Compte-rendu de Ronan sur l'Ultra trail de la Brie des Morin-87 km le 25 avril

Il était une fois ... un trail pas comme les autres...une aventure difficile à raconter tant les mots sont difficiles à trouver...je vais tenter de le faire mais il faudra venir et découvrir cette épreuve, c'est obligatoire ! 

J. moins 1 : vendredi 24 avril 

Il y a comme des évidences, après l'édition 1 de l'ultra de la Brie des Morin parfaite et magique, un véritable coup de coeur comme vous le savez tous tellement j'en ai parlé, je me devais d'y retourner pour profiter de cette ambiance. J'ai vraiment l'impression de faire partie de la famille, incroyable à comprendre je sais bien, mais c'est sincère. A quelques jours du départ, malgré un état de fatigue général trop important pour courir si longtemps, je me fais une joie de partir en direction de St Cyr sur Morin en Seine et Marne. Le sac est vite fait, je charge aussi une réserve de produits bretons pour fournir "la famille" ! Le trajet se passe bien à la différence de l'an dernier, j'arrive donc à la salle de St Cyr où les petites mains s'activent dans tous les sens, il y en a partout. Le festival commence dès mon arrivée...embrassades, tout le monde me salue et m'accueille par mon prénom, je me retrouve à domicile vraiment c'est incroyable. Je retrouve avec joie Vesna et Céline, mais aussi d'autres membres de l'organisation, je discute longtemps avec Jérome de Zoomyn, je revois avec grand plaisir Tristan avec qui j'ai couru l'an dernier. Un vrai plaisir d'être là, c'est magique toutes ces ondes positives. Je prends quand même mon dossard 1 collector, mon gros fromage Coulommiers au lait cru à tomber par terre tellement c'est bon. Je discute longuement avec de nombreuses personnes, tout le monde a la banane et semble content d'être là, j'en profite pour filer un petit coup de main à droite et à gauche.

Puis en fin d'après-midi, je file chez Vesna, et oui logé chez l'organisatrice en chef, la famille je vous dis, je me prépare un repas, termine mon sac et me repose tranquillement, sans trouver le sommeil, comme d'habitude. 

La course 

Le lever est assez difficile, la fatigue est bien présente, dur dur...je suis un peu inquiet mais j'avale mon petit déjeuner en affinant ma stratégie de course. Partir très très cool, aucun objectif de chrono, juste finir, si possible en prenant du plaisir et en repoussant la souffrance le plus loin possible. Je décide donc de tester une nouvelle boisson à l'occasion conseillée par Alain Roche ( lui qui a mis en ligne ses recettes de barres à l'amande que beaucoup de BA utilisent désormais ), on verra bien. 

A peine sorti de la maison, une voiture s'arrête et c'est mon ami Michaël avec qui j'ai couru 99% de la course l'an dernier je suis super content de le retrouver, on en profite pour bien discuter avant la course. A quelques minutes de la course on sort donc sur le site de départ, beaucoup de personnes me saluent et me disent avoir lu mon CR de l'an dernier, c'est super sympa. Un décompte rapide, le son des cornemuses et c'est parti sous les acclamations. 

Bien entendu je suis avec Michaël, cette fois-ci nous partis pour de longues heures et 100 % de la longue route ensemble ! 

Dès les premières foulées je ne me sens pas très à l'aise, la fatigue arrive tout de suite, mal à la tête, pas de rythme, idées noires...bon on connait tous ça, je pense faire le dos rond et attendre les sensations. Je suis un peu mal car c'est MA course, cela doit être du plaisir, je veux en profiter...j'essaie donc de relancer la machine, de remettre le cerveau en mode positif. Mon compère Michaël est dans le même état, on ne discute pas beaucoup au début de course, on subit un peu.

Malgré tout on avance, le rythme est tranquille mais pas trop mal, on enquille jusqu'au premier ravito où le show va commencer, la famille de Mickaël est présente, sa soeur vaut 20 supporters de football, elle met le feu et nous motive. En ce qui me concerne cette nouvelle boisson est une catastrophe, impression de boire de l'eau et de la farine, bloqué dès le départ, je me suis forcé à en boire un bidon mais je sature déjà...et donc je gère, je ne panique pas, au ravito je prends un coca et de l'eau pétillante pour le sel. Je remplis mon bidon d'un tiers de coca et d'eau puis dans l'autre je prends de l'eau pure. Je pense à bien manger il va falloir compenser avec du solide quand même. 

Franchement sans Michaël ma course aurait pu s'arrêter là. Mais bon on repart pour une portion différente en deux temps, encore des champs et quelques traversées de routes puis de la forêt qui arrive assez vite, avec le croisement des autres courses. Je commence à me sentir mieux, on discute enfin, et on croise en effet quelques fusées du 30 km qui à chaque fois nous gratifient d'un petit mot sympa. 

Nous arrivons donc un peu mieux à la Trétoire, de vrais diesel ! Le temps de remplir de coca et bien manger du salé, nous repartons pour la partie la plus difficile mentalement. De longues lignes droites à perte de vue entre les champs. Mais l'équipe d'organisation a bien entendu nos remarques de l'an dernier et il y a de l'animation ! Un petit groupe dans un endroit perdu qui nous interpelle avec humour, des statues, des épouvantails et ... des photos individuelles géantes des coureurs déjà venus l'an dernier avec un petit mot ( et une rime ! ). Finalement et grâce à cette trouvaille unique et géniale, cela passe vite mais c'est dur avec un vent de face assez souvent. Nous prenons le même rythme que l'an dernier, de longues portions courues puis un temps de marche. Je nous trouve plus fringants et en meilleure forme, j'ai tendance à relancer. Très bon signe. 

