La Californie était habitée depuis plus de 13 000 ans par de nombreuses tribus amérindiennes, lorsque les explorateurs européens l'atteignent au XVIe siècle. Oubliée durant le XVIIe siècle par les Espagnols, elle n’est colonisée qu’à partir de 1765 sous l’impulsion de Charles III d’Espagne. Cette colonisation repose sur trois piliers : les missions, qui convertissent les Amérindiens, les « presidios », qui assurent la défense du territoire, et enfin les pueblos, où résident les colons. C’est à cette époque que les Britanniques et les Français commencent à s’intéresser à la Californie, suivis par les Russes au début du XIXe siècle.

À la suite de l’indépendance mexicaine, la Alta California (Haute Californie) devient un État mexicain, mais les États-Unis s’intéressent très vite à la région, si bien qu’ils l’annexent après la guerre américano-mexicaine, en 1848, ces territoires étant dénommés : Cession mexicaine. La Ruée vers l’or fait affluer plus de 200 000 colons dans le nouveau territoire, la partie occidentale devient dès 1850 le 31e État de l’Union. La Californie s’allie aux nordistes lors de la Guerre de Sécession et se développe rapidement grâce au chemin de fer. Ce développement n’est entravé au XXe siècle que par le problème de l’eau et de la pollution, qui sont toujours d’actualité, tout comme les problèmes liés à l’immigration et les tensions raciales.

ce site a été créé sur www.quomodo.com