Éco trail de Paris / 30 km : compte-rendu de stéphane

Une semaine tronquée par une grippe et une contracture après ma sortie longue de dimanche dernier, fait que je n'aborde pas au mieux de ma forme cette course malgré l'idée de la faire comme une S.L en mode prépa Ultra Marin.

Après avoir récupéré mon dossard au parc expo de Versailles, je retrouve ma fille et mon gendre, chez eux, à 300m de la Tour Eiffel. L'idéal pour l'arrivée et le site du départ qui n'est qu'à 15mn.

Samedi matin, départ en taxi scooter piloté par ma fille, à la fraiche, sous un temps maussade et venteux, une première pour moi ce déplacement, dans Paris, en scooter. Nous arrivons à Meudon, plus précisément, avenue du château ou sera donné le départ de cette neuvième édition. Il y a déjà énormément de monde d'autant que le départ du 15kms et de la marche nordique se passe aussi là. La dernière vague, des coureurs du 15, part. Notre tour arrive. Etant arrivé tôt, je peux m'installer dans la première vague de départ, ce qui me convient car franchement ça caille. L'ambiance nous réchauffe, le speaker a une pèche d'enfer, la musique qui passe fait kiffer sa life, ambiance folie douce, Templiers ou UTMB selon son trip du moment!!! Ce mec est un génie!

Allez, le compte à rebours est lancé, un dernier bisou à ma supportrice, journaliste, photographe adorée à qui je donne rendez-vous à l'unique ravito situé au 20eme km, dans 2h.
C'est parti, droit dans la monté pavée, sur 500m, de l'avenue du château, direction l'observatoire de Meudon et son parc. Pas d'affolo, je fais monter le rythme tranquillement tout en faisant attention à ce secteur pavé. Une entorse, si tôt, serait malvenue. L'objectif étant de passer les dix premiers kms en 1h. Je connais le parcours pour avoir fait le 80kms qui emprunte le circuit et je sais ce qui m'attends, au vue de ma forme du moment, je ne dois pas me mettre dans le rouge. Les premiers kms sont plats, en foret, c'est agréable puis vont se succéder de petits up and down fort sympathiques. Le gros du dénivelé se situant sur les 20 premiers kms. J'oscille entre 5 & 5.30 au kilo. Cela me va bien. Je passe les 5 kms en 24mn. Je ne me sens pas trop mal. Une première grosse cote, dans la foret, que tout le monde passe en marchant. J'en fais de même, pas la peine de fanfaronner, je profite pour effectuer cette montée à un rythme soutenue et me relancer au sommet en petites foulées avant de retrouver mon rythme initial. Les kilomètres défilent, je décide de signaler, par SMS, à ma fille, que je serai en avance au ravito du 20eme car je viens de passer le 10 kms en 48mn. Je suis agréablement surpris. La contracture au mollet reste calme. Tout les clignotants sont au vert.
Je passe le 15eme km en 1h25mn. Deux autres montées, en foret de St Denis, font venir nous rappeler que le parcours n'est pas fait que de lignes droites plates, ce qui n'est pas pour me déplaire car je bosse le D+, ce que je n'ai pas fait depuis fort longtemps. Nous retrouvons un passage en milieu urbain, sur Meudon, avec une grande descente que n'apprécie que modérément mon mollet droit, avant de retrouver une belle patate en escalier qui va nous permettre de retrouver du vert, de la foret.
Le tracé plat qui se présente me permet de reprendre un peu de rythme tout en ayant un œil sur la Garmin et le tempo au kilo qui reste stable. A l'approche du seul ravito situé au 20eme km, je signale, à ma fille, que je vais être un peu en avance sur l'objectif fixé puisque j'ai maintenu mes 12 mn d'avance sur mes prévisions. La dernière montée du circuit, bien dans la pente, se présente. La encore, les traileurs se la font en marchant avec plus ou moins de facilité pour certains dont la chaudière fume!! J'arrive au point de rendez-vous avec mes supporters en 1h48. Ma fille et mon gendre sont là. C'est un plaisir partagé que nous nous offrons le temps de prendre deux morceaux de bananes, de boire un peu et de repartir sur quelques mètres avec eux, sous les encouragements de ma fille qui fracassent les oreilles des autres personnes et coureurs présents.........C'est bon ça!!! A la volet, je leur donne rendez-vous dans 45mn à l'arrivée. Il ne reste que 10kms en milieu urbain plat.

Nous quittons cette jolie partie boisée qui nous aura été proposé pendant plus de 17kms sur ces 20 premiers et plongeons vers Meudon ou nous attend un final que je n'apprécierai pas. Du bitume, de la circulation, nous passons notre temps à longer les véhicules en circulation, subir les pots d'échappement, les klaxons des vieux grincheux du coin, slalomer entre les barrières et plots de travaux. Je savais, de toute façon, que cela se passerai ainsi sur la fin. Cette portion bitumée réveille mon fibulaire, je sens un point d'échauffement. Conjointement, les mollets sont dans le dure avec ce type de terrain. Comme toujours dans ce type de période délicate, je ne m'affole pas, je mets le bonhomme en mode centbornard: petites foulées courtes, rasantes, un rythme entre 5.40 & 5.50 au kilo. Je n'oublie pas que cela fait plus de 14 mois que je suis en mode sommeil avec ma blessure au tendon, que je n'ai repris réellement qu'en février avec seulement deux S.L de 2h30 et une de 3h. Je rappelle à mon cerveau que cette course est avant tout une sortie longue pour moi et rien d'autre!

Allez, je m'accroche, nous longeons la Seine, passons et repassons sur deux ponts avec au passage une photo avec en arrière plan la grande dame. Tiens, tiens, la même photo prise lors du 80kms mais de nuit et sous la pluie. Je me rapproche de l'arrivée, j'ai toujours ces 10 à 12 mn d'avance par rapport à mes prévisions d'arrivée. Je ne mettrai pas 3h, je ne mettrai pas 2h50, je décide, sur le dernier km de forcer l'allure. J'entends le génial speaker scander mon prénom......ça c'est une idée de ma fille, à tout les coups. Elle me dira avoir été à la rencontre de l'animateur qui ne parlait que des épouses ou maris qui venaient encourager leur moitié, elle lui a dit qu'elle était là pour son papa! Jackpot, une arrivée plus discrète, connais pas! Je passe la ligne en 2h48mn. Une place au scratch de 434eme sur 2542 arrivée et une place de 22eme VH2 sur 252. Une satisfaction malgré la petite forme de la semaine. Il y a, cependant, du boulot pour retrouver le rythme.

Cette balade se terminera par une belle rencontre, pleine de surprise, avec les organisateurs de l'Ultra du Brie Morin, qui distribue leurs flyers, épreuve vantée souvent par Ronan. L'impression de déjà se connaitre. Un appel surprise à leur mascotte Bretonne, une photo avec moi pour marquer ce moment. Nous échangeons quelques instants en se disant que les uns et les autres pourront se revoir.

Pour moi, je poursuis ma prépa avec vigilance afin de ne pas trop réveiller mon tendon. Je vais commencer à travailler les sorties logues en mode Cyrano. Je ne suis pas encore inscrit au raide du golf, on ne sait jamais mais j'y travaille!
 

vos commentaires :

 
 
 

Webmaster : Ronan

Nous contacter