Récit d'Olivier G. sur le grand menestrail-54 km et 2000 m de d+

Un sacré trail en Bretagne avec des passages mémorables mais très exigeants 

Le rendez vous était prévu à 5h15 dans la salle de sports de Moncontour avec le BA et Nolwenn, notre kiné stagiaire pour prendre des mesures avant le trail. Tous les signaux étaient au vert pour une fois ; pas de blessures ni de bronchite et j’avais repris de la vitesse avec mes potes de l’EAPB depuis 1 mois.

Le départ est donné à 6h sous une température clémente 5° pour la saison. Les cadors sont bien présents cette année et le départ est ultra rapide à mon goût. Suite à une mise a jour de ma montre dans la semaine, je m’aperçois que mon cardio ne s’affiche plus sur l’écran et le groupe est perdu pour ce début de course. Grosse manipulation de la montre pendant cette montée sur bel air (le point culminant du Menestrail ), un bon reset et elle repart enfin au bout de 20mn. Je suis aux alentours de la 60eme place mais je suis très facile pour ce début de course.

Après 40 minutes, je remonte quelques concurrents pour revenir sur Erwan un vrai métronome avec surtout un finish extraordinaire et de belles places sur les trails bretons ; je reste calé à lui pendant la descente avec une première alerte ( mes lacets ne tiennent pas ); les flytewings sont vraiment une paire de chaussures intéressantes mais le laçage laisse à désirer ; je m’arrête pour le serrage . Survient alors pendant les passages glissants du dernier bois de la 1ere boucle et les monotraces en devers , un blocage du genou ; c’était vraiment chaud et je garde ensuite pendant 20 mn une douleur à la cheville . 

Les nombreux passages de rivières me rafraichissent le pied et j’arrive sans trop de bobos à Moncontour en 2h15 ( 40eme ). On forme un bon trio avec Erwan et Laurent et l’allure est soutenue sur ce secteur. De la boue, des marécages ,des rivières à longer , des végétations débordantes extraordinaires avec la présence de l’eau « partout » : les difficultés sont bien présentes sur cette 2ème partie. La barrière des 3 h passe et je ressens les premiers signes de fatigue ; je ne discute plus , pire je me prends une gamelle en avant. Une grosse chute avec les genoux en sang !!! Je me fais violence pour rester dans le coup !!!!

L’arrêt express au 2eme ravito me permet de recoller jusqu’au 38eme kilo ou je les perds tranquillement. Je gère désormais la course en solo et je fais toutes les montés en marchant vite ;j’en profite pour bien m alimenter(gel maison comme d’hab) et boire énormément ( 2boissons à base de citron ) avant le dernier ravito.

44EME KILO et le dernier ravito ; on m’annonce 29eme avec un retard d’1 mn seulement sur 3 gars devant ; je repars regonflé à bloc ; le circuit est plus sec et moins vallonné ; certains craquent sur la fin et ça me booste à fond ; je les rejoins et nous reformons le trio vers le 48 eme ; les jambes sont là et je finis à bloc les 3 derniers kilo pour terminer en 5h42 avec un dernier passage HARD : une descente verticale avec une corde puis un passage sous le pont ,de l’eau au niveau des cuisses « Impressionnant !!! la difficulté de cette course !

J’en termine content pour ces 54km et +2000m ;du mental retrouvé avec une 24ème place pour ce trail bien relevé en Bretagne ; Ce trail très exigeant pour tout le monde demande de la fraîcheur et un mental hallucinant mais une fois la ligne arrivée, la satisfaction est encore plus grande.

Super sympa d’avoir partager les ¾ de la course avec Erwan et le massage de l’arrivée avec Nolwenn ;ça détend bien les cuisses.

De la récup bien méritée cette semaine et place aux cross en janvier
Oliv


Vos commentaires :

denis a dit il y a plus d'un an
toujours présent aux rendez vous ta gestion minutieuse porte ses fruits bravo a toi oliv

Webmaster : Ronan

Nous contacter