Compte-rendu de Jean-Paul sur le 43 km

Quelle galère !!!

Bain sur Oust, première course de la saison, je fais la route avec Yvan, nous retrouvons tous les autres membres du BA inscrit sur le km, photo de groupe avec le départ. 

J’ai décidé de partir doucement au cardio jusqu’à l’Ile aux pies, Steph m’accompagne, au bout de km, je trouve que nous sommes parti un peu vite, je signale à Steph que je vais ralentir, je le laisse donc partir, la suite ne va être qu’une grosse galère en fait, nous n’allions pas trop vite, c’est moi qui n’est pas e jambes, je me dis que cela va revenir comme cela m’est déjà arrivé mais là rien, je passe l’Ile aux pies tant bien que mal, je suis passé en mode rando course depuis un moment, la bifurcation 43/22 km arrive j’ai très envie de rentrer par le 22 km car c’est trop galère finalement je n’y vais pas et reste sur le 43, toujours en mode rando marche afin de valider une sortie longue d’environ 5 h.

 J’avance mécaniquement, juste pour finir, plus de plaisir, la moindre difficulté me fait pester, je trouve un peu de réconfort auprès de traileurs pas au mieux eux non plus.

Enfin l’arrivée, la délivrance, la fin d’une nouvelle expérience que j’espère ne pas trop revivre.

Bravo Olive, Yvan et Joël, 3 BA dans le Top 10.

 
 

Vos commentaires pour Jean-Paul :

Fred. a dit il y a plus d'un an
JP, la chanson du jour était donc : Où sont mes jambes ? Je porte un short noir J'fume pas le cigare J'suis donc du BA Pas de lézard Et dès que vient le soir Je cours dans le noir Vers des plaisirs provisoires.... Belle sortie longue, tu as su trouver les ressorts pour ne pas mettre le clignotant en direction des 22 kms. C'est déjà un motif de satisfaction.
 

Compte-rendu de Stéphane sur le 43 km

Troisième trail de l'année dans ma préparation à l'UTMB. Après être allé chercher plus de rythme sur du court avec le trail du Grouin, me voilà sur le 43kms du trail des 3 chapelles pour, à nouveau, allonger la distance. Un parcours qui ne m'est pas inconnu puisque j'étais des 2 précédentes éditions et 2013 ne m'avait pas laissé de bons souvenirs.

Comme à chaque fois, BROCELIANDE Aventure 35 s'est déplacé en nombre sur tous les formats. Ça fait vraiment plaisir de se retrouver. C'est, aussi, peut être l'occasion d'accrocher, pour BA 35, un podium car Yvan est cité, dans ouest France, parmi les favoris. Oliv et Joël ayant aussi des envies de titiller le top 10, ça promet !!!! A quelques 10 mn du départ, une pluie battante vient refroidir nos envies d'en découdre, la température a subitement chuté. Grand bien m'a pris de mettre une première couche. L'ondée ne dure que quelques minutes, suffisamment pour nous permettre de faire notre traditionnelle photo avant le départ. Toute la bande de copains se tape dans la main en se souhaitant bonne course. J'adore !!! Vraiment l'esprit d'équipe comme j'aime.

Le départ est donné. Comme convenu ensemble, nous partons Jean-Paul et moi laissons partir la meute dans laquelle nous devinons, au loin et déjà bien placé, Yvan, Joël, Oliv et Ronan. Un peu de route avant de rentrer dans la première partie boisée fait de single track en zigzag et de petites bosses. Le sol est bien souple et sec, pour une fois. J'apprécie. Le secteur de l'ardoisière avalé, l'allure est soutenue, ce que ne manque pas de me faire remarquer Jean-Paul. Effectivement, nous venons d'avaler les 5 premiers kilos en 25mn. Le petit groupe qui s'était, jusque-là, constitué, va éclater. Je ralentis dans une montée, me retourne et vois, à ma grande surprise JP prendre de la distance. A la faveur d'un nouveau secteur plat sur route, je ralentis à nouveau mais le garçon n'y est pas. Cela se confirmera dans la portion boisée suivante montante où arrivé en haut, je m'arrête quelques minutes mais pas de JP. Bon, connaissant le lascar, je me dis qu'il me refait un coup comme aux Templiers : je mets le diesel en route mais quand ça être chaud, vous allez voir le métronome débouler!!!

Je décide, donc, de poursuivre à mon rythme avec, malgré tout, une petite appréhension car j'ai constaté une petite fatigue ces derniers temps qui m'ont obligé à ne rien faire la semaine précédent l'épreuve. Vais-je payer l'allure rapide du départ? Sûrement, Quand ? Le plus tard possible, j'espère.

