Trail de l'Arguenon-45 km : récit de Ronan the webmaster

Je me retrouve un peu au hasard sur cette épreuve, après avoir longtemps hésité avec Entre Palis et mégalithes. Mais en phase de reprise, avec très peu de sorties longues, j'ai voulu pour une fois être sage et tenter quand même le coup pour dresser un état des lieux de la machine ! 
 
J'arrive donc à Landébia ( merci à l'inventeur du GPS ) de bonne heure le dimanche matin, je suis même un peu trop tôt, ils sont en train de flécher et de mettre les barrières dans la bourg, obéissant je me gare au parking prévu pour les coureurs mais je me rends compte qu'il est assez loin. Je file prendre mon dossard ( number 4 ) et je rapproche la voiture, redoutant mon état à a fin de cette épreuve ! 
 
Je n'ai vraiment aucune ambition au départ, juste retrouver du plaisir, je veux y aller cool sur les 30 premiers, très cool même et serrer les dents ensuite sur les 15 derniers afin de commencer ma préparation en vue de Moncontour et savoir un peu où j'en suis. 
 
Je suis assez surpris de voir la très faible affluence, nous sommes une petite cinquantaine seulement sur le 45 km, je m'imagine déjà les longs moments de solitude pendant 5 heures !! 
 
Bon quand le départ arrive, je me freine un peu, je ne veux pas exploser trop vite ! Les 5-6 premiers km passent à toute allure, le profil est idéal, plat voire en légère descente, nous sommes un groupe de 3, ça discute un peu, le temps est idéal, bon c'est un peu rapide mais ça permet de m'échauffer !! J'arrive assez vite autour du Lac de l'Arguenon qu'on va suivre sur environ 27 km, le festival commence maintenant, cela ressemble à Guerlédan, on monte, on descend, on serpente, on a du dévers, de la roche, des racines, des cailloux...ça use ! Puis on passe un pont et ça recommence ! Un vrai bonheur avec la brume du matin. Je me cale derrière un mec qui gère bien l'allure, histoire de ne pas trop me mettre en sur régime. Je prends le temps de bien manger et de boire régulièrement. Les rives du Lac sont très différentes, le parcours n'est pas du tout monotone, il faut être vraiment attentif. Les muscles sont soumis à rude épreuve ce qui m'inquiète un peu. Je sens assez vite cet état particulier de début d'hypoglycémie, je connais la stratégie à adopter et je mange donc en prenant le temps de bien bien mâcher. On se fait pas mal doubler avec mon compère mais promis je ne fais pas la course, je laisse passer pour une fois sans jouer le jeu !! 
 
Arrive le 30è km et l'avant dernier ravito, je prends un grand coca. Je repars assez vite, nous sommes du coup un groupe de 5. Là le coca va me booster comme jamais, je me prends une décharge de sucre. Je décide donc de mener dans la descente assez longue et technique, je me retourne et je suis tout seul, les autres semblent loin. Un peu étonné, je continue sur le même rythme, je grimpe, je descends, je file à vive allure. Je trouve qu'il est un peu tôt pour tout donner donc je reste assez progressif, mais plus les km vont défiler et plus je vais accélérer, c'est hyper grisant. Je commence à voir quelques coureurs au loin, je vais les reprendre facilement à très bon rythme. Pour une fois c'est moi qui rattrape, d'habitude c'est l'inverse donc je savoure cette belle gestion de course.
 
Les 6-7 derniers km sont de longues lignes droites en forêt, je m'imagine à quel point ça va être dur pour les coureurs en difficultés mais moi je prends un pied fou, je suis sur un rythme de 10 km route ( enfin j'en ai l'impression !! ), je fonce et je reprends régulièrement des coureurs. Très grisant. Je sens l'hypo de temps en temps refaire surface mais je mange un peu pour continuer sur cette allure. A deux km de l'arrivée je ne coince pas, je relance même, je vois un jeune coureur devant, il semble loin mais je veux me rapprocher au maximum. Le terrain serpente un peu plus, on entend le speaker, un tour de champ, encore un peu de forêt et je reprends le mec devant à 800 m de l'arrivée, il me félicite et je m'envole vers la ligne d'arrivée. 
 
Donc au final 12ème en 4h49 pour 45 km et 1000m de dénivelé positif. Un vrai trail breton tout en relance mais bien dosé, le début est facile et la fin aussi. Je reprends donc 13 personnes sur les 12 derniers km, je laisse mon acolyte que j'ai lâché au km 30 à 25 minutes derrière. 
 
Organisation presque parfaite, balisage minimaliste mais efficace, impossible de se tromper, c'est technique mais pas trop ils peuvent rajouter vraiment beaucoup de d+. Les bénévoles étaient comme toujours vraiment sympas, surtout pour 50 coureur seulement, du luxe ! 
Quelques points à améliorer : la communication, en effet il n'y a pas de site internet, qu'une page facebook, ce qui explique je pense le manque de concurrents ( enfin les autres distances étaient plus fournies ). L'arrivée était vraiment anonyme, tout le monde était presque parti, je suis arrivé pendant le podium du 22 km, j'ai mis un peu de temps avant de comprendre qu'il y avait un ravito à l'intérieur de la salle...complètement déserte  et avec les mêmes produits qu'en course. Dommage, il y avait de quoi faire un peu plus convivial, en partant plus tôt avec un peu de frontale et du coup arriver avec les courses plus courtes. 

Mais je ne veux pas rester sur ces derniers mots, ce trail est une très belle découverte et mérite d'être couru, n'hésitez pas vous allez être surpris ! 
Au final je suis donc étonné de ma performance, sincèrement. C'est très encourageant pour la suite ! On va garder la même stratégie de course. Mais cet état proche de l'hypoglycémie devient un peu trop une habitude, je sais maintenant après plusieurs années de pratique la contrer et atténuer ses effets, si je pouvais l'éviter ce serait encore mieux. A voir lors des prochains épisodes ! 
 

Vos messages :

denis a dit il y a 185 jours
Bravo ronan .de bonnes sensations jusqu au bout. Une bonne préparation avant moncontour denis
 
 
 
 
 
 
 

Webmaster : Ronan

Nous contacter