Présentation du défi de l'Oisans par Ronan

Départ en train pour Grenoble le 19 juillet, longue journée avec changement à Paris puis retrouvailles avec l'ami Jean-Marie rencontré au Stevenson l'an dernier, venu me chercher à la gare de Grenoble pour ensuite faire les derniers km ensemble jusqu'aux 2 alpes, la route est très encombrée surtout dans le sens des retours après le passage du Tour de France, c'est très impressionnant. 

On arrive juste à l'heure pour prendre nos dossards, j'hérite du 13 ce qui aura son importance pour la suite !! Le briefing commence dans la bonne humeur et avec un apéritif...ce qui a devenir une habitude pendant une semaine. Beaucoup de participants se retrouvent, il y a une bonne ambiance, on sent que l'aventure va être belle. 

Samedi 20 juillet : début des "hostilités" ! 

Bilan : première nuit blanche malgré la fatigue du voyage, pas facile de dormir dans une chambre collective avec des ronfleurs...ce n'est que le début !! 

Matin : Étape 1 non chronométrée, rando pour faire connaissance avec le groupe : 14 km et 810 de D+. La sortie des 2 Alpes est pas très jolie, le premier chemin non plus mais l'objectif est de quitter petit à petit la civilisation pour rejoindre le GR 54. On discute avec une Bretonne "adoptive" de l'organisation presque toute la rando ( la pauvre ne s'en remettra pas et fera même un malaise à la pause déjeuner, promis j'y suis pour rien !!!! ). La marche passe très vite et on arrive à la Chapelle de Cluy, ravito-repas pendant une heure en plein soleil, pas d'ombre du tout. 
Premier dilemme : que faire, manger ? Quoi ? Je décide de manger un petit peu quand même, le petit déj remonte à loin et j'ai peur de saturer de sucré, donc petit sandwich et un peu de taboulé + un fruit. 

Après-midi : Étape 2, début de la course : 28 km et 1800 de d+ 

Bon c'est parti, pas trop d'appréhension, j'ai hâte d'en découdre, sans autre objectif que de finir le défi, de découvrir la haute montagne et surtout de bien gérer mes efforts pour être frais et bien passer les grosses étapes des derniers jours. Je décide donc de faire l'étape du jour en mode tranquillou, limite touriste. 
Bon le vrai problème c'est qu'on part sur les coups de midi et qu'il fait super super chaud, je déteste courir à cette heure et je déteste la chaleur...alors je vais profiter du paysage. Les premiers km passent assez vite, je cours doucement, je m'amuse un peu dans la première descente un peu piégeuse et on arrive assez vite dans de petits chemins à l'écart de la civilisation, on passe un village perdu et on arrive à la première grosse difficulté, le col Nazié...je monte au début normalement mais en plein milieu je vais littéralement exploser, belle déshydratation et belle hypo, malgré mon expérience et mes précautions !! Le "repas" pris le midi ne passe pas du tout, et je vais donc m'en décharger plusieurs fois !! Pas de panique...je m'arrête 5 minutes, recharge en boisson, je mange une pâte de fruits et je repars doucement. Je vais perdre du temps dans cette montée interminable mais je reste lucide. Arrive ensuite le magnifique plateau d'Emparis, je décide de me focaliser sur le paysage et je trottine à nouveau. Les sensations reviennent petit à petit et je cours dans la descente menant au petit hameau du Chazelet. 

Bilan pas top du tout, je suis pas très bien à l'arrivée, 33ème en 4h51, la chaleur m'a bien achevé, je découvre une grosse ampoule sous le pied, belle galère et j'avoue me poser quelques questions !! Après une petite heure j'ai repris du poil de la bête, bonne douche, un bon diabolo ( qui sera ma boisson de récup fétiche sur la semaine !! ) et ça repart. 

Repas sympa en commun et 2è nuit blanche d'affilée, ça tire un peu au petit déj !! 

Dimanche 21 juillet : le moral remonte ... un peu

Matin : étape 3 contre la montre de 4 km et 400 de d+ ( départ toutes les 30 secondes ! ) 

Bon après ma première journée décevante j'hésite un peu, j'ai peu de griller mes cartouches en partant trop vite le matin et le payer dans l'après-midi. Je décide de jouer le jeu et de partir à un bon rythme, j'avoue que ma position de 33è est grisante car je vais rattraper au moins 15 coureurs facilement sans me faire doubler du tout. Donc je termine tout frais en 29 minutes et je me classe 23è sur l'étape, classement plus conforme à ce que j'espérais. Super expérience et course bien gérée. 

