Compte-rendu d'Olivier sur le défi

Mon 1er 58 km à Guerledan : 

Ce week end était l'occasion de faire du long en vue de cet été; tester le matériel, l'alimentation avant et pendant puis gérer cette nuit entre les 2 courses. Depuis mes blessures et ma reprise en mars, j'avais prévu de courir en gestion permanente et faire ainsi le défi 13+58km pendant le week end. 1h10 le samedi pour ces 13 km et+400m, la pente était vraiment raide mais j'ai assuré. Je n'ai vraiment pas de bonnes jambes ce samedi mais je passe une bonne nuit dans mon "igloo perso"dans l'attente du dimanche matin. 
La grande course de GUERLEDAN est mon 1er 58km sur ce lieu magnifique.

Le mot d'ordre est GESTION avec mon CARDIO ET ALIMENTATION toutes les 30mn ( sucre et salé aussi ) car l'envie est grande d'être finisher. Au 20ème je suis toujours avec Yvan à 15 secondes et je profite des plats et montées pour revenir. Ma première baisse de régime se passe entre le 22èkm et le 30è km avec la pluie qui commence, les descentes sont très glissantes et j'assure.
Je rejoins Yvan au 2ème ravito et je sais que la course démarre vraiment là.

Je suis toujours dans l'allure 10km/h et on repart ensemble sur des portions plus roulantes.Yvan me lâche rapidement dans les descentes mais je reviens a chaque plat et je passe de mieux de mieux les montées.On se sépare vers le 43ème et j'arrive au dernier ravito en forme, j'ai de bonnes sensations sur ces petits chemins au bord du lac. Ma motivation est forte surtout en remontant les concurrents sur les 10 derniers kilo et j'attaque la dernière partie à bloc quasi sans marcher même dans la côte des forges, je n'ai pas de crampes et je connais bien le final , je me lâche vraiment dans la descente : mon objectif des 6h va être battu.

J'arrive en 5h51 ( 56ème ) super content après des mois de galère. 

Ce trail est grandiose mais terriblement difficile +1800m voire plus car certaines portions ont été rajoutées.

Après le repas de l'arrivée avec JP, Yvan et d'autres traileurs dont le team salomon...je repars sous ce temps typiquement breton et ravi de ma course. Mes jambes sont toujours la !!

Merci pour ce rassemblement , bonne récupération a tout le team BA et UN DERNIER MOT : la veste est vraiment sympa et agréable à porter : beau travail !

OLIVE

Compte-rendu de Ronan sur le 58 km

Finisher à Guerledan ! 

Bon finalement le plus dur fut la sonnerie du réveil à 4h45 du matin !! Ensuite direction Pacé pour le covoiturage et de bons moments de discussion entre passionnés de trail, même les gendarmes vont nous dire un petit bonjour, avec tous les produits dopants isotoniques dans les sacs, heureusement qu'il n'y avait pas les chiens !! 

A l'arrivée sur le site, c'est calme, personne aux dossards, pas grand monde sur le parking. On improvise une petite pause photo et on se rapproche du départ, le groupe se scinde en deux : les lièvres et les tortues. 

Normalement je pars en lièvre et je finis en tortue...mais comme je suis devenu sage maintenant je pars calmement. L'objectif est le le faire en mode sortie longue et de ne pas trop forcer pour continuer mon entrainement derrière ! J'ai un peu peur de l'enchainement avec le trail des Roches, quand même 73 km et 3500 de D+ il y a un mois. 

Les premiers km sont peu agréables, la foule des grands jours, on se croirait sur un marathon, ça bouchonne à chaque portion un poil technique, une descente, un virage, une montée : bref on marche, on marche, on marche !! Comme l'an dernier ça m'énerve mais comme on forme un groupe BA35, cela passe vite. 

Je me sens parfaitement bien et comme à mon habitude, je discute...donc pour éviter de trop gonfler mes camarades, je fais le yoyo, un peu avec David et Franck, un peu avec Stéphane...mais je sens bien que je commence un peu à les gonfler, donc naturellement on se sépare dans la descente après les ardoises. 

Au premier ravito, je décide de continuer l'expérience d'une boisson isotonique que je teste pour l'occasion et qui est plutôt bien passée depuis le départ ( ISOXAN ), je demande à un bénévole de fouiller dans mon sac mais ... il me renverse tout le sac...donc l'arrêt au stand est plus rapide que prévu et je vois mes "orange BA35" passer à toute allure. L'avantage c'est que j'ai deux phares devant moi, je sais quel rythme adopter. Autour du Lac, difficile de doubler, je rattrape Vincent, puis plus difficilement Stéphane que je trouve rapide et efficace. Je pars ensuite à mon rythme, tout va bien. 