Le circuit nous amène sur un secteur plat mais bien marécageux ou pendant 300m, nous allons avoir de l'eau jusqu'aux rotules. Je m'efforce de courir, au début, mais très vite, je sens l'épuisement á devoir lutter contre cette eau et ces algues qui s'accrochent á mes chaussures. Il aura fallu une petite pose pour les enlever à la sortie. Une pensée pour Karine et Vincent, en passant, car je prends le risque de faire une photo les pieds dans l'eau ( ils se rappelleront ).

Nous éviterons, cette année, la long ligne droite du halage mais pas la montée de l'île aux pies. Magnifique paysage qui s'offre et le souvenir de 2013 qui me hante. Je décide de rester dans le même esprit positif qui est le mien depuis le début, à savoir, que l'allure et les sensations sont bonnes. J'attaque, donc, les portions pentues avec aisance, en marchant et avec les relances qui s'imposent aux moments opportuns. Ce secteur sera effectué avec plaisir.

Les kilomètres défilent et toujours cette même régularité: 10kms en 57mn puis 20kms en 1h57 puis 30kms en 3h07. Tant que ça peut le faire, on continue sans nécessairement vouloir se mettre dans le rouge. Il ne s'agit que d'une sortie longue supplémentaire de préparation. D'ailleurs, c'est l'occasion de tester de nouveaux produits liquides et solides: une barre d'effort faite maison à base de pommes de terres, graines de sésames, poudre d'amandes, fructose et la fameuse boisson Coco & Rico saveur citron. Un premier test riche d'enseignement : le solide fut avalé en petite portion de 20G toute les heures. Aucun soucis digestif. Par contre, il m'aurait fallu couper avec un autre produit solide typé salé pour casser ce goût permanent et unique. Quand á la boisson, passer 3h de course, la saveur du citron à plutôt asséché mon palais. Malgré la prise d'eau au ravito, cette sensation de sécheresse m'a plutôt gêné. Je pense que sur un ultra, ce type de produit n'est pas adapté.
Ce fut, aussi, l'occasion de mettre en pratique les échanges avec les copains, juste avant le départ, sur la quantité de liquide à absorber. Et la, force est de constater que je suis loin du compte car sur le temps passé à courir, étant parti avec deux flasques de 500ml, il me restait, dans chacune, 250ml et ce qui est surprenant, c'est que je n'ai pas eu de crampes ou de soucis hypo. C'est un sujet qu'il va falloir, malgré tout, repenser!!

L'arrivée au dernier ravito m'annonce que la fin va se jouer au mental et en consultant mon chrono, je me dis que les 4h30 sont envisageables. Je prends ma dernier barre, prend un verre d'eau et repart sur 50 m en marche pour m'enfoncer dans une nouvelle partie boisée ou vont se succéder de petites bosses cassantes, usantes, des mono traces en zigzag qui m'obligent à relancer tant bien que mal la machine. L'allure diminue, les temps de marche deviennent de plus en plus présents. A ce moment, je me mets en mode gestion mentale en m'imposant de courir, même à petite allure, pendant 1km puis de marcher 1 mn. Le chrono tourne. La partie, que je redoutais, arrive, celle dans les bois qui tournicote dans tous les sens, ou on voit le copain à sa gauche, à sa droite, tout prêt mais si loin car le chemin serpente sans cesse, le tout à 3kms de l'arrivée. J'avais sérieusement calé l'année dernière sur cette portion....aie,aie,aie, ça recommence. Mon GARMIN m'annonce 4h07. Je me booste, me sermonne mais les foulées sont de plus en plus lourdes. La chaleur dans cette partie boisée ne m'aide pas. J'avance difficilement. Le moment tant redouté est la. Ça ne veut pas dans le bois. J'attends le retour sur le bitume pour me relancer jusqu'à la prochaine dernière portion de bois et chemin avant l'arrivée. Je marche à nouveau. Je me relance péniblement, dans le champ boueux, avant d'attaquer la dernier montée que je réalise en marchant. Pourvu qu'il ne me fasse pas le coup, en haut, de filer vers le stade de foot.....En haut de la montée, je me relance pour arriver honnêtement et avoir fière allure à portée des couleurs de BROCELIANDE aventure 35.

Au final, le chrono envisagé de 4h30 n'est pas atteint mais je m'en sors avec un 4h37, bien mieux qu'en 2013 ou j'avais mis 5h.
La satisfaction d'avoir réalisé une bonne sortie longue et l'impatience de connaître les résultats de mes potes que je retrouverai, passer la ligne d'arrivée franchi, en compagnie du coach.