On arrive donc dans un petit village en fête, à Villar d'Arène, je décide cette fois ci de ne pas trop manger, je prends une barre salée et une pomme histoire de ne pas encombrer l'estomac pour l'étape encore chaude de l'après midi ! 

Après-midi : étape 4 de 20 km et 1000 m de d+ 

Voila une étape vraiment magnifique, on va longer presque tout du long un torrent, on va voir des cascades, j'adore !! Je ménage la monture sur les premiers km et monte assez bien le premier col en belle compagnie, je vais faire la course avec les trois premières féminines à tour de rôle, surtout avec Emmanuelle, qui se classera deuxième et avec qui on va partager de nombreux km. Arrivée aux Guibertes en compagnie d'Emmanuelle après un long passage de route !

Belle soirée, je fais partie des quelques coureurs qui ne dorment pas sur place, on part en bus pour environ 20 minutes de distance dans un gite d'étape assez roots. Super équipe, beaucoup de bonne humeur on va passer une super soirée bien délirante autour des lasagnes aux épinards !! Encore des dortoirs collectifs, je trouve un petit coin pour m'isoler et faire chambre à part histoire de trouver le sommeil...en vain...3è nuit blanche. Vraiment blanche !! Là ça commence sérieusement à tirer le matin !! 

Lundi 22 juillet : mode rando cool 

étape 5 : randonnée non chronométrée, étape de liaison, 15 km et 1100 de d+ ( étape marchée mais longue, environ 6 h )
Enfin rando dans les Alpes c'est quand même très sollicitant pour les muscles, le profil est simple, on monte un col interminable avec au passage notre premier "névé' et une grosse frayeur avec un belle chute dans les pierres d'un concurrent ce qui a refroidi tout le monde ( belles contusions, belle figure artistique de dévalage droit dans la pente mais au final plus de peur que de mal !! ). Pique nique sur le plateau et ensuite descente libre, chacun fait comme il veut. 
Fatigué, je ne suis pas trop bien sur cette étape, le manque de sommeil se fait cruellement sentir et j'en suis presque à 'endormir dans la descente que je vais faire en marchant tout cool histoire de soulager mes quadris. Je suis surpris de voir de nombreux coureurs descendre en courant, les trois prochains jours vont être très très durs !! 
Je descends en solitaire ( et oui, étonnant !! ), je m'arrête quand même à un refuge histoire de boire un coup  pour bien m'hydrater et je retrouve le gite d'arrivée juste avant l'orage. 

Chambre de 4, c'est mieux, évidemment je suis le dernier arrivé donc je me tape encore un lit en hauteur, pas bon signe. Je tente la sieste mais comme d'hab beaucoup mes voisins de chambre sont assez égoïstes, ça discute, ça fait du bruit, ça téléphone...bon tant pis !! Le repas est très sympa et très bon ( encore des lasagnes !! ), je suis encore bien entouré et ça rigole beaucoup. 

Nuit...encore quasiment blanche, un ronfleur fait partie de la chambrée !! Bon tant pis, je m'habitue !! 

Mardi 23 juillet  : aï aïe aïe de Vallouise à la Chapelle en Valgaudemar

étape 6 : the grosse étape de 50 km et 3000 m de d+ : là faut gérer car il y a encore du lourd le lendemain !! 

Bon pour moi le défi commence maintenant, j'appréhende un peu la distance et la difficulté mais je vais la jouer stratégie, partir cool, bien gérer les montées et surtout faire attention dans les descentes pour terminer mon défi et ne pas exploser les muscles. 
L'étape a été modifiée à cause de l'enneignement important, on garde le même profil avec une ambiance haute montagne et un long col à gravir. 
Après quelques km de transfert en petit bus ( super ambiance encore ) on part pour quelques km de plat histoire de chauffer un peu les muscles, on se retrouve en groupe de 4 comme depuis le début, Jean-Marie, Adélaide et l'incontournable Emmanuelle.

