Maladies psychiatriques

Psychomotricite et psychiatrie

"L’examen psychomoteur en psychiatrie adulte, se propose d’étudier la motricité en tant que champ d’expression de la vie intellectuelle, affective et imaginaire de la personne. L’habitus tonique d’un individu est le reflet de son état affectif. Le tonus peut être considéré comme la toile de fond des émotions. Le corps parle et révèle, une intériorité souvent difficilement symbolisable. Son observation et son analyse peuvent apporter une aide à la compréhension des mécanismes psychiques, et peut délivrer des éléments de compréhension du vécu corporel des patients."

L examen psychomoteur permet de relever Une sémiologie  psychomotrices spécifique qui va permettre de dérouler un projet thérapeutique. Cette sémiologie prend une forme particulière chez le patient stabilise ou encore lors d'un moment fécond. On constate de manière redondante un appauvrissement des registres expressifs (tonus, posture, mouvement, rythmicité, modes relationnels).

Cet appauvrissement est l arbre qui cache la forêt : des troubles psychomoteurs beaucoup plus envahissants et spécifiques sont retrouvés de manière quasi systématique. Tout d abord la représentation du corps avec un appauvrissement/ distorsion de la perception des différentes parties, une représentation mentale du corps morcelée, des trouble des praxies gestuelles usuelles avec parfois une perte d autonomie, perturbation de la construction axiale qui se caractérise par une diminution de la mobilité de la colonne vertébrale et des ceintures, perte de la latéralisation , troubles des coordinations (équilibres statiques et dynamiques,motricité faciale, motricité digitale), difficulté dans la reconnaissance, l'expression et la gestion des émotions, trouble des fonctions attentionnelles ( mémoire, planification, attention divisee et soutenue), trouble majeur/dysharmonie du tonus (cuirasse tonique, atonie, impulsivité ) qui invalident grandement l adaptation et la communication infra verbale, posture atypique, tempo moteur atypique (ralentissement, inertie, instabilité), Respiration bloquée. 

La corporeite du patient est mise à mal par la pathologie psychique, le corps propre peut faire l objet d un surinvestissement (histerisation, obsetionnalite, hypochondrie) ou au contraire d'un désinvestissement (inhibition, inertie, prostration, incurie), tour à tour défaillant, étranger, menaçant, le corps est source d angoisse et de déplaisir.

Tous ces signaux corporels sont autant d indicateurs du vécu corporeo psychique de  l individus. Leur association tisse et dessine un profil psychomoteur specifique (troubles/fonction préservée) et permet de définir un projet thérapeutique en psychomotricie  adapte aux besoins du patient. 
Diverses médiations corporelles peuvent être utilisées en individuel ou en groupe. Relaxations, arts martiaux, danse thérapie, balnéothérapie, marionnette, psychodrame, ... crées des espaces des possibles ou le sujet peut émerger. 

Le but thérapeutique est de déclencher, par le processus de changement et de créativité, des remaniements intérieurs (connexions entre sensations, affects et représentations, accès à la symbolisation, travail sur une Image de Corps fragile ou fragmentée, revalorisation narcissique, restructuration psycho-motrice), et l’émergence de sens à relier à l'histoire personnelle de chacun. La mise en forme corporelle ouvre une possible mise en forme verbale. La complémentarité du suivi psychomot/psychologue ou psychiatre prend alors tout son sens.
ce site a été créé sur www.quomodo.com