Compte rendu d'Augustin sur le trail des Lucioles

Nous sommes partis en famille ce samedi 28 avril 2013 à Roquebrune sur Argens « prés de Fréjus ».  Après mon arrêt obligatoire à cause d' une délicatesse du dos; je me suis inscrit sur ce trail des lucioles (25km 800 D+).

Récupération du dossard « 217 » vers 18h00 sous la pluie qui cessera avant le départ. Heureusement ! Quelques pointures sont présentes : Lenormand guillaume, Arnaud Fabrice etc.

Le départ est donné à 20h37. 350 et 400 participants traversent rapidement ce village médiéval  de Roquebrune. Nous nous enfonçons dans la forêt de Cavalière pour nous diriger vers la terrible  ascension du col de Valdingarde au km 6.La pluie a rendu le parcours glissant ce qui oblige à nous  aider des mains pour atteindre le sommet après 4km d’ascension et 400m D+.

Pendant cette montée, mes jambes sont lourdes. Mon GPS sonne. Ça m’énerve. J’ai oublié de désactiver l’alarme de ma F.C. Je décide de d’éteindre ma montre et de continuer à la sensation. Arrivé enfin au sommet, la vue sur la plaine de l'Argens illuminée est magique.

Nous basculons pour une descente de 3km sur un sentier large et roulant. Ca fait de bien aux mollets  qui répondent à ce dénivelé négatif. 
Nous atteignons le 1er ravitaillement au bord du lac des Clos. Je fais le plein de boisson « Nutraperf Agrume », me ravitaille et repart avec la certitude de retrouver beaucoup de ceux qui ne se sont pas arrêtés.

Nous empruntons le GR 51 jusqu’au pied du Rocher de Roquebrune avec des traversée de quelques  gués qui nous rafraichissent les pieds mais surtout font chuter plusieurs traileurs.
Mon allure est plus rapide. La remontée vers l’arrivée est très technique avec beaucoup de pièges à éviter : rochers, devers, racines, des Singletracks. Le 2nd ravitaillement est en vue. Je passe sans m’arrêter car j’ai suffisamment de boisson.

Progressivement ; je remonte les concurrents partis sans doute un peu vite et j’avoue que cela me  plait bien.
Je me retrouve seul dans la forêt (sans loup !!!) et avance facilement grâce à l’excellent éclairage de ma frontale. C’est une « clé » importante dans la réussite de mon trail nocturne.

4km de l’arrivée, je « fonce » car je pense finir en 2h30. Je passe encore des traileurs. Les lumières  du village ainsi que les encouragements des quelques spectateurs présents dans les rues renforcent ma motivation. Je franchis la ligne et sers le poing de satisfaction.
Ma déception ne saura que plus amère quand je connaitrais mon temps final : 2h39.

Déçu pendant 3 secondes ¾ , je relativise très vite en me rappelant que mon objectif est encore loin.
Pour terminer, cette course est vraiment à vivre pour tous ceux qui veulent s’engager sur un trail de nuit sans grande difficulté et dans une région de la Provence à découvrir.

Webmaster : Ronan

Nous contacter