Compte-rendu de François, éco trail 30 kms

Samedi 29 mars, 8h du matin, je prend le RER C au pied de la Tour Eiffel en compagne de nombreux autres traileurs. L'organisation est bien rôdée, des navettes nous attendent à la gare du RER en direction du village départ dans l'allée de l'observatoire de Medon. Ravitaillement chaud-froid, vestiaire (pour les sac qui iront à l'arrivée en camion), et stand toilettes sèches (sciure de bois au lieux des traditionnelles chasses-d'eau... pas ECO-trail pour rien !)... Je m'échauffe tranquillement dans les ruelles alentours pour éviter la foule des 2680 participants du 30km ! 

Il fait un grand beau temps, je pars en tenue BA35 ! Le speaker annonce 20° dans l'après-midi ! Attention au pic de pollution !
10h05, je m'élance dans la seconde vague, après les élites et la joélette. 

Les 20 premiers km sur les chemins forestiers sont très agréables, sans difficultés techniques, à l'ombre des arbres ! Je profite bien, et j'avance à bon train (10-13km/h), avec un cardio régulier... tout roule. Mon protocole d'hydratation testé lors des 3 boucles à Montfort début février semble fonctionner : 1 bonne gorgée toutes les 10 minutes de boisson (ISO+ de D4). Je redoute à ce moment qu'avec la température, le dosage ne devienne inadapté... mais ça ira jusqu'au bout !

Comme je suis parti avec toute ma boisson, je ne m'arrête au ravito de St-Cloud (20ekm) que pour admirer 2secondes la vue sur Paris. Il est 11h53, je suis confiant pour les 10km plats qui restent à parcourir...

Pourtant, c'est sur ces 10 derniers km que je vais souffrir le plus : je suis à la peine à 10km/h, je doit même parfois marcher... Je suis furieux car je ne comprends pas ce qui m'arrive ! En fait, c'est la pollution parisienne, de retour avec la chaleur de cette belle journée ! Je compatis pour les pauvres runners parisiens qui doivent supporter ça régulièrement... De toute évidence, l'air frais de Picardie ne m'avais pas préparé à ça !
Ma fiancée et ses amies m'attendent à l'arrivée et constatent que j'ai une drôle de voix et le souffle court ! Je mets au moins 10min à récupérer mon souffle dans un petit coin de verdure à l'écart des boulevards !

Je ne suis pas mécontent de mon chrono (2h48'39") malgré tout, même si j’espérais secrètement passer sous les 2h45' !

Au final, je ne suis pas convaincu par les trails "urbains" pollués et peu techniques...J'ai bien hâte de retrouver les trails bretons bien boueux et techniques dès l'automne prochain.. d'ici là, place au triathlon CD (à Taden le 1 juin et au Mans le 6 juillet) !

@ bientôt !

 

Commentaires :

yvan a dit il y a plus d'un an
bravo François, prêt pour le triathlon !!!
 
 
 

Webmaster : Ronan

Nous contacter