Après une sortie de 1h30 pour 25 kms de VTT en mode récupération, le dimanche matin, place maintenant à une semaine de repos avant de reprendre la prépa avec une nouvelle étape l'Aber Wrach.

 

Vos commentaires pour Stéphane :

Fred a dit il y a plus d'un an
Allez Missieur le présidente, un peu de repos te fera le plus grand bien. Boire, boire mais boire bien (suffisamment mais pas trop) Ok je ne suis pas le bon exemple mais quand même, les volumes annoncés semblent faibles. Dommage tu serais certainement passé sous les 4H30.
 

Compte-rendu de Ronan sur le 43 km

Me voici de retour à Bains sur Oust, une de mes plus grosses galères vécues en trail l'an dernier...j'avais lâché prise très vite et finit en roue libre en 4h51 en marchant beaucoup à partir de la mi course. 

De manière étonnante je n'ai plus du tout d'images du parcours, black out total ... je suis donc un peu revanchard. C'est ma première course de l'année, en mode sortie longue améliorée et un peu plus rapide que d'habitude, les signaux sont au vert et je sais maintenant que je peux lancer la machine un peu plus vite donc je vais tenter le coup. 
Comme Stéphane je pars avec une nouvelle boisson pour tester...ce qui va se révéler important pour la suite !! 

Début de course, je reste rivé sur le cardio, marge plus haute que d'habitude mais cela tourne bien, je vois pas trop loin Yvan, Oliv et Joël partis pour une course d'équipe. Je reste sur mon idée de rythme et donc je me retrouve seul aux alentours de la 15-20è position, un gros trou est creusé derrière, personne !! Je me sens bien et je garde donc le même rythme, vraiment rapide par rapport à d'habitude mais le cardio ne monte pas, l'entraînement paie, c'est cool !! 
Je fais attention à bien boire, on alterne entre le chaud et la pluie, donc je suis méfiant. Passé le secteur de l'île aux Pies, j'arrive dans le secteur marécageux terrible, je patauge, l'eau est super froide...c'est là que j'ai lâché prise l'an dernier et PAF ça recommence, idées noires, fatigue mentale, petite hypo qui se profile...j'ai même d'un coup super faim. Je me mets en mode alerte et danger imminent, je bois de l'eau pure, ça ne passe pas du tout et je manque carrément de vomir. Bon on se calme, je ne suis pas déshydraté, j'ai bien bu mais la boisson testée s'avère insuffisante en sucre, je suis assez mal et le fait de couper avec du salé me provoque un dégoût total...

La deuxième tiers va donc être difficile, mais je sais quoi faire, pas de panique, je ralentis donc le rythme mais je me force à courir dès que c'est plat ou que ça descend, je me force à garder de l'eau en bouche en la recrachant tout en suçant des pâtes de fruit pour le sucre. Je suis dans ma bulle et je me fais pas mal doubler mais je garde le mental, je ne lâche pas, je refuse de regarder ma montre pendant ces moments pour ne pas voir le chrono et la distance restante. 

Puis, miracle, ça revient, ça repart, je passe le cap, je ne peux toujours rien avaler, je garde le même protocole et j'avance plus vite, je suis dans la foulée d'un métronome, je reste derrière lui, je le colle et au fur et à mesure je revis, je reprends goût à la course. Je le lâche ( après en avoir discuté avec lui quand même !! ) le dernier kilomètre et je finis plutôt bien ( ce que me dire le speaker qui m'interviewe à la fin et me trouve très lucide ). 

Je vois les potes du BA35 , file me changer et là gros coup de bambou, déshydratation et hypo...je mets du temps à me changer et décide de rentrer vite me reposer, désolé les gars d'êtres partis comme un barbare !! 

Au final, 30 minutes de mieux que l'an dernier avec des motifs de satisfaction, la gestion mentale dans le moment de galère, la vitesse qui me convient bien, un chrono de 4h21. J'avoue aussi un petit sentiment de frustration, avec ma boisson maison habituelle logiquement cela aurait pu beaucoup mieux se passer, j'aurai pu faire nettement mieux, l'an dernier j'ai bien couru sur 1/3 de la course, cette année sur les 2/3 ... vivement 2015 !! 

Ronan
 

Vos commentaires pour Ronan :

Fred a dit il y a plus d'un an
Ronan, en ultra, tant que l'on peut boire et manger on n'est pas complètement mort. Tu es passé très prêt d'une perf toi aussi :-))))) Belle bagarre, bon travail du mental, belle progression... En route pour la suite de la saison et de belles réussites.
 
 
 
 

Webmaster : Ronan

Nous contacter