Au second ravito il y a une super ambiance et beaucoup de monde, c'est sympa, je m'arrête un peu pour manger du salé, je remplis mes gourdes et je repars; j'ai l'impression que Stéphane et Vincent m'ont doublé. J'essaie donc de garder un bon tempo pour les récupérer. Les kilomètres vont filer, je vais retrouver un compagnon inconnu bavard et je m'accroche à sa foulée, il va un peu vite et on mange de nombreux groupes de coureurs. Finalement après 1 heure ensemble je le laisse, j'ai un poil forcé et je vais avoir un gros coup de moins bien, je suis lassé, je trouve le parcours très répétitif, j'en ai marre du Lac, du Lac et du Lac, j'ai l'impression qu'on a fait 30 fois le tour !! La pluie n'arrange rien et je me tape une petite hypo. 

Conscient de l'alerte et habitué de ces signaux, je décide de me calmer, de manger tout doucement en mâchant bien une pâte de fruit et un peu de salé, de boire et de penser de façon positive. Je garde un rythme efficace, pas très rapide mais qui me permet de doubler encore des coureurs. Je suis bien régulier dès que cela devient technique, en revanche sur le plat c'est plus compliqué. 

Au 3ème ravito je suis content, c'est là que j'ai abandonné l'an dernier, un tout petit coca pour le sucre et c'est parti. Les sensations sont bien revenues, je trouve toujours le parcours monotone mais mes jambes sont bien là, aucune douleur, pas de raideur, je sais que je vais bien terminer. Je suis surpris de voir arriver vite le 4ème ravito, la portion entre le 40è et le 50è n'était pas difficile. Je ne m'arrête pas et je continue au train. Bon clairement je suis fatigué, mais les deux grosses côtes passent bien et la descente se fait rapidement, très rapidement sur la fin pour reprendre une grappe de coureurs. OK je suis milieu de tableau mais cela reste une course alors ça accélère, je passe devant facilement dans le virage, on sprinte, je vois un second petit groupe j'accélère encore et ils sont devant à la première arche, ils coupent leur effort mais je continue...héhéhé, une fémine et un autre traileur sont un peu devant ils sprintent aussi, j'accélère et je les passe à la 3è arche... !! Toujours aussi joueur ! 7h35 ! 

A l'arrivée je vais faire l'erreur d'aller manger deux gâteaux sucrés au ravito...qui vont rester bloqués un bon moment !! J'aurai du attendre un peu !! 

Bilan : 

-positif : beaucoup de membres du team : une super ambiance et une franche convivialité ( dans la voiture, à l'arrivée, au départ, en course...), j'ai bien géré mes temps forts et mes temps faibles je sens que c'est bon maintenant niveau mental, je sais gérer mes coups de mou, le prix très attractif pour une belle prestation, beaucoup de monde sur le parcours et des bénévoles toujours souriants. Toutes les animations pour les enfants, superbe idée. 

-négatif : je n'ai pas trouvé le parcours génial, répétitif et un peu monotone, je ne l'ai pas trouvé super dur non plus ( pour moi Moncontour est plus exigeant ), l'idée de repas d'après-course est louable mais le menu est je pense à revoir : chips-saucisse-piémontaise après un ultra c'est bof bof !! Enfin trop de monde, beaucoup trop de monde !! Pas agréable de subir les bouchons au début de course. La communication aussi est à revoir : le site internet sans aucune news et une communication axée uniquement sur l'élite ( écran vidéo pour le team salomon, balises uniquement pour les cadors. )

Prochaine aventure : le défi de l'Oisans => 200 km  et 12 000 de d+ à avaler en 5 jours !! MIAM MIAM ! 

Compte-rendu de Stéphane sur le 58 km

Guerledan reste toujours guerledan

Dernière course de prépa ou je venais surtout chercher du temps de course, de la rando plutôt que le chrono lié a mon niveau.

Tout le team engagé sur ce trail de 58km et 2500D+ se retrouve 1h avant pour la remise des nouveaux coupe-vent. Une photo est prise, chacun est heureux d'arborer la tenue. L'ambiance est bonne.

Nous nous dirigeons tranquillement vers le départ, Yvan, Oliv, Joël sont aux avants postes. Quant a moi, je m'installe dans le milieu du peloton comme d'habitude. Ronan, vincent sont tout près ainsi que notre ami Olivier du TCMB arrivé il y a 5 mn. Mr s'était accordé 1h de route en plus pour trouver le site!!!
Le départ est donné et déjà après 500m c'est une grosse montée sur 1,5 km qui se pointe. Il s'agit la d'une des nouveautés du parcours. Merci Mr titi Deshaies! Ça met en jambe. Je décide de l'aborder en petites foulées histoire de faire monter le palpitant un petit peu. Cette montée est vraiment sympa car le public est lá de chaque côté á encourager.

