L'acquisition de la marche

Le développement de la marche autonome

Cette acquisition correspond à une activité psychomotrice complexe qui est sous le contrôle de différents facteurs qui interagissent ensemble (mais pas forcément au même moment)  :

- neurosensoriels : système nerveux central (encéphale/cervelet/tronc cérébral/moelle épinière/nerfs),    musculature, articulation, sensibilité tactile,  flux visuels/auditifs, système vestibulaire, myélinisation (loi 
 de maturation des fibres nerveuses de la tête au pied, de la racine des membres aux extrémités).

- cognitifs: perception de l'espace, mémoire, connaissances et apprentissages, , langage et  
  communication non verbale, reconnaissance des personnes et des objets, distinction du jour et de la nuit, 

-  affectifs : motivation, sentiment d'insécurité

-  relationnels :  stimulation de l’intérêt par le milieu

-  éducatifs et culturel :  théories, habitus et croyances familiales/sociales autour de cette acquisition.

 "La posture debout et la marche bipède sont souvent présentées comme les pre miers témoins de l'hominisation,
 tout comme les premiers pas sont culturellement   perçus comme la sortie de la toute    petite enfance, et l'entrée dans la vie sociale. 
Dans de nombreuses cultures l'acquisition de la marche  autonome autorise la fin  de l'allaitement, l'arrêt de la gymnastique néonatale, la nécessaire maîtrise de    la  propreté,  ou encore la fin du  portage au dos"

  (JO, 1989;  Bril, Zack,  Hombessa-  Nkounkou, 1989,    cité  dans  Le développement psychomoteur du  jeune enfant  collection Psychomotricité  O solal éditeur -  Marseille - 2000  ). 

" L'en vironnement joue un rôle actif indispensable : 
il peut réguler, déclencher et sélec tionner tel ou tel mécanisme existant. 
Mais en aucun cas, le milieu ne peut modifier  ce qui a été défini par le programme génétique de l'organisme"

( Le développement psychomoteur du  jeune enfant  collection Psychomotricité  O solal éditeur -  Marseille - 2000)

La marche autonome offre à l'enfant de nouvelles possibilités d'explorations de l'environnement, prétexte à de nouvelles rencontres sociales (individuation), de nouveaux apprentissages (coordinations manuelles) et à l'acquisition de nouvelles connaissances ( cognition  spatiale).

LE RETARD DE MARCHE QUELQUES REPÈRES : 

Le moment de l'acquisition de la marche est très variable d'un enfant à l'autre et on estime que la fourchette d'acquisition à lieu entre le 9ème mois et le 18ème mois.

L’âge à partir duquel on parle de retard de marche est discutab le : l’âge de 18 mois représente un premier repère à partir duquel l’examinateur doit être attentif et l’âge de 24 mois, le seuil à partir duquel l’absence de marche peut être considérée comme un retard. 

Quelques points importants pour l’anamnèse : les antécédents familiaux, l’âge de la marche du père, de la mère, la grossesse, le poids de naissance et le terme, l’âge de la tenue de tête et de la station assise libérée, le mode de déplacement (aucun,  shuffling , ramper, 4 pattes, petit lapin…). Pour l’examen neuromoteur : motricité spontanée, stimulée, réflexes, tonus passif, oculomotricité, préhension.

En cas de doute vous pouvez vous adresser à un psychomotricien par l'intermédiaire de votre médecin généraliste ou de votre pédiatre.



MARCHE 3.jpg
MARCHE 2.jpg
MARCHE 1.jpg
MARCHE 5.jpg
ce site a été créé sur www.quomodo.com