Compte-rendu de Stéphane sur le 66km

Un petit retour sur l'Endu'Rance Trail des Corsaires qui était ma course de rentrée pour 2015. Comme vous le savez, ce fut une prépa tronquée par le réveil de ma tendinopathie fibulaire début janvier.

Pour résumer, c'était séances cardio en salle en semaine avec du vélo et 3 sorties longues sur 2 mois. Bof pour un ultra ! Je tentais malgré tout en me persuadant que si, durant la course, la douleur devenait insupportable, je mettais le clignotant. Au fond de moi, je ne voulais pas y penser. La fête était trop belle pour ne pas y participer de bout en bout.

Un départ prudent, sur une base de 11km/h max, craignant avec le bitume, un réveil du fibulaire. A ma grande surprise, de bonnes sensations en arrivant au barrage. Pas de gènes. Le moral est la mais pas d'euphorie, la route est encore longue et le sentier des bords de Rance est parfois instable, glissant, tout pour réveiller le mal.

Je ne m’arrêterai qu'au ravito de St Suliac comme convenu. Un sac de change, mes recharges en solide et liquide m'attendent. A ma grande surprise, j'y retrouve, aussi, mon fan club venu du Morbihan : ma sœur, mes nièces et mon neveu avec sa trompette. Quel bon moment. Je vais repartir requinqué, après une pose de 2 0mn ou j'aurai pris le temps de me changer, de prendre une soupe, un yaourt.

Le ravito est en plein courant d'air, c'est un peu la foire à neuneu car tout le monde se croise entre les duo et les solos, ça grouille !!! Je file en direction de St Jouan des Guerets.

Physiquement tout baigne, à cet instant, je me dis que les 8 h pourraient s'envisager. J'ai toujours autant de plaisir à courir, découvrir ce superbe parcours et content de m’être changé car parfois le vent de face ne fait pas de bien conjointement à la fatigue qui s'installe.

Je ne me fais pas trop d'illusion quand à la suite de la course, à un moment, le gars, il va exploser. Je pensais même voir cela au 40eme et ce qui devait arriver, arriva au 50eme: le mur, plus de cannes, plus de jus.....logique après tout, on ne s'engage pas sur un ultra avec si peu de prépa. Et comme à chaque fois, dans ces moments de moins bien, pas d'affolo, je me mets en mode Cyrano court : 100m de course, 100m de marche, je vise le panneau situé devant moi ou le dos d’âne !!! Je vais rallier St Jouan pas au mieux de ma forme mais la famille est toujours là et ça n'a pas de prix pour vous rebooster.

Une petite pause, on échange et on se donne rendez-vous à l'arrivée. Pas question de baisser pavillon, de toute façon il n'en a jamais été question. Un deuxième abandon après l'accident de l'UTMB, cela ferait tache !! Allez on s'accroche. Les kilomètres défilent, je vois, au loin le barrage et les hauteurs du parc de la Briantais. Ça sent bon.

Fini, depuis un moment, le bord de Rance, le bitume revient. Passage sur Solidor, direction la gare maritime, les remparts. Des touristes admiratifs, étonnés pour certains. On se fraie un passage entre. La plage interminable du Sillon m’achève. J'ai beau me persuader de courir, impossible, ça ne dure pas longtemps. Mon pote Olivier Roger me rejoint et m'invite à le suivre, ça ne durera que quelques mètres.

Non de zeus, il n'aurait pas pu la raccourcir cette ligne droite
Allez encore 150m, l'arrivée est là, j'aurai réussi à boucler cette épreuve avec un minima de prépa et surtout sans aucune gène de ma blessure. C'était risqué mais c'est passé!

Pour que la fête soit encore plus belle, à quelques mètres du tapis rouge, j'invite ma filleule et mon neveu à me donner la main pour franchir ensemble la ligne d'arrivée!! J'en finis en 8h46 pour 66-67 kms au compteur. Ravi d'avoir passé une belle journée, retrouvé de nombreux potes de courses au départ, à l'arrivée, sur le chemin en spectateur !!

