Infos CDOS

 

CARTE PASSERELLE

 

Chères associations sportives du Département de la Dordogne ,

Le Comité national olympique et sportif français est fortement mobilisé aux côtés de ses partenaires sur l’héritage que les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 devront laisser notamment pour les jeunes générations. Parmi ceux-ci figurent notamment le renforcement du lien entre l’Education nationale et le monde sportif associatif proposant un projet d’éducation et d’épanouissement des enfants complémentaire à celui de l’école.

         Dans cet objectif, le mouvement sportif a souhaité mettre en place, à la rentrée scolaire 2019, l’expérimentation de la « Carte passerelle sport scolaire-sport en club ». Il s’agit d’un nouveau dispositif qui permet à des jeunes écoliers de CM1 et CM2, licenciés à l’USEP ou à l’UGSEL de pouvoir s’essayer à un sport de leur choix, dans un certain nombre de clubs répertoriés au préalable, dans le but ultérieur de pouvoir choisir l’un d’entre eux pour une pratique plus assidue. Il s’inscrit de fait dans le cadre des politiques publiques de prévention qui visent à promouvoir l’activité physique et sportive dès le plus jeune âge. 

         Afin de soutenir ce déploiement, le CNOSF développe une nouvelle application mobile « Mon club près de chez moi » qui sera en ligne à l’été 2020, et qui permettra de géolocaliser les clubs volontaires pour accueillir les élèves à proximité de leur domicile ou de leur école et de répertorier les informations pratiques de cet accueil (horaires, etc.).

         Ce projet ambitieux ne peut se réaliser sans votre mobilisation et celle de vos clubs, qui sont les seuls à pouvoir s’inscrire pour participer à cette opération en renseignant  ce formulaire dès aujourd’hui.

Une fois l’inscription effectuée, le club sera mentionné comme participant à l’opération « carte passerelle » dans l’application « Mon club près de chez moi ».

         Vous retrouverez les informations de ce dispositif « Carte Passerelle » en Pièce Jointe.

 A noter que les « cartes » seront distribués directement par les enseignants aux élèves à la rentrée de Septembre 2020.

 Restant à disposition pour tout complément d’information.

          Sportivement.

 L’équipe du CDOS 24.

dordogne@franceolympique.com  05 53 45 51 14


LA RELANCE - LETTRE C GAILLARD DU 28 SEPT 2020.pdf
CGaillard.jpg

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Le mouvement sportif fait part de son incompréhension face à l’adoption d’un amendement fragilisant davantage la pratique du sport en France
 

   Le Comité National Olympique et Sportif Français, représentant du Mouvement sportif devant les pouvoirs publics, fait part de son incompréhension après l’adoption hier d’un amendement du Gouvernement au Projet de loi de financement de la sécurité sociale. Cet amendement revient sur le dispositif adopté au Parlement dans la loi d’accélération et de simplification de l’action publique et s’avère fortement préjudiciable à l’accès et à la pratique du sport en France.

Cet amendement vient réintégrer dans le calcul de l’assiette des prélèvements sociaux, tout avantage accordé par un employeur ou à un comité d’entreprise au bénéfice des salariés pour que ceux-ci pratiquent une activité sportive (accès à une salle de sport, adhésion à un club sportif…). Autrement dit, une contribution de l’entreprise à la pratique du sport par ses collaborateurs va être assimilée à un avantage en nature.  Avec cet amendement gouvernemental qui vient ajouter des freins supplémentaires à l’accès à la pratique du sport pour les salariés de notre pays, on est loin de se rapprocher de l’objectif de faire de la France une Nation sportive.

Cette mesure est incompréhensible pour le Mouvement sportif, quand on connaît les nombreux bénéfices pour la santé et le bien-être au travail de la pratique d’une activité physique et sportive régulière. L'OMS note que l'inactivité physique est à l'origine de 10% de la mortalité en Europe. En moyenne, de nos jours, un jeune met 30 secondes de plus à courir 1000 mètres qu’il y a 50 ans. A moins de 4 ans de l’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques dans notre pays, il est temps que chacun prenne conscience que l'inactivité physique est une véritable bombe à retardement pour notre pays et qu’il agisse en conséquence.

Cette mesure est d’autant plus préjudiciable dans la période de crise sanitaire que nous traversons et où nous avons appris que les personnes pratiquant une activité physique régulière sont mieux armées pour résister face à la Covid-19, comme face aux maladies cardiovasculaires. L’arrêt brutal des activités associatives sportives sur bon nombre de territoires, décidé en raison de la recrudescence de la circulation du virus, aura des conséquences dramatiques sur la santé de nos concitoyens. Dans ce contexte, la position du Gouvernement n’est pas de nature à favoriser le retour vers la pratique sportive des Français et nous le regrettons.
ce site a été créé sur www.quomodo.com