Le rythme n'est pas trop soutenu, la journée va être longue. Le paysage est magnifique !! Très vite Jean-Marie et Adélaïde s'échappent et on se retrouve avec Emmanuelle, on est vraiment bien, on monte pendant environ 12 km 1500 m de d+, au début ce n'est pas trop difficile, la montée s'effectue tranquillement mais à bon rythme, les derniers lacets sont piégeux directement dans le schiste, on perd la trace quelque fois mais on bascule en bon état de forme pour une première belle descente, avec quelques passages bien techniques ( neige / schiste / cailloux / rochers / ruisseaux ) pour arriver au magnifique refuge de Pré Chaumette. 

Vient ensuite la seconde ascension du jour, encore presque 1000 m à avaler, la montée est dure et technique avec beaucoup de schiste et du dévers, l'arrivée au col est majestueuse, c'est lunaire, beaucoup de schiste et de la neige. On ne s'attarde pas à cause du froid, la descente s'avère hyper raide à cause de le neige ! Je suis toujours avec Emmanuelle, on fait le point, un peu fatigués mais ça va !! 

Cette descente va être hyper hyper longue, on en voir pas la fin, il fait encore très chaud. Quand on arrive enfin au ravito, j'embrasse les bénévoles de joie !! Il reste 7 km de bitume très moches qui gâchent le plaisir, c'est dur mentalement, je m'accroche à Emmanuelle qui est à la base une routarde et qui imprime un bon rythme...elle va vite !! Je peste mais je suis la Miss, on voit le village et la délivrance arrive enfin. Content d'en avoir fini vraiment !! Je suis en bon état, alimentation et hydratation OK. Après m'être fait soigné l'ampoule on va boire un coup ( enfin je vais battre le record avec ... 1 litre de diabolo ingurgité !! ). 

Repas au restaurant très sympa une fois de plus et nuit dans un dortoir collectif, je suis une fois de plus en haut dans un lit pourri, on est 7 dans le dortoir, une vraie fournaise, inutile de préciser que je ne vais quasiment pas dormir du tout !! 

Mercredi 24 juillet : raide , parcours difficile

De l'avis de tous au départ, c'est la plus dure ! Bizarrement au départ je suis bien, je me sens en forme ! 

Après 4 km de route avalés à bon rythme on commence une longue ascension qui nous mène au Col de Vaurze, et là je gère bien, je pars assez vite à bonne allure, sans trop de problème. Je lâche Emmanuelle dès le début et j'allonge les batons. Autant profiter de cet état de forme euphorique. Je prends soin de bien bien boire et bien manger. 

Peu avant le sommet je rejoins la première féminine Adélaïde, toute surprise de me voir, signe que j'ai vraiment bien grimpé. Bon je ne m'accroche pas trop je gère mon rythme. Au passage du col, la descente s'avère une fois de plus bien technique, il faut se montrer très vigilant. Je maintiens l'allure et j'arrive au ravito du Désert. Je ne m'attarde pas...mais je suis obligé d'y retourner car j'avais oublié mes bâtons !! 

Dernière grosse difficulté de la journée, l000 m de d+ pour grimper à Côte Belle. La montée est en plein cagnard, dur dur, je grimpe à belle allure, sans trop souffrir puis je décide de faire la descente, elle s'avère technique et caillouteuse, je me fais un peu peur avec une gamelle dans les orties pour commencer puis une seconde vraiment limite à proximité d'un précipice ! Bon pas de bobos, je relance et la dernière partie est du pur bonheur, terrain souple : je lâche les chevaux. 

Cette étape est très bien passée, je suis relativement frais et pas trop marqué. Je suis heureux car je sais que je vais finir ce défi ! Bilan : 21è en 5 h 50

Nous sommes dans un minuscule hameau perdu, qui n'est ouvert que l'été ! Les dortoirs sont ... en fait je trouve pas trop les mots, spartiates on va dire ! Je choisis mon lit ( et oui pour une fois !! ) et je vais me faire masser après la douche. 
Quand je décide de faire une petite sieste, tout le monde est arrivé et ... je me rends compte que mon lit est ... cassé !! Tout le monde est mort de rire, je suis vraiment le chat noir avec mon dossard 13 !!! 