Assez parlé de moi maintenant. Si on évoquait ce nouveau trail breton. Une maîtrise parfaite ressentie dès le début de la parution dans le calendrier de courses avec une commnication bien gérée d'ou l'absence de toute surprise. Un village bien organisé ou les coureurs ne manquaient de rien. Un balisage plus que correct, il fallait y mettre de la mauvaise volonté pour se perdre. Des bénévoles postés aux bons endroits pour vous orienter, stopper la circulation quand le besoin s'en ressentait. Des bénévoles attentionnés aux ravitos. Certains se plaindront du trop de route, encore que, mais des autorisations de passage dans certains endroits ne furent pas possible, d'ou ces morceaux de bitumes.

Quelques bémols, cependant: revoir à St Suliac la disposition des passages du duo avec les solos. Un phénomène d'engorgement pas idéal quand en plus c'était une base de change. Ça bouchonnait dur !! Une tente plus grande au ravito de St Jouan et à l'arrivée si la place le permet bien entendu. Et enfin, un peu de salé aux ravitos.

Encore une fois bravo à toute l'équipe. J'y reviendrai!!!!

 

Commentaires pour Stéphane :

oliv a dit il y a plus d'un an
bravo steph !!!! la sortie à st lazare a fait du bien pour le moral et content pour toi; finisher au trail des corsaires toutes mes félicitations
 

Compte-rendu de Ronan

J'arrive donc sur ce 65 km un peu diminué, pas spécialement préparé pour cette échéance, c'est trop tôt dans la saison. Semaine difficile avec quasiment 6 nuits blanches d'affilée mais j'en ai l'habitude. Malgré tout je suis très content de participer à cette première édition sur mes terres. Le moment le plus difficile a été de mettre le réveil à 4 heures du matin...mais comme je n'ai pas dormi, il n'a pas eu à sonner. J'arrive à ST Malo un peu avant 6 heures, j'ai de la chance car je trouve une place très proche du site d'arrivée. Je croise déjà des têtes connues et je file me préparer dans la voiture. Je décide finalement de ne pas prendre de sac de change, je n'ai personne qui va me suivre sur la course, je pense pouvoir tenir un peu comme à Moncontour. ( énorme erreur qui va planter mon trail...). Pour info j'ai la chance d'être le dossard 1 avec beaucoup de joie et de fierté. 

Le départ est donné, toujours des moments de plaisir, de frissons et de crainte avec un programme copieux qui nous attend, on sait tous qu'un grain de sable peut tout faire basculer. J'ai décidé de partir assez vite mais au cardio pour ne pas me mettre dans le rouge, je gère parfaitement jusqu'au Barrage de la Rance, c'est très roulant, le cardio reste bas pourtant je suis assez rapide, très bon signe. La Richardais passe aussi très vite, je ne vois pas le temps passé. Je vais courir un bon moment avec Jérôme Calmay, occasion de discuter un peu et de profiter de sa célébrité, on a l'impression que tous les coureurs qui nous doublent ont acheté leurs chaussures chez lui, une vraie star. Son rythme me convient bien, encore une fois le cardio est tout bon mais je sens que je sature déjà du sucré, la boisson passe moyennement et je sais par expérience que je vais le payer...
Arrivé au gros ravito de Langrolay je passe assez vite en refaisant le plein d'un bidon et en buvant une bonne soupe maison, mon père n'est pas là...je suis un peu en avance sur mes temps de passage. Plus de Jérome...je me retrouve seul ( jusqu'au bout quasiment ). Passage au Pont St Hubert, occasion d'embrasser mon père au passage. Puis premier passage à vide pour arriver à St Suliac, je ralentis un peu donc je refroidis, j'ai de plus en plus de mal à boire donc aussi à manger...vivement le ravito de St Suliac. Je ralentis donc le rythme sérieusement et je commence à subir, je me fais un peu doubler.

Finalement le ravito arrive mais j'ai trouvé ces 5 km très très longs, je suis déjà bien entamé. Ce ravito va être quand même assez exceptionnel, je croise de nombreux collègues, ma famille, des amis...je claque des bises, je discute un peu avec tout le monde...bref à un moment donné je vais quand même prendre une soupe et ... c'est tout ! 15 minutes à profiter de tout le monde, j'étais super content mais je repars sans avoir rien mangé, sans m'être changé...je n'en reviens pas de ces erreurs maintenant après coup...avec mon expérience...mais c'est la première fois que je croise autant de personnes connues, d'habitude je passe incognito...et là avec on numéro 1 tout le monde me reconnait !!

