Le maranature par Fred et Alex ! ( 42,195 km )

Départ : 

Il fait frais ce dimanche matin quand on se retrouve à attendre le départ pour le Maranature à Châteaubriant. Olivier viendra nous saluer. Mieux vaut le faire au départ m'a prévenu Stéphane, sinon cela sera à l'arrivée. Nous nous présentons, on échange un peu puis l'heure du départ est toute prête. Bye Olivier, RDV peut-être à l'arrivée si tu nous attends.
Nous partons tranquillement laissant délibérément partir la meute (toute relative, nous sommes un peu plus de 60). On se retrouve vite seuls avec Alex dès la sortie de Châteaubriant. Nous empruntons la voie verte, nous ne la quitterons que lors de nos détours dans les villages de Rougé et Theillay. C'est agréable, bucolique, très champêtre. La nature à nous, pour nous. On se cale sur mon rythme VS 24H soit 9.3 - 9.5 km/h. Initialement j'ai prévu de marcher durant 45" à 1' tous les 2 kilos mais Alex n'est pas fan.

Puty la moto : 

Un bruit de moteur, un ronronnement lointain se rapproche de nous et devient presque pénible. C'est la moto-balai et le dernier qui arrive à notre hauteur. Pas question de rester ainsi sur les 37 kms restant me dit Alex. Que faire, je ne veux accélérer (programme oblige) Alors nous acceptons notre sort. Nous sommes bel et bien derniers. Comme Alex ne s'arrête pas au ravito (elle a une mule porte-bidon à ses côtés) nous dépassons ainsi le futur dernier et nous réussissons à nous défaire de cette satanée moto. Nous sommes à plus de 10 kms du départ. Il n'était pas trop tard. 

Un match dans le match : 

Les femmes étaient 4 au départ. Les calculs sont rapides. On vient de rattraper Claudine (Kéké du Bocage) Alex est donc 3 ème. Pour nous, l'essentiel est de garder le rythme mais je taquine Alex. Elle est loin la 3 ème à ton avis. M'en fiche, fut sa réponse. Si Alex se sent bien on verra pour augmenter éventuellement de manière légère la cadence pour le fun me dis-je. Nous progressons ainsi à travers bois et talus. Bercés par les coups de fusil plus ou moins lointain des chasseurs. Alex ne se sent pas en forme. Pas de douleurs, pas de soucis particuliers, juste un sentiment bizarre : Que fais-je là ? Une certaine lassitude est présente. Elle me confiera que sans ma présence elle aurait marché à cet instant. Nous reprenons quelques coureurs qui semblent un peu en difficulté. Nous n'avons pas varié de rythme au contraire un léger tassement de l'allure s'est opéré. Rien de grave, on gère la sortie longue. 

A l'approche du 30ème environ, en fond de ligne droite, nous apercevons la 2ème féminine. Tiens, tiens me dis-je. Il nous reste un peu plus d'1h30 de course. Alex: Pourquoi ne pas aller taquiner la 2nde marche du podium ? On est tout à fait conscient que cette 2 ème place n'est que symbolique. Mais cela donne un attrait supplémentaire à notre sortie longue. Alex n'est toujours pas au mieux dans sa tête. Je lui propose de rester en attente et voir si l'écart se réduit naturellement. C'est le cas, on constate au détour d'une courbe que la Dame marche un peu. Son compagnon de course, regarde souvent par l'arrière. Nous sommes repérés. Il est inquiet, il est curieux, il se moque de notre retour ? 
Bizarre le jeu s'est installé, je sens qu'Alex est prête à jouer. Ce n'est pas forcément dans ses habitudes. J'ai des gels sur moi. Je lui suggère d'en prendre un pour voir. Cela pourrait lui donner un coup de pouce. Surprise, elle accepte. On gère la cadence mais on accélère pris à notre propre jeu. L'écart fond tranquillement, irrémédiablement et surement Alex continue à zapper les ravitos, sa camarade de jeu fait de même. La course est lancée !!! Stéph, Alex va t'offrir sa 1 ère coupe pour la BA 35. 2 c'est mieux que 3 non ? On en rigole tous les deux amusés de jouer ainsi alors que l'on est à 9.5 km/h. La tactique est mise en place, dès que l'on aura rattraper la Dame en bleu, l'allure sera un poil plus soutenue durant 500 m voire un kilo pour faire la différence. On est presque sérieux dans notre rôle des poursuivants. Le profil joue en notre faveur. C'est à l'amorce d'une descente que la jonction s'opère. Il reste 7 kms environ. On salue respectueusement le couple et on file à plus de 11 km/h dans la descente. Alex a des craintes de le payer, pô grave ma chérie. Fallait pas jouer. Cela va le faire regarde on voit Bain de Bretagne juste en face. Tiens ! Il ne serait pas un peu perché en hauteur ce village ? Nous longeons l'étang, nous descendons encore et toujours puis c'est virage à gauche toute. Il faut mettre le petit développement presque tout à gauche. On ralentit et marchons un peu. Nous alternerons ainsi jusqu'à l'arrivée, relançant quand le profil le permet. Une dernière rampe pour arriver au centre du village puis c'est plat jusqu'à l'arrivée. Le speaker annonce que la 2 ème féminine sur le marathon vient d'arriver en 4h30 et 9". 

C'est fait Stéphane, Alex apporte sa petite contribution pour la notoriété de BA 35
Une douche, un plateau repas. Puis nous solliciterons les organisateurs afin qu'ils bousculent le protocole. Alex bosse cette nuit. Une petite sieste s'impose avant d'attaquer une nuit blanche. Nous préférons rentrer au plus tôt. 

Que retenir de cette course. Belle organisation, marathon très agréable pas forcément pour un chrono mais pour le plaisir de courir dans la nature sans bruit (il faut éviter la moto) ambiance intimiste comme nous les affectionnons, loin du folklore et des flonflons.
Nous le recommandons.

Fred.
gifsupporter_
giftrophy_

Webmaster : Ronan

Nous contacter