Donc je pars en quête d'un autre couchage et je me retrouve dans le dortoir d'à côté, dans un "lit" en hauteur !! J'ai l'habitude maintenant ! 
La soirée est sympa et le repas vraiment excellent, je mange avec les "vedettes", Cyril Cointre du team Hoka et Augustin Guibert du team Raidlight, très sympas. 

A ma grande surprise je vais passer une bonne nuit, enfin !! Dans le gite le plus pourri du défi !! 


Jeudi 25 juillet : Étape 8 : 18 km et encore 2000 m de d+ ! Étape difficile, parcours raide mais ... ça sent l'écurie !! 

Au réveil j'ai une patate énorme, on part une fois de plus par vague, je suis dans la seconde ( entre la 18è et la 35è place à peu près ). C 'est sympa car une course dans la course va s'opérer, le groupe des premiers part 1 heure après nous et il est donc possible que l'un de notre groupe arrive en "premier" aux 2 Alpes !! Les pronostics vont bon train, et personne ne me voit dedans, alors là c'est trop tentant les gars !! 

On part pour un long faux plat montant, un petit groupe se lance en courant, je décide de suivre pas trop loin. 2 gars s'échappent assez vite. Puis on attaque vraiment le dur, la première montée est longue, je suis la même tactique que la veille, ne pas trop se soucier des autres et grimper à belle allure. Je double tout le monde et les laisse assez loin derrière. Trop beau, je sens une alliance de circonstance contre moi derrière, ils descendent très bien et veulent donc ne pas trop s'éloigner de moi dans la montée. Je relance à chaque lacet et je fais le trou en toute fin d'ascension. La descente s'avère difficile, un gros névé que je descends à la sauvage puis je me trompe de trace en suivant deux du premier groupe partis une heure plus tôt. J'arrive in extremis à retrouver le bon chemin mais tous mes poursuivants ont fait la même erreur et auront plus de mal que moi à reprendre la trace. A l'arrivée au ravito je suis largement premier du second groupe il me reste quelques coureurs à reprendre du premier groupe, dans la longue descente qui suit cela va se faire assez rapidement. Je lâche tout et je fais vraiment la descente pour ne pas me faire reprendre. 

Arrivé au village de Venosc, tout le monde est surpris de me voir, je déboule dans le village avant la dernière ascension pour rejoindre les 2 Alpes. Pas trop dur au début mais avec la chaleur cela devient vite pénible. Je gère un rythme moyen mais régulier et enfin je reprends la seule personne devant moi partie une heure avant. Je l'encourage. Allez un effort, je peux arriver le premier sans me faire reprendre par le groupe des meilleurs mais juste avant le haut du col je vois Cyril Cointre monter facile avec un déroulé de jambes incroyable. Il me reprend sans difficulté et je continue à mon rythme. Je vois le second Augustin Guibert mais il y a encore de la marge donc j'accélère et je cours les derniers mètres, il m'encourage et je termine juste devant lui. Là encore grosse surprise de tout le monde de me voir arriver !! 

A l'arrivée je suis hyper content, je suis super bien, j'ai creusé un sacré trou avec mes poursuivants, je n'ai pas trop mal au niveau musculaire et je suis parfaitement lucide. Content d'avoir parfaitement géré mes efforts sur la semaine. 

Bilan 3 h 47 et 16è position de l'étape !! 


Mes deux dernières journées m'ont donc fait gagner de nombreuses places, je termine en 22 è position en 26 h 50. 

Bilan général : 

Une bien belle aventure, des paysages magnifiques, je suis content d'avoir bien géré physiquement mon défi malgré la fatigue. Après discussion avec quelques gars de la toute première partie de tableau, j'aurai pu faire nettement mieux en me faisant un peu plus mal et en pensant davantage au classement ! Je vais finir par le croire !! Les montées et les descentes ne m'ont finalement pas posé trop de problèmes, la préparation a été bonne. Je pense maintenant avoir fait mes classes pour m'engager en 2014 dans un vrai ultra non stop. 

Je ne sais pas si je retournerai sur une course à étapes seul, l'ambiance était quand même un peu moins festive qu'au Stevenson, beaucoup de personnes se connaissaient ou revenaient sur le défi depuis plusieurs années, pas facile d'intégrer les groupes. Après la fatigue m'a rendu aussi sûrement moins bavard et ouvert qu'à mon habitude !! 


Webmaster : Ronan

Nous contacter