quelques changements avec notamment l'arrêt du passeur Jérémy Gibaud et du réceptionneur-attaquant Arnaud Simmonet qui sera lui remplacé par un joueur qui évoluait en régional à Périgny en Charente-Maritime. « On va donc devoir retravailler la passe même si des joueurs peuvent encore arriver. »
Bientôt une équipe féminine ?
Avec un an d'expérience derrière elle et une saison de beach-volley qui s'est bien passée cet été avec le Loire open beach auquel ont pris part huit Blésois, l'AAJB, qui sera à nouveau le seul club loir-et-chérien à ce niveau, semble mieux armée pour débuter cette nouvelle saison.
Par ailleurs, la section volley grandit puisque les U17 de l'an passé disputeront cette saison le championnat régional junior et avec l'arrivée de jeunes joueuses au club, on pourrait voir d'ici un an des équipes féminines juniors et seniors en régional.
 Samedi à 20 h 30 : USL Saint-Christophe - AAJB.
l'effectif
AAJ Blois
Passeur : Busteau.
Centraux : Mesko, Verhelst, Meunier, Gaudin.
Pointu : Petre.
Réceptionneurs attaquants : Decock, Maufras, Lorans, Boutsady.
Libéros : Mateo-Sanchez.
Entraîneurs : Emmanuel Foucault et Thavone Thantavong.
Cor. NR : Xavier Marcanet
 

L'USL Châteauroux remet le couvert

Repartira ? Ne repartira pas ? Telle était la question qui a animé les assemblées et entraînements du côté du Châteauroux volley USL cet été. Et alors que le championnat débute ce samedi, l'Indre aura bel et bien un représentant cette saison encore. « C'est bon, on repart,confie Mickaël Ballereau, le tout nouveau président du club. On a pris la décision en milieu de semaine dernière. Après quelques déboires et bien des discussions, on a réussi à reconstruire un petit groupe », ajoute-t-il.
Car les principales interrogations à lever concernaient plus la quantité que la qualité de l'effectif ou la motivation des joueurs.« On a dû faire face à quelques départs et il n'était pas envisageable de repartir à seulement 6 ou 7 joueurs, donc on a contacté plusieurs licenciés. » Et très vite, Mickaël Ballereau a pu mesurer l'attachement que beaucoup conservent pour ce club et à une présence en Prénationale.
Objectif milieu de tableau
C'est ainsi que Florian Couturier (central) ou encore Damien Charron (passeur, service) ont rejoint le groupe. Tout comme Fabrice Bouchard. Annoncé un temps sur le départ, le volleyeur a pleinement adhéré au projet de son président et a donc renouvelé son bail chez les Bleu et Blanc.
Une double bonne nouvelle, car, grâce à lui, un autre joueur a signé. « Il s'agit de Jean-Marc Bressy, président de Romorantin, un club qui évolue en Ufolep, et qui nous rejoint également. Il peut jouer en pointu ou en réceptionneur et son esprit de compétiteur apportera un plus à l'ensemble du groupe »,souligne Mickaël Ballereau. D'état d'esprit, il en fut aussi question, car l'engagement étant pris, restait à définir les objectifs. « On y va avant tout pour prendre du plaisir, mais si on peut accrocher une place en milieu de tableau, ce serait très bien », précise le président.
En accueillant Blois dès samedi pour l'ouverture, une équipe qu'il avait battu deux fois l'an passé, le Châteauroux volley USL a l'opportunité de prendre un bon départ et de marquer son territoire dès la première journée.
Châteauroux volley USL – AAJ Blois, samedi à 20 h 30 au gymnase Jean-Bouin.
Cor. NR : P.-O. Lombarteix
 

Une naissance délicate

Après 32 ans d'existence, il était temps de redessiner le club et de s'adapter aux nouveaux défis. Tel était en tout cas le constat fait par les responsables de l'USL Saint-Christophe, dont Jean-Marie Chauvin, au sortir de la saison dernière.
Le creux de la vague
« Notre organisation n'était plus vraiment adaptée. Il ne restait plus que deux sections dans la partie omnisports de l'USL, c'est pourquoi nous avons décidé de créer de nouveaux statuts, de retirer la section volley de l'USL et d'élire un nouveau bureau et un nouveau président », explique Jean-Marie Chauvin. Et c'est donc désormais Mickaël Ballereau, joueur emblématique du club qui préside le tout nouveau Châteauroux volley USL. Et qui dit nouvelle équipe, dit aussi nouveau projet. « Il s‘agit avant tout de renouer avec les jeunes à travers l'école de volley »,constate Jean-Marie Chauvin. C'est la raison pour laquelle le club a décidé de relancer l'école de volley avec des entraînements le mercredi partir de 18 h, à Jean-Bouin. Autre défi à relever, et de taille celui-ci, l'érosion du nombre de licenciés. Voilà quelques saisons, l'USL engageait deux équipes en Ufolep et ses joueurs composaient l'ossature majeure de l'équipe évoluant en prénationale, la seule de l'Indre dans les compétitions de la FFVB.
Ce n'est plus le cas, à tel point que l'incertitude la plus grande règne autour de l'engagement en prénationale.« Nous avons perdu quatre joueurs au cours de l'été. Kevin Marembert et Romain Roy partent à l'étranger, Fabrice Bouchard pour raisons professionnelles et Kamardin Madi est pris par ses études. Nous avons sondé quelques joueurs d'autres clubs mais sans réponses positives à ce jour. Et cela me paraît compliqué d'assurer une saison entière à ce niveau en se reposant sur 5 ou 6 joueurs », souligne Jean-Marie Chauvin.
La reprise du championnat est prévue le 26 septembre et le temps presse. Il est encore tout à fait possible de rejoindre le club pour participer à l'aventure en prénationale. Ce serait d'autant plus dommage que la saison passée avait plutôt réussi aux protégés de « Nano » Chauvin. « L'ambiance était super au sein du groupe, nous avions réalisé de belles performances face à de grosses écuries comme Chartres par exemple », souligne le coach de l'USL.
Malheureusement, le volley fait moins recette que par le passé, et cela malgré une super-vitrine avec l'équipe de France vainqueur de la Ligue mondiale. « Mais la couverture médiatique n'est pas à la hauteur. Tout cela mis bout à bout fait que notre situation est un peu délicate. »
Cor. NR : P-O. Lombarteix