Trail des gendarmes et voleurs de temps / 68 km par Jean-Paul

Samedi midi, direction le Limousin plus précisément Ambazac une quinzaine de km au nord est de Limoges. La pluie m’a accompagné tout le trajet à partir de Cholet, un léger répit le temps d’aller retirer le dossard, de visiter le village d’exposant.
Réveil vers 6 h, la pluie n’a pas cessé de tomber de la nuit, prépa du matériel, je me rends à la salle , je retrouve mon 2e frère et sa femme, eux sont inscrits sur le 32 km petite discussion, puis l’heure du départ approche.

Température 5°, pluie incessante, les cavaliers qui accompagnent le départ habituellement ne sont pas de la partie. Je n’ai pas pris de gants, je vais m’en mordre les doigts toute la course quasiment.

Les 7 premiers kilomètres me permettent de me réchauffer et de me mettre dans le rythme de la course, les premières difficultés s’annoncent, le train ralentit, une succession de longues montées et descentes plus ou moins techniques nous amènent au Puy Sauvagnac 700m sommet de la course km 32 environ, la descente est très technique, c’est une descente de VTT, je lâche un peu les chevaux, quel régal, prudence quand le terrain est glissant en compagnie d’un autre traileur à l’aise dans les descentes nous doublons une vingtaine de concurrents un peu crispés et très prudents.

Nous nous retrouvons ensuite dans un bois avec une monotrace sympa, puis attaquons un chemin creux ou coule un petit ruisseau normalement...mais celui-ci s’est transformé en torrent, il faut courir, marcher le plus souvent dans cette eau froide ( souvenir de Moncontour 2011 ), traverser le ruisseau de l’eau jusqu’aux genoux puis remonter le chemin toujours les pieds dans l’eau, nous sortons enfin de ce chemin les pieds un peu gelés, il va me falloir un peu de temps pour retrouver de bonnes sensations.

Au village de Vieux km 42, 2e ravito, il pleut toujours et fait toujours aussi froid, il ne faut pas s’arrêter trop longtemps pour ne pas prendre froid, mes mains sont engourdies, je n’arrive pas à ouvrir le stick de boisson énergétique, je demande l’aide d’une spectatrice merci à elle, je refais le plein tant bien que mal, fromage, banane, abricot un peu de coca dommage il n’y avait pas de chaud. 

Je repars les jambes sont dures, il faut relancer la mécanique et une montée difficile de 1km500 nous attend, la descente est très grasse et difficile, j’ai l’impression de faire du ski par moment, je m’accroche aux arbres pour me retenir. Des douleurs sur le coté droit de mon genou commencent à apparaître, il reste une vingtaine de km, je continue ma progression malgré tout, l’idée d’abandon commence à me trotter dans la tête, douleurs, froid, humidité au village de Chaise, j’aperçois une ambulance de la sécurité civile, l’envie est très forte de m’arrêter, je décide de poursuivre et de faire le point au dernier ravito. J’accroche un traileur pas au mieux lui non plus, nous nous soutenons mutuellement.

Au dernier ravito km 56, il reste 12 km, je continue l’aventure souvent seul, je cours un peu, je marche pour soulager la douleur, j’attends avec impatience les dernières montées, les descentes elles sont de vraies bourbiers car nous passons après le 32km. La fin de la course se fait à l’énergie, au mental, enfin la dernière bosse, les 41 marches ou sont massés un grand nombre de spectateurs qui t’encouragent, te poussent et t’applaudissent, les derniers mètres se font en descente, que du plaisir, je tape la main de mon frère et de sa femme, franchis la ligne d’arrivée heureux et satisfait d’avoir été au bout de ce trail rendu infernal par les conditions météorologiques.

Le parcours est magnifique, le fléchage impeccable, le site également, malheureusement nous n’avons pu profiter de la beauté des paysages, le prénom du traileur étant inscrit sur le dossard cela permet des encouragements personnels et cela fait du bien quand on est tout seul et un peu dans le dur.

Enfin une organisation au top, des bénévoles super, un public très chaleureux tout le long du parcours et des gendarmes très presents toute la journée pour assurer notre sécurité au passage et changement de route.

J’y retournerai.

Jean paul


Webmaster : Ronan

Nous contacter