Nous nous engageons ensuite dans la lande bretonne. Aucune difficulté majeure. Je ne fais que courir. Mon garmin me rappelant toutes les 9 mn qu'il faut boire. Nous arrivons le long de du halage avant de remonter sur un pont ou les spectateurs postés nous accueillent et encouragent.
Nous filons vers les montées qui nous amènent sur les ardoisières ou le panorama est magnifique. Comme beaucoup, je marche. Je respecte mon plan de marche: courir sur les parties planes et marcher dans les montées petites ou grandes. Je sais, aussi, que ma prépa ultra marin s'est surtout faite sur des circuits plats, que par conséquent, je vais payer cette carence de ne pas avoir manger plus de dénivelé. Pas grave, je bosse la muscu!!
Je suis toujours en compagnie de Ronan, vincent, David et Franck. Je me marre car j'entends Ronan heureux d'avoir trouver des coureurs pour tailler la bavette en la personne de David et Franck. D'ailleurs, Je pense qu'il les a achevé car nous finirons par les lâcher. Pas grave, mon Ronan finit par choisir une nouvelle proie en la personne de ma pomme. Les kms défilent, nous engageons la conversation sur ses projets familiaux. Étant bien élevé, je réponds, échange puis petit moment de blanc et lá mister pipelette me dit: "bon ok la je sens que j'commence a te bassiner, j'm'arrete..." Bien vue l'ami et grosse pensée á ces dernières victimes Jean-Paul, David et Franck. Ne change rien, c'est génial.

Nous arrivons au 15e km ou nous retrouvons l'abbaye de bon repos. Vincent pas très bien á ce moment retrouve l'énergie pour me doubler, Olivier du TCMB m'accompagne mais je le sens un peu en difficulté. Je croise Marie Chantal qui me prend en photo. Toujours aussi cool comme moment.

Je continue sur le même tempo. Pour le moment, tout baigne. La pluie fine et constante a rendu glissant le sol. Nous traversons un passage montant, jonché de roches. Petite séance d'escalade fait avec attention, ce n'est pas le moment de se blesser. Les kilomètres vont s'enchaîner. Je zappe le ravito du 20ème km et progresse jusqu'au suivant situé au 32e ou je retrouve Ronan et vincent. Bref arrêt en solide et je repars.
Nous enchaînons de plus en plus une succession de montées, descentes, sentiers et dévers sinueux ou mono trace en pente le long du lac. Aucune place á une pose, toujours en relance permanente. Je sens que les cuisses apprécient modérément. On rentre dans le vif du sujet.

Bizarrement, je ne retrouve pas les bonnes sensations que j'avais 3 semaines avant sur le BUT. Je finis par admettre que le relief est sans commune mesure. Comme quoi, lorsque vous passez pratiquement 6 mois á vous préparer pour un format au relief plat et que vous allez, en cours de prépa, chercher un format plus typé montagne, vous êtes un peu déstabiliser. Je suis un peu dans le moue. Je me force á enchaîner le plus possible la course et la marche en tenant compte de la typologie du terrain. La beauté du site me permet de moins cogiter.
Un petit bout de chemin avec les miss saint Gilloises. Nous nous doublerons de temps en temps mais elles finiront par avoir le dernier mot. Bravo les filles!
Pour moi, l'objectif reste le même: faire ma grosse sortie longue. Le ravito du 42e km se pointe. Il y a du monde. On sens que le parcours éprouve les organismes. J'en profite pour recharger en eau plate juste 1/4. J'évite de rester trop longtemps car j'ai un peu froid. Mon teeshirt est trempé.

Aller en route pour le ravito suivant qui va me rapprocher un peu plus de l'arrivée. Je décide pour les 16 derniers kms de passer en mode rando. Je me mets á marcher. Cela me convient a double titre: les cuisses sont un peu dures et je veux bosser les phases de longues marches en vue de l'ultra marin. Bien entendu, on me double.

Il reste encore 6 kms et je sais qu'il y a 2 grosses montées á gérer avant l'arrivée. La première pointe son nez juste derrière les forges. Olivier du TCMB finit par me rattraper peu avant les Forges. Il s'est refait une santé, tant mieux. On échange, je lui conseille de poursuivre car je me suis mis en mode marche volontairement. En haut de la côte, on rentre, a nouveau, dans les bois. Je relance gentiment sur la portion de plat qui se présente histoire de ne pas trop rentrer dans ce petit confort de la marche. La deuxième difficulté se présente dans le bois. Et celle la, je m'en souviens car j'avais calé en 2011 au milieu de la montée, plus de jus, souffle coupé. J'évite de regarder au bout, je monte á petite cadence en prenant mon temps. Je sais qu'ensuite, c'est tout shuss vers l'arrivée. D'ailleurs, on entend la sono au loin.

Je décide, sur ce dernier tronçon, de repartir en courant, histoire de réveiller les guiboles et finir dans un temps correct, ayant prévu ma sortie entre 8 et 9h. Je reste encore attentif aux appuis car les racines sont glissants, ça zigzag dure. L'arrivée est en vue, petites dernières marches a descendre, passage sur le petit pont, et les 100 derniers mètres ou comme á mon habitude , j'accélère pour terminer en 8h30.

Je retrouve coach JP avec joie. Je lui fais part de mes premières impressions. Nous retrouvons au ravito Ronan, vincent, Jean-Louis et Olivier. Nous échangeons sur nos courses respectives.

En ce qui me concerne, j'ai aimé ce nouveau parcours même si le manque de prépa en D+ m'a manqué. L'enchaînement après le BUT a été bon. Je suis venu chercher du long, du temps de course, de la rando, j'ai eu beaucoup de plaisir à passer cette journée avec vous !

L'heure de vérité approche.


Webmaster : Ronan

Nous contacter