La chapelle del dol

"Le seigneur d'Estaing était très lié avec le seigneur de Vallon, dans la vallée de la Truyère. Celui-ci était veuf et avait un jeune fils. Contraint de partir à la guerre, ce seigneur confia son fils et le domestique de celui-ci à son ami le seigneur d'Estaing. Celui-ci avait une fille, un peu plus jeune. Les deux enfants jouèrent et grandirent ensemble, jusqu'au jour où, devenus adolescents, ils sentirent l'un pour l'autre une profonde attirance.

Or, le seigneur d'Estaing projetait de marier sa fille à un puissant seigneur du voisinage, le baron de Thénières, un homme dur et violent. La jeune fille, heureuse dans la compagnie du jeune sire de Vallon, n'éprouvait au contraire que l'aversion pour celui que son père lui destinait. Le baron de Thénières, comprenant que le coeur de la jeune fille était déjà pris, amena le seigneur d'Estaing à renvoyer, chez lui, à Vallon, le jeune compagnon de sa fille.

Les jeunes gens, en se séparant, jurèrent de se revoir. Au jour fixé, une lumière placée en haut de la grande tour indiquerait qu'il n'y avait point de danger. L'indiscrétion d'une servante mit, par l'intermédiaire de son serviteur, le baron de Thénières au courant.

Connaissant le jour et l'heure à laquelle le jeune page devait venir, ils s'adjoignirent six vauriens, que le seigneur de Thénières paya très largement, et firent par une nuit très obscure abattre l'arche principale du pont qui reliait Estaing à la rive gauche.

A l'heure dite, le jeune homme arriva par la Rouquette, sur la rive gauche, non loin d'Estaing. Dans la nuit, il ne vît pas l'abîme, qui s'ouvrait à la place du pont et il se noya dans le gouffre. Son serviteur ne le voyant pas revenir voulut aller le lendemain à sa rencontre. Il vit le pont brisé, comprit qu'il était sans doute tombé et vint alerter le seigneur d'Estaing et toute la population.

On chercha le long de la rivière le corps du jeune homme. On finit par l'apercevoir en face du chemin de Montaigut. Avec une petite barque, que l'on appelle dans le pays un nego-fouol, on réussit à ramener le corps.

Pendant ce temps-là, une brève enquête, qui ne laissait aucun doute, fit découvrir l'auteur du crime : le baron de Thénières.

A la demande de la jeune fille, le seigneur d'Estaing fit ensevelir le jeune homme au lieu où on l'avait sorti du Lot et il fit construire au-dessus de la tombe une chapelle, et à côté un logement pour un ermite dont la mission serait de prier pour le défunt et les deux familles d'Estaing et de Vallon. Cette chapelle est appelée depuis La Capelo del Douol, la chapelle du deuil. La jeune fille ne tarda pas à suivre son compagnon dans la tombe.

Le jour anniversaire de la mort des deux amants "disent les pêcheurs d'Estaing, une légère nuée semblable à un brouillard s'élève au-dessus de la grande tour du château et prend peu à peu la forme d'une femme aux longs vêtements blancs, les mains jointes élevées vers le ciel et l'on entend par trois fois le cri parfaitement distinct : Douol !... Douol !... Douol !... et tout disparaît."

(d'après Pons d'Hauterive)

Pendant longtemps, les messes de Neuvaine y furent célébrées. La Chapelle était consacrée à Saint Laurent, diacre et martyr. Le 12 juin 1731, à l'issue d'une grande cérémonie, les reliques qui étaient déposées furent ramenées à l'Eglise du Nayrac.

La Chapelle fût vendue à la famille Bousquet de Carmarans et passa par plusieurs propriétaires : Monsieur Galtier, Notaire, puis à E.D.F. qui l'a cédée à la commune du Nayrac.

300_220____1__chapelle-del-dol-03photo-mairie-le-nayrac-4jpg_3339.jpg
300_220____1__chapelle-le-dol-02-le-nayrac-aveyron-photo-google_3340.jpg

le château de calmont

Juché sur un impressionnant piton basaltique, le Château fort de Calmont d'Olt, classé Monument historique, domine la Vallée du Lot. Sa silhouette ne laisse aucun doute quant à la vocation militaire de ses remparts édifiés durant la guerre de Cent Ans. Animations médiévales, circuit d'interprétation, parcours pour les enfants, exposition.Trébuchet, canon, arbalètes, armures... le château de Calmont d'Olt, organise toute l'année des démonstrations en costumes sur l'utilisation des armes médiévales et un parcours découverte pour le jeune public avec diplôme de chevalier à la clé. La forteresse dont les premières traces remontent à l'An Mil propose aussi de nombreuses expositions sur la vie, les costumes et les jeux à l'époque médiévale, ainsi que l'architecture et les découvertes archéologiques. Une immersion magique en plein Moyen Age. Panorama extraordinaire sur les Monts d'Aubrac et la Vallée du Lot. Costumes et jeux pour enfants.
Evènements : Grands jeux de Pâques (Avril) - Combats du Petit Meschin (Juillet &- Août) - Sorcières et citrouilles (Toussaint).
calmont 1.jpg

LAGUIOLE

Laguiole le fromage


La fabrication fromagère de l'Aubrac est issue d'une tradition très ancienne, puisque les moines de la Dômerie l'employaient déjà au XIIe siècle. Aujourd'hui, la coopérative "Jeune Montagne" collecte le lait de la région pour fabriquer la tome de Laguiole qui bénéficie d'une appellation d'origine contrôlée.

C’est avec cette même tome fraîche qu’est fait l’aligot.



Laguiole, un village

Les maisons en granit et en basalte aux toits de lauzes, entourent l'imposante statue de bronze du taureau, émanation symbolique de la force placide, de la fougue et de la vigueur du mâle de la race Aubrac.


Laguiole, un couteau devenu célèbre

Symbole de l’Aveyron, le couteau de Laguiole est connu mondialement. L’activité coutelière est une réalité vivante et dynamique comme le démontrent les nombreux ateliers et boutiques dans le village. Laguiole revendique l’authenticité et le savoir faire autour de cet objet d’art. Vous pouvez visiter plusieurs coutelleries :

jeune-montagne.jpg
taureau-laguiole.jpg
couteau-de-laguiole.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com