Compte-rendu d'Augustin sur le parcours Cézanne-37 km

Levé à 6h45, il me faut 1h pour me rendre sur le départ au pied de la montagne mythique du pays d’Aix, Symbole de la Provence, muse de Cézanne, la Sainte-Victoire culminant à 1011 m.

Il fait très beau et les conditions sont optimales pour « trailer ». 
Nous sommes 250 fondus prêts à défier les sentiers imposés par les organisateurs.

Mon plan est de partir tranquillement et maintenir un niveau de puls à 160 maxi sur cette distance. Les premiers km d’échauffement me permettent de valider mon état de forme actuel. Les sentiers sont tantôt roulants tantôt techniques avec du Dénivelé + piquant pour les muscles. 

Rapidement, je suis dans le rythme et j’accompagne une traileuse impressionnante par sa régularité d’allure. Nous « avalons » les concurrents uns par un. J’ai l’impression que je vais faire quelque chose de pas mal sur ce trail. 

Je passe les ravitos au km 14 et au km 24 très brièvement pour respecter mon allure à 9km/h. Comme d’habitude, j’en « bave » dans les montées à fort pourcentage mais je serre les dents. Au 25ème km , je décide de forcer l’allure car je crois pouvoir me rapprocher du podium V2 (nous sommes 42 v2). Je m’hydrate et prends un gel donné par l’organisation. Je regarde ma montre et j’ai une allure pour finir en moins de 4h. 

Je sais, pour avoir vu les résultats des v2 2014, que finir en 3h50 me permettrait d’être 3 voire 4ème V2. Je me sens trop bien. Les derniers km sont décisifs. Je descends une partie technique sans trop forcer pour éviter le coup de chauffe prématuré en continuant à m’hydrater avec ce gel.

Le terrain s’aplanit et d’un seul coup, une envie de régurgiter me prend. Je m’arrête et je comprends que je vais finir dans le dur. Il me reste 5 km. Mes jambes ne répondent plus comme avant et là je ne peux plus maintenir mon allure. J’espère que ça va passer mais ça ne passera pas. Je sais que ce gel m’a fait beaucoup de mal et je regrette amèrement d’avoir pris un produit que je n’avais jamais testé préalablement. 

D’autant plus que j’avais mon gel habituel dans ma poche. Il était moins accessible et pour éviter le désagrément de le chercher et j’ai opté pour la facilité que j’ai payé cher.
 
Je passe la ligne d’arrivée dans une allure proche de la rando/course avec, quand même, le plaisir d’avoir participé à ce trail magnifique. 

« Si j’avais…, » je ne vais spéculer sur une hypothétique place sur le podium car finalement tant que la ligne n’est pas passée ; tout peut arrivr. Et ça, je le sais. Je suis trop C… de l’avoir oublié sur ce trail.

 

Vos commentaires :

augustin a dit il y a plus d'un an
merci stéph et tu es le bienvenu comme tu le sais sur ce terrain de jeu . je verrai si je suis sur la bonne voie en terme de résultat lors de mon prochain trail de côté de la st baume. J'aurai mon gel habituel.
 
 
 

Webmaster : Ronan

Nous contacter