L'enfer commence assez vite, dès le départ du ravito, j'ai du mal, les jambes sont dures, je me force à boire un peu et à essayer de manger mais cela ne passe plus, le froid a fini son oeuvre. Mon collègue Fabrice me double, on discute un peu, je le suis mais il débute seulement son relais, dès que ça grimpe un peu je lâche. Je me retrouve seul à gérer, je sais ce qu'il faut faire, prendre des gorgées d'eau, recracher et tenter de forcer quand même à manger de petits morceaux pour ne pas tout vomir.

Bon j'avoue c'est très très dur, d'autant plus qu'on arrive dans une portion du parcours assez moche sur quelques km, de la route en longue ligne droite, je me force à courir à petit rythme dès que c'est plat et je marche un peu. Je commence à faiblir vraiment, la tête tourne, l'hypo est magnifique émoticône wink ! Le dernier ravito arrive, je rêve d'une bonne soupe, ça passe toujours bien mais il n'y a que du sucré...alors là c'est dur dur. Un peu de coca pour finir les 14 km restants...euhhh c'est limite. Je me mets en mode "zombie fait du trail", petite foulée régulière et concentration sur des images mentales positives...j'ai toujours froid.. j'avance. Arrive enfin St Malo, je recolle à un petit groupe et m'accroche 4-5 km mais j'ai mal, arrivent enfin les remparts où je lâche mentalement définitivement, j'ai beaucoup de mal à monter les marches pour les remparts, je maudis la terre entière...le tour des remparts est interminable, je n'arrive plus à courir...enfin la redescente et la terrible plage du Sillon longue d'1 km 500...sable humide...mais la délivrance arrive au bout, j'ai envie de dormir, je suis au bout du bout, j'essaie de courir et de relancer une dernière fois, j'ai mal partout, David Rabasté me double comme une fusée et m'encourage, impossible de le suivre. J'arrive à courir sur les 200 derniers mètres mais sans le sourire habituel.

Bilan : belle promenade quand même, paysages magnifiques. Beaucoup de messages et de discussions tout au long de la course grâce au dossard 1, c'était magique. J'ai sûrement pris ce trail un peu trop à la légère...il faut vraiment une préparation spécifique, mais je ne suis pas le seul à avoir explosé en vol, nous sommes assez nombreux, même en tête de la course. Le point positif c'est que quelques années auparavant je suis sûr à 100% que l'abandon était au bout. J'ai beaucoup progressé au niveau du mental. Au final le chrono est de 7h58 et je suis pile au milieu du classement. La boisson une fois de plus a été une catastrophe...je n'y arrive toujours pas.

En ce qui concerne ce trail, c'est quasiment parfait, une équipe d'organisation au TOP niveau, très à l'écoute, une communication vraiment parfaitement maîtrisée dès le premier jour. Un site d'arrivée et de départ bien pensé et pratique. Le parcours plutôt pas mal. Les ravitos presque parfaits et les bénévoles super sympas. 

Quelques petits points perfectibles : les lots sont sympas mais très classiques ( t shirt technique, buff et gobelets, on en a des tonnes ), peut-être y repenser en travaillant avec des produits locaux ( Malo, craquelins...y'a de quoi faire ! ); des portions de route parfois trop longs surtout dans la seconde partie, un ravito de St Suliac peu pratique, c'était un peu l'usine, mettre une salle pour les duos et une salle pour les solos à la limite ( au rez de chaussée pitié ! ), abattre tous les escaliers pourris du parcours ( héhé ). 

Un grand merci pour cette belle ( avec le recul ) aventure ! 
 

Commentaires pour Ronan :

oliv a dit il y a plus d'un an
bravo Ronan c'est tout de même un effort long pour ce debut de saison et le principal est fait : finir ce trail des corsaires SUPER !!!!!!!!!!!!!! Reste à trouver la bonne potion magique a tester à l 'entrainement et a renouveler
 
 
 
 
 

Webmaster : Ronan

Nous contacter