Les troubles psychomoteurs

Différentes catégories de troubles psychomoteurs

Les troubles psychomoteurs chez l'enfant  :

 

- retard des acquisitions psychomotrices (marche...) et ou des interactions sociales (relation aux camarades,...)

- instabilité psychomotrice/hyperactivité (agitation, difficulté d'attention, impulsivité) 

- inhibition psychomotrice (retrait, mutisme,...)

- difficulté pour écrire (changement de main, douleurs, illisibilité,...)

- maladresse, trouble des coordinations (Dyspraxie gestuelle ou immaturité)

- difficulté d'orientation dans le temps et dans l'espace

- trouble de la régulation du tonus et des émotions (TICS, bégaiement, mauvaise gestion du stress, ...)

- difficultés dans les apprentissages scolaires (écriture)

- trouble du comportement

- trouble envahissant du développement (autismes)

- trouble neurologique (Infirmité motrice Cérébrale, maladies neurodégénérative,...)

 

 

Chez l'adulte qui manque de confiance en lui, maladroit dans ses gestes et son adaptation spatiale, sociale ou qui se sent crispé, stressé, anxieux.

Définition des troubles psychomoteurs

           
      Les   troubles psychomoteurs  se manifestent dans la façon dont le sujet s'engage corporellement dans l'action et dans sa relation à autrui.

         Ils sont l'expression d'un déséquilibre d'une ou de plusieurs fonctions psychomotrices et peuvent retentir sur le       comportement, les conduites motrices, les compétences instrumentales de l'enfant/l'adulte. 

 Ils sont souvent situationnels et discrets et entravent en priorité les mécanismes d'adaptation, ce qui peut constituer une source de désagrément et de souffrance pour le sujet et son milieu social. 

  C omme leur nom l'indique, l'origine d'un trouble psychomoteur est plurifactorielle. Pouvant associer des facteurs génétiques, neurobiologiques, psychologiques et/ou psychosociaux susceptibles d'agir à différents niveaux d'expression. Le trouble psychomoteur oscille donc entre l'organisation somatique et psycho-affectives de la personne.
    Ainsi, il est important " de ne pas séparer cette oscillation vers le tout neurologique ou cognitif d'un côté et de l'autre le tout psychologique et afféctif", car c'est l'harmonie entre ces deux pôles qui constitue ce que l'on appelle l'équilibre psychomoteur du sujet.

     
   Leur analyse clinique s'appuie sur une connaissance référentielle approfondie du "développement psychomoteur ordinaire" et la recherche d'une sémiologie spécifique.

  Ce raisonnement diagnostique nécessite la mise en place d'une investigation spécifique que l'on appelle "examen psychomoteur" et qui permet de définir un profil psychomoteur (recueil des compétences et difficultés de la personne).     

    Une juste lecture du trouble psychomoteur observé est nécessaire dans la mesure où un même trouble peut avoir un ancrage organique (lésionnel) et ou psychique, ex : une tumeur peut donner des symptômes d'allure dépressive, l'instabilité psychomotrice chez l'enfant peut aussi entraîner un retard de développement.

      C'est pourquoi le psychomotricien travaille toujours en collaboration avec une équipe pluridisciplinaire (médecin, psychologue, orthophoniste,orthoptiste ...).
   



ce site a été créé sur www.quomodo.com