3ème ravito au km 51 : Bon ça commence à faire un peu long mais ça va plutôt pas mal, je sens des ampoules assez nombreuses et je suis à la limite niveau sucre, mais j'ai l'habitude, Michaël en revanche est très moyen, on alterne plutôt bien, c'est chacun son tour. On repart donc avec des passages plus ou moins vallonnés, ce qui permet de se focaliser sur chaque difficulté et de courir dans les descentes. La famille de Michaël est de plus en plus présente, cela nous fait un bien fou ! 

4ème ravito : le jardin du Point du jour. K62
Après un détour cette année dans tout le jardin, je sais que je suis mieux que l'an dernier car j'en profite davantage, je vois les belles sculptures végétales, l'étang, on salue les visiteurs et on arrive au ravito. L'occasion enfin de prendre une bonne soupe que j'attendais depuis le départ, ça passe tout seul. Je sais que je vais finir mais je sais que cela va se faire dans la douleur. Michaël est dans le même état d'esprit, on va aller au bout. 

C'est donc reparti, la route est encore longue, j'ai des douleurs aux talons d'Achille assez fortes, j'ai mal aux pieds à cause de mes ampoules mais finalement c'est pas trop grave. On alterne course et marche, j'aime bien ce passage, c'est assez varié et Michaël est de mieux en mieux, il accélère mais souffre aussi avant d'arriver au dernier ravito, bref on gère ! 

5è ravito : km 76

Beaucoup de souffrances depuis le départ et surtout d'usure mentale, on profite du dernier ravito et d'une bonne soupe pour repartir en mode robot. Michaël est requinqué et assez frais, il me tracte car je suis à bout. Je me mets en mode râleur, je bougonne à chaque montée, à chaque racine, à chaque portion de route. Et pour me punir l'orage fait son apparition, pluie battante pendant un long moment. J'ai froid mais cela me fait du bien, cela ma réveille et du coup je dois me concentrer sur ma foulée pour ne pas glisser. Je m'isole dans une bulle et je m'accroche, Michaël me réconforte, sa famille nous encourage. Je ne lâche rien. Nous arrivons ensemble sur la ligne d'arrivée, salués par Céline, Vesna, toute l'équipe et toute la famille de Michaël avec beaucoup de bruit. 88 km et un peu plus de 2000 m de d+ ! Yes ! 48è en 12h21.

Je suis heureux d'être venu à bout, encore une belle expérience humaine et une belle expérience de course. Je suis dans un meilleur état que l'an dernier, j'ai pu gérer l'alimentation ou en tous les cas limiter les dégâts et adopter un plan de secours assez efficace. 
T shirt finisher, médaille, j'ai encore la force de blaguer avec le speaker. 

Ensuite je file prendre une douche puis un bon bain chaud, inutile de parler de mes pieds...Je file ensuite 30 minutes voir le podologue puis 30 minutes chez les osthéos, surpris de m'entendre dire que je n'ai pas de douleurs musculaires ( et c'est vrai ! ) mais que j'ai des problèmes d'insomnies ( j'ai donc eu le droit à une super manipulation des cervicales ). Ensuite excellent repas. 

Bilan : 

Ce n'est pas un trail comme un autre, c'est magique, en lisant des compte-rendus, tout le monde l'écrit. Il faut le vivre, le courir, voir l'énergie des organisateurs, leur gentillesse, c'est incroyable. Rien n'est laissé au hasard, ils se démènent pour que tout le monde passe un bon moment. Cette énergie et cette envie de faire découvrir leur vallée se sent aussi chez les bénévoles qui nous encouragent et qui ont à leur manière de nombreuses attentions. Enfin cet esprit rejaillit aussi chez les participants, tout le monde a le sourire ( enfin au début et à l'arrivée...moins entre les deux ! ). 

Je suis très heureux d'être revenu malgré mon état de fatigue et d'avoir revu un peu plus longtemps vesna, Pascal, Mathile et toute sa famille, Céline, tous les autres. Bien entendu pour avoir une nouvelle fois couru plus de 12 heures avec Michaël mon frère de la Brie des Morin ! Content aussi d'avoir aperçu Tristan, sa femme, et quelques autres connaissances. 

D'un point de vue sportif, je n'avais pas la prétention ni la forme pour espérer mieux, terminer est une grande victoire et finalement assez inespéré. Je vais faire preuve d'un peu de sagesse pour une fois et arrêter pour un temps les courses longues, régler définitivement mes problèmes pour revenir plus fort de cette expérience. 
Niveau musculaire impeccable, j'aurai pu recourir le lendemain...mais avec d'autres pieds. Moi qui me vantais de n'avoir presque jamais eu d'ampoules, j'en ai eu une belle collection ! 

A l'année prochaine sans aucun doute ! 


 

Vos commentaires :

Gilles P a dit il y a plus d'un an
Merci de nous faire partager ce moment et bravo pour t'être surpassé malgré la fatigue.
 
 
 
 

Webmaster : Ronan

Nous contacter